Napoléon Bonaparte...

Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Je pourrai être d'accord si

Les hommes en question n'avaient pas été élus par leurs hommes.

Ce qui change tout.

Jusqu'au grade de Colonel: car ensuite, ils étaient nommés.

Mais il est vrai que la grande majorité des maréchaux et des généraux de Napoléon, sont issus du rang et on fait leur armes durant les guerres de la Révolution.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Exact mais au grade de colonel on était un leader naturel ou on était mort. Le champ de bataille est le lieu ou le processus darwinien est le plus impitoyable.

Principes tactiques de base de Napoléon.

Certains ont une grande connaissance de la tactique des armées de Napoléon. Je suis curieux d'en savoir plus sur celle-ci....J'ai entendu parler des corps d'armée, de la cavalerie, des cuirassiers, des contournements, de la surprise, du harcèlement des troupes même au repos. Qu'est ce qui a donc fait gagner les armées de Napoléon et aussi celles de la République, du Directoire, du Consulat, aussi souvent, de sorte que la tactique n'ait pu être anticipée par les armées coalisées ?

Car c'est bien cela qui a changé la destinée de l'Europe au cours du début du XIXème siècle !

Ce ne sont pas les citations de Napoléon qui manquent. Celles-ci me semblent appropriées pour expliquer ses principes généraux de base.

La force d'une armée, comme la quantité de mouvement en mécanique, s'évalue par la masse multipliée par la vitesse.

C'est toujours vrai aujourd'hui. L'offensive étant par elle-même un élément de la vitesse.

A partir de 1803 la future grande armée sera organisée en corps d'armée.

Qu'est-ce que c'est ?

L'effectif du corps d'armée varie entre 15 000 hommes et 45 000 hommes. Il doit pouvoir se ravitailler plus facilement sur le pays. Sa composition interarmes (infanterie + cavalerie + artillerie) lui permet de se défendre et de faire face à un adversaire le temps que les autres corps le rejoignent. L'organisation en corps permet outre une facilité et une accélération du mouvement (progression sur plusieurs aves) de masquer le plus longtemps à l'ennemi le point objectif de la grande armée.

L'armée comptera entre 6 à 12 corps.

Une partie sera composée des corps placés sous les ordres des maréchaux quant à l'autre constituée de réserves générales elle était sous les ordres directs de Napoléon.

Deux concepts essentiels

Réunir et concentrer.

Pour Napoléon son armée est réunie quand les différents corps d'armée sont suffisamment proches les uns des autres et ne peuvent plus être isolés et donc réduits par une force adverse.

Elle est concentrée quand les différents corps se préparent pour la bataille.

Deux schémas tactiques de base

La man¿uvre sur les derrières.

La man¿uvre sur position centrale.

La man¿uvre sur les derrières est un mouvement combiné de la cavalerie et de l'infanterie. Par un mouvement tournant la cavalerie attaque l'ennemi sur ses arrières en étant secondée par l'infanterie. L'effet est double psychologique en portant atteinte au moral adverse et ensuite il coupe la ligne de communication de l'adversaire.

La man¿uvre sur position centrale vise elle à engager l'ennemi de front sur plusieurs points tout en donnant au général en chef l'impression de se fixer sur un point particulier. Elle est généralement combinée avec un dispositif dégarni sur une aile pour donner envie à l'adversaire de porter son attaque sur le point présumé faible. Jusqu'au moment ou le gros des corps fera irruption au point de rupture de l'ennemi après que Napoléon aura contraint celui-ci à engager ses réserves. L'armée ennemie ainsi disloquée sera réduite élément par élément.

Le grand art, c'est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système.

On ne le dit pas assez souvent mais une des grandes forces de Napoléon était sa capacité à s'adapter au terrain, à savoir en tirer la quintessence. Ainsi à Austerlitz il ajustera 3 fois son dispositif. Après avoir effectué personnellement deux reconnaissances.

A de sujet il faut également noter que le service de renseignement de la grande armée était de tout premier ordre.

Par le grand art il faut aussi comprendre le renversement de front. Jomini parlerait lui de renversement de front stratégique. Mais nous sommes ici avec l'état-major impérial alors laissons à ce général suisse un peu trop « ricola ricola » malgré toutes ses bonnes qualités sa linguistique.

Erwin Rommel dira plus tard : « Il ne faut jamais se déplacer perpendiculairement à l'ennemi ». Le renversement de front c'est ça. Man¿uvrer pour que la force adverse se retrouve confrontée à un carré à 2 faces tenues par nos propres forces. Ainsi tous les tirs deviennent des tirs d'efficacité et des tirs convergents.

La poursuite

Tenait une grande place dans l'esprit de Napoléon. Elle était la continuité naturelle de la bataille.

Et surtout n'oubliez jamais que :

«Les règlements sont faits pour les soldats et non pour les guerriers ; la bataille se rit du code, elle en exige un nouveau, innové par elle et pour elle et qui disparaît dès qu'elle est terminée.»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

A Bran Ruz :

"Magistra de vitae d'est de historia" ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

L'infanterie française sous Napoléon

- composition, effectif, formation -

Selon la période à laquelle on se réfère on observe des dispositions différentes liées à différents facteurs. Il s'agissait de :

- la structure

- de l'habillement

- l'équipement

- la gestion

Pour que les choses soient claires nous allons donc examiner l'organisation telle qu'elle a été fixée par le décret impérial du 18 février 1808.

Nous allons examiner cette organisation dans le cadre du régiment.

Un régiment comprenait : 1 état-major, 4 bataillons de guerre et 1 bataillon de dépôt équivalent du bataillon d'instruction chargé de former les nouvelles recrues pour compenser les pertes au combat.

L'effectif théorique d'un régiment était de 3970 hommes dont 108 officiers. ( soit plus du double d'un régiment actuel)

L'organigramme de l'état-major du régiment était le suivant :

- 1 colonel

- 1 major

- 4 chefs de bataillons

- 5 adjudants-majors

- 1 quartier- maître trésorier

- 1 officier payeur

- 1 porte-aigle

- 1 chirurgien major

- 4 aides chirurgiens

- 5 sous aides

- 2 éme et 3 éme porte aigle

- 1 tambour major

- 1 caporal tambour

- 8 musiciens

- 4 maitres ouvriers

L'organigramme du bataillon de guerre était le suivant :

- 1 chef de bataillon ¿ commandant ¿

- 1 adjudant major + 2 adjudants sous officiers

Il comprenait 6 compagnies :

- 4 compagnies de fusiliers

- 1 compagnie de voltigeurs

- 1 compagnie de grenadiers pour l'infanterie de ligne, ou 1 compagnie de carabiniers pour l'infanterie légère. Chaque compagnie avait un effectif identique.

Chaque compagnie était commandée par un capitaine. Son effectif était de 140 hommes soit :

- 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 sous-lieutenant, 1 sergent-major, 4 sergents, 1 caporal-fourrier, 8 caporaux, 121 hommes du rang (grenadiers ou carabiniers, fusiliers, voltigeurs) et 2 tambours.

Chaque compagnie est divisée en 2 sections de 4 escouades.

En 1812 l'infanterie française était forte de 570 000 hommes.

Les différentes formations adoptées

- Formation en ligne de bataillon

- Formation en colonnes de bataillons

- Formation en carré de régiment

La formation en ligne de bataillon.

(de la gauche vers la droite et toujours dans cet ordre ce qui permettaient aux compagnies de se reformer et de conserver l'homogénéité du bataillon et de man¿uvrer).

1 Cie ¿compagnie- de voltigeurs, 2 Cie de fusiliers, 1 Cie de grenadiers ou de carabiniers pour l'infanterie légère. Les 2 Cie de fusiliers restantes se plaçant derrière les 2 premières Cie de fusiliers. Le second bataillon vient se placer immédiatement à droite dans la même formation.

La formation en colonnes de bataillons.

¿ toujours de la gauche vers la droite ¿

Formation identique pour le 1 bataillon, le 2 bataillon venant se placer dans la même formation non plus à coté mais derrière le 1 bataillon.

On note qu'ici il ne s'agit que de 2 des 4 bataillons d'un régiment. Les 3 et 4 bataillons pouvant prendre toujours à droite une formation soit en ligne soit en colonne sur le même modèle.

La formation en carré de régiment

Aux 4 angles du carré : A, B, C, et D les 4 Cie de fusiliers de chacun des bataillons. A gauche de chacun d'eux la Cie de voltigeurs, à droite de chacun d'eux la compagnie de grenadiers ou de carabiniers selon que le régiment est de ligne ou d'infanterie légère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

L'Infanterie en colonne par division:

La colonne par division est une variante de la colonne d'attaque. C'est une formation qui offre l'avantage de permettre d'engager l'ennemi au corp à corp sur un plus grand front tout en en ayant l'impulsion due à la présence de plusieurs rang en arrière. Elle était pratiquée uniquement à la France.

Modifié par Davoust

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)
L'Infanterie en colonne par division:

La colonne par division est une variante de la colonne d'attaque. C'est une formation qui offre l'avantage de permettre d'engager l'ennemi au corp à corp sur un plus grand front tout en en ayant l'impulsion due à la présence de plusieurs rang en arrière. Elle était pratiquée uniquement à la France.

Exact mais trop incomplet ce n'est qu'un élément de la doctrine d'emploi qu'il faut développer dans son ensemble; en expliquant la combinaison des mouvements de lignes et de colonnes. Si tu veux t'en charger c'est ok!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Ok, je me lance....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)
Ok, je me lance....

Je m'occupe de la Garde Impériale

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

La colonne par Division étendue est un des trois type decolonne de bataillon qui consistait à déployer sur la droite les deux compagnies de fusiliers, la compagnie des grenadiers et sur la gauche celles des voltigeurs. Seule la France s'est battue avec un mixte de ligne, de colonne de compagnie et de" colonne de division, c'est la colonne par division. Les exemples sont nombreux: Iéna, Friedland, Albuera, Fuentes de Onoro, Montmirail pour ne citer que les plus célèbres sans la fameuse colonne de Macdonald à Wagram.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

La Garde Impériale.

Régiments

Conditions d'admission

Les Régiments :

Par soucis de cohérence la liste des régiments de la Garde est celle qui est la plus proche du décret impérial de 1808 qui organise l'infanterie française. Le nombre et l'appellation des régiments étant variables dans le temps.

Les régiments d'infanterie de la Garde :

1 Régiment de grenadiers à pied

1 Régiment de Fusiliers-Grenadiers

1 Régiment de Tirailleurs-Grenadiers

2 Régiment de Tirailleurs-Grenadiers

1 Régiment de Conscrits-Grenadiers

2 Régiment de Conscrits-Grenadiers

1 Régiment de Chasseurs à pied

1 Régiment de Fusiliers-Chasseurs

1 Régiment de Tirailleurs-Chasseurs

2 Régiment de Tirailleurs-Chasseurs

1 Régiment de Conscrits-Chasseurs

2 Régiment de Conscrits-Chasseurs

Les régiments de cavalerie de la Garde

1 Régiment de Grenadiers à cheval

1 Régiment de Chasseurs à cheval *

Régiment de Dragons de l'Impératrice

Régiment de Chevau-légers polonais

* La compagnie de Mamelouk sera rattachée à ce régiment.

Les régiments d'artillerie de la Garde

1 Régiment d'Artillerie à pied

1 Régiment d'Artillerie à cheval

Unités diverses :

Compagnie des vétérans.

Gendarmerie d'élite.

Ouvriers d'administration.

Gendarmes d'ordonnance.

Les vélites : infanterie, cavalerie et artillerie qui seront incorporés dans les diverses unités de la Garde.

On parle de la Garde Impériale alors qu'il faut distinguer la vieille, la moyenne et la jeune.

La solde n'était pas la même à gradé égal. Un sous officier de la vieille garde qui était affecté à un régiment de ligne pour y faire momentanément de l'instruction avait alors la solde et le grade de lieutenant.

Il est facile de reconnaître des unités de la vieille garde sur les tableaux et gravures d'époque, elle est la seule des 3 gardes à porter l'habit long et la perruque.

Il faut ajouter que la Garde ne devient « impériale » qu'au sacre. Elle existe déjà en tant que Garde Consulaire. Bonaparte en a déjà fixé les conditions d'admission :

-avoir effectué au moins 3 campagnes

-avoir été blessé, ou avoir fait preuve de courage

-être patriote et de bonne conduite

-être âgé d'au moins 25 ans et mesurer au moins 1,78m

-savoir lire et écrire. Ce dernier critère ne s'appliquera en fait qu'aux officiers et sous-officiers.

Il pouvait exister des dérogations pour la taille, l'histoire la plus connue étant celle de Jean-Roch Coignet à qui un certain Maréchal Davout conseilla de placer 2 paquets de cartes dans ses bas pour atteindre la bonne taille.

Ce qui est tout autant savoureux et que Coignet raconte dans ses mémoires c'est l'algarade qu'il eut avec une dame celle-ci se sentant quelque peu trompée sur la marchandise quant à la taille de son grognard !

Les chefs de la Garde.

Général de division Jean Lannes Inspecteur général de la Garde Consulaire.

Alors qu'il ne ménage pas les dépenses pour être en conformité avec les prescriptions de Bonaparte quelques jaloux utilisent le montant des sommes engagées pour nuire à Lannes. Bonaparte se sent obligé de relever son ami de son commandement. Le futur Maréchal de France écrira cette lettre qui le dépeint tout entier :

« Citoyen Consul:

Le Commandement de votre garde m'a entraîné à une dépense de 400000 francs... Vous connaissez, citoyen général, ma probité; je ne suis pas riche, j'ai été obligé d'emprunter pour payer toutes mes dépenses, je désirerais que tout ce que je possède suffise à mes dettes; il me reste pour fortune trois balles, deux coups de sabre et trois coups de baïonnette reçus au champ d'honneur. Malgré tous les désagréments que j'ai éprouvés depuis que je commande votre garde, par l'influence de ceux qui sont parvenus à m'éloigner de vous, je n'en suis pas moins votre ami dévoué. Vous pouvez, citoyen Consul, disposer du peu de sang qui me reste; il est à la Patrie."

Dorsenne colonel général de la Garde lui aussi il meurt suite aux blessures reçues à Essling en 1812 à Paris. Célèbre par son courage légendaire il commandait ses hommes en tournant le dos à l'ennemi y compris sous le feu de l'artillerie adverse.

Maréchal Bessières encore un gascon ! A la bataille de Maloiaroslavets il dégagera Napoléon attaqué par 8000 cosaques. Celui qui assurait déjà la protection de Bonaparte le 18 brumaire. Il n'a jamais failli.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Et surtout... surtout ... le dernier carré de Waterloo, ou environ 500 Grenadier de la VIEILLE Garde resiste face à toutes l'armée anglo-prusso-autrichienne pour permettre à la Grande Armée de retraiter en bon ordre.

"LA GARDE MEURT, MAIS NE SE REND PAS" Général Cambronne.

"MERDE !!!" Cambronne, agacé qu'un officier le somme de se rendre.

Modifié par Davoust

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Non jamais plus[Centrer][/Centrer]

Voici un extrait pris dans un teste relatif à l'opération Atlante qui se déroulait en Indochine en concomitence avec Dien Bien Phu.

'J. Sockeel *:

Tu touches là à l'un des points sensibles qui ont toujours marqué ma conception de la responsabilité du Chef dans un engagement armé, et je t'en ai souvent parlé. Tout jeune, et à mes débuts dans la hiérarchie avant la guerre, j'avais toujours considéré qu'une action militaire ayant entraîné des pertes moyennes ou importantes devait relever d'une Commission d'enquête, voire d'un Tribunal Militaire. C'est la coutume dans la Marine où quiconque perd son Bâtiment passe devant un Tribunal maritime, que ce soit par sa faute ou non, pour qu'un jugement le sanctionne; il devrait en être de même dans l'Armée de Terre. Après certains échecs je me suis toujours très bien trouvé d'être jugé par mes Pairs après une enquête, et je regrette qu'il n'en ait pas toujours été ainsi; un simple rapport sur les faits ne saurait être jugé suffisant. Voilà pour ce qui concerne ma philosophie personnelle."

Le texte est soiligné par mes soins.

En faisant une recherche sous opération Atlante on doit pouvoir retrouver l'intégralité sans difficulté.

* général Jacques Sockeel.

Dans son film intitulé Dien Bien Phu Pierre Shoendoerfer fais dire à un de ses personnages:" Il n'y a pas de plus grands sacrifice que celui de l'honneur".

Eh bien moi je postule que ce sacrifice ne doit en aucun cas se substituer à l'incompétence du commandement.

Les hommes que l'on a sous ses ordres ne doivent pas être du consommable. Jamais!

Je suis d'accord avec Lartéguy quand il fait dire à Raspéguy qu'un de ses hommes qui meurt c'est une partie de nous même qui nous est arrachée. Ca doit nous faire hurler. Ca doit nous donner envie d'étre toujours sur le terrain pour s'entrainer encore et encore pour étre les pires enfants de salauds d'écumeurs de fond de talweg que la terre n'a jamais engendré parce que tes hommes c'est sacré. Allez faire la pute sur les champs le 14 juillet et toutes les conneries de la même farine ça coute du fric, ça ne sert à rien, ça gaspille du temps, ce temps si précieux à l'entrainement.

J'ai eu le privilége de commander une section d'appelés des mecs qui touchaient 241 francs par mois, des citoyens et c'était autre chose que ces petits merdeux qui s'engagent et qui vont pleurnicher sur un autre topic comment quitter l'armée. J'étais leur chef et ils étaient mes hommes la possession marchait dans les 2 sens. Nous n'avions souvent pas les moyens nécessaires mais ils avaient le bide et les C.........

Avec eux je suis certain que je pourrai foutre la branlée à la moitié des sections de combat de l'armée 2007 au minimum.

Si je suis bonapartiste sur certains points c'est justement parce qu'a l'époque il y avait de tels chefs sortis du rang.

Quand on exerce un commandement quel qu'il soit on ne doit penser qu'a une seule chose:servir. Servir la Nation avec un putain de N majuscule, ce n'est ni de droite ni de gauche, c'est républicain. C'est le seul chemin de l'honneur.

130 autorité Appel...........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Votre point de vue est celui d'un homme vivant au 21eme siècle, pas de celui d'un homme ayant vécu les guerres de la révolution se qui sera encore plus vrai pour les hommes de la vieille Garde.

A tout à l'heure, la deuxième mi-temps débutte...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Votre point de vue est celui d'un homme vivant au 21eme siècle,

C'est pour ça que j'ai raison.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Votre point de vue est celui d'un homme vivant au 21eme siècle,

C'est pour ça que j'ai raison.

Cela est votre point de vue... Mais pas celui de Dorsenne, Lasalles, d'Hautpoul.... et des Grenadiers de la Vieille Garde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)
Votre point de vue est celui d'un homme vivant au 21eme siècle,

C'est pour ça que j'ai raison.

Cela est votre point de vue... Mais pas celui de Dorsenne, Lasalles, d'Hautpoul.... et des Grenadiers de la Vieille Garde.

L'histoire comme je la conçois est un enseignement. A chacun d'en retire ce qu'il peut. Mais on peut parier sans aucun risque que Bonaparte aujourd'hui derait lui aussi un général du XXI siécle.

Et, petit additif sur le terrain j'ai toujours gagné. Il y a même quelques lieutenants à qui j'ai copieusement botté le cul qui ajourd'hui ont de jolies étoiles sur leurs uniformes. Ca forge une conviction.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Vous êtes militaire ?

Je l'ai été aussi mais ma carrière fût courte: un seul "mandat" on dira.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Militaire? Pas un seul jour!

Soldat dans le corps des sous-officiers.

Je me suis tiré pour 2 raisons:

- manque de moyens tout allait pour le nucléaire, le commandement nous prenait pour des cons dès le niveau de la division.

- 60 jours d'arrêts de rigueur de la part du ministre et pour le même motif la proposition d'intégrer le SDECE, la DGSE aujourd'hui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
Militaire? Pas un seul jour!

Soldat dans le corps des sous-officiers.

Je me suis tiré pour 2 raisons:

- manque de moyens tout allait pour le nucléaire, le commandement nous prenait pour des cons dès le niveau de la division.

- 60 jours d'arrêts de rigueur de la part du ministre et pour le même motif la proposition d'intégrer le SDECE, la DGSE aujourd'hui.

;):o vous vous moquez de moi ? :o :D

Si l'âge de votre profil est votre âge réel, vous ne pouvez avoir connu l'ancienne DGSE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)
Militaire? Pas un seul jour!

Soldat dans le corps des sous-officiers.

Je me suis tiré pour 2 raisons:

- manque de moyens tout allait pour le nucléaire, le commandement nous prenait pour des cons dès le niveau de la division.

- 60 jours d'arrêts de rigueur de la part du ministre et pour le même motif la proposition d'intégrer le SDECE, la DGSE aujourd'hui.

;):o vous vous moquez de moi ? :o :D

Si l'âge de votre profil est votre âge réel, vous ne pouvez avoir connu l'ancienne DGSE.

Bien vu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant