Pourquoi encense-t-on le sport à ce point?

SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)
La méditation se fait avec l'esprit. Restons dans le sujet, non?

Bien, l'esprit est actif. Actif, tu en veux la définition ou ça ira ?

Note : le sport se fait également avec l'esprit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Black Survitual Membre 1 513 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
sport n.m. (mot anglais, de l'ancien français desport, amusement): ensemble des exercices physiques se présentant sous forme de jeux individuels ou collectifs, pouvant donner lieu à compétition et pratiqués en observant certaines règles ; chacun des formes de cet exercice.

source: Larousse

La méditation se fait avec l'esprit. Restons dans le sujet, non?

SN3TL est dans le sujet. L'utilisation des mots en philosophie n'est pas nécessairement limité par le dictionnaire usuel général... :snif:

B.S.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

BS, on est pas dans la rubrique Philosophie. C'est un débat général. Pas besoin de gueguerre sur la méditation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

Le sectarisme est cause de "gueguerre".

Un débat général est ouvert à tous, la philosophie n'est pas exclue.

Modifié par SN3 The last.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Il y a plusieurs débats, dans ce débat.

-Le sport pro et son écho au sein de la société.

-Le sport amateur en club ou comme activité régulière, organisée et son impact dans la vie personnelle et sociale.

-Le sport en tant qu'activité en elle-même.

Et peut-être d'autres... :snif:

-On encense le sport pro parce qu'il y a tout un effet d'idéalisation autour. Starisation, dramatique, publicité, marketing, effet d'annonce, paris. Même si les amateurs de foot sont nombreux, ils succombent aussi à tout ça, au même titre que ceux qui regardent le tennis juste l'été pour Roland-Garros ou le rugby juste quand c'est la coupe du monde. Bien ou mal, fédération des peuples dans un élan commun ou asservissement mercantile de la ferveur des masses ? Qu'en dire ?

-Ensuite, la mode de l'hygiénisme qui envahit nos quotidiens a élévé le sport en activité vertueuse, aussi bien sur un plan sanitaire (buvez, bougez, éliminez) que sur un plan mental (aiguiser son esprit de compétition, le goût de l'effort,...). Et on tombe souvent dans l'excès, puisse que le sport peut aussi être une passion. Lucidité scientifique sur l'entretien de notre mchine organique ou culte excessif du jeunisme absolu ?

-Je me place dans la catégorie sportif dilettante. Je vais courir de temps en temps parce que mon métier sédentaire m'oblige à un minimum d'entretien et que ça me défoule. Bon, en hiver ça caille et il pleut, donc je suis en mode restreint. :snif:

On l'encense parce que c'est plus simple de courir après la baballe que de lire Descartes ou de réfléchir sur des sujets philosophiques. Et il n'y a qu'à regarder le niveau intellectuel et culturel de nos chers compatriotes pour voir qu'ils n'ont aucun intérêt à mettre sur un piédestal, des disciplines dans lesquelles ils sont inexistants... :snif:

Les sportifs ne sont pas souvent des intellectuels. Ce n'est pas une légende. On ne peut pas se cultiver quand on passe son temps à lever de la fonte ou à multiplier les kilomètres à vélo. Tout individu "normal" peut évoluer dans le sport s'il s'en donne les moyens. Intellectuellement, efforts ou pas, il y a des privilégiés. Le sport donne une impression d'égalité...

Pour finir, les sportifs sont de vrais junkies. Au bout de 20 à 30 minutes d'efforts, le corps fabrique de la dopamine, des morphines naturelles et autres euphorisants, qui changent l'humeur, suppriment la douleur, et créent une accoutumance. Pas pour rien qu'ils ne peuvent plus s'en passer. C'est à prendre au premier degré, ils sont simplement en manque de ces substances et entrent dans un schéma où ils pratiquent plus pour en sécréter plus.

Je suis un peu effaré de ce cloisonnement. :snif:

Depuis quand un sportif ne peut pas être intellectuel et un intellectuel ne peut pas être sportif ? Je suis d'accord qu'il est extrêmement ardu de réfléchir à l'existentialisme en plein match de foot, mais il est aussi difficile de jongler au ballon en lisant un essai de sociologie.

Tout simplement, on ne fait pas les deux en même temps.

Réfléchir et s'activer, l'Homme l'a toujours fait. C'est même comme ça qu'on a évolué.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)
Je suis un peu effaré de ce cloisonnement. :snif:

Depuis quand un sportif ne peut pas être intellectuel et un intellectuel ne peut pas être sportif ? Je suis d'accord qu'il est extrêmement ardu de réfléchir à l'existentialisme en plein match de foot, mais il est aussi difficile de jongler au ballon en lisant un essai de sociologie.

Tout simplement, on ne fait pas les deux en même temps.

Réfléchir et s'activer, l'Homme l'a toujours fait. C'est même comme ça qu'on a évolué.

Je suis effaré de cette naïveté :snif:

Comme je l'ai expliqué plus loin, (encore faut-il lire l'ensemble), vu le peu de temps libre que les gens ont à disposition, il est tout simplement impossible de se cultiver et en même temps de devenir un sportif émérite. C'est une simple question de logique, pourtant ça vous semble si étrange...

"Réfléchir et s'activer, l'Homme l'a toujours fait"... Moui, disons que certains réfléchissent et d'autres s'activent, c'est plus juste. Il y a les cerveaux et les bras, ça a toujours été comme ça et ça sera toujours comme, pour la simple raison que dans une société, on distribue les rôles. Observer une fourmillière suffit à comprendre que l'ouvrière n'est pas la pondeuse et que le soldat n'est pas l'ouvrière. N'importe quelle société fonctionne de cette manière. Chez l'Homme, tout ça se reflète à la fois dans le monde professionnel et dans les loisirs.

J'attends toujours le champion olympique de natation, titulaire d'un doctorat en nanophysique :snif:

Est-il si difficile d'accepter qu'une simple limitation de temps interdit l'excellence dans deux domaines aussi différents que le sport et le travail intellectuel ?

Néanmoins, pour revenir sur la question d'origine, j'aimerais ajouter que tout le monde n'encense pas le sport, loin de là. En général, quand on parle des sportifs, les intellectuels esquissent un petit sourire, un peu comme lorsqu'on parle des Miss, considérées à tort ou à raison comme stupides. Ceux qui encensent le sport sont ceux qui ont des raisons de le faire : les pouvoirs publics notamment. Quoi de mieux que de médiatiser des activités censées socialiser et faire travailler en équipe ? Le sport est également censé enseigner des valeurs, abattre les différences sociales, bref, c'est un outil parfait pour la société et on en vient à lui donner une place qu'il ne mérite pas. Rien de mieux pour garder les moutons dans l'enclos.

Panem et circenses, disait Juvénal... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
schaller Membre 6 755 messages
...sur ou pas loin d'un ring!‚ 42ans
Posté(e)
Je sais bien que le sport c'est bon pour la santé, mais on peut aussi s'en passer. J'ai toujours eu dans mon entourage une majorité de gens qui disent que le sport c'est indispensable et qui finissent par mépriser ceux qui n'en font pas. Mon ex-mari passait plus de temps en salle de musculation qu'avec moi et pas question de faire du sport ensemble de toute façon. On m'a toujours pratiquement "reproché" de ne pas être sportive alors que ma santé et mon poids ne le rendaient pas indispensable.

...il me semble que dans le sujet du topique de lili ne parlait pas forcement de champion olympique de natation, titulaire d'un doctorat en nanophysique :snif: ,mais plutot pourquoi le sport etait il si prisé par le commun des mortels :snif:

schaller

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Comme je l'ai expliqué plus loin, (encore faut-il lire l'ensemble), vu le peu de temps libre que les gens ont à disposition, il est tout simplement impossible de se cultiver et en même temps de devenir un sportif émérite. C'est une simple question de logique, pourtant ça vous semble si étrange...

Je ne suis pas tout à fait convaincue. J'ai connu quelqu'un qui excellait dans n'importe quel sport ; il était prof d'EPS dans l'année... et médecin pendant ses vacances. Il suffit de définir ses priorités. Le temps que je passe sur le forum ne me cultive pas (même s'il m'apporte quelque chose) et je pourrais le consacrer à du sport (l'équivalent en temps donnerait forcément du sport intensif :snif: ). J'ai aussi en tête l'exemple d'un rugbyman du XV de France (passé commentateur après sa "retraite") qui était aussi médecin, mais je ne me rappelle plus de son nom. Ce qui était le cas d'une coureuse cycliste dont on a entendu parlé aux JO (pas la mémoire des noms, désolée).

Ces gens n'ont pas appris la médecine en dehors de leur travail, je te le concède, mais ce sont des études tueuses de temps libre, il me semble.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
schaller Membre 6 755 messages
...sur ou pas loin d'un ring!‚ 42ans
Posté(e)
J'ai aussi en tête l'exemple d'un rugbyman du XV de France (passé commentateur après sa "retraite") qui était aussi médecin, mais je ne me rappelle plus de son nom.

...serge simon :snif:

schaller

...de plus je me lève tous les matin vers 4h pour avaler environ dix bornes de footing et cela depuis plus de 15 ans ,sauf le dimanche et cela ne m'a pas empeché de faire des etudes mais je te le concède,je n'ai ete ni champion olympique ni titulaire d'un doctorat en nanophysique :snif: ,cela ne m'interessait pas :snif:

schaller

Modifié par schaller

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
...serge simon :snif:

schaller

merci :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

J'aime bien la musique... une autre ? Allez, un ancien sportif n'ayant jamais rien gagné tiens :

Putain, quels cons ces sportifs !

Modifié par SN3 The last.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
schaller Membre 6 755 messages
...sur ou pas loin d'un ring!‚ 42ans
Posté(e)

good,noah,un vrai guerrier pacifique :snif:

schaller

Modifié par schaller

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

Dans l'esprit il y a aussi Zinédine Zidane.

Un vrai con également. Quand on pense à tout ce qu'il aurait pu entreprendre s'il avait fait preuve d'une once d'intellect pendant sa carrière sportive... ça me laisse pantois !

Ah tiens, je pensais aussi à Bob Marley, pas très connu. S'il avait moins aimé le football ça lui aurait peut-être permis de faire une carrière artistique.

Parce qu'il faut bien comprendre que tous les sportifs ne se cultivent pas, peut pas tout faire non plus hein, c'est logique ! et c'est d'ailleurs bien pour ça qu'aucun ne se reconverti en fin de carrière, ils finissent tous clochards, n'avaient qu'à réfléchir avant ! :snif:

Modifié par SN3 The last.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)
Ces gens n'ont pas appris la médecine en dehors de leur travail, je te le concède
je n'ai ete ni champion olympique ni titulaire d'un doctorat en nanophysique

Tout est dit.

Je ne nie pas qu'il existe des gens cultivés et sportifs. Ce que je dis, c'est que les sportifs de haut niveau doivent se dédier à leur discipline pour maintenir ce niveau, et n'ont donc pas un quota temps suffisant pour se cultiver. De même, les bibliophiles et autres intellectuels dédaignent la plupart du temps les activités sportives et leur préfèrent un bon livre ou une émission culturelle.

Zidane, Manaudou, etc. Je ne pense pas me tromper en disant qu'ils ne sont pas connus pour leurs essais philosophiques. Tout comme Jean d'Ormesson, Sartre ou PPDA ne sont pas très connus pour leurs exploits sportifs. Tout simplement parce qu'on ne peut pas devenir un sportif de haut niveau en passant son temps assis à lire et inversement, on ne peut pas commenter ou contredire Kant en passant son temps à nager ou à courir.

L'intellectuel qui pratique son jogging du matin ou le sportif professionnel, qui se met un livre sous la dent de temps à autre, c'est une autre histoire. Ici, le sport devient un outil d'hygiène, de détente, tout comme la lecture devient un divertissement. Mais je doute qu'on puisse parler de "haut niveau" ou d'érudition pour le lecteur ou pour le sportif du dimanche.

Certes, en cherchant, on trouvera probablement des intellectuels sportifs de haut niveau, mais en général, je maintiens qu'on est soit l'un, soit l'autre. Et jusqu'à preuve du contraire, on ne peut pas généraliser sur des exceptions.

J'en arrive donc à deux constatations :

- On excelle dans un domaine à condition de s'y dédier,

- A titre de loisir, le manque de temps oblige à choisir entre sport et culture,

Ce qui me conforte dans mon idée d'origine : très difficile d'être un vrai sportif et un intellectuel.

Et c'est parce qu'il est plus facile de pratiquer un sport et d'avoir comme modèle un Zidane ou un Federer, que de se plonger dans la philo et d'idéaliser Descartes, que le sport est ainsi mis en valeur. Sans parler des "plus" qu'amène le sport et dont j'ai parlé plus haut : socialisation, disparition des inégalités sociales, apprentissage du travail d'équipe et des valeurs.

Ceci est juste mon avis. Je n'ai jamais dit que c'était "comme ça et pas autrement".

Modifié par Jadus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Je suis effaré de cette naïveté :snif:

Comme je l'ai expliqué plus loin, (encore faut-il lire l'ensemble), vu le peu de temps libre que les gens ont à disposition, il est tout simplement impossible de se cultiver et en même temps de devenir un sportif émérite. C'est une simple question de logique, pourtant ça vous semble si étrange...

"Réfléchir et s'activer, l'Homme l'a toujours fait"... Moui, disons que certains réfléchissent et d'autres s'activent, c'est plus juste. Il y a les cerveaux et les bras, ça a toujours été comme ça et ça sera toujours comme, pour la simple raison que dans une société, on distribue les rôles. Observer une fourmillière suffit à comprendre que l'ouvrière n'est pas la pondeuse et que le soldat n'est pas l'ouvrière. N'importe quelle société fonctionne de cette manière. Chez l'Homme, tout ça se reflète à la fois dans le monde professionnel et dans les loisirs.

J'attends toujours le champion olympique de natation, titulaire d'un doctorat en nanophysique :snif:

Je ne conçois même pas que l'on puisse envisager d'être sportif émérite ou grand savant sur son temps libre ! :snif:

(Tu mélanges l'investissement d'une vie et le loisir ! Le sport pro et le sport club. Tu mélanges aussi les différents niveaux de débats que j'ai essayé d'extirper.)

Un grand scientifique se limitera tout au plus à quelques matières spécifiques, de même qu'un grand sportif se consacrera à quelques disciplines précises, idem pour l'artiste.

Cela dit, entamer une carrière sportive ne signifie pas se couper de toute culture, de devenir un abruti. Pas même qu'un chercheur en génétique se verra gaulé comme une crevette. Lilian Thuram, pour prendre une exemple connu et parlant, m'a l'air d'un homme tout à fait cultivé. Les astronautes me semblent aussi des personnes aussi bien conditionnées physiquement que mentalement et intellectuellement.

Tout dépend du temps que l'on veut bien passer. A priori, la limite professionnelle à prendre en compte, on peut tout aussi bien se consacrer autant au sport dans une mesure honorable qu'à la philosophie, dans une mesure toute aussi honorable, ainsi qu'aux sciences et aux arts, voire à tout autre chose.

=======

Est-il si difficile d'accepter qu'une simple limitation de temps interdit l'excellence dans deux domaines aussi différents que le sport et le travail intellectuel ?

Cette limite interdit à priori la diversité d'excellence intellectuelle ou artistique. Néanmoins, certaines personnes écrasent les barrières et excellent dans des domaines divers et différents. Rappelons-nous De Vinci, l'assoiffé.

Néanmoins, pour revenir sur la question d'origine, j'aimerais ajouter que tout le monde n'encense pas le sport, loin de là. En général, quand on parle des sportifs, les intellectuels esquissent un petit sourire, un peu comme lorsqu'on parle des Miss, considérées à tort ou à raison comme stupides. Ceux qui encensent le sport sont ceux qui ont des raisons de le faire : les pouvoirs publics notamment. Quoi de mieux que de médiatiser des activités censées socialiser et faire travailler en équipe ? Le sport est également censé enseigner des valeurs, abattre les différences sociales, bref, c'est un outil parfait pour la société et on en vient à lui donner une place qu'il ne mérite pas. Rien de mieux pour garder les moutons dans l'enclos.

Panem et circenses, disait Juvénal... :snif:

Mens sana in corpore sano.

Le corps et le mental ont une relation interdépendante. A niveau personnel, il me semble dangereux de négliger l'un au profit de l'autre. C'est une interaction. Il faut aussi bien penser que ressentir. Le sport (activité physique) sert aussi à ça.

Pour moi, le sport au niveau personnel (intrinsèque, celui qu'on ressent dans sa chair) et le sport en tant que concept global (galvaudé, récupéré, mercantilisé et idéalisé) sont deux notions qui se heurtent durement.

De même que la notion de sociabilisation se heurte avec celle de la compétition.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)
Je ne conçois même pas que l'on puisse envisager d'être sportif émérite ou grand savant sur son temps libre ! :snif:

C'est exactement ce que j'ai dit dans mon dernier message : "Mais je doute qu'on puisse parler de "haut niveau" ou d'érudition pour le lecteur ou pour le sportif du dimanche." Mais que ce soit professionnellement ou à titre de loisir, il est difficile d'exceller dans le domaine opposé à celui que l'on a choisi. Un sportif professionnel ou un sportif du dimanche, manquera forcément de temps pour la culture. Inversement, l'intellectuel de profession ou celui du dimanche, sera tenté de profiter de son temps libre pour s'enrichir intellectuellement.

(Tu mélanges l'investissement d'une vie et le loisir ! Le sport pro et le sport club.

Non. L'investissement sportif, professionnel ou en tant que loisir, mène à la même chose à des degrés différents vu le temps dédié, c'est tout.

Un grand scientifique se limitera tout au plus à quelques matières spécifiques, de même qu'un grand sportif se consacrera à quelques disciplines précise, idem pour l'artiste.

D'où l'inévitable excellence dans un ou deux domaines, et l'inexistence totale dans d'autres. Je ne dis que ça.

Cela dit, entamer une carrière sportive ne signifie pas se couper de toute culture, de devenir un abruti

Devenir un abruti non, bien sûr. Mais avoue qu'en général, une carrière sportive laisse peu de temps pour se cultiver. Entre les entrainements, les déplacements, les compétitions, les préparations etc.

Les astronautes me semblent aussi des personnes aussi bien conditionnées physiquement que mentalement et intellectuellement.

Ces gens sont formés physiquement et intellectuellement par obligation et non par choix. On est loin de ce dont nous parlions et du choix personnel de se dédier au sport ou à la culture.

Tout dépend du temps que l'on veut bien passer. A priori, la limite professionnelle à prendre en compte, on peut tout aussi bien se consacrer autant au sport dans une mesure honorable qu'à la philosophie, dans une mesure tout aussi honorable, ainsi qu'aux sciences et aux arts, voire à tout autre chose.

Facile à dire, dans les faits, on le voit rarement. Et si c'est le cas, inutile de dire que les résultats seront divisés par deux dans les deux disciplines. On en revient au choix d'être excellent en un domaine ou médiocre partout.

Cette limite interdit à priori la diversité d'excellence intellectuelle ou artistique. Néanmoins, certaines personnes écrasent les barrières et excellent dans des domaines divers et différents. Rappelons-nous De Vinci, l'assoiffé.

De Vinci est toujours resté dans les domaines de la création scientifique et artistique, sous diverses formes, mais toujours dans la création. Je ne me souviens pas de ses exploits sportifs, mais je peux me tromper...

Le corps et le mental ont une relation interdépendante. A niveau personnel, il me semble dangereux de négliger l'un au profit de l'autre. C'est une interaction. Il faut aussi bien penser que ressentir. Le sport (activité physique) sert aussi à ça.

C'est certain, mais en général, on est attiré par l'un ou par l'autre.

Au final, nous ne disons rien de très différent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

* Interlude publicitaire*

Messieurs les sportifs,

Vous êtes cordialement et avidement invités à participer au Wet White Boxer Contest 2008.

C'est comme si vous participiez aux J.O mais en mieux!

Muscles, membre, concentration, sueur, rigueur, athlétisme et esthétisme vous attendent!

Venez nombreux tenter ce nouveau sport pour notre votre plaisir!

Sportivement votres,

Elaïs et toutes les forumeuses

5e81dece7a57f0c33a69741ebb5fc780.jpg

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Au final, nous ne disons rien de très différent.

Si ? Dans le fond, il y a cette notion d'exclusivité dans ton discours, avec laquelle je ne suis pas d'accord.

Ce "tout ou rien".

Tout d'abord, l'excellence est le travail d'une vie mais il n'est jamais exclu que des gens stimulés atteignent l'excellence dans plusieurs domaines. Ensuite, carrière et compétition sont autre chose.

En culture, quel est le dégré d'excellence ? A t-on besoin de rédiger un essai pour prétendre au titre de personne cultivée ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant