Aller au contenu

L'influence d'internet sur les individus.


Messages recommandés

Manager_ Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 29ans
Posté(e)

Bonjours à tous !

Dans le cadre de mes études (L2 AES à l'Université de Bourgogne), je suis en train de réaliser une étude en Psychologie Sociale. Cette dernière porte sur l'apport d'internet dans les relations sociales des individus, les influences des réseaux sociaux virtuels sur la personne. Je désire mettre en évidence la manière dont les individus créés et entretiennent des relations avec d'autres individus, et la façon dont ils se comportent.

J'ai déjà dégagé quelques pistes :

-Internet, subsitu aux relations sociales réelles ?;

-Création de contactes avec des personnes que l'on ne connait pas;

-Ouverture vers le monde;

-Renfermement sur soit par rapport aux personnes qui nous entourent;

-Création d'un nouveau langage;

-Une phénomène différencié selon les catégories (âge, PCS, ...);

-...

Je vais prendre l'exemple des Facebook, des forums et des blogs.

Afin de mieux réussir cette exercice et que cette étude ait une plus grande légitimité (qu'elle ne soit pas seulement basée sur mes sentiments), je souhaite avoir l'avis du plus grand nombre. Je voudrais donc connaitre vos avis, vos points de vu à ce sujet.

J'espère que mon topic est bien placé.

Merci à tous.

Modifié par Manager_

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Luft Membre 1 195 messages
Assoiffée de lecture‚ 26ans
Posté(e)

Hum, le virtuel a un résultat assez paradoxal en soi. En effet, cela nous permet de nous ouvrir au plus grand nombre puisque nous sommes reliés au reste du monde par le biais d'une simple connexion (magie magie). On crée des liens avec des gens qui sont à des heures de chez nous (parfois même on les rencontre en vrai), on a plus de facilités à créer un contact. Pourtant, je trouve ce genre de choses assez malsains, dans le sens que ça peut avoir une connotation assez négative. Comment cela ? Eh bien, certains arrivent mieux à s'exprimer derrière un écran que dans la réalité, ils s'enferment dans leur monde virtuel et en oublierait presque celui bel et bien réel dans lequel ils vivent quand le pc est éteint.

Je pense que c'est un facteur autant de sociabilité que d'asociabilité. En fonction de l'attention qu'on porte à ce genre de contact, cela pourra jouer en notre défaveur. Ce qu'il faut faire, c'est trouver un juste milieu entre ces deux extrêmes. Un peu de virtuel ne fait de mal à personne du moment qu'il est compensé par une présence activité dans la réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alytic Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚ 28ans
Posté(e)

Vu que j'ai toujours eu un ordi et internet, pour moi ce n'est pas un substitut, c'est une relation réél , mais le tout prit avec un grain de sel lorsque ça ne fait pas mon affaire.

C'est aussi un endroit propice à la création de personnage.

J'ai eu un troll pendant des années 13-17 ans, personnage qui se faisait passer pour une shemale hehe

T'as aussi un sentiment de pouvoir lorsque tu fais réagir les gens. C'est un gros attrait ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Indy Membre+ 10 468 messages
Forumeur "Fucking" Moyen‚ 151ans
Posté(e)

Il suffit d'un rien, quelques minutes, pour entrer dans l'univers magique du blog msn ou de quelque autre espace donné en pâture aux internautes, juste le temps de s'inscrire et voilà: spaces.blog/cuicui.com/members/toto/... est né. Bienvenue!

Désormais, votre vie sera différente: vous ne serez plus seul comme une conne ou un con devant votre écran à surfer sur des sites web tous aussi prometteurs les uns que les autres mais vides d'une substance essentielle: votre ego, ah l'ego! et de l'émission instantanée de votre "tout" à d'autres, ces autres, comme vous, paumés du cyberespace; ça s'appelle partager ses émotions, ses hobbies, ses photos, ses états d'âme, la jolie photo du bébé tout neuf, la dernière beuverie du week-end, la recette de cuisne, la fameuse dépêche AFP, la photo humoristique du facho Sarko, son dernier voyage en Grèce, son projet de départ au Canada, en Chine, son idéal politique, sectaire, messianique, ses relais publicitaires, son humour rose ou noir... Bref, tout ce qui concerne des vies où finalement il ne se passe plus rien, ou si peu. Voyez, regardez, ouvrez les yeux, là, dessous votre bureau, ça dégouline de la purée narcissique, ah!ah!... Et tourne le manège, jusqu'à l'ivresse! Encore un tour, m'sieur!...

Le cyberespace agit comme placebo aux misères, aux détresses de l'existence: enfin, vous existez dans l'illusion que vous donnez à autrui; masque.

Je n'ai jamais vu autant de gens qui se font des "bisous" sans se connaître ni d'Adam, ni d'Eve, que dans l'univers du web et notamment du blog: "bisous", "biz", "re" et "re"... Bizarre. Ces bisous virtuels, en mode binaire, "bit" - ou "bite?" - accompagnés des pratiques smylets pourraient-ils se manifester au réel ? Je doute.

Le blogueur (se) part d'un bon sentiment. Maître de céans, il reçoit volontiers son hôte de passage, allant même jusqu'à le solliciter en surfant de blog en blog, lâchant un com. ici, un autre là, cherchant le contact... et le retour d'ascenseur, c'est à dire le com. chez soi, et l'échange de lien, tacite mais quasi obligatoire pour que perdure la bonne entente, la communication et la pléthore de soi sur l'espace communautaire msn et/ou cie.

"Lâchez vos coms! - sous-entendu: "Faites-moi exister, je vous en prie, moi qui ne suis qu'une conne ou un con devant mon écran. " Pourquoi je communique par l'Internet? Bah, je sais pas... c'est moderne... et puis pourquoi pas, hein ?"

Ben vi, effectivement, pourquoi pas. Mais, mais... Qui grossit les rangs des blogueurs assidus (toute la sainte journée ou la nuit) ? Eh bien, sachant qu'en principe la majorité des gens bossent en semaine, voilà le profil des assidus: Rmistes, chômeurs, handicapés, retraités, secrétaires, artistes en quête de, profs, collégiens, rentier solitaire...Toute catégorie citée qui a soit du temps devant soi, soit qui s'ennuie au boulot et cherche un dérivatif, voire encore, comme les profs, qui cherchent encore et toujours à transmettre en communiquant - et qui disposent de large vacation et vacances. En visitant les différents blogs, on s'aperçoit assez vite de la densité du contenu et donc du temps passé sur l'espace msn et cie, car la maintenance d'un blog c'est un vrai boulot, dès le petit matin... surveiller les stats... répondre aux coms... déposer ses propres coms chez les blogueurs amis ou listés, voire surfer à la conquête d'autres avenues du cyberespace. Oui, tout cela prend beaucoup de temps et ce n'est ni compatible avec une vie professionnelle pleine, ni avec une vie privée installée durablement - enfin, installée quoi.

Rien à voir avec le blog qui contient entre 10 et 20 billets; menue monnaie. Non, le blogueur pro. est un inactif social tout entier tourné vers son univers: ce "rien social". D'ailleurs, le blog moyen - blogueur actif social - au mois et encore, ne compte guère que quelques billets, puis les choses stagnent, quand elles ne s'arrêtent pas.

Alors, alors, l'univers du blog est avant tout dévolu aux chercheurs d'occupation; leurs délires à hauteur des 30 MO.

Le blogueur participe d'une euphorie collective et d'une illusion. Ici ou là, on traite de sujets de société souvent graves, qui captent et retiennent l'attention, moissonnent des coms aimables, tout de compassion face à l'engagement; plus loin, on parle du Sida, de la faim dans le monde, du Gothique, du libertinage, de l'humour, de la connerie... A cet autre carrefour, l'exhibitionnisme d'aucuns dévoile un cul, un bout de sein - promesse d'un autre possible -, sinon le portrait de famille: bébé, cousin, tante, grand-mère, etc. Partout, le slogan semble dire: "Ici, c'est pas comme ailleurs, c'est moi, ma vie, mon oeuvre."

Quant aux coms, rarement impertinents et sincères - sauf sur des espaces où le visiteur peut se lâcher - ils relèvent de la flatterie, de l'hypocrisie, voire de la connivence.

Je n'ai pas échappé, bien entendu, au rendu que je donne; j'ai choisi le parti des cons, et je ne me cache pas.

En tout état de cause, il y a une vraie frénésie du blogueur, une course vers lui-même par le reflet d'autres interposés, la résultante étant la vérification systématique des "stats", des gens, des noms qui passent, des coms, le pompon allant à l'affichage d'un compteur, l'anxiété virant alors à la " maniacocomptomanie".

Enfin, et c'est le pire, la délation existe, feutrée puis sournoise, de blog en blog, elle se déguise, se faufile et frappe; des blogs disparaissent: victimes de jalousie, haine et de cette arme puissante: l'adoration de soi, alias narcisse qui n'hésite pas à user des coups bas pour mieux exister. Triste guerre à coup de possession d'abonnement par FAI interposé, sous le prétexte fallacieux du : "A mon blog, je me dois! J'EXISTE!!!"

Permettez que je sois sceptique quant à la fraternité du web, et de l'humanité en générale.

C'était juste un billet, comme ça, pour la minute à vivre.

Je devais vous le dire.

Que faire? Rien. Continuer l'illusion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Forumeurdu60 Membre 10 179 messages
le gollum d' une femme précieuse‚
Posté(e)

Sacré pavé, je comprends mieux pourquoi j' ai arrêté mes études :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
goods Membre 9 981 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)

Que faire? Rien. Continuer l'illusion.

L'illusion d'exister ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Père Fonzie Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚ 35ans
Posté(e)
L'illusion d'exister ?

Question très pertinente soit, mais je crois que ce dont Indy veut parler, ce sont les rapports humains sur le net.

Il est vrai que si certains sont vrais, beaucoup ne sont qu'éphémères et donc par conséquent qu'illusions.

Modifié par Père Fonzie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 419 messages
Gonade Absolutrice‚
Posté(e)
L'illusion d'exister ?

L'illusion humaine. La parodie de communication. La mascarade des relations puissance net.

J'ai trouvé un moyen de vivre le net de façon constructive : humour et distance.

Parce que dès qu'on commence à prendre le vide au sérieux, on est dans la merde.

C'est bien aussi pour travailler, pour le recherche de données mais pas vraiment pour les relations. Pour les rencontres peut-être, mais une relation n'a de sens que dans le réel (et déjà que dans le réel, c'est parfois vide de sens).

Easy come, easy go, c'est la loi du net.

Demandez-vous ce qui vous resterait (ou ce que vous gagneriez) si on vous enlevait votre accès internet et vous saurez l'influence que ça a sur vous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SteCatherine Membre 1 327 messages
Femme Poulpeuse‚ 38ans
Posté(e)

J'aime le net, je ne m'en cache pas...je ne vais pas cracher sur cette véritable révolution technologique qui nous fait dire régulièrement, sérieusement , ironiquement ou désabusé "mais comment faisait on avant internet ?"

Que faisais je avant Internet ? Je passais de longues heures à dessiner dans ma chambre d'ado, à lire des comics ou des mangas, en regardant la télé ou en écoutant la radio, seule. J'avais une quinzaine de correspondants, des lettres qui s'accumulaient et je passais des heures à leur répondre. Quand ils habitaient près, on s'arrangeait des rencontres, mais ça restait limité parce qu'il n'y avait pas de "mise en commun" facilitée. Avant même le net, cette quête de réseaux existait : trouver des personnes partageant le même vécu ou la même passion...ça se faisait aussi avant, mais différemment.

Sur le net, j'ai créé plusieurs forums, dont deux toujours actifs malgré les années qui passent. J'ai rencontré des tas de gens, certains sont passés dans ma vie en météores, d'autres sont toujours là. J'ai voyagé. La SNCF dit merci à Internet : la Suisse, la Hollande, le fin fond de la Belgique, l'Alsace, la Normandie, Paris ... pour y retrouver des amies ou des amours. France Telecom a aussi profité pendant longtemps même si , aujourd'hui, il a fallu suivre les évolutions et revoir les prix à la baisse.

J'ai été dépendante d'un écran ou d'une connexion, à refuser des sorties ou des contacts réels pour ne pas m'éloigner du pc. J'ai eu peur de sortir et d'affronter le monde du dehors. J'ai vécu des passions virtuelles aussi violentes qu'ephemeres...(on est pas sérieuse quand on a vingt ans). J'ai été dépendante d'un lieu , à rester malgré les mauvaises ambiances, malgré les engueulades permanentes, malgré le fait de s'y sentir mal.

J'ai appris à aller voir ailleurs si l'herbe était plus verte, à relativiser beaucoup ces contacts virtuels, à toujours faire passer le réel avant, à ne pas m'enfoncer dans des débats stériles.

Je me suis passionné, j'ai ouvert un blog sur ma passion, un forum dérivé du blog, et même une boutique.

J'ai beaucoup débattu , croisé des gens avec des idées différentes, bien construites, qui ont contribué à forger ma perception du monde. J'ai été initiée à la politique que je boudais depuis ma plus tendre enfance, j'ai appris ce qu'était le féminisme, j'ai appris que militance n'était pas un gros mot et qu'on était pas plus ou moins aimé en ayant des convictions fortes, des dérapages , des coups de coeurs et de gueule. J'ai appris à me défendre.

J'ai découvert des films, des musiques , des livres , rapides d'accès , légalement ou pas. J'ai partagé mes émotions avec d'autres personnes et navigué sur leurs propres goûts pour forger les miens encore davantage.

J'ai parfois eu le sentiment de perdre beaucoup de temps et de voir ma vie s'écouler sans "vivre" mais je pense que je suis , de toute façon, une boulimique de vie, à défaut d'une boulimique d'actions. Sans internet, le temps "perdu" aurait sans doute été le même, mais en plus douloureux et plus lent ... j'aurais peut être rencontré des gens , mais moins, et pas forcément des personnes avec lesquels j'aurais noués de véritables liens. A l'heure actuelle, mon entourage est composé à 50% de personnes issues du net ( rencontrées bien sûr ) , lointaines peut être , mais de véritables amitiés forgées au fil du temps et malgré ces fameux kilomètres. Ca n'a pas de prix.

Ces amitiés sont en nombre ridicule par rapport aux personnes effectivement croisées sur le net. Mais dans la vie, c'est pareil ... qui sont les gens qui nous aiment vraiment et sur lesquelles on peut compter ?

Internet , c'est pas bien, c'est pas mal ...c'est ce qu'on en fait. Si j'ai perdu du temps parfois, si je me suis égarée dans des mauvais comportements et des débordements, c'était entièrement de ma faute...et parce qu'on apprend encore à gérer ce nouvel outil, nous sommes parfois dépassés par ce qui nous est offert.

Je crois que nous avons tous besoin d'apprendre à gérer tout ça à notre façon, en fonction de ce qui nous est le plus favorable, de ce qui correspond le plus à notre personnalité. Il n'y a pas de mode d'emploi de la vie virtuelle comme il ne peut y avoir de mode d'emploi de la vie en général ... étant plutôt solitaire et calme de nature, le net me convient très bien et me permet justement d'éviter l'enfermement total.

On a tous besoin de cette communication, ce contact avec l'autre. En cela, Internet est infiniment vivant. Il faut seulement ne pas oublier que nous sommes aussi des corps avec de nombreux sens qui ont besoin d'exister , de ressentir et de s'exprimer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Manager_ Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 29ans
Posté(e)

Alors internet, une ouverture plutôt qu'un enfermement sur soit ?!

J'ai le sentiment que cet outil marque un changement important dans la psychologie humaine, les rapports entre nous. Les relations semblent plus distantes en réel (dire Bonjour, c'est faire un effort), alors que comme Indy la souligné, sur internet, c'est tout le contraire. Les gens adoptent un comportement, qu'ils ont seulement pour des personnes très proches sentimentalement dans la réalité. Mais internt n'est pas désormais une réalité : rapport réel ou virtuel ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×