Aller au contenu

Safety*

Membre
  • Contenus

    74
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Safety*

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 12/01/1980

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Intérêts
    les livres<br />cuisiner<br />le cinéma<br />Bob Dylan<br />les vêtements<br />les chats<br />les rencontres<br />les hommes<br />le chocolat<br />les fleurs
  1. Allez sans rancune, aucune! :)

  2. Safety*

    Messages des étoiles .

    Je ne suis pas encore aveugle et je répondais globalement, comme toi, même si je te cite et que je harangue Mujerelibre. Quand on propose ses textes à un public même virtuel, il faut s'attendre à recevoir les avis de ceux qui vont les lire. Sinon il existe une chose appelée journal intime ou même un blog. Il ne me semble pas qu'Etoiles Noires se soit formalisé de quoi que ce soit pour l'instant, et j'ai quelques scrupules à parasiter son sujet pour te répondre. Je n'admets pas qu'on puisse reprocher aux gens de donner leur avis. Que ceux qui veulent l'encourager le fasse mais que je puisse exprimer moi aussi mon avis ! A ce que je sache, je n'ai pas été odieuse ni gratuite. Quant à cette histoire "d'en faire son métier", je ne parlais pas de ça. Etoiles Noires a envie d'être lu, c'est une évidence. Et c'est dans cette optique que l'on peut lui donner les vraies armes (maîtrise de l'orthographe, images personnelles et moins lambda, champ lexical plus dense, et puis encore un peu de temps et de travail) pour l'être. Pour conclure, je ne vois pas le rapport entre tolérance et confusion. Si ça a pu te permettre d'exprimer ta colère ou ton mépris envers moi et te décharger de ce poids, j'en suis comblée. En toute sympathie.
  3. Safety*

    Art Contemporain- Cruel mais pas forcement bête?

    Où est l'art dans ces immondices ? Témoignage dur, dénonciation par le choc cru du face-à-face avec une réalité, je suis d'accord avec tout ça. Mais l'art ? L'art exige une interprétation, une expression intime, un angle d'approche personnel. Rien de tout ça ici. Et l'œuvre doit exister pour elle-même, présenter un intérêt artistique. Ce qui ne me semble pas le cas ici non plus à moins d'être particulièrement malsain. Eriger ce témoignage visuel choquant (démarche louable) au rang d'œuvre d'art vient totalement perturber le message de dénonciation. Une telle récupération brute est indigne de la notion de témoignage ou de protestation : elle rend l'artiste complice, même s'il se dédouane. éa me donne des idées d'aller filmer des viols de jeunes filles, des tournantes, pour en faire des œuvres d'art, prétextant que même sans moi ces choses auraient lieu.
  4. Safety*

    C'est quoi pour vous un cinéphile?

    Parce qu'il y a des passages rigolos. L'humour de Gad Elmaleh peut fonctionner mais ça ne fait pas de Coco un film réussi pour autant. Il est inégal, la mise en scène n'est pas vraiment aboutie, l'humour ne fonctionne que par petits moments mais il s'agit plus d'une accumulation de gags. Je lui demanderai son avis.
  5. Safety*

    Messages des étoiles .

    Mujerelibre, que de grands mots ! Bien sûr qu'il faut que ces jeunes gens continuent à écrire, s'exprimer en passant par dessus les avis négatifs. Il faut aussi qu'ils entendent la critique construite et utile. Je n'ai même pas évoqué les fautes d'orthographe dans ma critique, ce qui est preuve de grande indulgence de ma part ou de bêtise, c'est selon. Peut-on laisser un poète se fourvoyer à essayer de jouer avec une langue qu'il ne sait même pas écrire comme il le faut ? Doit-on s'empêcher de l'avertir au nom d'un conformisme hypocrite qui dirait que toute critique couperait illico l'envie créatrice ? Sommes-nous si fragiles qu'on ne puisse plus nous mettre nos maladresses sous le nez sans essuyer l'indignation de la masse ? Suis-je si élitiste ? (Mujerelibre, tu peux aller voir dans le sujet "Qu'est-ce qu'un cinéphile ?", rubrique cinéma, pour voir mon avis sur l'élitisme.)
  6. Safety*

    C'est quoi pour vous un cinéphile?

    Et bien oui, les cinéphiles sont peu nombreux. Il faut quand même avoir un sacré panorama dans les mirettes pour pouvoir oser parler de cinéma en tant que connaisseur. et le cinéphile n'est pas forcément élitiste. Je dis cela parce que j'en fréquente un et jamais il ne m'a prise de haut ou méprisé mon avis sur certains films dit populaires. Il va aussi voir des merdes et pire : il a rigolé sans complexe devant Coco, de Gad Elamleh (tout en constatant que c'était un navet). Les élitistes, cultivés ou pas, sont juste des branleurs.
  7. Safety*

    Cessons...

    Ce n'est pas la richesse qui pèse : c'est la conscience.
  8. Safety*

    Messages des étoiles .

    Quelqu'un t'as payé pour dire ça ? Je veux bien admettre qu'on puisse être touché par ces vers, mais de là à y voir la révolution poétique du siècle il y a un grand pas. Quand à la bombe, il existe des brûlots d'un autre niveau. Rien ne me touche dans ces poèmes convenus aux images à l'emporte-pièce ("A l'encre rouge de ses lèvres ma plume j'ai trempé." " Quand ses ailes furent lourdes Quand sa joie fut sourde. "...). J'y vois tant d'immaturité, tant d'effets de style ampoulés, tant d'impersonnalité et de lourdeur que le petit message idéaliste de rébellion adolescente n'arrive même pas à m'atteindre. Et tout ce protectionnisme affiché autour de ces "vermisseaux" me font douter de l'humilité de l'auteur. Personnellement j'attends d'un poète son propre langage et une profondeur intime. Désolé si ma critique peut paraître dure mais ce sont des poésies de débutant lambda qui s'essaye à faire le poète romantique. Un peu de réalisme, que diable ! C'est quand même louable : on commence tous par là. ............................................................................... Ce message est la propriété inaltérable et absolue de Safety* et vous seriez lapidés, violés, spoliés de vous biens, souillés dans votre âme si par malheur vous osiez l'écorner ou en reprendre ne serait-ce qu'une parcelle. Texte archivé Réf :02005500909909 © Safety*NetCompany
  9. Safety*

    Johnny Hallyday a entamé sa tournée d'adieu

    Je pensais que cet adieu à la scène allait nous libérer un peu de ce braillard mais l'effet est pire : on l'entend partout en ce moment. Quitte à choisir, j'aurais préféré qu'il continue la scène (loin de me oreilles) et arrête de faire des disques. Insupportable.
  10. Safety*

    tromper son(sa)partenaire

    Pourquoi vois-tu la tromperie comme une fatalité ? Moi, il m'est déjà arrivé de me poser des questions sur mes sentiments et sur la routine de mon couple. J'ai fait le point et j'ai tout fait pour retrouver le dynamisme du début de notre amour. On en a discuté aussi et lui aussi a fait des efforts pour casser la somnolence et cette sensation que tout est acquis. Nous nous sommes courtisés à nouveau, et c'est reparti pour 60 ans d'amour et de confiance. De toute façon, s'il me trompe, il sait que je le massacrerai.
  11. Safety*

    Messages des étoiles .

    " Tous ces écrits sont la propriété collective des étoile Noires , y porter atteinte de n'importe quelle manière sera immédiatement senctionner d'une peine exemplaire. " " Texte archivé REF .0003003010010. en 5 exemplaires sous scellé. S.A. étoiles Noires . " Cela ne donne même pas envie de vous lire. Et cela n'empêchera même pas vos textes (encore immatures) d'être repris. Il ne faut pas se prendre autant au sérieux. c'est effrayant.
  12. salut!je t'ai croise quelques fois en litterature et je tenais a te dire que j'apprecie beaucoup tes interventions!alors a tres bientot!;-)

  13. Safety*

    Adapter c'est trahir

    Le cinéma et la littérature sont deux langages bien différents et spécifique. Adapter nécessite donc une réécriture et même une (ré)invention de ce que le livre n'a pas dit. Et parfois, le cinéaste lui-même auteur s'approprie le livre pour en donner sa propre lecture. En quelque sorte, un écrivain est trahi dès qu'un lecteur pose les yeux sur son livre.
  14. Safety*

    L'origine de votre pseudo

    Je dois mon pseudonyme au football américain : c'est une action.
  15. Safety*

    Pourquoi toutes les séries s'arrêtent ?

    Je suis entièrement d'accord avec Monsieur Lau. Trop de séries continuent bien au-delà du raisonnable pour continuer à capitaliser sur leur succès. Les scenarii en pâtissent énormément et donc la qualité du programme. Lamentable. Et puis le plaisir est que les bonnes choses ont une fin. Seules les choses merdiques veulent prétendre durer indéfiniment.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité