Un nouveau drame relance le débat sur l'euthanasie

Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)
Indécent ? Le monde oui est indécent, les médecins sont formés à faire du chiffre depuis plus d'une décennie, les pharmaciens ne sont plus que des commerçants de produits industriels,

les hôpitaux sont devenus des entreprises où le patient est un cobaye ... des firmes pharmaceutiques !

Nous ne sommes pas au pays des bisounours mais dans un monde où le profit et la corruption règnent ...

Ne pas confondre :

1) direction de l'hôpital

et

2) personnel médical de l'hôpital

Ce sont deux mondes différents. L'un a une motivation économique, l'autre davantage médicale. Ta réduction du monde de l'hôpital ne reflète en rien la réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité australometheque
Invité australometheque Invités 0 message
Posté(e)
:cray: Ils touchent un salaire dites moi ? Si c'est le cas faites en sorte de le leur retirer et observez leur réaction !

Si médecins et infirmières exercent leur métier par vocation ils sont une poignée ... que des êtres humains aient de la compassion ou de la pitié je n'en doute pas non plus mais ...

ne nous leurrons pas, institutionnaliser la mort c'est obligatoirement l'industrialiser et en faire profit !

:p Je dirais que t'as 20 ans d'avance Michael.

On en est pas encore là, mais on y court, et à grand pas.

Les vocations sont des palliatifs, les placebos d'une raison bien moins noble, qui est le désir de pouvoir, la possibilité d'exprimer une domination poisseuse et non assumée sur l'autre, la maitrise mystifiante de la vie. C'est ça la médecine, la saleté au service des gens, la sublimation d'une ombrelette bien reniée et bien terrifiante. Ce pouvoir absolu (ou au moins son illusion) c'est un truc qui changera jamais, c'est comme ça, c'est pratiquement archétypique ;)

Après c'est pas incompatible avec de la compassion ou de l'empathie, bien au contraire, c'est même presque indissociable. En fait la place du fric la dedans est surévalué, le fric on y pense dans des projections futuristes de confort, mais le truc cosmique qui te pousse à la médecine c'est pas ça, ça ne peut pas l'être d'ailleurs, si on analyse la courbe salaire/cosmos :o :p

Le fric c'est après qu'il vient foutre la merde.

:p Ce dont la médecine est capable de faire aujourd'hui est à des années lumières de ce dont elle était capable de faire ne serait-ce qu'au début du 20ème siècle !

La technologie ne cesse elle d'évoluer au point qu'on en fait bien souvent n'importe quoi dans bien des domaines !

:p

C'est l'art de la médecine qui a régressé, la clinique. Comme en musique, aujourd'hui on peut faire n'importe quel son avec un clic de souris, l'accès est donc de plus en plus simple et masque certaines exigences pourtant fondamentales. La médecine c'est pareil, plein de nouvelles technologies sauvent des gens, sont même très solides pour certaines investigations cliniques, mais rien ne remplace le savoir absolu humain, l'intuition du clinicien. Sachant en plus que ces technologies peuvent être très chères et sont employées plus selon un protocole financier que médical. Maintenant on forme à la chimie, à la physique nucléaire, à la physiologie, et on oubli un peu de bosser le diagno. Enfin c'est pas totalement vrai, mais la tournure que prend l'enseignement est inquiétante.

Après il y a aussi le poids financier qui pèse sur certains soignants, l'ambivalence médico/économique, qui peut très facilement dériver. Pour ça que beaucoup parlent de combat perdu d'avance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)
Les vocations sont des palliatifs, les placebos d'une raison bien moins noble, qui est le désir de pouvoir, la possibilité d'exprimer une domination poisseuse et non assumée sur l'autre, la maitrise mystifiante de la vie. C'est ça la médecine, la saleté au service des gens, la sublimation d'une ombrelette bien reniée et bien terrifiante.

D'après ce que je peux voir, tu as dix-neuf ans, tu es donc en plein santé, tu peux encore faire des courses à pieds, manger des fraises sans te soucier de ton cholestérol, repousser à quelques années la pose de ta prothèse de hanche et de ton peace-maker.

Quand, dans trente ou quarante ans, la médecine... pardon "la saleté au service des gens" t'auras sauvé de ton infarctus, de ton AVC ou de ton anévrisme, que les médecins (en fait les radiologues, mais c'est pas grave... sont médecins quand même, la seule différence c'est qu'ils t'opéreront pas...) auront pu déceler grâce à l'imagerie médicale que tu sembles abhorrer, on verra encore si tu dis que c'est de la saleté, quand tu pourras de nouveau serrer tes enfants dans tes bras.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Encéphale Membre 4 473 messages
Forumeur alchimiste‚ 104ans
Posté(e)
Quand, dans trente ou quarante ans, la médecine... pardon "la saleté au service des gens" t'auras sauvé de ton infarctus, de ton AVC ou de ton anévrisme, que les médecins (en fait les radiologues, mais c'est pas grave... sont médecins quand même, la seule différence c'est qu'ils t'opéreront pas...) auront pu déceler grâce à l'imagerie médicale que tu sembles abhorrer, on verra encore si tu dis que c'est de la saleté, quand tu pourras de nouveau serrer tes enfants dans tes bras.

Ce n'est pas pour autant que les motivations ne sont pas pour le moins douteuse ......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enchantant Membre 5 658 messages
Forumeur confit‚
Posté(e)
D'après ce que je peux voir, tu as dix-neuf ans, tu es donc en plein santé, tu peux encore faire des courses à pieds, manger des fraises sans te soucier de ton cholestérol, repousser à quelques années la pose de ta prothèse de hanche et de ton peace-maker.

Quand, dans trente ou quarante ans, la médecine... pardon "la saleté au service des gens" t'auras sauvé de ton infarctus, de ton AVC ou de ton anévrisme, que les médecins (en fait les radiologues, mais c'est pas grave... sont médecins quand même, la seule différence c'est qu'ils t'opéreront pas...) auront pu déceler grâce à l'imagerie médicale que tu sembles abhorrer, on verra encore si tu dis que c'est de la saleté, quand tu pourras de nouveau serrer tes enfants dans tes bras.

:cray:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enchantant Membre 5 658 messages
Forumeur confit‚
Posté(e)
42d981d0-696c-11dd-904d-167343611ab3.jpg

Un nouveau drame relance le débat sur l'euthanasie

Jeudi 14 Août - 14:48

Lourdement handicapé, Rémy, 23 ans, a mis fin a ses jours après avoir écrit à Nicolas Sarkozy pour lui demander le droit au suicide assisté.

"Son suicide a été mûrement réfléchi. Le jeune Rémy s'est installé dans sa chambre, a pris une surdose de médicaments et s'est éteint. Un geste dont il espérait qu'il relance le débat sur l'euthanasie, comme il l'a indiqué dans un court message enregistré laissé à ses parents.

C'est dimanche dernier à Valmondois (Val-d'Oise), dans le logement familial, que ces derniers ont découvert le corps sans vie de leur fils de 23 ans, atteint d'une maladie orpheline dégénérative depuis l'âge de 6 ans. «Rémy nous disait : "Tant que je marcherai je vivrai." Or depuis quelques mois, il ne pouvait plus se servir de ses jambes et il souffrait terriblement», raconte son père, Jean-Pierre Salvat, qui a toujours soutenu le combat de son fils en faveur de l'euthanasie.

En mai dernier, Rémy avait d'ailleurs écrit à Nicolas Sarkozy pour lui demander de changer la législation existante. «Comme Vincent Humbert, je demande qu'on me permette de mourir pour me libérer de mes souffrances», avait-il indiqué avant de poursuivre : «Je sais qu'en France, il n'y a pas de loi qui permette aux équipes médicales de pratiquer l'euthanasie. éa m'empêche de vivre en paix¿ (¿) Il faut que la loi change !» La supplique du jeune handicapé s'achevait en ces termes : «Le problème est que vous, monsieur Nicolas Sarkozy, vous ne voulez pas en entendre parler. Moi, Rémy Salvat, je vous demande de laisser de côté votre avis personnel et d'arrêter d'être sourd. Vous le pouvez si vous êtes le président de tous les Français.»

«Ne pas devenir un légume»

Dans un courrier reçu le 6 août dernier et fidèle à la ligne de conduite de la présidence de la République sur le sujet, Nicolas Sarkozy a expliqué au jeune homme : «Pour des raisons philosophiques personnelles, je crois qu'il ne nous appartient pas, que nous n'avons pas le droit, d'interrompre volontairement la vie.» Puis, le chef d'état lui a rappelé quelles étaient, selon lui, les priorités dans ce domaine : «Je voudrais que soit privilégié le dialogue au chevet du malade, entre lui-même, le médecin et la famille, en toute humanité afin que soit trouvée la solution la plus adaptée à chaque situation.» Une phrase qui fait référence au projet de développement des soins palliatifs en France..."

Suite de l'article

Source: Le Figaro

Quand les bornes sont dépassées, il n'y a plus de limites.

Cela peut sembler comique certainement, mais en fait pas tant que cela.

Certes le grand principe auquel le plus grand nombre s'accorde, « tu ne tueras point » est bafoué en permanence, partout et tous les jours dans le monde.

Cela justifie t il pour autant, de multiplier les exceptions à cette règle au prétexte d'aménagement particulier pour chacun, avec le risque d'abus et de dérives de toute sorte, pour des raisons d'héritage, de succession, de biens ou de valeurs matériels à récupérer.

L'argument en fin de vie des souffrances atroces n'est pas recevable, puisque la médecine à tous les moyens possible et inimaginable pour s'affranchir de cela, notamment en empoisonnant légalement le malade avec des doses de morphines.

Dans le principe, plus on autorise d'exception à une règle, plus sa pertinence décroît, ayant pour conséquence de faire disparaitre très vite dans tous les esprits, les raisons même de l'existence de la règle en question.

Certains pays voisins et amis, au nom de l'efficience économique et des affaires sonnantes et trébuchantes, proposent à ceux qui le souhaitent de disparaitre de cette façon là, rien ne vous empêche de solliciter leur service s'il s'agit de vous mêmes.

Sommes-nous des moutons de panurges et devrions-nous suivre systématiquement ce qui se fait chez certains de nos voisins?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité merle
Invité merle Invités 0 message
Posté(e)

petit sujet de réflexion:

Nul n'est sur d'échapper aux maladies les plus graves, les plus handicapantes ou générant le plus de souffrances

et un jour

une de ces personnes, croyantes, moralisatrices, rigides

atteinte d'une maladie dégénérative ou grave à l'issue de toute façon fatale

suppliera qu'on lui accorde une mort miséricordieuse

qui lui sera refusée

au vu de lois non votées et contre lesquelles elle s'est battue dans le passé...

Je trouve abominable que les moralisateurs, les grenouilles de bénitiers, décident ainsi du sort des autres et les obligent à des actes désespérés...

du genre suicide toi et ferme ta gueule....

C'est cela la compassion?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Canonas Membre 900 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)
42d981d0-696c-11dd-904d-167343611ab3.jpg

Un nouveau drame relance le débat sur l'euthanasie

Jeudi 14 Août - 14:48

Lourdement handicapé, Rémy, 23 ans, a mis fin a ses jours après avoir écrit à Nicolas Sarkozy pour lui demander le droit au suicide assisté.

"Son suicide a été mûrement réfléchi. Le jeune Rémy s'est installé dans sa chambre, a pris une surdose de médicaments et s'est éteint. Un geste dont il espérait qu'il relance le débat sur l'euthanasie, comme il l'a indiqué dans un court message enregistré laissé à ses parents.

C'est dimanche dernier à Valmondois (Val-d'Oise), dans le logement familial, que ces derniers ont découvert le corps sans vie de leur fils de 23 ans, atteint d'une maladie orpheline dégénérative depuis l'âge de 6 ans. «Rémy nous disait : "Tant que je marcherai je vivrai." Or depuis quelques mois, il ne pouvait plus se servir de ses jambes et il souffrait terriblement», raconte son père, Jean-Pierre Salvat, qui a toujours soutenu le combat de son fils en faveur de l'euthanasie.

En mai dernier, Rémy avait d'ailleurs écrit à Nicolas Sarkozy pour lui demander de changer la législation existante. «Comme Vincent Humbert, je demande qu'on me permette de mourir pour me libérer de mes souffrances», avait-il indiqué avant de poursuivre : «Je sais qu'en France, il n'y a pas de loi qui permette aux équipes médicales de pratiquer l'euthanasie. éa m'empêche de vivre en paix¿ (¿) Il faut que la loi change !» La supplique du jeune handicapé s'achevait en ces termes : «Le problème est que vous, monsieur Nicolas Sarkozy, vous ne voulez pas en entendre parler. Moi, Rémy Salvat, je vous demande de laisser de côté votre avis personnel et d'arrêter d'être sourd. Vous le pouvez si vous êtes le président de tous les Français.»

«Ne pas devenir un légume»

Dans un courrier reçu le 6 août dernier et fidèle à la ligne de conduite de la présidence de la République sur le sujet, Nicolas Sarkozy a expliqué au jeune homme : «Pour des raisons philosophiques personnelles, je crois qu'il ne nous appartient pas, que nous n'avons pas le droit, d'interrompre volontairement la vie.» Puis, le chef d'état lui a rappelé quelles étaient, selon lui, les priorités dans ce domaine : «Je voudrais que soit privilégié le dialogue au chevet du malade, entre lui-même, le médecin et la famille, en toute humanité afin que soit trouvée la solution la plus adaptée à chaque situation.» Une phrase qui fait référence au projet de développement des soins palliatifs en France..."

Suite de l'article

Source: Le Figaro

Il n'est pas facile en tant que président de prendre une telle décision. C'est une énorme responsabilité qu'un homme (président ou pas) n'a pas à endosser, c'est trop lourd à porter. En cas de dérives, c'est sur sa gueule que ça va retomber, comment avoir la conscience tranquille avec ça ? C'est une loi qui, si elle doit être votée, doit provenir d'un accord commun de plusieurs personnes et dont le président ne doit pas être la personne qui tranche comme un roi qui aurait tout pouvoir¿ Si cette loi est très difficile à mettre en place c'est parce qu'on ne sait pas où commence la légitimité de bénéficier de l'euthanasie. Doit-on être en fin de vie ? Le handicap suffit-il à être candidat ? Doit-il être cumulé avec la douleur ? La totale dépendance est-elle un critère assez fort pour y avoir droit ? ... Où mettre les frontières ? Il est évident que celles-ci risqueraient d'être facilement atteintes selon la subjectivité du malade, de l'entourage et même du personnel soignant (en admettant que tous ne se préoccupent que du bien du malade). Nous sommes tellement différents face à notre tolérance à la souffrance, à la douleur, à l'invalidité¿ qu'il n'est pas raisonnable d'établir une loi commune à tous.

Nous voyons des handicapés réussir dans des sports de haut niveaux alors que d'autres se sont suicidés. Il est très difficile comme dans le cas du jeune ici, de répondre favorablement à la demande d'euthanasie quand le malade est capable de mettre fin à ses jours tout seul¿, on n'est pas ici dans le cas de figure d'une aide indispensable parce que le malade est complètement dépendant... (Personnellement, si cela m'arrive, je préfère me suicider toute seule plutôt que de mettre ce poids sur le dos de mes proches ou même des médecins, infirmières¿ qui peuvent eux aussi culpabiliser). Une loi permettant cela peut forcer la main de parents qui, plutôt que d'aider à sortir d'une dépression leur enfant qui demande d'en finir, seraient encouragés à mettre définitivement fin à ses souffrances alors que le malade aurait plutôt besoin d'un soutien psychologique, d'un nouveau traitement¿ Ce qui pose question face à une telle demande, c'est de savoir si toute personne désirant se suicider (puisqu'il y a toujours une grande souffrance derrière, même chez ces ados mal dans leur peau qui traversent une passe difficile) doit légitiment être aidée à en finir ??? Personnellement, je ne me sens pas du tout le droit d'aider à celà avant que le malade ait bénéficié de tout ce qui existe, à commencer par les soins palliatifs. On est déjà là en pleine dérive...

Quand les malades sont vraiment en fin de vie, que les soins palliatifs ne parviennent pas à les soulager et qu'ils supplient d'abréger leurs souffrances, c'est totalement différent.

Autant dans le premier cas, il reste encore un espoir de soulagement, autant dans le deuxième, il n'y a plus rien à espérer¿

D'après ce que je lis ici et là, si l'euthanasie s'avère être un acte de compassion et la meilleure solution dans les cas désespérés, j'ai bien peur que certains soient un peu trop expéditifs et qu'ils la préconisent un peu à la légère. C'est bien pour cela qu'il est si difficile de faire voter une telle loi, il y a bien un réel danger¿

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ame errante Membre 11 839 messages
La main qui mord‚ 36ans
Posté(e)
Bonjour,

Allons voyons, il est mort sans l'aide du président, ça montre bien qu'il pouvait prendre la sortie sans lui !

Toute personne déterminée arrive à ses fins ! Il a atteint son objectif, il a réussi soyons heureux pour lui ! :cray:

Bonne journée.

Tout à fait...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
La liberté des gens et leurs souffrances aussi hein...

Faut pas croire que tout passe par l'argent non plus. Sans être naïf, faudrait juste arrêter d'être hypocrite.

Ma cousine infirmiére en France a déjà euthanasié des gens mais comme c'est illégal je te prie de croire que tout est fait pour s'assurer que le type est incurable et qu'il veut VRAIMENT mourir

Renseigne-toi sur les tarifs de l'assoc Dignitas , je suis pas sûr que tu puisses t'offrir leurs services , ils t'enfoncent la seringue mais ne crois surtout pas que c'est gratuit et par bonté d'âme

Le cercueil est non compris dans le tarif , c'est toujours bon à savoir

Ce qui me fout en rage , c'est que ces assocs vont racoler des mourants pour leur servir de vitrine , ils peuvent même pas les laisser mourir en paix, faut qu'elles s'en servent pour leur permettre de faire leur commerce en France

Ils font même du racolage dans une pub qui passait sur le net , ça me rend malade ce genre de chose

Dans certains pays où c'est légal , l'euthanasie s'étend aux dépressions et aux schizophrénies, on rigole on rigole

Y'a même eu des kits un temps vendus dans certains pays pour t'euthanasier ,quasiment n'importe qui pouvait les acheter , si tu voulais faire mourir mamie plus vite c'était le moment d'acheter le kit , tu pouvais toujours dire qu'elle voulait mourir , va prouver le contraire .... C'est impossible à prouver.

Modifié par saint thomas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité AxelLeBriac
Invité AxelLeBriac Invités 0 message
Posté(e)

Bonsoir,

Quand les bornes sont dépassées, il n'y a plus de limites.

Cela peut sembler comique certainement, mais en fait pas tant que cela.

Certes le grand principe auquel le plus grand nombre s'accorde, « tu ne tueras point » est bafoué en permanence, partout et tous les jours dans le monde.

Cela justifie t il pour autant, de multiplier les exceptions à cette règle au prétexte d'aménagement particulier pour chacun, avec le risque d'abus et de dérives de toute sorte, pour des raisons d'héritage, de succession, de biens ou de valeurs matériels à récupérer.

L'argument en fin de vie des souffrances atroces n'est pas recevable, puisque la médecine à tous les moyens possible et inimaginable pour s'affranchir de cela, notamment en empoisonnant légalement le malade avec des doses de morphines.

Dans le principe, plus on autorise d'exception à une règle, plus sa pertinence décroît, ayant pour conséquence de faire disparaitre très vite dans tous les esprits, les raisons même de l'existence de la règle en question.

Certains pays voisins et amis, au nom de l'efficience économique et des affaires sonnantes et trébuchantes, proposent à ceux qui le souhaitent de disparaitre de cette façon là, rien ne vous empêche de solliciter leur service s'il s'agit de vous mêmes.

Sommes-nous des moutons de panurges et devrions-nous suivre systématiquement ce qui se fait chez certains de nos voisins?

:cray: Exactement ... vous ouvrez une porte et c'est le monde qui s'y engouffre ! L'euthanasie ne peut pas s'envisager sans les dérives ! Et celles-ci sont de taille !

Nul n'est sur d'échapper aux maladies les plus graves, les plus handicapantes ou générant le plus de souffrances

et un jour

une de ces personnes, croyantes, moralisatrices, rigides

atteinte d'une maladie dégénérative ou grave à l'issue de toute façon fatale

suppliera qu'on lui accorde une mort miséricordieuse

qui lui sera refusée

au vu de lois non votées et contre lesquelles elle s'est battue dans le passé...

Je trouve abominable que les moralisateurs, les grenouilles de bénitiers, décident ainsi du sort des autres et les obligent à des actes désespérés...

du genre suicide toi et ferme ta gueule....

C'est cela la compassion?

Que dire de celles et ceux qui seront tués sans leur consentement ? Il sera trop tard pour avoir de la compassion !

Sans la loi on arrive déjà pas à faire le ménage si vous ouvrez ne serait-ce qu'une brèche la tentation va être grande pour les gens sans scrupules !

Dans certains pays où c'est légal , l'euthanasie s'étend aux dépressions et aux schizophrénies, on rigole on rigole

Y'a même eu des kits un temps vendus dans certains pays pour t'euthanasier ,quasiment n'importe qui pouvait les acheter , si tu voulais faire mourir mamie plus vite c'était le moment d'acheter le kit , tu pouvais toujours dire qu'elle voulait mourir , va prouver le contraire .... C'est impossible à prouver.

:o Oui et le monde va déjà droit dans le mur ... pourquoi voter une loi qui irait encore dans ce sens ? C'est absurde et dangereux !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

l'euthanasie c'est lucratif , faut jamais perdre ça de vue quand on voit des clips d'assocs utilisant des malades à leur profit et des histoires à faire pleurer

Les malades militants ONT TOUJOURS UNE ASSOC DERRIERE pour leur bourrer le mou

C'est toujours étudié et les cas pris par ces assocs sont toujours choisis avec soins

De grands professionnels

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité australometheque
Invité australometheque Invités 0 message
Posté(e)
D'après ce que je peux voir, tu as dix-neuf ans, tu es donc en plein santé, tu peux encore faire des courses à pieds, manger des fraises sans te soucier de ton cholestérol, repousser à quelques années la pose de ta prothèse de hanche et de ton peace-maker.

Quand, dans trente ou quarante ans, la médecine... pardon "la saleté au service des gens" t'auras sauvé de ton infarctus, de ton AVC ou de ton anévrisme, que les médecins (en fait les radiologues, mais c'est pas grave... sont médecins quand même, la seule différence c'est qu'ils t'opéreront pas...) auront pu déceler grâce à l'imagerie médicale que tu sembles abhorrer, on verra encore si tu dis que c'est de la saleté, quand tu pourras de nouveau serrer tes enfants dans tes bras.

Ok c'est cool, sauf que tu parles pas du tout de la même chose :p :cray:

Je dis juste que ces vocations répondent à un instinct féroce de pouvoir, celui de maitriser la vie (toute proportion gardée), que l'énergie qui pousse à la médecine est humainement répugnante et lâchement non assumée, qu'elle est corrélée à la place universelle et intemporelle du médecin dans la société. C'est comme ça, et heureusement que c'est comme ça, sinon les médecins seraient fous et ne pourraient pas supporter ce qu'ils vivent quotidiennement, il y a un équilibre cosmique et ombresque :o une parfaite balance des contraires dirait l'autre couillon de suisse.

Et puis c'est pas l'imagerie le problème, c'est de croire qu'elle pallie à une bonne investigation clinique, ce qui est trop récurrent dans la médecine aujourd'hui, et qui est directement lié à la médecine buisness (qui est bien loin d'être l'apanage des administrations). Bref pas de jugement de valeur dans mon post, juste une petite (auto) observation cynique et enfantine :p :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant