Faillite de L'école.


Louis de Montalte Membre 47 messages
Forumeur balbutiant‚ 107ans
Posté(e)

Depuis maintenant quarante

ans et sous l'égide des

enfants de Mai 68, une

grande innocente a été menée et par la

plus infâme bêtise d'une classe

politique décadente, vers un point de

non retour où une véritable mort

l'attendait, mort foudroyante,

spirituelle et morale : elle en est sortie

nouvelle, formatée à la glorification de

son échec, à l'assistanat de son

naufrage. Toute une jeunesse, à force de

réformes, devenues aujourd'hui les

stigmates de son mal, se voit réduite à

un lent accompagnement vers l'échec

scolaire, inéluctable agonie de la

fameuse et travestie « égalité des

chances » .

L'école républicaine de nos parents et grands-parents, austère et exigeante, s'est en effet vue troquée par d'obscurs cinoques, qui ont trouvé une bonne occasion de se venger de leurs aînés, en profanant le saint des saint, sans hésiter à dilapider l'avenir de leurs enfants, contre une affreuse communauté éducative, immergée dans le social, que

la bienpensance pédagogique a voulu rapprocher du monde des élèves, donnant sa préférence à l'internet aux

dépends des leçons de grammaires. L'ordinateur est un outil pour un individu déjà formé à la langue et il est

de plus nuisible à la l'attention et à la concentration d'un élève, d'où la nécessité de « débrancher » les écoles.

Et le français ?

« Un élève qui entre actuellement en

seconde a reçu [...] huit cents heures

de français de moins que son

homologue de 1976. »

La gangrène s'est ainsi étendue pas-à-pas. Un élève qui entre actuellement en seconde a reçu depuis les débuts de sa scolarité – tenez vous bien ! – huit cents heures de français de moins que son homologue de 1976,

(autrement dit, on entre aujourd'hui au lycée avec le niveau de fin cinquième de son aîné). Dans le primaire notons

aussi la réduction d'un tiers des horaires de français aux profits d'activités périscolaires de découverte

totalement inutiles, que l'on retrouve au collège et au lycée sous la forme des I.D.D. et des T.P.E.

Déficit des langues

Nous tenons en outre à aborder le sujet de la grande catastrophe linguistique qui est aujourd'hui sur le point de réduire à néant l'avenir de toute une génération, dans un monde ou l'ouverture et les contacts internationaux sont quasi-inévitables. Déstabilisés par d'innombrables réformes, toutes plus mauvaises les unes que les autres, un élève de première et de terminale bénéficie désormais de deux pauvres heures de langue vivante 2 et donc d'un niveau fort médiocre. En ajoutant à cela, l'abandon quasi-définitif du latin et du grec, nous nous retrouvons face à un péril d'autant plus dangereux que légitimé au nom d'une « égalité » qui a ostracisé sans vergogne une sélection

salutaire, qui permettait aux meilleurs éléments de s'épanouir en un milieu correspondant à la hauteur des attentes

de la France ; et aux moins bons d'éviter la sanglante épuration des

facultés. Le grand crime de la classe politique de ces quarante dernières années, a été de laisser croire aux

français qu'ils étaient tous géniaux, qu'ils avaient tous les même capacités d'exceller dans les plus nobles

domaines.

Une belle galéjade me direz-vous. Le niveau est donc tombé, au fil des années et dans toute les matières, en

des profondeurs abyssales; les fruits de cette horrible moisson sont désormais

là. Notre beau pays est devenu l'un des plus médiocres cancres de l'école européenne. Il est de ce fait

terriblement drôle d'observer les résultats prodigieux d'un bac qui, à la manière d'un paravent, obombre

l'atroce réalité du désastre de l'école. La plus noble langue de l'histoire de l'humanité s'est vue ravagée par le

monstrueux dialecte des banlieues qui doit être accepté et désormais défendu comme le fleuron du génie français, au nom de la tolérance; tout comme le rap et autres niaiseries qui ne peuvent être renvoyés à leurs places naturelles et qui enfoncent de ce fait, vers l'échec social et professionnel, ceux qui l'utilisent.

Cette vertigineuse descente vers la« médiocrité pour tous », étant d'autre part exacerbée par les différents

phénomènes de conformismes de groupe, où la bêtise ambiante oppresse et finit par convertir les restes d'une

intelligence dont les meilleurs éléments sont communément appelés les «

bouffons ».

Découvrir et non apprendre

L'école d'aujourd'hui est ainsi devenue celle de l'inculture, car trop spécialisée, elle a laissé de côté les

fondements même qui avaient fait son prestige. Cette erreur fondamentale a été soigneusement transformée en une

triomphale victoire de la bêtise collective, créatrice d'un art soit disant « nouveau », défendu au nom de la

tolérance, de la diversité. Dans ce schéma, le professeur ne doit plus être, le courrier d'un « essentiel » pourtant

basique, mais le gentil animateur ayant pour mission de transmettre quelques notions d'un programme en phase de

jeun intellectuel, adapté par dessus tout aux nouvelles moeurs, d'un temps invivable. Le mot d'ordre est

aujourd'hui de ne plus apprendre, mais de faire découvrir, voilà le scandale !

Mais c'est en apprenant, que l'élève sera poussé à découvrir. C'est pour cela que nous tenons ici à saluer les nombreux enseignants qui conscients de ce problème majeur, passent outre les nouvelles méthodes pour donner à

leurs élèves, dans un soucis de justice, les simples bases d'une bonne éducation.

Quel modèle pour l'élève ?

D'autre part, l'éviction de « l'Aidôs », au combien nécessaire à l'éducation d'un enfant, semble avoir

scellé la fin de la véritable et saine relation entre l'élève et le professeur, dans une société où l'enfant, ayant pour

modèle de réussite social le grand footballeur ou la star de télé-réalité (disons les choses: : la nullité aussi

brillante que provocatrice), n'accordera aucune admiration à un professeur sous-payé qui l'ennuyant, lui délivre un

savoir qu'il juge inutile. L'école d'aujourd'hui est ainsi devenue à l'image de notre société, hostile au travail, désireuse d'instantané et forme une jeunesse plate qui s'adonnent aux divertissements les plus bas, n'étant plus initiée aux arts d'expressions les plus nobles.

Louis De Montalte. Heil Christ!

Modifié par Louis de Montalte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

J'aime-toujours-pas. Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Ave, Louis De Montalte ! :smile2:

Modifié par J'aime-toujours-pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ptiwashou Membre 123 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

l'analyse est excellente mais manque de solutions, si il y-en a... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)

Le systeme democratique ne permet pas d'avoir des ecoles performantes. Le probleme est liee au faite que ce qui fait plaisir aux electeurs (les parents, les syndicalistes, etc ..) n'est pas necessairement ce qui est requis.

Les politiques adorent donner des objectifs chiffres (du genre 80 pourcents avec le bac, etc..) ce qui est louable. Cependant, cela se traduit par un nivellement par le bas de l'education parce qu'au bout du compte, il est illusoire de croire que 80 pourcents des Francais ont les facultees intellectuelles necessaires (c'est a dire que si au paravant il fallait avoir 110-120 de QI min pour avoir son bac, aujourdhui afin de laisser une chance a 80 pourcent des francais, il faudrait que le niveau soit abaisser a 85 de QI).

Un autre aspect c'est evidement l'immigration et l'inegalite sociale. On ne peut pas attendre d'un gamin ayant grandi dans une famille ne parlant pas le francais les meme capacite qu'un autre ayant grandi dans une famille francaise du type classe moyenne.

Enfin, le gout de l'effort a quasiment disparue. Donner des devoirs devient un sujet tabou et les parents s'inquiettent plus du poids des cartables que de l'education de leur mome.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
revevee42 Membre 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Que j'aime trouver de telles conneries, mises bout à bout comme ça!!! Ah! Ah! Ah! avant on n'était meilleurs!!!! Comme on n'étaient meilleurs jadis et comme ils sont mauvais maintenant!!!! Ou va l'homme? ( la femme aussi, faut pas croire!) L'élitisme!!! comme c'était bien... AH!!! ou va-t-on??? Et si l'on se posait le problème de l'homme? deux pattes et une tête???? Que faire? Ce que j'aime beaucoup, surtout c'est la référence au système démocratique, avec pleins de fotess d'ortografes!!!!

La démocratie c'est toi et moi qui pouvont nous exprimer! et dire ce qui est bien mal où (comme tu le fais, excuse moi pour le "tu") n'importe quoi"Amen sûrement tel que je crois te comprendre!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Ha ha, comment enfoncer au bazooka des portes tellement ouvertes qu'on se demandent si elles existent encore.

Ah, les jeunes...

"Heil Christ". J'en connais qui t'auraient collé des coups de paras dans la tronche pour avoir associé le Bâtard à cette expression.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant