Le seppuku japonais


Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Le "Harakiri", ou "Seppuku", n'est pas un suicide ordinaire.

C'est un acte honorifique prévu par un code spécifique d'une société.

Le "seppuku" est même organisé selon un certain rituel. ( D'ailleurs celui de l'image du guerrier se pourfandant de son sabre n'est pas bon, le "seppuku" est une coupure de l'abdomen dans le sens de la longeur puis une autre dans le sens de la largeur, et non pas une perforation. En plus, le "seppuku" se fait avec un tantô normalement. Il n'y a que sur le champ de bataille qu'il peut être exécuté d'une autre façon. )

C'est un geste symbolique qui est exécuté pour racheter ses fautes, lors d'un échec ou lorsqu'un guerrier refuse d'obéir à son suppérieur, considérent l'ordre comme immoral.

Suite au règne d'Ieyasu Tokugawa, le shogun, ou plus tard l'empereur, pouvait demander à l'un de ses vassals de se faire "seppuku" pour avoir été déshonnorant.

Etant un acte extrêment douloureux, il en existe une autre version moins honorable, ou le guerrier demande à un ami de lui trancher la tête.

Pour les femmes, le "seppuku" se fait en tranchant la carotide avec un tantô, car la femme n'a pas droit au mêmes honneurs que l'homme. Et le "seppuku" de la femme s'appelle "Jigai".

Sur ce point, c'est parce que normalement le "seppuku" est réservé aux guerriers ou à la limite au seigneurs.

La femme n'étant ni l'un ni l'autre (bien que l'on connaisse certaines femmes samouraï, la plus célèbre étant sûrement Tomoe Gozen), c'est pourquoi le "seppuku" lui est refusé.

Finalement, considérant que la femme pouvait avoir un honneur, on créa la cérémonie du "Jigai" pour les nobles, mais la femme guerrière étant trop rare pour être reconnue, on ne lui permet pas le "seppuku" violent et douloureux par les entrailles, c'est pourquoi elle se tranche la carotide.

Ce qui est étrange, c'est que l'on suppose que le "seppuku" est tiré d'une pratique chinoises qu'avaient les femmes.

En Chine, les femmes suspectées de porter l'enfant d'un autre homme que leur mari, lavaient leur déshonneur en s'ouvrant les entrailles à la façon du "seppuku" japonais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Au ïaido j'avais appris le kata du mec qui décapite le suicidé c'était assez fendard... haha!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yoannbzh Membre 11 670 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)

J'adore et tolère cette pratique, dites encore barbare pour nous occidentaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

C'est vrai que la pratique peut paraître barbare, surtout que le seppuku honorable vide le suicidé de ses entrailles et les met à la vue de tous. Mais chez les japonais, ce fait est un symbole de sincérité.

Pour ma part, j'ai toujours eu une opinion plutôt mauvaise vis à vis du suicide, le seppuku étant l'une des rares exeptions.

Néanmoins, on retrouve dans l'occident de l'antiquité une pratique du suicide quelque peu semblable au seppuku, a ceci près que le suicide chez les généraux romains n'étaient pas du tout aussi codifié.

Il consistait seulement à se pourfendre de son glaive pour essuyer le déshonneur de la défaite. De la même façon que chez les japonais, les moins courageux pouvaient demander à un ami de les pourfendre à leur place, mais pas de les décapiter.

C'est d'ailleurs ainsi que serait mort Marc-Antoine, le célèbre amant de Cléopâtre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yoannbzh Membre 11 670 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)

Kégéruniku 8 tu es très cultivé. Pour moi le seppuku est un acte noble, sincère, de loyauté. Mais que quelqu'un me le fasse à moi place me rendra moins loyal. Il y a aussi le shini-yubi (Doigt coupé)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
poupinou Membre 1 672 messages
Forumeur alchimiste‚ 55ans
Posté(e)

il me semble que le seppuku ne peut etre executer par le samourai sans l'autorisation de son seigneur

le seppuku est cencée racheter une faute pour avoir l'honneur sauf ,

si le seigneur juge que le samourai n'est pas assez honnorable ,il peut lui refuser le seppuku

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Poupinou, en fait le seppuku peut être exécuté sans autorisation du seigneur sur le champ de bataille ou si le guerrier désapprouve un ordre de son seigneur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
loccita Membre 33 messages
Forumeur balbutiant‚ 56ans
Posté(e)
Le "Harakiri", ou "Seppuku", n'est pas un suicide ordinaire.

C'est un acte honorifique prévu par un code spécifique d'une société.

Le "seppuku" est même organisé selon un certain rituel. ( D'ailleurs celui de l'image du guerrier se pourfandant de son sabre n'est pas bon, le "seppuku" est une coupure de l'abdomen dans le sens de la longeur puis une autre dans le sens de la largeur, et non pas une perforation. En plus, le "seppuku" se fait avec un tantô normalement. Il n'y a que sur le champ de bataille qu'il peut être exécuté d'une autre façon. )

C'est un geste symbolique qui est exécuté pour racheter ses fautes, lors d'un échec ou lorsqu'un guerrier refuse d'obéir à son suppérieur, considérent l'ordre comme immoral.

Suite au règne d'Ieyasu Tokugawa, le shogun, ou plus tard l'empereur, pouvait demander à l'un de ses vassals de se faire "seppuku" pour avoir été déshonnorant.

Etant un acte extrêment douloureux, il en existe une autre version moins honorable, ou le guerrier demande à un ami de lui trancher la tête.

Pour les femmes, le "seppuku" se fait en tranchant la carotide avec un tantô, car la femme n'a pas droit au mêmes honneurs que l'homme. Et le "seppuku" de la femme s'appelle "Jigai".

Sur ce point, c'est parce que normalement le "seppuku" est réservé aux guerriers ou à la limite au seigneurs.

La femme n'étant ni l'un ni l'autre (bien que l'on connaisse certaines femmes samouraï, la plus célèbre étant sûrement Tomoe Gozen), c'est pourquoi le "seppuku" lui est refusé.

Finalement, considérant que la femme pouvait avoir un honneur, on créa la cérémonie du "Jigai" pour les nobles, mais la femme guerrière étant trop rare pour être reconnue, on ne lui permet pas le "seppuku" violent et douloureux par les entrailles, c'est pourquoi elle se tranche la carotide.

Ce qui est étrange, c'est que l'on suppose que le "seppuku" est tiré d'une pratique chinoises qu'avaient les femmes.

En Chine, les femmes suspectées de porter l'enfant d'un autre homme que leur mari, lavaient leur déshonneur en s'ouvrant les entrailles à la façon du "seppuku" japonais.

:smile2: Vrai mais l'ami placé derrière sert surtout de soutient et peut trancher la tête s'il voit le suicidé flancher(hésitation,grimace de douleur trop voyante...) et ainsi risquer le déshonneur pour lui et sa famille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
usagi Membre+ 241 318 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)

:smile2: Hara kiri vendredi , dimanche pleurera ;);)

autre04yj7.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

les femmes devaient s'attacher les jambes afin que la mort ne les laisse pas dans june position deshonorante

j'avais lu une nouvelle japonaise ou un homme s'appliquait le seppuku, sa femme devait y assister et se faire jigai ensuite, c'est vraiment tres gore, mais quelle volonte pour aller jusqu'au bout!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant