Tout le monde dit "I hate you" à Ingrid Betancourt


Yoannbzh Membre 11 667 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)

Créé le 07.04.09 à 09h35 | Mis à jour le 07.04.09 à 09h58 | 14 commentaires Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte | Imprimer Envoyer par e-mail article_CPS.HXJ73.100108195609.photo00.photo.default-512x357.jpg Image vidéo datant de 2002 de Clara Rojas et Ingrid Betancourt, enlevées par les Farc/ AFP/Noticias Uno/Archives FIEL - Après des otages américains qui l'ont dit «égoïste, arrogante, manipulatrice»; après Noël Saez, ancien émissaire de la France en Colombie qui l'a jugée «ingrate»; après son mari Juan Carlos Lecompte, qui estime qu'elle l'a trahi...

C'est au tour de Clara Rojas, ancienne otage des Farc, enlevée avec Ingrid Betancourt lors de la campagne électorale en février 2002 et détenue en même temps dans la jungle colombienne, de raconter une Ingrid Betancourt peu amène.

Dans un entretien publié lundi 6 avril par le quotidien El Tiempo de Bogota, l'avocate décrit Ingrid Betancourt comme une femme mesquine, qui l'aurait exclue des cours de français qu'elle donnait à un groupe d'otages. Elle lui aurait même confisqué un dictionnaire que lui avaient remis les guérilleros. Ingrid «m'a jetée de sa classe de français» lance-t-elle.

Clara Rojas raconte aussi comment Ingrid Betancourt aurait protesté en la voyant ne pas respecter la file d'attente pour la distribution d'eau chaude. «J'étais enceinte et j'ai couru remplir mon thermos. Je ne voyais pas le problème de passer en premier. Le cri d'Ingrid m'a fait renverser l'eau et je me suis brûlée».

«Ils me maintenaient dans l'oubli»

Clara Rojas s'en prend également à l'attitude de la famille d'Ingrid Betancourt. Elle l'accuse d'avoir caché des preuves de vie qui la concernaient «par jalousie excessive», afin qu'Ingrid conserve le «rôle principal» dans cette histoire hautement médiatique.

«Dans cet isolement, le plus dur a été de découvrir que je ne pouvais pas compter sur eux. Ils me maintenaient dans l'oubli. Ils ne faisaient jamais allusion à moi dans leurs déclarations publiques», souligne Clara Rojas, qui fut l'adjointe de l'ex-candidate à la présidence colombienne.

Clara Rojas publie cette semaine le livre «Prisonnière», qui retrace ses six années de détention dans la jungle. Elle a été libérée par les Farc en janvier 2008. Elle a alors pu retrouver son fils Emmanuel, conçu avec un guérillero, et qui avait été confié à l'Assistance publique trois ans plus tôt.

Ingrid Betancourt, elle, doit régler le divorce qu'elle a demandé et voit poindre une âpre bataille judiciaire avec son mari Juan Carlos Lecompte, qui travaille à Bogota dans la publicité. Les avocats pourraient tirer parti des révélations des anciens otages américains comme ceux de «relations sentimentales» de Ingrid Betancourt pendant sa captivité, pour obtenir le divorce en faveur de son mari.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Rhadamanthe
Invité Rhadamanthe Invités 0 message
Posté(e)

"Dans la jungle tu attendras qu'un 5 ou un 8 te délivrera". Je sais pas pourquoi mais à chaque fois que j'entends Ingrid Bétancourt je me met à faire un lien foireux et je me dis qu'elle a perdu au Jumanji.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AZGrenouille Membre 2 402 messages
Seigneur Batracien ‚ 36ans
Posté(e)
je me dis qu'elle a perdu au Jumanji.

Moi aussi, c'est fou ça ! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

Renaud est bon pour le coma éthylique cette fois-ci :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant