4 août


Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Wikipedia

événements

1 à 1900

1060 : Philippe Ier succède à son père Henri Ier sur le trône de France.

1145 : L'empereur Conrad III valide les titres de Raimond des Baux et d'étiennette, s¿ur cadette de Douce Ière, sans en préciser trop le contenu, et leur donne le droit de battre mon­naie, avantage attaché à la souveraineté.

1265 : Bataille d'Evesham, bataille décisive de la «seconde guerre des Barons» au cours de laquelle les barons rebelles anglais sous la conduite de Simon V de Montfort seront massacrés sur le champ de bataille par les forces royalistes du Prince édouard (futur roi édouard Ier), quatre fois plus nombreuses.

1381 : Signature du traité de Guérande.

1443 : Fondation des Hospices de Beaune, hôpital pour les pauvres, créé à l'initiative de Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne Philippe II le Bon, et de son épouse Guigone de Salins.

Hotel_Dieu_Beaune.jpg

1532 : Traité de rattachement de la Bretagne à la France.

1693 : Date probable de découverte du procédé de fabrication du Champagne par Dom Pérignon.

1789 : En France, abolition des privilèges par l'Assemblée nationale constituante.

4aout.jpg

1802 : Proclamation de la Constitution de l'An X.

1870 : Bataille de Wissembourg : défaite des troupes de Napoléon III face aux Prussiens.

XXe siècle

1903 : Le cardinal de Venise Giuseppe Melchiorre Sarto devient le pape Pie X.

1914 : Invasion de la Belgique par l'Allemagne.

1916 : (Première Guerre mondiale) : Sur le front du Moyen-Orient, second raid germano-turc sur Le Caire.

1940 : L'armée italienne d'Abyssinie entre en Somalie britannique.

1944 : Arrestation d'Anne Frank par la Gestapo, ainsi que sept autres Juifs à Amsterdam.

1958 : Le sous-marin à propulsion nucléaire états-unien Nautilus franchit le Pôle Nord sous la banquise.

1962 : Jonction des équipes de forage françaises et italiennes du Tunnel du Mont Blanc.

1982 : Dépénalisation de l'homosexualité en France.

1984 : La Haute Volta devient le Burkina Faso sous la houlette du CNR (Conseil national de la Révolution) dirigé par Thomas Sankara, qui sera assassiné 3 ans plus tard (15 octobre 1987) suite à un coup d'état orchestré par Blaise Compaoré.

1988 : Leader de la Thaïlande, le général Prem Tinnasulanonda refuse en vain à Chatchai Chunhawan, leader du parti Nation Thaïlandaise (phak chat thai), le poste de Premier ministre qui lui revient de droit.

1998 : Rupture des digues du fleuve Yang Tsé Kiang en Chine : 2000 morts et plus de 100 000 sinistrés.

1999 : Entrée en vigueur d'une réforme de l'orthographe controversée en Allemagne.

XXIe siècle

2002 :

Gonzalo Sánchez de Lozada est élu président de la Bolivie.

Disparition de Holly Wells et Jessica Chapman, deux fillettes de 10 ans, à Soham au Royaume-Uni, assassinées par Ian Huntley.

é Barcelone (Espagne), alternative de Serafín Marín, matador espagnol.

2005 : Le Danemark envoie un bateau patrouilleur vers l'île Hans pour maintenir la souveraineté danoise sur l'île, revendiquée par le Canada.

2006 :

La Verkhovna Rada vote l'investiture de Viktor Ianoukovitch comme Premier ministre de l'Ukraine.

En Ouganda, l'Armée de résistance du Seigneur annonce la « cessation unilatérale des hostilités », après 18 ans de combats contre l'armée régulière.

Naissances

1521 : Urbain VII, 228e pape (¿ 27 septembre 1590)

1770 : François étienne Kellermann, général

kellerman.gif

1792 : Percy Bysshe Shelley, poète britannique (¿ 8 juillet 1822)

1805 : William Rowan Hamilton, mathématicien, physicien et astronome irlandais (¿ 2 septembre 1865)

1859 : Knut Hamsun, écrivain norvégien (¿ 19 février 1952)

1884 : Henri Cornet, plus jeune vainqueur du Tour de France cycliste, à 20 ans moins onze jours. (¿ 18 mai 1941)

1900 : Elizabeth Bowes-Lyon, dite « Queen Mum », reine mère du Royaume-Uni (¿ 30 mars 2002)

1901 : Louis Armstrong, chanteur et trompettiste de jazz américain (¿ 6 juillet 1971)

1904 :

Witold Gombrowicz, écrivain polonais (¿ 24 juillet 1969)

Christian-Jaque, réalisateur français (¿ 8 juillet 1994).

1921 : Maurice « Rocket » Richard, joueur de hockey sur glace québécois (¿ 27 mai 2000)

1937 : Thierry Roland, commentateur sportif

1943 : Michael J. McCulley, astronaute américain

1947 : Klaus Schulze, compositeur et musicien allemand, pionnier de la musique électronique, le "pape" du synthétiseur.

1955 :

Andrew M. Allen, astronaute américain

Charles D. Gemar, astronaute américain

Billy Bob Thornton, acteur et chanteur américain

1966 : Luc Leblanc, champion de France et champion du monde de cyclisme

1969 : Max Cavalera, musicien brésilien

1973 : Xavier Marchand, nageur français

1990 : Camille Leduc, niéce du comte de Paris

Décès

1060 : Henri Ier, roi de France

1265 : Simon V de Montfort, 6e comte de Leicester, tué à la Bataille d'Evesham par les forces royalistes du Prince édouard (futur roi édouard Ier d'Angleterre).

Montfort.jpg

1265 : Hughes Ier le Despencer, 1er Baron le Despencer, tué à la Bataille d'Evesham par les forces royalistes du Prince édouard (futur roi édouard Ier d'Angleterre).

1306 : Venceslas III, roi de Hongrie, de Bohême et de Pologne.

1378 : Galéas II Visconti, seigneur de Milan.

1639 : Juan Ruiz de Alarcón, dramaturge mexicain d'ascendance espagnole. (° 2 octobre 1581).

1718 : René Lepage de Ste-Claire, seigneur-fondateur de Rimouski,au Quebec/en Nouvelle-France (° 10 avril 1656)

1778 : Pierre de Rigaud de Vaudreuil, officier de la Marine française, dernier gouverneur général de la Nouvelle-France (° 22 novembre 1698)

1827 : Claude-Pierre Dellay d'Agier, écrivain et homme politique français. (° 25 décembre 1750).

1875 : Hans Christian Andersen, poète et auteur

1940 : Vladimir Jabotinsky, un leader de l'aile droite du mouvement sioniste et fondateur de la Légion juive (° 18 octobre 1880).

1977 : Edgar Douglas Adrian, physiologiste, spécialiste du système nerveux, prix Nobel de physiologie et de médecine en 1932.

1997 : Jeanne Calment, doyenne de l'humanité à l'âge de 122 ans 5 mois et 14 jours (légalement prouvés).

1990 : Ettore Maserati, constructeur automobile italien

2005 : Charlie Black, homme d'affaires, dernier époux de Shirley Temple

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

4 août 1789, abolition des privilèges... on sait plus si c'est de l'Histoire ou de la Science-Fiction. soupir :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cjh81 Membre 3 246 messages
vous avez demandé un titcon ? ‚ 36ans
Posté(e)

anniversaire de mon popa et de ma cousine lol

comment ça c'est pas des dates historiques ? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Un grand jour de l'Histoire de France. Une sorte de ferveur, une nuit magique où le souffle de l'Histoire souffla comme jamais.

Voici le texte du décret du 11 août 1789 qui mit en forme et sanctionna ce qui fut alors voté.

Art. 1er L'Assemblée nationale détruit entièrement le régime féodal. Elle décrète que, dans les droits et les devoirs tant féodaux que censuels, ceux qui tiennent à la main-morte réelle ou personnelle, et à la servitude personnelle, et ceux qui les représentent, sont abolis sans indemnité ; et tous les autres sont déclarés rachetables, et le prix et le mode de rachat seront fixés par l'Assemblée nationale. Ceux desdits droits qui ne sont points supprimés par ce décret continueront néanmoins d'être perçus jusqu'au remboursement.Art. 2. Le droit exclusif des fuies et colombiers est aboli. Les pigeons seront enfermés aux époques fixées par les communautés durant lequel temps, ils seront regardés comme gibier, et chacun aura le droit de les tuer sur son terrain.

Art. 3. Le droit exclusif de la chasse ou des garennes ouvertes est pareillement aboli, et tout propriétaire a le droit de détruire ou faire détruire, seulement sur ses possessions, toute espèce de gibier, sauf à se conformer aux lois de police qui pourront être faites relativement à la sûreté publique. Toute les capitaineries même royales, et toutes réserves de chasse, sous quelque dénomination que ce soit, sont pareillement abolies ; et il sera pourvu, par des moyens compatibles avec le respect dû aux propriétés et à la liberté, à la conservation des plaisirs personnels du Roi. M. le président est chargé de demander au Roi le rappel des galériens et des bannis pour simple fait de chasse, l'élargissement des prisonniers actuellement détenus, et l'abolition des procédures existantes à cet égard.

Art. 4. Toutes les justices seigneuriales sont supprimées sans aucune indemnité, et néanmoins les officiers de ces justices continueront leurs fonctions jusqu'à ce qu'il ait été pourvu par l'Assemblée nationale à l'établissement d'un nouvel ordre judiciaire.

Art. 5. Les dîmes de toute nature, et les redevances qui en tiennent lieu, sous quelques dénominations qu'elles soient, connues et perçues, même par abonnement, possédées par les corps séculiers et réguliers, par les bénéficiers, les fabriques, et tous les gens de main-morte, même par l'ordre de Malte, et d'autres ordres religieux et militaires, même celles qui auraient été abandonnées à des laïques, en remplacement et pour option de portions congrues, sont abolies, sauf à aviser aux moyens de subvenir d'une autre manière à la dépense du culte divin, à l'entretien des ministres des autels, au soulagement des pauvres, aux réparations et reconstructions des églises et presbytères, et à tous les établissements, séminaires, écoles, collèges, hôpitaux, communautés et autres, à l'entretien desquels elles sont actuellement affectées. Et cependant, jusqu'à ce qu'il y ait été pourvu, et que les anciens possesseurs soient entrés en jouissance de leur remplacement, l'Assemblée nationale ordonne que lesdites dîmes continueront d'être perçues suivant les lois et en la manière accoutumée. Quant aux autres dîmes, de quelque nature qu'elles soient, elles seront rachetables de la manière qui sera réglée par l'Assemblée ; et jusqu'au règlement à faire à ce sujet, l'Assemblée nationale ordonne que la perception en sera aussi continuée.

Art. 6. Toutes les rentes foncières perpétuelles, soit en nature, soit en argent, de quelque espèce qu'elles soient, quelle que soit leur origine, à quelques personnes qu'elles soient dues, gens de main-morte, domaines apanagistes, ordre de Malte, seront rachetables ; les champarts de toute espèce, et sous toutes dénominations le seront pareillement, au taux qui sera fixé par l'Assemblée. Défense seront faites de plus à l'avenir de créer aucune redevance non remboursable.

Art. 7. La vénalité des offices de judicature et de municipalité est supprimée dès cet instant. La justice sera rendue gratuitement. Et néanmoins les officiers pourvus de ces offices continueront d'exercer leurs fonctions et d'en percevoir les émoluments jusqu'à ce qu'il ait été pourvu par l'Assemblée aux moyens de leur procurer leur remboursement.

Art. 8. Les droits casuels des curés de campagne sont supprimés, et cesseront d'être payés aussitôt qu'il aura été pourvu à l'augmentation des portions congrues et à la pension des vicaires, et il sera fait un règlement pour fixer le sort des curés des villes.

Art. 9. Les privilèges pécuniaires, personnels ou réels, en matière de subsides, sont abolis à jamais. La perception se fera sur tous les citoyens et sur tous les biens, de la même manière et de la même forme ; et il va être avisé aux moyens d'effectuer le payement proportionnel de toutes les contributions, même pour les six derniers mois de l'année de l'imposition courante.

Art. 10. Une constitution nationale et la liberté publique étant plus avantageuses aux provinces que les privilèges dont quelques-unes jouissaient, et dont le sacrifice est nécessaire à l'union intime de toutes les parties de l'empire, il est déclaré que tous les privilèges particuliers de provinces, principautés, pays, cantons, villes et communautés d'habitants, soit pécuniaires, soit de toute autre nature, soient abolis sans retour, et demeureront confondus dans le droit commun de tous les Français.

Art. 11. Tous les citoyens, sans distinction de naissances, pourront être admis à tous les emplois et les dignités ecclésiastiques, civiles et militaires, et nulle profession utile n'emportera dérogeance.

Art. 12. é l'avenir il ne sera envoyé en cour de Rome, en la vice-légation d'Avignon, en la nonciature de Lucerne, aucuns deniers pour annales ou pour quelque cause que ce soit ; mais les diocésains s'adresseront à leurs évêques pour toutes les provisions de bénéfices et dispenses, lesquelles seront accordées gratuitement, nonobstant toutes réserves, expectatives et partages de mois, toutes les églises de France devant jouir de la même liberté.

Art. 13. Les déports, droits de côte-morte, dépouilles, vacat, droits censaux, deniers de Saint-Pierre, et autres du même genre établis en faveur des évêques, archidiacres, archiprêtres, chapitres, curés primitifs et tous autres, sous quelque nom que ce soit, sont abolis, sauf à pourvoir, ainsi qu'il appartiendra, à la dotation des archidiaconés et des archiprêtres qui ne seraient pas suffisamment dotés.

Art. 14. La pluralité des bénéfices n'aura plus lieu à l'avenir, lorsque les revenus du bénéfice ou des bénéfices dont on sera titulaire excèderont le somme de 3 000 livres. Il ne sera pas permis non plus de posséder plusieurs pensions sur bénéfices, ou une pension et un bénéfice, si le produit des objets de ce genre que l'on possède déjà excède la même somme de 3 000 livres.

Art. 15. Sur le compte qui sera rendu à l'Assemblée nationale de l'état des pensions, grâces et traitements, qu'elle s'occupera, de concert avec le Roi, de la suppression de celles qui seraient excessives, sauf à déterminer à l'avenir une somme dont le Roi pourra disposer pour cet objet.

Art. 16. L'Assemblée nationale décrète qu'en mémoire des grandes et importantes délibérations qui viennent d'être prises pour le bonheur de la France, une médaille sera frappée, et qu'il sera chanté en actions de grâces un "Te deum" dans toutes les paroisses et églises du royaume.

Art. 17. L'Assemblée nationale proclame solennellement le Roi Louis XVI Restaurateur de la liberté française.

Art. 18. L'Assemblée nationale se rendra en corps auprès du Roi, pour présenter à Sa Majesté l'arrêté qu'elle vient de prendre, lui porter hommage de sa plus respectueuse reconnaissance, et la supplier de permettre que le "Te deum" soit chanté dans sa chapelle, et d'y assister elle-même. L'assemblée nationale s'occupera, immédiatement après la constitution, de la rédaction des lois nécessaires pour le développement des principes qu'elle a fixés par le présent arrêté, qui sera incessamment envoyé par MM. Les députés dans toutes les provinces, avec le décret du 10 de ce mois, pour y être imprimé, publié même au prône des paroisses, et affiché partout où besoin sera.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

La guerre de 1870 fut désastreuse et humiliante au possible.

Cela dit, on la qualifia, durant le mois d'août, de "guerre moderne" et, ce, pour plusieurs raisons :

1- L'ampleur des pertes humaines :

L'affrontement franco-prussien fut l'un de plus meurtriers de l'époque : 73697 morts, dont 32842 français rien qu'entre le 14 et le 18 août (bataille de Metz).

2- La continuité du combat :

Entre le 4 et le 20 août, les armées françaises et prussiennes se sont livrées à ce que l'on appelle une bataille en "Front continu", c'est-à-dire sans interruption durant la nuit (et cet état de fait est encore plus parlant entre le 14 et le 18 août).

Les soldats étaient véritablement épuisés, ne dormant parfois qu'une heure à peine. La bataille de Metz dure 6 jours pleins (nuits comprises)...Du jamais vu!

3-La boucherie :

La puissance des armes (mitrailleuses françaises et obus percurtants prussiens) qui sont responsables de blessures impressionnantes pour l'époque (hommes décapités, corps tranchés en deux, chevaux traînant leurs entrailles en plein champs de bataille...).

4-L'isolement des soldats :

Des unités complètement dispersées et désorganisées. Des soldats qui errent, à la recherche de leur unité qu'ils ne retrouvent que la nuit tombée, voire le lendemain...

5- Le bombardement des villes :

Auparavant, le siège des villes répondait à un cérémonial bien précis. Dorénavant, les villes sont, bien souvent, complétement détruites.

Les officiers prisonniers n'ont plus droit aux égards d'antan.

Quant aux blessés, ils ne sont guère épargnés par cette guerre "d'un genre nouveau".

Toutefois, les codes d'"honneur" ou de "bravoure"sont maintenus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant