Quand le train crée des liens


Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
train___article.jpg

Quand le train crée des liens


Dimanche 29 Juin - 11:45

Pour ceux qui, tous les jours, prennent le même train à la même heure, le temps du transport devient celui d'une deuxième vie, tissée de menus plaisirs et d'affinités. Voyage en compagnie des habitués du Fontainebleau-Paris





Gare de Fontainebleau, à soixante kilomètres de Paris, 8h du matin. Le quai est noir de monde. Les voyageurs occasionnels restent dans leur coin. Les habitués, eux, sortes d'experts du train, qui connaissent les bons wagons, les sièges les moins défoncés, la voiture stoppant près de la bouche de métro... -, sont sur le pied de guerre.

Certains, comme Jean, en sont à leur quarantième année de train. Nathalie en affiche quatorze. Elle a rencontré sa meilleure amie grâce à François, un «confrère» de la ligne Fontainebleau-Paris. Ce week-end, ils vont faire la fête avec un ancien «lignard» parti vivre en Espagne et qui revient les voir. Dès que la motrice entre en gare, les pros passent à l'attaque. Ils grimpent prestement à l'étage («C'est là qu'on est le plus confortablement installé») et prennent place sur «leur» banquette. Mines réjouies, bises, saluts à la cantonade... Les «comment ça va depuis hier?» fusent. C'est parti pour quarante-cinq minutes de rigolade et de papotage. Certains jours, il y en a qui trouvent le voyage trop court: «L'ambiance entre nous, ça ne se compare à rien d'autre.»

Une autre vie
L'ethnologue Marc Augé dit que les transports incarnent souvent des «non-lieux». Alors que, pour beaucoup, la voiture représente une bulle, sorte d'excroissance de la maison, les transports publics feraient de leurs usagers des «non-êtres», indifférenciés socialement. «Sauf que le train, tous les jours avec les mêmes personnes, c'est le contraire du métro: les barrières tombent et on échange vraiment entre nous», explique Jean, statisticien de 70 ans, toujours actif et accro au Fontainebleau-Paris.

Contrairement à ce que les non-initiés s'imaginent, le temps du transport ne tient pas forcément du cauchemar pour les banlieusards. é l'instar de tous ceux qui n'ont pas le choix du tempo de leur vie, ils sont nombreux à résister, à transformer la contrainte en plaisir, à profiter de ce temps «inutile» pour y introduire de petits bonheurs.




Christilla Pellé-Douël
Suite de l'article...
Source: Le Matin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

puceau Membre 4 484 messages
Allez à Jactaès ou vers Saint Gétorix,c'est beau!‚ 72ans
Posté(e)

Tiens ! On ne parle pas du train qui arrive en retard ..?

:snif: :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

J'ai fait des rencontres très sympathiques dans les transports publics... J'en garde de très bonnes expériences... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
puceau Membre 4 484 messages
Allez à Jactaès ou vers Saint Gétorix,c'est beau!‚ 72ans
Posté(e)

Il y a très longtemps , moi aussi . Trajet Austerlitz-Tournemire ( Aveyron ) près de Saint Affrique.

C'était en automne ... 1974 .

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant