Quelles voitures vous font rêver?

janacek Membre 463 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

(le meilleur des mondes serait peut-être l'élégance de la ligne italienne et le savoir-faire britannique en matière de voiture de sport ... slogan publicitaire des année 1959, pour vanter la nouvelle Italia-2000 .... à découvrir dans le dernier numéro de rétroviseur)....

Mais bref revenons à notre pure italienne.

Et au Spider 275 GTS apparut en même temps que la berlinetta. Architecture identique, quelques chevaux en moins, un style plus détendu, très étendu, très linéaire, débarrassé de tout excès sportif, voilà comment se présentait le spider.

jiut.jpg

275GTS 1965 châssis N° 06677

Il n'y avait pas de phares carénés, son pare-brise était moins profilé, ses pare-chocs étaient tout ce qu'il y a de plus traditionnel... Sa silhouette élancée, ultra classique, était mise en valeur par un léger pli courant sur les flancs, par un arrière effilé et bien tendu par les ailes, et par de belles jantes à rayons. Seules quelques modifications minimes ont été apportées un peu plus tard, notamment sur les flancs où les extracteurs à lamelles, ceux de la Superfast 500 et de la 330 GT 2+2, ont été remplacés par des ouïes à trois fentes.

Entres 1965 et début 1966, de nombreux détails de la Ferrari 275 GTB ont été retravaillés. Le nez a été abaissé et la calandre réduite - ce qui, visuellement, à gonfler le compartiment moteur -, les pare-chocs de coins ont été rehaussés et arrondis côté grille, la lunette arrière a été agrandie et les charnières de coffre ont été rendues apparentes. Des roues plus grandes élargissaient les voies. Enfin, et surtout, l'axe entre le moteur et l'ensemble boîte/différentiel arrière a &t& placé dans un tube rigide, pour raisir toute la transmission et créer le système sophistiqué appelé plus tard "transaxle" .

Deux ans plus tard, au Salon de Paris 1966, la berlinetta devenait 275GTB/4, avec un "4" pour 4 arbres à cames en tête, un graissage par carter sec et 300 chevaux racés. Il s'agissait de la première berlinette - dans une version dite "civilisée" - s'autorisant un moteur quatre arbres clairement dérivé de la course. A l'extérieur, rien ne semblait avoir changé, si ce n'est un compartiment moteur agrandi par un bossage de capot recouvrant les six gros carburateurs Weber double corps. Une telle puissance fit disparaitre sagement du tarif de la marque le spider, mais l'année suivante apparût, grâce à Pininfarina, le spider 275 GTS/4 NART, une berlinette "décapsulée" au châssis tubulaire copieusement renforcé et rigidifié. Sans quoi, pas questions d'ôter le haut.

w64j.jpg

Spider 275GTB/4 NART 1967, châssis N° 09747

Ce (magnifique) spider, œuvre majeur, fut dévelloppé par la Carrozzeria Scaglietti de Modène tout exprès pour Luigi Chinetti, le bouillant importateur Ferrari aux Etat Unis, patron du fameux North American Racing Team (NART) qui faisait briller le " Cheval Cabré" dans les grandes compétitions des deux côtés de l'Atlantique.

L'ablation du toit eut pour effet d'affiner les lignes de cette 275 GTB/4 NART, au point d'en faire une machine d'une fluidité rare et surement, je me répète, l'une des plus belle Ferrari de tout les temps. Les flancs, en particulier, parfois considérés comme trop massifs, trop musculeux sur la berlinette, acquirent une plastique adoucie et mieux profilée tout à fait étonnante. Malheureusement, dix voitures à peines ont vu le jour. La remarquable idée de Chinetti eut tout de l'étoile filante, restant pratiquement inconnue hors des Etats-Unis.

Cette magnifique interprétation n'a pas été la seule variation sur le thème de la 275 GTB, mais aucune autre n'a pu prétendre avoir été aussi passionnante ( à par, à mon goût, la version "Spéciale" construite à Turin pour Battista Pininfarina : pas de déflecteur coté conducteur, absence de carénage auteur des phares, un capot doté d'un bossage plus important et d'une sortie d'air à la base du pare-brise, des poignées de portes style 500 SF, des gonds de malle arrière apparents ... ) Mentionnons, quand même, la berlinetta de course, d'inspirations GTO, avec porte-à-faux avant rallongé, poupe relevée et flancs littéralement percés de fentes de ventilation. Seules quelques voitures de ce type ont été montrées pour défendre, vaille que vaille, les couleurs de Ferrari dans les principales courses d'endurance en 1965.

hz17.jpg

Berlinetta de course GTB/4 1966

(....En même temps, non loin de Modène, une marque au Trident œuvre pour renverser la suprématie des Ferrari en matière de "supercar" ... naitront les 5000GT, Indy, Bora ou encore Khamsin et le magnifique Spyder Ghibli au profil d'une rare élégance .... )

27ao.jpg

Maserati Spider Ghibli

Source : Le magnifique livre : Ferrari par Pininfarina, technologie et beauté, par Etienne Cornil, paru en 2003 aux édition E.T.A.I, que je recommande chaudement à tout les amoureux de Ferrari mais pas que ... la preuve.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

janacek Membre 463 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Bonjour par ici ...

faqr.jpg

A. Warhol, BMW M1, 1979

Le 2 avril dernier, le BMW Store de l'avenue Georges V à Paris 8em, célébrait l'un des volets les plus originaux de son histoire comtemporaine à l'occasion de la parution d'un ouvrage consacré aux dix-sept fameuses Art Cars crées depuis 1975.

Chacune d'elles est une œuvre d'art roulante, signée par les plus grands artistes contemporains. C'est Hervé Poulain qui eut l'idée, en 1975, de confier un coupé 3.0 CSL inscrit aux 24 Heures Du Mans, à son ami, le grand artiste Alexander Calder, en lui laissant un absolue liberté pour imaginer la décoration, faisant d'elle un "mobile roulant" unique en son genre. Plébiscitée par le public du Mans, cette œuvre d'art a ensuite incité BMW à renouveler l'expérience en demandant à d'autres artistes de prendre la suite de Calder en décorant à leur tour d'autres BMW de compétition. Le point de départ d'une extraordinaire saga qui va aujourd’hui sur ses quarante ans et aura mobilisé pas moins de dix-sept grandes signatures contemporaines. Un ouvrages, "BMW ART CARS", réunissant les meilleurs articles sur le sujet, et commémorant cette fascinante aventure vient d'être publié cette année. En compagnie de quatre ART CARS, BMW a choisi de le présenter dans son espace dédié, le BMW Store de l'avenue George V à Paris dans le cadre d'une soirée inaugurale, en présence d'Hervé Poulain, co-fondateur avec Jochen Neerpasch de la collection d' ART CARS, aujourd’hui rassemblée à Munich par le constructeur. L'exposition fût ensuite ouverte au public du 1er au 22 avril dernier.

jgei.jpg

A.Calder BMW 3.CSL 1975

e2tm.jpg

F.Stella BMW 3. CSL 1976

taa6.jpg

R. Lichtenstein BMW 320.i 1977

jp56.jpg

E. Fuchs BMW 635 CSi 1982

k6ft.jpg

R. Rauscherberg BMW 635 CSi 1986

o3gw.jpg

M.J Nelson BMW M3 1989

g3v0.jpg

K. Done BMW M3 1989

gjin.jpg

M. Makazo BMW 535i 1990

nln9.jpg

C. Manrique BMW 730i

icpr.jpg

A.R. Penck BMW Z1 1991

axkp.jpg

E. Malhangu BMW 525i 1991

mcly.jpg

S. Chia, BMW Série 3 Race Car 1992

0z5w.jpg

D. Hockney, BMW 850 CSi 1995

2skm.jpg

J. Holzer 1999, BMW V12 LMR 1999

yahj.jpg

O. Eliasson, BMW H2R Project 2007

sxct.jpg

J. Koons, BMW M3 GT2, 2010

De l'art à TGV .....

b9be.jpg

... et à bientôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

crew%202014%20to%20work.png

Pour ma nouvelle vie de plouc réunionnais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Out of Paprika Membre 11 973 messages
Piment doux‚ 97ans
Posté(e)

Janacek, j'aime bcp la méduse éclairée :mouai:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
janacek Membre 463 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

A l'opposé de la "Méduse de Winona" .... :

Satanas et Diabolo, comme le titrait JP Decker journaliste essayeur pour ses "Mes 300 volants"

Ce matin-là, le téléphone avait un fort accent british. J'étais welcome pour driver l'unique GN Spider 2 qui depuis 1938 écume les courses de côte de Prescott et Shelsley Walsh, hauts lieux de fast motoring.

De retour d'une exposition en Espagne, l'engin se trouvait très provisoirement dans un manoir au fin fond du ... Périgord :o° .... avant de retourner à sa terre natale. Vous verrez, c'est very special, indeed ! insistait Phil Spencer, son jovial propriètaire. Venant d'un Britannique, je m'attendais à tout. Je ne fus pas déçu !

c9w6.jpg

Heureusement, on commença par me servir un verre de Chablit avant d'ouvrir la porte d'une grange séculaire au fond de laquelle brillait ce que je pris pour le fuselage d'un avion de la guerre de 14 ... sans les ailes ! A moins qu'il ne s'agisse d'un side-car caréné en aluminium. Poussé dehors dans la lumière, un deuxième verre me fut nécessaire. Quoi ! Il fallait conduire cette espèce d'araignée dont le volant aussi grand que les roues dépassait des deux côtés du cockpit ?

vhbe.jpg

A propos de roues - était-ce l'effet du Chablit ? - j'en comptais six dont quatre sur le train arrière beaucoup plus étroit que l'essieu avant ! Avec pas moins de trois chaînes en guise de transmission reliées à un gros bicylindre en V de 2.1 litres dépassant largement du frêle capot, l'engin respirait le bricolage agricole des premiers fous roulants dans leurs drôles de machines. Mais quand le vin est tiré, n'est-pas ....

A peine le temps de boucler mon vieux casque de cuir et me voilà assis sur le pont arrière, les chaines bien visibles sous mes jambes. Pourvu qu'elles ne sautent pas ! Aoh yes, pas de démarreur, pas de marche arrière et deux vitesses only. Go ! Poussé avec vigueur, le monstre rugit aussitôt et renâcle en m'embarquant dans une violente embardée.

wvbd.jpg

Ah, je n'aurais pas dû me lever ce matin ! Je ne connais pas la route, je ne sais pas où faire demi-tour, de toute façon, y'a pas de marche arrière et il est interdit de caler ! Help ! Le bras dehors, j'enclenche la deuxième et le GN bondit dans un barouf d'enfer. Satanas et Diabolo brûlent le bitume. Trop concentré pour regarder derrière, je finis par trouver un carrefour pour faire demi-tour d'un seul coup de volant et revenir ventre à terre. Déjà des ratés m'annonce la prochaine panne sèche car le minuscule réservoir est prévu pour une seule montée de course. Juste assez pour franchir le porche du manoir ... ( en Périgord :D... ) avant de couper la magnéto sur "off" qui, aujourd'hui, aurait pu aussi bien s'écrire "OUF" .....

( Source : JP Decker )

vabn.jpg

.. et bonsoir ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
janacek Membre 463 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

im9g.jpg

" Hé mec, cette Hudson elle envoie !" ...

Au volant, Dean Moriarty (alias Neal Cassady dans la vie réelle ) roule depuis des jours et des nuits, au volant de son Hudson Hornet Commodore. A ses côtés, Jack Krouac (Sal Paradise dans le livre), l'écrivain, le poète de la Beat Generation, le "clochard céleste" celui dont l'oeuvre monumentatle Sur la Route fut également son hymne et son testament. L'Hudson file le long des highways, de New York à San Francisco, sillonnant le pays au gré des rencontres, les compères s'abandonnant au hasard, passant de l'euphorie au désespoir, cherchant dans l'alcool et la drogue un remède à leur désillusion.

yjm4.jpg

Nous sommes en 1951 et la silhouette "streamline" de la commodore (modéle 1949) fait "hurler le vent". Mais en est-on si sûr ?

Il n'existe aucune trace de cette voiture, ni photo, ni plaque d'immatriculation, ni facture ... Pour beaucoup d'admirateur de Jack Kerouac, ce descendant d'une famille bretonne, cette berline Hudson n'a peut-être jamais existé. Elle incarnerait un "Rêve d'absolu", une liberté et un désir inaccessibles...

w9a2.jpg

Go West young man... ! Dans son passé de petit délinquant, Neal Cssady était capable de voler n'importe quel engin, mais, dans l'imagianire de Kerouac, l'Hudson était la seule voiture susceptible de traduire sa quête d'absolu (et de rapprochement des sexes, l'espace intérieur permettant toutes les contorsions....) et sa nostalgie des grands espaces. Et encore ne connaissait-il pas la Hornet, ce stupéfiant frelon, né de l'année de son voyage extatique ! Aurait-il alors rencontré Doc Hudson, juge et médecin à Radiator Springs sur la route 66 ? Qui n'a pas vu et revu "Cars" ne peut comprendre...

Que l'on vous explique : Doc Hudson, personnage de ce film d'animation, fut un grand pilote de Stock-Car (vainqueur de trois Piston Cup, en clair le championnat Nascar) au volant d'une berline Hudson avant de devenir mécanicien et de venir en aide au héros du film, Flash McQueen. Scénario exemplaire, d'une réalité non moins singulière, vestige d'un grand moment de l'histoire automobile américaine...

ty5i.jpg

spss.jpg

Celle de Marshall Teague, par exemple, qui, aidé de l'ingénieur Vince Piggins, prépare pour la saison 1952 une "fabulous" Hudson Hornet (le qualificatif est peint en grosse lettres sur les ailes de sa Hornet préparée). Augmentation de l'alésage, grosse soupapes, nouvelles chambres de combustion, culase haute compression, arbre à cames plus pointu, double échappement, le "straight six", fort de son kit 7x, offre désormais 220 chevaux ! contre 170 chevaux en 1951 sur la version "route" la plus évolué avec son pack "Twin H-Power" (l'Hudson version Hornet ne développe à l'origine "que" 145ch avec son six cylindre Oldsmobile ...)

Bon je vais pas vous faire un discours long comme un .... "parchemin" mais si l'histoire de cette voiture, qui en a tant fait "rêver" vous intéresses : "Rétro-Viseur septembre 2014" mais aussi " Il était une fois La Nascar - Des good ol'boys aux golden boys" chez Chronosports, un rare livre qui traite de ce sport auto " typically " américain ....

afwg.jpg

rdyg.jpg

cs78.jpg

Un vrai "Low rider" aux allure de "top-chop". Les succès sportifs de l'Hornet tenaient à sa ligne profilée et à l'abaissement de son centre de gravité.

mp44.jpg

En 1952, la silhouette de l'Hudson Hornet (conçue en 1943) est déjà démodée face aux nouveaux modèles du groupe GM direcctement concurrents (Oldsmobile et Buick), même si le charme opère toujours. La conception de son châssis aura pour conséquence de figer son évolution ... Verdict : aux fils des ans, les ventes déclinent, la concurrence ayant le mauvais goût de proposer des modèles aux lignes plus modernes comme les Buick, Oldsmobile et surtout Cadillac V8 aux formes glamour nées de "rêves" aéronautiques d'Harley J.Earl. Le divin frelon, espèce bien éphémère, n'aura écu que quelques étés .....

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

xttp.jpg

" Dean prit le volant et nous enleva jusqu'au sommet du monde. Nous longeâmes une grande usine de ciment toute enveloppée de poussière dans le canyon. Et puis ce fut la descente. Dean coupa les gaz, se mit en prise, prenant au plus prés les tournants en épingles à cheveux, doublant les voitures, accomplissant les prouesses les plus difficiles que les experts ont imaginées sans l'aide de l'accélérateur. Je me cramponnais. Parfois la route remontait sur une courte distance; il se contentait de doubler les voitures, en silence, emporté par son élan. Il connaissait à fond la cadence et tout les soubresauts d'un col de première classe. Au moment où, dans un tournant, la route se lovait sur la gauche, le long d'un muretin de pierres qui dominait le fond du monde, il se laissait aller complétement à gauche, les mains au volant, les bras raidis, et conduisait dans cette position ; mais quand il fallait tourner à droite, l'à pic étant cette fois sur notre gauche, il s'abandonnait, à droite toute, et nous entraînait. Marylou et moi, dans le mouvement. C'est ainsi que nous descendîmes, voguant, ballotés, dans la vallée de San Joaquim. Celle-ci s'étendait un mille plus bas, rez-de-chaussée de la Californie en quelque sorte, qui nous apparaissait, verdoyante et fascinante, du haut de notre observatoire céleste....."

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jonathan2101 Membre 24 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Coucou, j’adore les voitures anciennes. J’aimerais un jour en acheter une et l’entretenir comme il se doit. Pour le moment c’est assez difficile, car il faut pas mal d’argent pour pouvoir garder ces autos en bon état. N’empêche que c’est la classe, d’être propriétaire d’un engin pareil ! J’espère gagner au loto très vite ! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
janacek2 Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

Qu'est-ce qu'une voiture classique ? Une voiture ancienne et rare ? Est-elle obligatoirement belle et chère ? Ou est-ce simplement une voiture ayant de la classe ? Dans le monde de l'art, qu'il s'agisse d'architecture, d peinture ou de musique, "classique" implique une qualité de référence, exceptionnelle, mais dans le domaine de l'automobile, le mot peut être interprété de manières très différentes.

Aux yeux de tous, n'importe qu'elle Ferrari ancienne est une automobile classique. Mais tout le monde n'est pas d'accord pour qualifier de classique une Renault Frégate, une Peugeot 203 ou une Ford Vedette, même s'il existe des clubs pour ces voitures. Beaucoup disent qu'à leur époque, ces voiture étaient courantes et que le recul du temps ne change rein à l'affaire, même s'il en reste peu d'exemplaire préservés.

En fait, le terme "classique" n'a pas de définition officielle. Aucun critère d'âge, de prix, de type ou de style, n'est satisfaisant à lui seul. ( n'en déplaise au CCCA, le Classic Car Club of América, club fondé en 1951, qui tenta de donné sa propre définition, soit une voiture construite entre 1925 et 1948, belles ou originales et d'une haute conception de qualité technique et de fabrication, jamais produites en masse et bien sur, généralement plus chère que les autres production ....)Bref, globalement une automobile classique est une voiture d'aprés 1945 que certaines caractéristiques distinguent absolument de ses contemporaines, sans tenir compte du nombre d'exemplaires survivants. Une Ford Cortina MK 1 n'est pas une voiture classique, mais la Cortina GT, qui a été la base de la Lotus Cortina, voiture encore plus sportive, et qui intéresse les amateurs aux delà du cercle des propriétaires d'anciennes Cortina, en est une. Néanmoins, un club constitué regroupera des amateurs qui qualifieront leur modèle favori de classique, quelque soit l'opinion des puristes.

Ainsi quelques modèles produits en très grande série contredisent le principe de base, comme la Coccinelle de VW, la Morris Minor, la Citroën 2CV ou la Fiat 500, intéressantes du point de vue technique, jusqu'à susciter l’intérêt de passionnés et d'être étiquetées "classique", même aux yeux d'amateurs .... de Ferrari....

Bref, si la Ford Mustang "64 ou encore la Chevrolet Corvette 1986 sont des grandes "classique" aux US, si la Jaguar Type E 1961 ou encore la XK120 OU 150 ont séduit le monde entier, les Alfa Romeo 6C-250 de 1949 et la magnifique Cisitalia Grand Sport donneront leur lettres de noblesse "classique" en Italie, en Allemagne c'est avec les Porsche Speedster "57 ou 356 de "56, et autres Mercedes 300 SL coupé à portes "papillon" que le terme "classique" s'applique sur une automobile. Et peut-être même la 230SL, mais pas celle présenté au salon de l'auto en 1963 où la firme dévoile sa série W113 sous le trait de crayon de Paul Bracq et Belà Barenyi, une "œuvre" plus légére, sensuelle et nettement moins "guindé" que la production précédente de la firme allemande. Ce nouveau modèle, par ses lignes et son caractère, attira l'attention de la maison Pininfarina qui envisageait depuis quelques temps un projet de collaboration avec la firme de Stuttgart .... Pour se faire il fallait donner une forme caractéristique qui consacrerait la signature, le style de la firme tutinoise .... A suivre ...

6k1q.jpg

Alfa Romeo 6C-250 1949

o812.jpg

Cisitalia 202 Grand Sport

mzuq.jpg

Jaguar XK150

rnxn.jpg

Mercedes 230 SL 164

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
janacek2 Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

....Comment latiniser cette carrosserie si singulière qui s'était volontiers affranchie des canons de l'esthétique germanique traditionnelle ?

Pour mener à bien cette mission, Pininfarina désigna l'une de ses plus récentes recrues, en l'espèce le jeune designer américain Tom Tjaarda, fils de John, auteur des lignes voluptueuse de la superbe Lincoln Zephyr de 1936, sans conteste la plus réussie des carrosserie "aérodynamiques" de cette époque.

lmyz.jpg

Tom Tjaarda (auparavant employé chez Ghia) intégra l'équipe de Pininfarina en 1962, où son premier projet ( et non des moindres) déboucha sur une version latine, très épurée de la Chevrolet Corvair, le célèbre coupé Rondine ( l'une des voitures ... de "rêve" )aux arrondis fluides préfigurant les lignes de la seconde génération de Corvair.

xvrw.jpg

Avec un recul de plus de cinquante ans, voici de que Tjaarda a retiré de l'expérience acquise avec ce projet de 230 SL pour Pininfarina :

" Je ne me rappelle plus de la date exacte à laquelle j'ai commencé mes premiers croquis, mais c'était dans le courant de l'année 1963. Je me souviens qu'il devait symboliser la démarche de Pininfarina visant à se rapprocher de Mercedes. L'idée consistait à réaliser une version fermée de la 230 SL, un coupé de grande classe assez différent du cabriolet d'usine, pour inciter la firme de Stuggart à l'inclure à son catalogue, quitte à la faire assembler en sous-traitance sur les chaînes de Pininfarina. Pour des raisons évidentes de prix de revient, beaucoup d'éléments devaient être empruntés au modèle initial, tels le tableau de bord, la calandre, les phares, etc etc...Il n'était pas questions pour moi de me laisser aller à projeter quelque chose de très avant-gardiste ( en la matière ce reporter aux : Ghia IXG Dragster de 1960 ou la Ghia Selene de 1959, voir la très connue Karman Ghia de 1959 ou la très futuriste Ford Ghia Coins de 1974 .... entre autre) Le but consistait à proposer une sorte de coupé GT à 2 places assez raffiné, comparable dans l'esprit au superbe coupé Flamina Touring. De mémoire, nous avons commencé par revoir la place des optiques avant, un peu trop présents dans le dessin initial (la seule chose qui effectivement, perso, me gêne sur cette Mercedes d'origine), et imaginer une intégration pus marquée du pare chocs antérieur pour bien différencier le design de la proue ; mais en même temps, nous voulions garder un certain air de famille avec la 230 SL de série. Le profil, le pavillon et surtout, l'arrière du coupé devaient être davantage travaillés. Cela devait suffire à changer la silhouette de la voiture en la rendant plus "italienne", plus "Grand Tourisme" à certains égards...."

A suivre .....

5cox.jpg

L'allongement des ailes avant a généré ce porte-à-faux extrême, censé donner à cette Mercedes italienne l'allure d'une volutueuse GT. Le pavillon fixe, un peu haut, a, pour sa part, renoncé aux formes cintrées du hard-top de la "Pagode" ( je dis dommage...)

lfo1.jpg

La partie la plus réussie de la voiture : la finesse de la poupe est soulignée par deux minces feux en amande qui rappellent un peu ceux du coupé Lancia Flavia (autre production de Pininfarina) C'est surement sous cette angle que s'apprécie le plus le travail de Tom Tjaarda.

Modifié par janacek2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité NaviV
Invité NaviV Invités 0 message
Posté(e)

Je poste discrètement et je sors :blush:

Audi R8:

1425217009-audi-r8.png

Porsche:

1425217028-porche-une.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
janacek2 Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

"Création sans suite..."

"Une fois mes dessins validés, je n'avais plus d'implication dans le projet, et la fabrication a été menée à bien par les tôliers-formeurs dans l'atelier. On m'a confié d'autres tâches et je n'ai pas revu la voiture pendant la phase de réalisation..."

Par la suite, Sergio Pininfarina s'est évertué à convaincre les dirigeants de la firme allemande à passer commande d'une petite production dans l'usine de Grugliasco, ce qui aurait été une grande première pour Mercedes qui avait toujours géré la fabrication de ses séries spéciales en interne. l'époque était toutefois propice : de nombreux constructeurs, comme Fiat, Peugeot, Alfa Romeo ou encore Volkswagen commençaient à s'intéresser sérieusement au potentiel de ces fabrications hors série que les carrossiers italiens maîtrisaient si bien. Mais aprés quelques rencontres il est devenu évident que Mercedes ne se laisserait pas convaincre. C'était peine perdue. Ce prototype est donc resté l'unique exemplaire représentatif du projet. Une fois la fabrication achevé Pininfarina laissa le soin à son équipe commerciale le soin de revendre ce coupé 230SL exclusif, dont on ignore le prix demandé...

C'est finalement Axel Springer (le grand patron des édition au titre éponyme) qui se porta acquéreur de la voiture. Des photo d'époque montrent la 230SL Pininfarina traité en gris clair métallisé avec une sellerie en cuir chamois. Par la suite, la voiture allait régulièrement changer de mains, durant sa seconde vie passée aux États-Unis. Durant les années 80, Jerry Hjeltness, fondateur de l'atelier du même nom, spécialisé dans la restauration de Mercedes anciennes découvrit la voiture lors d'une concentration de modèles de collections à Palm Springs en Californie. Elle était repeinte en noir et arborait des jantes plus modernes en aluminium. L'acquéreur suivant la fit repeindre en rouge et regarnir l'intérieur en cuir dans un ton roux-brun. (photo ci-dessous)

kcv3.jpg

lvks.jpg

Plus tard, au milieu des années 90 le prototype attira l'attention de Weston Hook, un collectionneur californien renommé, grand amateur de Mercedes "classiques"...dont il possédait quelques pièces rares. Aprés une rencontre avec Jerry Hjeltness, qui trouvait le proto 230SL en rouge "...quelque peu dénaturé..." Hook lui fit part de son intention de présenter la 230SL au prochain concours de Pebble Beach dans la catégorie réservée aux nombreuses créations de Tom Tjaarda et lui demanda s'il pouvait préparer le fameux coupé dans cette perpective. C'était une nécessité impérieuse, car la voiture ne pouvait prétendre à pareil concours dans son état : " ...sous une peinture rouge assez grossièrement appliquée, on voyait les traces de la précédente teinte...en clair il fallait tout revoir et repartir à zéro..." A partir de photos d'époque telle qu'elle fût exposée au Salon de Paris 1964, le carrossier décida de la remettre en l'état. Un travail "titanesque", car au fur et à mesure les déconvenues s'additionnées..."Il y avait en fait un grand nombre de couches successives (de différentes couleurs...) et lors de la préparation de la carrosserie, nous avons constaté que la surface des tôles avait été hâtivement aplanie avec du mastic et certains trous rebouchés "à l'italienne"..." Bref même le pare-brise n'était plus qu'un morceau de plexiglas, l'original avait dû être cassé ...

La voiture à par la suite, été présentée dans de nombreuse manifestation et concours important de la Côte ouest et à chaque fois elle a été sacré Star of the show. Mr Weston Hook est malheureusement décédé depuis huit ans, mais son épouse Elona et son fils Russel en sont aujourd’hui les vigilants gardiens. Comme le confie Russell :

"C'est un grand honneur de garder chez soi ce "morceau" de l'histoire, cette 230SL unique qui symbolise une rencontre entre les dirigeants de Mercedes, Pininfarina et un jeune designer Américain aux talents certains, Tom Tjaarda. Ce fut certes un projet mort-né, une création sans descendance, mais on peut néanmoins regretter que Mercedes n'en ait pas tiré d'utiles enseignements. Aprés tout, il y avait sans conteste une place pour un beau coupé GT de cette nature. N'oublions pas que la lignée des SL est née avec le célèbre coupé 300 SL Gullwing..."

bycj.jpg

gmht.jpg

3h1y.jpg

Peu d'adresse en français sur Tom Tjaarda, à part Wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Tjaarda et quelques traces sur différents blogs ou sites consacrés à l'automobile. Beaucoup en langue anglaise par contre pour les plus anglophones d’entre vous.

Sources : Rich Truesdell pour Rétro-viseur de décembre 2014, Voiture de légende aux éditions Grunds et quelques infos sur la toile...

Bonne soirée à tous ...

Modifié par janacek2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
janacek2 Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

1971.

Autoroute A13.

La trentaine conquérante, lecteur-type de l'Expansion, portant avec aisance les cheveux longs, il se déplace à travers l'Europe entière et semble toujours pressé. Ce jour, il revient de Paris. Un important rendez-vous avec son banquier qui doit lui accorder une nouvelle ligne de crédit pour ses projets d'investissements. Prochainement, en effet, il prévoie d'équiper son entreprise d'outils informatiques qui lui feront gagner un temps précieux. Le démonstrateur d'IBM l'a convaincu lors du dernier SICOB qui a lieu tout les ans au CNIT, à la Défense. La veille, la Citroën SM parcourue 1000 km, mais à son bord tout se révèle suffisamment reposant et sécurisant pour lui, même à 180 km/h de croisière sur cette autoroute A13, celle qui, ouverte en 1946, accueilli pour l'occasion la première course automobile de l'histoire après guerre (la première et la dernière de ce type, sur autoroute)....

v5kp.jpg

Pour l'heure notre cadre, directeur financier, rentre chez lui, du cotè de Deauville, savourant "sa juste récompense". Celle-ci, lourd vaisseau de prés de 1500kg à vide, distille une ambiance "pop" (délicieusement surannée aujourd’hui), contemporaine des années "orange", celles du Concorde, des sculptures de Vasarely, de la station Avoriaz et des barres futuristes de la Défense. Le design du "cockpit", digne d'une navette spatiale de cosmos 1999, accueille son passager avec déférence, subjuguant celui-ci, par son tableau de bord asymétrique, sa centrale d'alerte et son volant monobranche d'un diamètre réduit....Accouplé à son moteur : un noble V6 Maserati double ACT de 170ch, tout en douceur, avec ses quelques 23.5m/kg de couple à 4000 tr/minute, le tout distille une conduite plutôt "intellectuelle" que fougueuse ou instinctive...

37aq.jpg

A mi-chemin notre homme, croisera deux vaisseaux, d'un autre type plus "sensuelle" qu'intellectuelle, surement une 911S et encore une Dino 246GT (équipé elle aussi du fameux V6 mais bien plus ambitieux que celui de la SM) , conduites par d'exubérants "play-boy" ou hommes d'affaires survoltés, en route pour une séance grandeur nature au Mans en pays sarthois ....

b37d.jpg

Pour l'heure la plus petite prudence oblige nos deux "conquérants" autoroutiers, à simplement se jauger à quelques 160 km/h, une joute sans doute débutée par un motif futile ... la Ferrari n'ayant pas supporter de se faire doubler en trombe par la Porsche, à moins que ce ne soit l'inverse, à quelques "encablures" de l'entrée de l'A13...

nmpz.jpg

Dans la SM, notre jeune cadre d'affaire, prendra le "temps", d'écouter sur son radio-cassettes "Blaupunkt Coburg stéréo CR", le dernier cri en matière d'Audio embarquée, la musique "du" Pink Floyd et leur dernier titre : Atom Heart Mother

Les deux autres, amateurs des fougueuses et sportive Ferrari et Porsche, préféreront surement la musique d'Emerson, Lake and Palmer et leur très "cinématographique" titre "Tarkus" (au demeurant, c'est un excellent album des année 70) :

A suivre et bonne soirée à tous ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
janacek2 Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

...l'esprit perdu maintenant au son de "Meddle", notre homme d'affaire relâche doucement la pression du pied gauche, comme pour faire "Echoes" à l'atmosphère planante du Pink-Floyd retransmise par les quatre HPs au logo bleue, logés dans l'habitacle des plus confortable. Bientôt il retrouvera son appartement au décor tout aussi audacieux que sa monture, mélange d'orange et de marron, papier peint à gros motifs "Flower Power" un rien psychédélique comme pour imiter les délires optiques que produisent certains produites courant à cette époque ... mobiliers aux formes simples, rondes. Revêtu "stretch", tissu "flashy" et autre PVC, les tabourets "TAM-TAM" jouxtent sans complexe le fauteuil en plastique rose transparent suspendu au plafond à coté d'une lampe champignon rouge vif ... Dans son bureau, face "aux" Marilyn acidulés par Andy, le fauteuil Mushroom de Pierre Paulin attend son propriétaire ... Dans 30 ans, dans les années 2000, ce fauteuil se verra réédité par une célèbre Maison de mobiliers "moderne" ...

L'an 2000 n'est plus très loin ... à peine une petit quart de siècle à attendre. Bill Towns s'en est fait alors une idée "très" personnelle. Sa création annonce un curieux avenir radieux, un avenir fait de formes tracées à la serpe, et d'angles vifs destinés sans doute à "tailler" la route du futur. La nouvelle Lagonda se présente au monde des média comme un concentré d'audace, un véritable uppercut stylistique, une sorte de Lotus Esprit atteinte d'éléphantiasisme chronique, Bill Towns s'étant surement inspiré des formes cunéiformes d'un certain Giorgetto Giugiaro qui fait alors autorité dans le petit monde du design automobile ....

1976, un ORNI, "objet roulant non identifié", tellement audacieux qu'il ferait presque passé le prototype de monospace Matra de 1979, aux lignes aussi tendues, pour une simple fourgonnette, ( remarquez monospace au canada se traduit par mini-fourgonette ), va bientôt prendre la route ...

nhsk.jpg

...à suivre et bonne soirée à tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
80Audrey Membre 4 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

La Ferrari F430 comme le l'ai vue à Miami Vice :coeur: :coeur:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité yoda29
Invité yoda29 Invités 0 message
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité yoda29
Invité yoda29 Invités 0 message
Posté(e)

le savoir faire français

nouvelle alpine renault

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité 187
Invité 187 Invités 0 message
Posté(e)

1979 CADILLAC SEVILLE SEDAN

1967_main_l.jpg

1967_p9_l.jpg

1967_p11_l.jpg

1967_p2_l.jpg

1967_p5_l.jpg

1967_p18_l.jpg

1967_p19_l.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant