peut-on se découvrir à 31 ans?


Invité michaelaro
Invité michaelaro Invités 0 message
Posté(e)

voilà, quelque chose qui me turlupine (c'est pas une grossièreté) depuis certains événements. jusqu'ici j'étais un roc, une falaise question sentiment et surtout question de les montrer. Pour ceux qui me connaissent, c'est d'ailleurs une des raisons de mes problèmes de couple, ce qui signifie que j'en suis responsable :D !!! Mais voilà, aujourd'hui, pour un oui ou pour un non je pleurerai : mon métier m'a amené à enterrer un de mes jeunes élèves (14 ans :o ) il y a quelques années et lors de l'enterrement je me suis effondré en larmes. Mais aujour'hui, une chanson triste, un cas triste ou un film mélo me feraient chialer comme une madeleine... J'ai perdu mon père j'avais 16 ans et je n'ai pas pleuré lors de son enterrement (ce qui au passage m'a valu d'être qualifié de monstre pas certain). pourquoi pleure-je (on appreciera...) pour un élève à 29 ans et pas pour mon père lorsque j'avais 16 ans? Ai-je changé du tout au tout ou étais-je ainsi depuis mon adolescence et je me suis construits le "The Wall" des Pink Floyd???? Ach pas simple en ce moment pas simple... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Je pense que faire son deuil ça prend du temps. Et tu dis toi même ne pas avoir l'habitude de montrer tes sentiments: peut-être qu'à un moment donné le bloc finit par se fendiller. De là à te demander si c'est étrange ou pas... A mon avis cela ne l'est pas. Et cela me semble aussi normal que tu culpabilises de ne pas avoir ressenti ce chagrin qui déborde enfin quand il le fallait. Mais c'est une première étape pour dépasser tout ça.

euh, je ne suis pas psy. C'est juste mon impression sur ton message.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Bonjour, ma Lili, comment se sont passées tes vacances ? :o

Nous sommes souvent moins sensibles à l'adolescence, nous vivons sur un petit nuage et minimisons les problèmes (ou les exagérons).La sensibilité s'accrue souvent dans le temps, maturité oblige! Nous prenons plus facilement conscience des choses, ceci explique cela.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Je réponds par rapport à moi même sans savoir si cela correspond,

on n'achève jamais son introspection,

mais j'ai eu moi aussi à me découvrir et dans ce cas le temps fait bien les choses,

tu n'avais peut être pas perçu la tristesse du deuil à l'époque ou tu l'avais enfouie,

peur de souffrir donc tu es plus sensible que la moyenne,

si tu parlais de ce que tu viens de ressentir à ta partenaire?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Ceux qui ne pleurent jamais sont pleins de larmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité michaelaro
Invité michaelaro Invités 0 message
Posté(e)
Je pense que faire son deuil ça prend du temps. Et tu dis toi même ne pas avoir l'habitude de montrer tes sentiments: peut-être qu'à un moment donné le bloc finit par se fendiller. De là à te demander si c'est étrange ou pas... A mon avis cela ne l'est pas. Et cela me semble aussi normal que tu culpabilises de ne pas avoir ressenti ce chagrin qui déborde enfin quand il le fallait. Mais c'est une première étape pour dépasser tout ça.

euh, je ne suis pas psy. C'est juste mon impression sur ton message.

tu n'es paspsy mais je pense que tu es proche de la vérité ; en même temps je me rends compte que mon metier me tient à coeur parce que je suis plus proche de mes eles que de mes colegues qu ne comprennent pas pourquoi tel ou tel eleve n'a pas de bon resultats alors que j'essaie moi de voir si ils vont bien ou non. Je me dis que c'est peut etre mon métier qui m'a obligé à me transférer sur l'age et les problèmes de mes eleves, qui me sensibilisent et me font remonter loin en arrière ; serait-ce alors un transfert freudien?? auquel cas suis-je un mauvais prof??? ou suis-je le prof qu'il faut à mes élèves??? ach je suis perdu en ce moment, je suis perdu pffffff

Ceux qui ne pleurent jamais sont pleins de larmes.

on dirait que tu as vécu cela pour avoir une telle phrase pleine de bons sens...cela permet de mettre de l'humanité chez beaucoup de nos congénères... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

en même temps je me rends compte que mon metier me tient à coeur parce que je suis plus proche de mes eles que de mes colegues qu ne comprennent pas pourquoi tel ou tel eleve n'a pas de bon resultats alors que j'essaie moi de voir si ils vont bien ou non. Je me dis que c'est peut etre mon métier qui m'a obligé à me transférer sur l'age et les problèmes de mes eleves, qui me sensibilisent et me font remonter loin en arrière ; serait-ce alors un transfert freudien?? auquel cas suis-je un mauvais prof??? ou suis-je le prof qu'il faut à mes élèves??? ach je suis perdu en ce moment, je suis perdu pffffff

Tu as perdu ton père à 16 ans... la tranche d'âge de tes élèves si j'ai bien compris. Tu te sens donc proche de leurs problèmes, probablement plus qu'un collègue qui n'a pas eu un choc tel à cet âge.

Je suis d'accord avec valtesse, sur le fait qu'à l'adolescence on est à la fois très fragile, mais aussi parfois paradoxalement très résistant à la souffrance (et qu'on devient plus sensible avec l'âge) et aussi avec don juan, sur le fait qu'en vieillissant on a enfin du recul, notamment sur son enfance et son adolescence: donc l'introspection va de soi, sur des choses qu'on a refoulées pour se protéger, et que si tu as tout gardé en toi cela ne fait pas de toi quelqu'un d'insensible, c'est d'ailleurs pourquoi cette sensibilité est exarcerbée aujourd'hui. J'ai fait une dépression nerveuse à trente ans parce que j'étais en plein dans cette phase, pleine de doutes, de questions, de culpabilité, etc. et je continue à essayer de dépasser plein de choses.

Tanquillise-toi, ce n'est pas parce que agis différemment de tes collègues que tu n'es pas un bon prof. Tu es perdu, mais tu vas retrouver ton chemin. :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lady V Membre 121 messages
Forumeur inspiré‚ 38ans
Posté(e)

à 16 ans tu n'avais pas la même conscience de la mort qu'à 29, et parfois, face aux proches, moins tu pleures mais plus tu souffres...... En as-tu voulu inconsciemment à ton père de t'avoir "abandonné"???? Pleurer aurait été admettre sa mort et son enterrement c'était trop tôt. je suppose que plus tard, peut-être des mois plus tard, tu t'es laché en réalisant. Tout ca tu ne pouvais pas le ressentir face à ton élève, tu as réalisé et libéré ta peine tout de suite. Je te souhaite de remonter cette pente car ca doit vraiment être marquant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

On peut "se découvrir" n'importe quand. Ce n'est pas une question d'âge mais de situation. Bien souvent, nous serions bien incapables de savoir dans la minute précédente ce que nous ferions dans l'instant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité michaelaro
Invité michaelaro Invités 0 message
Posté(e)
à 16 ans tu n'avais pas la même conscience de la mort qu'à 29, et parfois, face aux proches, moins tu pleures mais plus tu souffres...... En as-tu voulu inconsciemment à ton père de t'avoir "abandonné"???? Pleurer aurait été admettre sa mort et son enterrement c'était trop tôt. je suppose que plus tard, peut-être des mois plus tard, tu t'es laché en réalisant. Tout ca tu ne pouvais pas le ressentir face à ton élève, tu as réalisé et libéré ta peine tout de suite. Je te souhaite de remonter cette pente car ca doit vraiment être marquant

non je ne lui en ai jamais voulu au contraire, la situation de sa maadie était-elle que...j'ai souhaité plein de fois que cela cesse. Peu d'amour paternelle et en revanche beaucoup d'attention maternelle. Même des mois plus tard je e me suis pas laché, au contraire, je me suis durci. Comme je le disais dans mon messge plus haut, j'étais un peu comme Pink le héros de The Wall d'Alan PARKER : je me suis emmuré et ma femme m'a vachement aidé à surmonter cela. En même temps, à 20 ans j'ai eu une maladie qu'on ne devrait pas avoir à cet âge là et qui aurait pu s'avérer très grave si elle n'avait pas été prise à temps. Tout cela fait qu'aujourd'hui avec mon couple qui semble se disloquer en douceur (et dans la bonne humeur...) fait que mille choses resurgissent au fur et à mesure...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lady V Membre 121 messages
Forumeur inspiré‚ 38ans
Posté(e)

Donc tu lui en voulais quand même mais pour son vivant également Je pense que ta réaction était plus naturelle que si tu avais éclaté en sanglots ce jour-là. J'ai également vécu une relation difficile avec mon père il s'est pendu il y a 3 mois et je n'ai pas non plus pleuré, je regrette simplement. Aujourd'hui encore, alors que je n'ai aucune haine envers lui je n'ai pas été sur sa tombe.J 'ai l'impression que tu vas mal plus que ce que tes messages laissent deviner. Tout ce que je peux te conseiller c de ne pas rester seul et de garder la foi même si des fois tu ne sais pas vraiment pourquoi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Charlytiti Membre 273 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)
voilà, quelque chose qui me turlupine (c'est pas une grossièreté) depuis certains événements. jusqu'ici j'étais un roc, une falaise question sentiment et surtout question de les montrer. Pour ceux qui me connaissent, c'est d'ailleurs une des raisons de mes problèmes de couple, ce qui signifie que j'en suis responsable :D !!! Mais voilà, aujourd'hui, pour un oui ou pour un non je pleurerai : mon métier m'a amené à enterrer un de mes jeunes élèves (14 ans :o ) il y a quelques années et lors de l'enterrement je me suis effondré en larmes. Mais aujour'hui, une chanson triste, un cas triste ou un film mélo me feraient chialer comme une madeleine... J'ai perdu mon père j'avais 16 ans et je n'ai pas pleuré lors de son enterrement (ce qui au passage m'a valu d'être qualifié de monstre pas certain). pourquoi pleure-je (on appreciera...) pour un élève à 29 ans et pas pour mon père lorsque j'avais 16 ans? Ai-je changé du tout au tout ou étais-je ainsi depuis mon adolescence et je me suis construits le "The Wall" des Pink Floyd???? Ach pas simple en ce moment pas simple... :o

Moi, je crois qu'il y a une étape psychique au moins tous les 10 ans, un cap à dépasser... la maturité qui s'installe, (sûrement) et plus on avance en âge et plus l'on prend conscience de la finesse des choses, de notre fragilité et du temps qui nous est imparti.

La jeunesse est une forteresse, rien ne peut nous atteindre...

c'est ça qui était bien...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Charlytiti Membre 273 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)

c'est vrai que Michaelero n'est pas bien du tout... on dirait qu'il commence une dépression...

Il ne faut pas que tu sombres ... Michaelero.. !! non !! surtout pas. Il y a TOUJOURS des gens sur cette planète qui te retiennent avec la main pour ne pas que tu coules.

J'ai lu les lignes de Lady V qui parle du suicide de son père.. il y a trois mois..

J'admire des gens comme vous qui doivent dépasser des parcours pareils...

J'ai fait une dépression, et je n'en suis pas encore vraiment sortie alors qu'elle a commencé il y a .C'est très long et très douloureux de remonter après des pertes de cette dimension, sans compter les autres absences de tous ceux que j'ai déjà perdus.

A de telles souffrances, point de mots. Juste la COMPASSION et le PARTAGE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)

Des qu'on ouvre les vannes, c'est difficile de les refermer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alice72 Membre 15 messages
Forumeur balbutiant‚ 44ans
Posté(e)

Dommage qu'il n'y ai pas plus de prof avec cette sensibilité.

Sans doute, du haut de tes 16 ans, tu ne t'es pas donné le droit d'être faible.Il fallait les "protèger".Il fallait "rester fort". Je l'ai souvent constaté auprès de patient.

Refouler ses blessures, ses peurs permet de mieux supporter la douleur, se persuader que ... .Jusqu'au jour ou ce poids devient de plus en plus lourd et insuppotable, épuisant. Tôt ou tard, il faut ce donner le droit d'être faible, gente masculine comprise , je ne vois pas ou est le problème .

Qu'en penses-tu , où pensez-vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant