La dictée de Lili

mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)
dictée n° 14:

Nabu sourit à la lueur (tremblante) des torches, ses yeux semblent couver l'afluence(l'affluence) des fidèles. Il trone (trône) debout, sa barbe s'allonge jusqu'au milieu de sa poitrine qu'ensére(enssere) un corsé(corset) moulant, sa tunique de bois veinulée (veinulé) s'évase, formant socle. Six prêtres s'approchent(,) déplacent la statue(,) l'installent sur une civière de bois qu'ils hissent sur leurs épaules(,) puis au dessus de leurs têtes. Tandis que le cortège se forme, le Dieu s'élève à chaque pas, jusqu'à flotter dans les air(airs). Ces porteurs le trouvent bien léger, leurs mains tendu(tendues) l'effleurent à peine, il semble voltigé(voltiger) au dessus de la foule qui se presse avec des cri(cris) d'extase. Les porteurs tournent sur eux même,(eux-même) puis dessinent un cercle plus large avant de cinglé (cingler)vers la sortie. Les fidèles s'écartent.

Maintenant le cortége est dehors, sur le petit parvit (parvis). Le dieu effectut (effectue) une courte danse autour du puit(puits) des eaux lusthrales(lustrales)(,) et s'élance vers l'escalier. c'est alors qu'un premier prètre( prêtre) trébuche, s'evertues (s'évertue) à retrouver (l'équilibre), avant que le suivant ne tournoi(tournoie) à son tour et ne s'afale(s'affale). Lachée la statue semble bondir vers l'escalier monumental qu'elle dévale en sautillant, suivi(suivie) des yeux par la foule pétrifié (pétrifiée).

Amin Malouf, Les Jardins de lumière, Le Livre de poche, 2003.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

J'ai fait la dictée avec un peu de retard !

Aie "eux-mêmes" ssss

"Dieu" D majuscule,

"Au-dessus" sans trait d'union,

Cortège avec bien sûr un accent grave.

attends, attends ,je vais relire et en trouver encore une tonne!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

C'est bien tout ça mais j'attends ma dictée moi. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

dictée n°15:

Après les assendants, le lignage nous conduits non-directement aux descendans, aux enfants, mais aux colatéraults particuliers que sont, surtout dans la cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs.

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-age ou très jeune a affecté Saint-Louis, nous n'en savont rien. Ils n'ont laissé aucune trasse notable dans l'hisoire que celle d'avoir abandonné la première place à louis et d'avoir enrichi ou modifié les éritages.

Reste les survivants. Trois frères, pûis deux: Robert, l'ainé, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250; Alphonse, né en 1220, qui moura en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra Roi de Naples et de Sicile en 1266 et moura en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulévement des Vêpres sicilienes qui profite aux Aragonais.

Ces frères, il faut les prendre ensembles. D'abord parce qu'ils constitue, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des Princes fils de Roi qui ont reçu une seigneuri spéciale prise sur le domène royal, un apanage. Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'éxécute comme une décision propre.

Extrait de: Jacques Le Goff, Saint Louis, Gallimard, 1996.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 420 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)

Après les ascendants, le lignage nous conduit non directement aux descendants, aux enfants, mais aux collatéraux particuliers que sont, surtout dans le cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs.

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-âge ou très jeunes a affecté Saint-Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune trace notable dans l'Histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Reste les survivants. (J'imagine que c'est le même débat qu'avec soit et soient, je préfère donc laisser sans accord.) Trois frères, puis deux: Robert, l'aîné, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250; Alphonse, né en 1220, qui mourra en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra Roi de Naples et de Sicile en 1266 et mourra en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulèvement des Vêpres siciliennes qui profite aux Aragonais.

Ces frères, il faut les prendre ensemble. D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des Princes fils de Roi qui ont reçu une seigneurie spéciale prise sur le domaine royal, un apanage. Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'exécute comme une décision propre.

Extrait de: Jacques Le Goff, Saint Louis, Gallimard, 1996.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)
dictée n°15:

Après les ascendants, le lignage nous conduits non(-)directement seulement aux descendants, aux enfants, mais aux colatéraults collatéraux particuliers que sont, surtout dans le cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs.

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-âge ou très jeunes a affecté Saint-Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune trace notable dans l'histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Restent les survivants. Trois frères, puis deux : Robert, l'aîné, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250 ; Alphonse, né en 1220, qui mourra en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra roi de Naples et de Sicile en 1266 et mourra en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulévement des Vêpres siciliennes qui profitèrent aux Aragonais.

Ces frères, il faut les prendre ensembles. D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des princes fils de rois qui ont reçu une seigneurie spéciale prise sur le domaine royal, un apanage. Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'exécute comme une décision propre.

Extrait de: Jacques Le Goff, Saint Louis, Gallimard, 1996.

Voilà maîtresse ;) Bon, j'ai tout bon CETTE FOIS ?????!!! :smile2:

(je ne suis pas sûre qu'on écrive Saint-Louis ou Saint Louis)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)
dictée n°15

Après les ascendants, le lignage nous conduit non directement aux descendants, aux enfants, mais aux collatéraux particuliers que sont, surtout dans le cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs.

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-âge ou très jeunes a affecté Saint-Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune trace notable dans l'histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Reste(pour il reste) les survivants. Trois frères, puis deux: Robert, l'aîné, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250; Alphonse, né en 1220, qui mourra en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra Roi de Naples et de Sicile en 1266 et mourra en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulévement des Vêpres Siciliennes qui profite aux Aragonais.

Ces frères, il faut les prendre ensembles. ( faut'il considérer qu'ils sont ensembles ou qu'ils forment un ensemble?) D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des Princes fils de Roi qui ont reçu une seigneurie spéciale prise sur le domaine royal:un apanage. Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'exécute comme une décision propre.

Extrait de: Jacques Le Goff, Saint Louis, Gallimard, 1996.

Modifié par mamidu67

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Framboisine Membre 2 196 messages
Forumeuse Anjou-Tarnaise :)‚ 46ans
Posté(e)

bonjour, suis une 'tite nouvelle, je vais essayé de participer, je ne regarderai pas dans le dico, (sinon, ça ne sert à rien :smile2: ) merci de votre indulgence ;)

et bravo pour l'idée, meme si elle date, elle est géniale !!!!

framboisine

dictée n°15:

Après les ascendants le lignage nous conduit non-directement aux descendants, aux enfants, mais aux colateraux particuliers que sont, surtout dans le cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs.

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-âge ou très jeune a affecté Saint-Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune trace notable dans l'histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Reste les survivants. Trois frères, puis deux: Robert, l'ainé, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250; Alphonse, né en 1220, qui moura en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra Roi de Naples et de Sicile en 1266 et moura en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulèvement des Vêpres Sicilliennes qui profite aux Aragonais.

Ces frères, il faut les prendre ensemble. D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des Princes fils de Roi qui ont reçu une Seigneurie spéciale prise sur le domaine royal, un appanage Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'éxécute comme une décision propre.

Extrait de: Jacques Le Goff, Saint Louis, Gallimard, 1996.

Modifié par Framboisine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hériane Membre 525 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

Après les ascendants, le lignage nous conduit(s non) non-(toujours fachée avec les tirets, je le laisse) directement aux descendants, aux enfants, mais aux collatéraux particuliers que sont, surtout dans le cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs. Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-âge ou très jeunes a affecté Saint-Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune trace notable dans l'histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Reste j'ai un doute, il y a le détail des survivants ensuite, même s'il y a un "." qui sépare, j'écris donc : restent les survivants. Trois frères, puis deux : Robert, l'aîné, né en 1216, tué en Egypte à la bataille de Mansourah en 1250 ; Alphonse, né en 1220 qui mourra en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227) qui deviendra Roi de Naples et de Sicile en 1266 et mourra en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulèvement des Vêpres siciliennes qui profite (je laisse, le soulèvement à profité non les Vêpres ??) aux Aragonais.

Ses (je pense que l'on parle des frères de Saint Louis, des siens, pas de ceux-ci, le sujet du texte étant Saint Louis ???) (ça c'est mon esprit de contradiction, et qui coupe les cheveux en 4) frères, il faut les prendre ensemble (adverbe ici, pas de s). D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des Princes fils de Roi (je mettrais volontiers une majuscule à fils aussi, si prince et roi en ont une pourquoi pas fils ?) qui ont reçu une seigneurie spéciale prise sur le domaine royal, un apanage. Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'exécute comme une décision propre.

merci Lili_greycat j'aime bien tes dictées, un exercice de concentration qui vaut bien une méditation ;)

je relirai plus tard, je risque d'éditer :smile2:

zut me suis plantée, CES frères, ceux dont on vient de parler.. j'crois

Modifié par hériane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

dictée n°15

Après les ascendants, le lignage nous conduits non directement aux descendants, aux enfants, mais aux collatéraux particuliers que sont, surtout dans la cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs.

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-âge ou très jeune a affecté Saint-Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune trace notable dans l'histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Restent les survivants. Trois frères, puis deux: Robert, l'aîné, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250; Alphonse, né en 1220, qui mourut en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra Roi de Naples et de Sicile en 1266 et mourut en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulèvement des Vêpres siciliennes qui profite aux Aragonais.

Ces frères, il faut les prendre ensembles. D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des Princes fils de Roi qui ont reçu une seigneurie spéciale prise sur le domaine royal, un apanage. Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'exécute comme une décision propre.

Extrait de: Jacques Le Goff, Saint Louis, Gallimard, 1996.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Safety* Membre 74 messages
Forumeur en herbe‚ 37ans
Posté(e)

J'essaye. :smile2:

Après les ascendants, le lignage nous conduits non(- pas de tiret) directement aux descendants, aux enfants; mais aux collatéraux particuliers que sont, surtout dans le cas de Saint-Louis, les frères et les s¿urs.

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas-âge ou très jeunes a affecté Saint-Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune autre trace (notable, sous réserve) dans l'Histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Restent les survivants. Trois frères, puis deux(espace): Robert, l'ainé, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250; Alphonse, né en 1220, qui mourut en Italie au retour de la Croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra Roi de Naples et de Sicile en 1266 et mourut en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulèvement des Vêpres siciliennes qui profitèrent aux Aragonais.

Ces frères, il faut les prendre ensemble. D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des Princes-fils-de-Roi (ou princes, fils de rois, ...) qui ont reçu une seigneurie spéciale prise sur le domaine royal, un apanage. Saint-Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'exécute comme une décision propre.

Extrait de: Jacques Le Goff, Saint Louis, Gallimard, 1996.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

M'dame, m'dame, tu rends les devoirs ? :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Corrigé:

Après les ascendants, le lignage nous conduit non directement aux

descendants, aux enfants, mais aux collatéraux particuliers que sont,

surtout dans la cas de Saint Louis, les frères et les s¿urs.

Ascendant prend un C à la place du deuxième S. Conduit est bien un verbe conjugué donc il ne prend pas de S: les choses auraient été différentes au passé composé ("le lignage nous a conduits"). Pas de trait d'union entre non et directement parce que le second mot est un adverbe ; s'il s'agissait d'un nom ou d'un adjectif il y aurait eu un trait d'union (pour s'en souvenir, rappelez-vous que vous ne mettez jamais de trait d'union dans l'expression "non seulement" :smile2: ). On a un collatéral et des collatéraux. Un préfixe col- ou com-, formé sur la racine latine cum, "avec", double le L et le M quand le mot qui suit commence par ces lettres. Saint Louis ne prend pas de trait d'union. Petit rappel de la règle, d'après le Lexique des Règles typographiques en usage dans l'Imprimerie nationale:

Saint

Ce mot s'écrit avec une minuscule:


  • quand il désigne le personnage lui-même: le saint, un saint, saint Louis, la fête de saint Nicolas
  • quand il est employé comme simple adjectif: l'Ecriture sainte, les Lieux saints (la Palestine), la Semaine sainte, la Terre sainte (la Palestine), le Vendredi saint, la Ville sainte, la sainte Bible, la sainte Eglise, la sainte Famille, la sainte messe, le saint sacrement, la sainte table
  • quand il fait partie de noms communs composés (avec trait d'union): des saint bernard, des saint-cyriens [les élèves de l'école], du saint-émilion, des saint-honoré, des saint-simoniens, des saint-paulin
    Il prend la majuscule:
  • quand il entre dans la composition de noms propres(avec trait d'union) de personnes, de lieux (et de leurs habitants), de monuments, de rues, de fêtes et d'ordres: le duc de Saint-Simon, les Saint-Cyriens habitants de Saint-Cyr, l'église Sainte-Sophie, la Sainte-Chapelle, la place Saint-André-des-Arts, la Saint-Nicolas, les feux de la Saint-Jean, l'ordre de saint-Michel, la croix de Saint-André
  • dans certaines expressions traditionnelles historiques ou religieuses: la Sainte-Alliance, le Saint-Empire, le Saint-office, le Saint-Siège, le Saint-Esprit, la Sainte-Trinité
    Le mot "saint" ne s'abrège, en français, qu'exceptionnellement, dans les noms propres (fréquence du mot, exiguïté de la justification) et sous les formes "St" et "Ste".

La règle n'est pas appliquée partout, donc il y a une certaine tolérance, je pense. Ici on va privilégier la majuscule à Saint car le texte est extrait d'une biographie où Saint Louis est pris comme un personnage historique et pas comme un saint. C'est un cas particulier, mais on avait un indice dans le titre du livre. ;)

Si la disparition de ceux qui sont morts en bas âge ou très jeunes a affecté Saint Louis, nous n'en savons rien. Ils n'ont laissé aucune trace notable dans l'histoire que celle d'avoir abandonné la première place à Louis et d'avoir enrichi ou modifié les héritages.

Pas de trait d'union entre bas et âge (qui prend un accent circonflexe). L'adjectif jeune s'accorde avec ceux, tandis que savons s'accorde avec le nous. Histoire ne prend normalement pas de majuscule, mais pour lui donner du relief par rapport à une histoire toute simple, on la met souvent (alors qu'elle ne le prend qu'en étant une divinité ou une allégorie). On met beaucoup trop de majuscules partout alors que l'usage de la majuscule est bien réglementé.

Restent les survivants. Trois frères, puis deux: Robert, l'aîné, né en 1216, tué en égypte à la bataille de la Mansourah en 1250; Alphonse, né en 1220, qui mourra en Italie au retour de la croisade de Tunis en 1271 ; Charles, né en 1226 (plus probablement qu'en 1227), qui deviendra roi de Naples et de Sicile en 1266 et mourra en 1285, après avoir perdu la Sicile en 1282, lors du soulèvement des Vêpres siciliennes qui profite aux Aragonais.

Le verbe rester s'accorde avec survivants même s'il est inversé. La règle de "vive les vacances!" (qui n'est pas une règle d'ailleurs, mais une exception ;) ) ne s'applique pas ici. ;) Aîné prend un accent circonflexe sur le I. Il faut doubler le R dans cette conjugaison de mourir car il s'agit du futur. Ce futur est couramment utilisé dans ce type de récit ; on aurait pu cependant très bien se contenter d'un passé simple "qui mourut", mais le futur est réutilisé par la suite ("qui deviendra") donc il est à privilégier. Pas de majuscule à croisade ni à roi, prince, seigneur, etc. C'est ainsi qu'on distingue d'ailleurs le seigneur d'un territoire féodal du dieu chrétien. Soulèvement a un accent grave et non aigu. L'adjectif sicilienne prend deux N.

Ces frères, il faut les prendre ensemble. D'abord parce qu'ils constituent, en vertu d'une décision de leur père, le groupe des princes fils de roi qui ont reçu une seigneurie spéciale prise sur le domaine royal, un apanage. Saint Louis respecte la volonté de son père, mais c'est lui qui l'exécute comme une décision propre.

Ensemble n'est pas un nom ici, mais un adverbe, c'est pourquoi il ne prend pas de S. Ce serait différent dans la phrase suivante: "il faut les prendre comme des ensembles" (le sens n'est pas tout à fait le même). On pourrait mettre une majuscule à roi si le terme n'était pas générique, mais désignait une personne en particulier ("le prince, fils du Roi"). Pas d'accent sur le premier E du verbe exécuter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)

Merci m'dame ! ;)

Par contre dans le dernier paragraphe, tu as laissé une faute non ?

"D'abord parce qu'ils constitue" : constituent ?

Bon après correction minutieuse, je n'atteins toujours pas la perfection ;) . Heureusement il me reste les autres domaines ;);)

Miaou cat powaaa Lili ! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

C'est vrai, Chap', je l'ai sautée celle-là. La honte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 420 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)

Merci bien. ;)

Restent les survivants. (..)

Le verbe rester s'accorde avec survivants même s'il est inversé. La règle de "vive les vacances!" (qui n'est pas une règle d'ailleurs, mais une exception ;) ) ne s'applique pas ici. :|

C'est pas juste ! Je pensais que c'était un piège. ;)

Ce n'est pas vraiment une faute puisque je savais que ça s'accorde, je peux éditer et accorder ? :|

Le pire, c'est que j'écris "vivent les vacances!" (enfin plutôt "vivement que le bac soit passé!" :smile2: ) Et je revendique cette écriture. :|

Je suis plus près du sans-faute que des cent fautes mais peux faire mieux. Je l'aurai ce satané sans-faute ! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Le pire, c'est que j'écris "vivent les vacances!" (enfin plutôt "vivement que le bac soit passé!" :smile2: ) Et je revendique cette écriture. ;)

Même s'il n'est pas très juste, l'accord est tout à fait toléré. Voici la règle :

Vive, lorsqu'il signifie "Bravo" ou "Honneur à", perd son sens premier et se dit, notamment, de ce qui n'est pas doué de vie. Il joue alors le rôle d'un introducteur et reste logiquement invariable. Ex.: Vive les gens d'esprit! (Littré). Vive les nouilles, malgré tout! (R. Martin du Gard. Et vive les récipiendaires! (B. Vian)...

Mais la langue écrite le considère encore assez souvent comme un verbe et le fait alors varier en nombre graphiquement: Vivent les patriotes! (E. Renan); Ah! Vivent les charcutiers, nom d'une pipe! (J. Vallès); Vivent donc les enterrements ! (A. Camus)...

Quand le mot qui suit n'est pas de la troisième personne, vive reste invariable (vivons! aurait un tout autre sens): Vive nous!

source: Albert Grévisse, Le bon usage, Duculot, 1988.

A cause de cette dernière particularité, j'ai une préférence pour l'orthographe invariable, mais pour faire un jeu de mots comme Camus, l'accord est plus savoureux! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 420 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)

J'attendrai que ça ne soit plus toléré pour ne plus accorder, alors. :smile2:

Merci pour cette précision. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Merci Lily pour la correction et toutes les explications!!! je ne suis pas encore au top pour l'orthographe :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Je crois que je vais me mettre au langage sms.

;) ;) :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant