Viens ici nous montrer ce que tu sais faire!


amadeo14 Membre 86 messages
Forumeur en herbe‚ 25ans
Posté(e)

Bonjour à tous.

Je vous invite ici,à faire partager votre passion pour l'écriture. Faites nous lire vos Romans,poésie,poème,fanfic ect ect ect...!!

Je met le mien:

2 h 30 du matin. Un mauvais goût de somnifère dans la bouche. Les yeux grands ouverts et les bras étalé paresseusement sur le lit . Les jambes détendue de façon précaire. Il n'arrivait pas à dormir. C'était la faute de cette fichue pleine lune, pale forme immobile au milieu des nuages gris. Une fois de plus il se leva et écarta ses rideaux vert sombre pour voir cette douce lumière argentée se diffuser au dehors. Deux heures passèrent encore. Puis il finit par se laisser convaincre par l'état horriblement sordide dans lequel il était plongé. Vif,les yeux parfaitement ouverts,le corps glacé enveloppé dans un pyjama de lin blanc cassé. Il sut qu'il ne dormirai pas. Donc,pour ne pas perdre son temps,il sortit de son placard en désordre un carnet de croquis et chercha un modèle à dessiner sur le champs. Tant qu'a faire autant ne pas gâcher des heures à chercher le sommeil. Une fois encore il se rapprocha de la fenêtre dont il avait laisser les rideaux ouvert,et s'assit sur son rebord. Penseur,il y chercha un coin éclairé du parc qui s'étendait devant lui. Durant une longue période il resta immobile à scruter la pénombre.

L'impossible survint,ou plutôt l'absurde car bizarrement à cet instant, une jeune fille,13 ou 14 ans était entrée dans le parc en dansant une valse avec un partenaire invisible. Le regard lointain,elle virevoltait dans la brise légère de la nuit. Elle chantonnait un air mélancolique. Il l'entendait d'ici.

Une suite de note allant des plus grave au plus aigues ,par palier successif. Un chant merveilleux à écouter jusqu'à en perdre l'âme.

_Mais qu'est-ce quelle fait ici? Murmura-t-il en se frottant les yeux. Est-ce qu'elle était folle? Il réfléchit un instant. étrange spectacle. Vraiment ¿

En un instant il la vit passer sous les grand arbres sombres et réapparaître non loin de sa fenêtre le regard rêveur,un fin sourire étirant ses lèvres rose. Une vraie petite poupée se dit il. Elle était proche,si proche que si il n'y avait pas eu la vitre il aurait pu sentir son parfum. Mais quelle était belle cette fille!!! Pensa t-il en la regardant tournoyer au milieu des ombres d¿arbres . Deux grand yeux bleus qui brillaient comme des flammes,une chevelure blonde tirant sur le roux pendant innocemment sur ses épaules fragile entourée de ruban. Elle portait une robe de satin rouge,un peu comme celle des jeunes filles de la renaissance italienne. Ses petites mains d'un blanc pur était serrées autours d'une masse d'air invisible comme si elle se blottissait dans l¿inconnus¿avec un sourire vifs et bien vivant sur les lèvres. Et elle dansait,dansait sans s'arrêter. Puis soudain elle s'arrêta,se retourna doucement vers sa fenêtre et son regard se posa sur lui. Une drôle d¿expression se peignit sur son visage enfantin,du genre qui signifie la frayeur mais aussi le plaisir de découvrir qu¿on l¿épiait à une heure pareille,l¿impression d¿exister furtivement aux yeux des gens,et elle disparut,derrière le coin de la rue,repartie comme elle était venue,un simple petit mirage¿ Le parc Toshiba était de nouveaux vide, totalement triste. Comme à son habitude.

Le matin approchait . Mais il n'avait pas dormit et une répétition de musique importante avait lieu à 10h. Il était chanteur à mis temps dans un groupe d'amis et jouait aussi de la guitare électrique à le perfection.

Dans deux heures environ,il devrait traverser la ville pour se rendre chez son pote pour cette fameuse répétition.

Il regarda son reflet dans la glace. Son corps était svelte, fin,pas encore des formes d'anorexie mais presque ,et musclés. Des cheveux d'un bruns presque noir pendaient devant ses yeux et recouvrait son cou de justesse. Son regard était pleins d'expression de mauvaise fatigue et il put y voir la conséquence de la nuit qu'il venait de passer. De fins vaisseaux rouge sillonnait ses yeux par endroit et des cernes soulignait délicatement leur forme en amande. Il faisait peine à voir. Sa mère,si elle avait été encore la,lui aurait dit de ne pas aller travailler.

Si il avait eu la peau mate,sa aurait pu passer,mais malheureusement,sa peau était d'un blanc terriblement fantomatique. Bref,il aurait pu jouer sans maquillage dans un film d'horreur ou des morts vivant y figuraient. Cette pensée le fit sourire.

Il décida qu ¿il était l'heure de s'habiller. Donc il ouvrit son armoire et attrapa un pantalon de cuir patiné. Il l'enfila et se choisit une chemise de la même couleur saillante ,terriblement moulante,mettant en valeur sa belle musculature. Il se mit un collier à clous destinés à lui donner un style plutôt austère,une ceinture à chaînes incrustée de têtes de mort en argent et se passa un coup de gel dans les cheveux afin de les tenir en laisse un petit bout de temps car au bout d¿une heure il redevenait rebelle¿ce qui lui donnait un air encore plus mauvais. Un pur joueur de guitare électrique et chanteur de rock,avec la mine d¿un type sortant de prison. Il glissa sur ses épaules un manteau de cuir noir et empoigna son instrument,avec sa mains recouverte de bague au signe tribal .

On disait de lui qu'il était un homme étrange. Ténébreux à souhait,aussi parleur qu'un bloc de béton,et aussi beau qu ¿il était dangereux . Les filles en avait plutôt peur car il avait par le passé commis des choses étranges¿pas pour atteinte à la vie d¿autrui,mais plutôt faire des trucs comme monter sur la balustrade de son immeuble et hurler:

« Je veux sentir la mort filer avec moi! »

Bref,il foutait la trouille à tous le monde¿

Il traversa le boulevard,empoigna la barre de fer des escaliers du métro et composta son ticket. Il alla sur le quai numéro 8 et il ne bougea plus pour attendre le train. Cette air, de petite fille lui traînant en tête,un air entêtant,qui blesse le fond du c¿ur jusqu'à ce qu¿on l¿oublie.

Mais toutes ses pensées s'envolèrent lorsque le métro arriva,il les laissa sur le quai numéro 8 de la station 17,remplacée par ces accords qu'il devait connaître par c¿ur.

Dans le métro il y avait peu de monde pour une fois. Une vielle femme qui regardait les autres quai défiler , une autre femme de 35 ans qui se recoiffait en regardant son reflet dans la vitre sombre et sale de gauche,et un jeune homme d'a peine 14 ans qui cherchait son ticket dans les nombreuse poche de sa veste au coloris criards. La voie du haut parleur annonça:

_Quai de l'avenue du lion doré,la sortie s'effectuera à votre droite.

Les portes s'ouvrirent et il sortit, le seul d'ailleurs à le faire,mais d'autres voyageurs souterrains entraient à leur tour.

Il grimpa les escaliers de béton et sortit à l'air libre. La pleine ville de Tokyo s'étendait devant lui. Animée par le bruit des voitures,et les gens qui parlaient et traversaient chacune de ces rues avec des pas précipité.

_Shenko?!

Cette voix,il ne la connaissait que trop bien. Il se retourna et vit cette personne avec laquelle il avait partagé tant d'années.

Plutôt petite,les cheveux noirs, et lisse,un long manteau à fleur l'enveloppant d'une façon amusante,elle le regardait stupéfaite.

_Sa alors!! Mais qu'Est-ce que tu fiche ici?

Il sourit et lui répondit ,surpris de la revoir si vite.

_Salut Misoko.

Elle lui fit son plus beau sourire:

_Alors qu'est-ce que tu deviens? Toujours dans un groupe de rock je vois,hum?

C' était exact,il avait intégré le groupe à ses 16 ans,en tant que guitariste et maintenant il avait atteint le statut de chanteur à cause de sa voix puissante qui avait séduit nombre de personne.

Misoko avait été sa compagne durant trois ans,à 14 an il s'étaient mis ensemble, pour ensuite se séparer lorsqu'il avait eu dix-sept ans. Et depuis il ne s'étaient pas revu.

Il avait à ce jour 18 ans et était entré dans une fac de sport. C'était les vacances.

_Oui. On a aussi changer le nom du groupe qui faisait vieux,à présent il s'appelle « Blow of guitar ».

_« Blow of guitar »?Et ou est votre prochain concert?

_A la fin du mois,le 31,on joue au « dragon rouge du mois d'octobre » de 22 h à 1h du matin.

Elle sortit un carnet de sa poche et nota les informations sur celui-ci.

_ Très bien! Bon ben à plus! On se reverra je pense. Salut Shen.

Et elle s'éloigna jusqu'à disparaître derrière la file de voiture qui diffusait une quantité de gaz incroyable.

Il poursuivit son chemin,guitare dans le dos,boots au pieds.

Il arrivait à la hauteur de la place « Makaliko » et regarda sa montre qui lui avait coûté toute la recette d¿un de ses concert du fait de son prix élevés.

Il était que neuf heure. Trop en avance il décida de s'asseoir au bord de la fontaine qui faisait un délicieux bruit de clapotis. Des pigeons voletaient autour de lui et le soleil était au rendez vous,peu être pourrait t'il lui redonner des couleurs. Il sortit son baladeur Mp3 de son manteau et mit le son à fond.

Le chanteur de son groupe préféré hurlait au rythmes de la batterie les paroles suivantes:

« -I am only one man who will die my heart goes to disappear.

I go towards my safety but which is it high with you?

little to be angels? Or of the demons?

I do not know anything of it.

You are¿ »

C'était l'une de ces chansons préférée de ce groupe encore peu connu qu¿il avait découvert un soir à la radio vers les 23 h 12h..

Le temps passa très vite,et bientôt, son portable indiqua 9 h 30.

Il prit donc une rue transversale et s'engouffra dans un immeuble de petite taille qui sentait le produit nettoyant.

Il ne se souvenait plus trop ou était le domicile de son amis Laisuko car il répétait le plus souvent chez le batteur du groupe.

Quel étage déjà? Pensa-t-il.

Il rechercha le nom « Laisuko » dans les boites au lettres de fer peint en vert feuille. Il le trouva,griffonné sur un bout de papier glissé sous la plaquette de plastique transparent.

Bon, au moins,c' était le bon immeuble. Maintenant,il s'agissait de trouver l'étage.

Il grimpa dans la cage d'escalier,et arriva sur un premier palier.

Des fleurs?pensa-t-il.

Devant la porte,il y avait un bouquet de coquelicots.

Sa ne peu pas être ici,se dit t-il dans un sourire coin.

Il se mit en quête d'un nouvel étage. En arrivant sur le second palier,il écouta les voix qu'il entendait venir de l'appartement. Une femme hurlait à son mari:

« Mais quand est-ce que tu finira tes imbécillités? Hein? Je suis ta boniche? J'en n'ai marre moi, je me tire! » Et sur ces mots,elle déboula en trombe dans le couloir,armées d'une valise,le regard fou. Elle poussa Shenko contre le mur et se fraya un chemin dans l'escalier. Son « ex copain » le regard réjoui était mort de rire. Il dit un bonjour jovial à Shenko qui le regardait et celui-ci se détourna vers la montée d'escalier.

Dernier étage. Fort heureusement,il entendit à travers la porte de faible notes de basse.

Il sonna deux trois, fois.

La porte s'ouvrit laissant voir un jeune homme d'une vingtaine d'années. Il portai un jeans délavé et un tee-shirt « Sex pistols ». Le corps aussi fin que celui de Shenko,les yeux vert pommes et les cheveux coupés court coiffé avec soin en pics d'environ cinq centimètre de long.

« -Hello! Alors,tu as trouver le bon étage? Parfait. Viens entre. Au fait tu ma apporter mes partition de basse?

Shenko entra a sa suite dans le petit studio de son amis qui s'était déjà assis sur une chaise et empoignait son instrument pour l'accorder méticuleusement.

Feigai était déjà la et tapait sur sa batterie sans prêter attention au reste du groupe. Il avait les cheveux long qui lui tombait sur les épaules,le regard joyeux,il s'émerveillait du morceau qu'il jouait. Shenko ne connaissait personne qui avait le sens du rythmes aussi ancré dans la peau.

La pièce dans laquelle ils se trouvait était plutôt petite et sentait la cigarette à plein nez.

Laisuko lui apporta une bonne bière fraîche,et reprit son ouvrage.

Shenko se mit à l'aise et s'assit sur un siège.

Soudainement ,une fille sortit de la salle de bain en peignoir beige. D'a peine seize ans ,elle venait d¿entrer à grand pas. Les cheveux noir de jais trempé d¿eau,les yeux relatif au charbon,les lèvres aussi rouge que le sang,elle les regardait tous l'un après l'autre et son regard s'abattit soudain sur Laisuko qui lui souriait un peu gêné.

_Euh¿j'avais oublier de te dire,on doit faire une répétition ce matin,alors il risque d'y avoir de boucan¿va dans la chambre vide si tu veux pour t'habiller,tes fringues sont propres sur l'une des étagères. A plus tard.

La fille hocha la tète et s'éloigna dans le petit couloir qui conduisait dans une chambre qui autrefois avait été celle de Rensuo,l'ancien chanteur du groupe.

Tout les gars qui était présent dans la pièce regardèrent Laisuko avec étonnement,mais n'en demandèrent pas plus.

_Bon on y va les mecs.

Sur ces paroles ,le batteur se mit à taper un rythmes sourd ,Laisuko se leva,sauta sur le canapé,s'entoura de la lanière de cuir qui maintenait sa basse en place et hurla:

_Voici le groupe« Blow of guitar » pour vous en live intégral! C'est partit!

Il jeta sur le morceau des notes brûlantes avec sa fougue si prononcée. Puis Shenko reprit le flambeau,jouant avec des doigts aussi rapide qu¿une araignée. Il empoigna le micro qu'il avait devant lui et se mit à murmurer tout d'abord:

« I sing for you, you is my hearts and I love you a little. Do not hate me for what I did, I am simply a little insane I have a dream you know, you and me in a garden with savour which rain, I seek this happiness with the hollow your arms ingnited.Pauve child that I wounded, my heart is to tear, ardone me¿ » Et ainsi de suite et de plus en plus fort. Tout le monde était à fond,le morceau était amélioré chaque seconde un peu comme on crée un dessin,un croquis. Shenko repensa a cette petite blonde qui dansait dans le parc,empoignant de l'air,simplement de l'air. Et il fit une chose qu'il n'avait encore jamais faites auparavant. Il changea les paroles de la chanson en plein milleu du morceau. Il raconta sa rencontre étrange avec la fillette. Mais cette fois,ce fut en japonais qu'il termina sa chanson,elle à l'air d'un ange disait t'il,je l'aime tellement,je ne pourrait jamais l'oublier cette petite,jamais ,je le jure sur ma tombe! Je¿ et il s'arrêtai net,le regard oublié dans son c¿ur,le morceau avait pris fin,soudain,comme la vie des hommes.

Laisuko et Shengai le regardait,intrigué.

_Mais qu'Est-ce que tu a foutu? C'était quoi ce délire,c'était censé être de l'anglais,et c'est qui cette fille dont tu parle?La prochaine fois que tu veux raconter un truc,évite de le faire en répétition. Shenko,réveille toi,on avait dit que tu parlerai anglais,les paroles sont loin d'être japonaise. Pourquoi t'a changer tout sa?

Shenko s'était assis entre temps et fumait une cigarette,la tête appuyée nonchalamment contre le mur de placo .

Laisuko s'inquiéta et lui lança une bourrade amicale:

_Hey,t'es branchés le p'tit gars? Shen,allo!!

Celui-ci se mit à sourire.

_Honnètement,vous en penser quoi de ces paroles improvisée?

Laisuko éclata de rire,vite suivit par Feigai. Ils hurlèrent,en exagérant à mort:

_Tu es mon ameueuh! Je t'aimeueuh!

Ils étaient tous mort de rire,pliés en deux,ils répétaient les paroles de Shen.

_Les gars,je me tire. Salut.

Ce n'était pas qu'il était vexé,mais il voulait un peu de calme,sa le soulageait de temps en temps. Il ne savait pas pourquoi il avait dit tout cela.

Il était déjà arrivé à la porte.

_Attend,franchement c'était pas pour être pas cool! On te le jure!

Shen ,reviens!! Y'a la répétition nan mais oh!

Il referma la porte. Dévala les escaliers. Claqua la porte du bas. Repris le métro et rentra chez lui. La guitare à l'épaule ,il s'effaça derrière sa porte.

CHAPITRE 2:

Y'a des jours comme sa,ou on ferai mieux de rester dans son lit. A se demander se qu'on pourrait faire de sa vie. C'est parfois intéressant.

18 ans,guitariste à plein temps,sans boulot,seulement étudiant.

Sa vie était banale,juste un peu secoué par les concert qu 'il donnait sans grand public. Il n'était en ce moment qu'un simple chanteur sans grand avenir,encastré dans un groupe de musicien considérés en loisirs. Mais il avait en lui une part de rêve,un genre d'idéaux qui laisse espérer un avenir meilleur. Quand le jour du changement viendra-t-il? Peut-être qu'il pourrait un jour devenir célèbre et être un peu moins désespéré ¿

Il était assis à présent sur une chaise en bois brut et lisais,une cigarette entre les lèvres,un journal assez banal.

« étrange vol d'un cyclomoteur en ville près d'un bar branchés¿ », « Un guitariste irlandais cherche des membre pour monter un groupe folklorique », « Le chien de Mosoiku à été retrouver à 365 km de chez elle ».

C'était les titres principal,rien de passionnant.

Il pensa néanmoins à regarder la page des annonces.

« Jeune femme sérieuse cherche des membres confirmé d'un groupe pour donner un récital sur le pont numéro huit. »

Il se dit que c'était un mauvais plan. Il avait ses raisons.

« Jeune fille de 17ans cherche colocataire correct pour partager un studio en centre ville pour 88000 yens par mois. »

« Cherche tableau¿ »

Il se releva et passa une main dans ses cheveux.

« -Une jeune fille cherche colocataire¿ » Intéressants se dit t'il,il faudrait que je me trouve un autre habitat,celui-ci est trop loin de mon école. Il est temps que je déménage non?

Il sortit son téléphone de sa poche. Un Motorola d500 et composa le numéro qui était indiqué sur la page morne du journal.

Une voix répondit aussitôt:

« -Oui?

Il entendit cette voix,fragile et forte en même temps. Impression délicatement trempée dans son esprit.

-Y'a quelqu'un?! Répondez s'il vous plait!

Il reprit conscience:

-Bien sur. Bonsoir,je m'appelle Sakamé Shenko et j'ai vu¿hum¿votre annonce dans le journal,pour un appartement à prendre en colocation. Je serais intéressé.

La fille qui était au bout du téléphone ne répondit pas tout de suite puis murmura:

-Je suis navrée mais vous arriver trop tard¿j'ai trouvée quelqu'un.

Il pinça ses lèvres. Et baissa la tète.

-Tant pis. Aurevoir.

Il raccrocha et continua de lire son journal. Mais il n'y trouva rien.

Une semaine passa. Puis deux. Sans grand changement pour lui, juste les répètes de ce concert qui approchait.

Il était en train de terminer une pomme quand son téléphone sonna et le numéro qui apparaissait,il ne le connaissait pas.

-Ouais, c'est qui?

Ses yeux se firent grand lorsqu'il entendit la voix qui parla:

-Euh¿c'est au sujet de la colocation,votre proposition tient toujours? Oui?

-Ah bonjour. Quel est votre nom et l'adresse?

- Mai Kério. L'adresse est: 11 rue du lotus doré. Dans le centre de tokyo. Sa vous convient?

-Oui.

Le lendemain,il était prévu qu'il aille visiter l'appartement.

Il dormit paisiblement cette nuit¿et c'est en pleine forme qu'il se leva le lendemain matin. Il arbora son look très rock comme d'habitude mais pour ne pas effrayer la jeune fille avec qui il devait normalement vivre en colocation,il entreprit d'enlever un ou deux piercings de l'oreilles et quelque clous et têtes de mort en moins. Il n'était pas vraiment enchanté par l'idée de vivre avec une fille seul dans un appartement,mais l'offre était trop alléchante pour refuser. Il en avais ras le bol de devoir crécher dans une chambre d'hôtel minable qui sentait le renfermé. Il avala en vitesse son petit déjeuner et descendit dans la rue. Il pleuvait ce jour la¿un vrai désastre! Et le vent soufflait à une vitesse extrêmement cinglante. Il referma autour de lui sa grande veste de costume noir coupée punk et avança,les cheveux ballants dans le souffle glacé.

Il prit le métro comme à son habitude et chercha durant un petit bout de temps l'adresse qui lui avait été donnée dans les longues rues de Tokyo. Enfin il trouva un bloc de maison,le contourna et entra dans l'immeuble qui semblait être le bon.

Grimpant les escaliers¿il s'aperçut q'une délicieuse odeur de pain chaud baignait le couloir. Le décors était plutôt cossu et les fenêtres grandes. Shenko s'y sentait bien.

Il sonna à la sonnette de la porte de l'appartement qu'il venait visiter¿et il attendit quelque minutes.

Il entendit des pas¿puis un verrou tourner ,enfin il vit une tête passer par l'entrebâillement de la porte. Deux yeux le fixaient¿et il sourit. C'était une jeune fille,très jeune même¿pas plus de 16 ans.

-Hmm¿,fit t'il en guise d'introduction.

La fille hésita avant de lancer:

-Vous êtes?

Shenko avait totalement oublié de se présenter¿c'était normal qu'elle ne veuille pas le faire entrer.

-Je suis venu pour¿l'annonce. C'était aujourd'hui que nous devions nous rencontrer pour savoir si il serait possible d'être colocataire¿.car j'ai besoin d'un logement plus spacieux et plus près de mon travail.

-Oh,fit t'elle. Entrez.

-Pas besoin de me vouvoyer tu sais.

Il venait de battre son recors de mots débité pour une inconnue à la minutes! Sa lui faisait bizarre. Il entra donc¿et la jeune fille referma la porte dans son dos.

Il s'approcha des grandes fenêtres qu'il y avait dans le salon¿car la première chose qu'il regardait dans un appartement,c'était la vue des fenêtres¿et celle-ci lui convint totalement.

De grand immeubles se dressaient en face et au loin on distinguait l'horizons. Les oiseaux volaient et frôlait ces fenêtres en bois clair entouré de rideaux couleur cuivre.

-J'aime beaucoup la vue,lança-t-il au bout d'un long moment.

Puis en se retournant ils vit que le salon était vraiment très bien décoré dans un style peu courant au Japon.

Le tapis d'orient semblait brodé dans le plus beau des tissus et les plantes était assez apparentes,dans chaque petit recoins pour donner une atmosphère de jardin printanier.

La fille se tenait à la porte,et regardait Shenko de travers. Son air un peu bizarre ne devait pas lui plaire.

-Tu fais quoi comme métier?

Shenko fut surpris de la pointe de colère qui germait dans cette voix.

-Je suis chanteur et étudiant.

La fille haussa les sourcil.

-Chanteur?

Shenko caressa le tissus du canapé couleur rouille. Et balaya la pièce d'un regard vague. Puis il s'élança vers la porte de la cuisine.

La pièce était bien proprette,et les meubles bien carré. Un joli pot de miel d'acacia était posé au milieu de la paillasse.

Après un instant de vérification méticuleuse il ressortit de la cuisine et s'élança vers la salle de bain puis vers ce qui devrait être sa chambre,une pièce plutôt quelconque qui n'était pas encore meublée

Enfin,il revint dans le salon et s'assit dans le canapé.

La jeune fille avait refermé la porte et s'était assise dans le fauteuil.

-A combien s'élève le loyer? J'ai oublié.

La fille sortit des papier de son sac à main qu'elle avait disposé à coté de son fauteuil.

-Hem¿le loyer est de 88000 yens par mois.

C'était un peu plus cher que sa chambre d'hôtel,mais l'occasion était très belle.

Elle posa les papiers en demi cercle devant elle et lut les conditions d'achat à voix hautes. Une pensée vient frapper l'esprit de Shenko.

-Ou est l'agent immobilier?

Elle releva ses yeux bleus et le regarda intensément.

-Ils arrivera dès que possible.

-Ok,je l'attend. Sinon,sans vouloir paraître indiscret,quelle âge avez-vous?

-J'ai bientôt 18 ans. Ne vous inquiétez pas¿c'est dans un mois,alors je m'avance en prenant cet appartement.

-Ok

Apparemment il s'était vraiment trompé sur son age.

Il étendit ses jambes sur le canapé et murmura:

-J'aime cet endroit vous savez? Il m'a l'air accueillent. J'aimerai y habiter. A qui appartient t'il?

La fille hésita et répondit d'un ton neutre:

-L'immeuble appartient à mon père. Il me paye aussi le loyer.

-Pourquoi chercher un colocataire? Lui rétorqua-t-il aussitôt.

La fille se mordit les lèvres et détourna la tète vers la fenêtres.

-Parce que ,dit elle enfin.

-Ok. Quel est ton nom?

-Je m'appelle May Gushato.

-Enchanté May. J'espère vraiment partager cet appartement avec vous car j'en ai assez de dormir dans une chambre d'hôtel.

Elle sourit. Un sourire franc mais distingué.

-D'où venez vous Shenko?

Il réfléchit,retourna la question dans sa tète. Inutile de mentir.

-Je vient d'un orphelinat dans le sud du pays,vers ********

-Oh,fit t'elle encore.

Quelqu'un toqua à la porte.

-Oui? Fit elle

Un homme d'une quarantaine d'année entra dans la pièce,une petite valisette à la main.

-Bonjour monsieur,Bonjour mademoiselle Gushato.

Il serra la main de Shenko et s'assit à son tour.

-Alors¿Vous êtes bien monsieur Sakamé?

-Tout juste,répondit l'intéressé.

-Très bien.

L'entretien dura ainsi 2 heures,ils établissent toute sorte de pacte et régler les détails. Shenko habiterait la bas dans 2 jours.

Une seule question lui traversait l'esprit:

« Pourquoi tant de précipitations? »

Cela restait un mystère.

Content mais fatigué par cet entretien,Shenko reprit le métro et rentra chez lui¿la tète bourdonnante des questions que lui avait posé l'agent immobilier.

CHAPITRE 3 : Déménagement

De son ancien logement,Shenko n'avait gardé que ses vêtement,sa guitare et ses clopes. Il avait aussi emporté ses dessins et sa peinture. Puis rien d'autres.

Il avait tout déposé dans l'entrée en un petit tas bien régulier puis s'était assis dans le canapé,sous les yeux ahuris May.

-Dis moi Shenko,t'a que sa ou le reste arrive ensuite?

Elle sourit,ses dents étincelait au soleil.

Shenko la détailla attentivement. Elle était de taille modeste,les cheveux d'un brun virant à l'ébène,des yeux d'un bleu tirant sur le violet,un style assez quelconque mais très chic. Elle arborait avec fierté un vieux médaillons qui datait sûrement d'il y'a longtemps,un héritage de famille à tout les coup.

May était vraiment belle¿et il voulait la connaître d'avantage.

-Sa y'es¿on est colocataire dit t'il dans le vide.

May s'était assise à son tour et retournait son médaillon dans ses doigts nerveusement.

-Ouais.

Elle serrait ses petites mains blanche sur ses jambes et avait l'air très préoccupée

-Sa va pas ?

-T'a quel age?,lui demanda-t-elle en réponse.

Shenko souleva un sourcil,se leva et répondit:

-18 ans.

Il entra dans la salle de bains et ferma le verrou.

En se postant devant la glace il vit qu'il avait bonne mine,ce qui était fort peu courant.

Cette fille est bizarre se dit il. Mais il ne savait pas trop pourquoi¿

Le soir il se coucha dans la chambre la plus petite après avoir installée ses affaires. .

Le lendemain matin il ouvrit les yeux dans le noir. Il ne faisait pas encore jour mais il était déjà réveillé. Il regarda l'heure sur son radioréveil,il était 5 h30 .

D'habitude il se réveillait dans les courant de 10 heures¿Mais cette fois ci il ne parvint pas à dormir.

Il se leva donc et regarda la télévision jusqu'à 7 heures de façon distraite. Il entreprit ensuite de préparer le petit déjeuner.

Alors qu'il se brûlait avec de l'eau bouillante contenue dans une casserole qui fuyait,May entra dans la pièce,portant un peignoir de satin rouge qui devait coûter bien cher. Elle lui fit son plus beau sourire et lui dit:

-Génial! Tu prépare les petits déjeuner?

Shenko hocha la tète,en lui rendant son sourire.

Ils s'assirent et commencèrent à déguster le maigre déjeuner que Shenko avait pus préparer.

_C'est délicieux,dit May en dévorant le petit pain que Shenko avait fait. Il avait glissé du chocolat à l'intérieur.

_Si tu le dit.

Il allait lui aussi en prendre un quand soudain,le téléphone sonna.

_J'y vais! Se proposa May.

Elle se leva et contourna le canapé,puis pris le combiné qui se trouvait sur une petite table de verre.

_éllo?

Elle attendit un instant et répondit:

_Oui,je vous le passe.

Elle releva la tête.

_Shenko c'est pour toi!

Il se leva et attrapa le combiné à son tour. A l'autre bout du combiné,son ami Laisuko dit:

_Shenko?

_Ouais je suis la,répondit il.

_Faut qu'on mette les bouchée double! Le patron du lotus doré avance le concert à demain soir!

_Quoi?Demain soir au lotus doré? Lança-t-il.

_Oui,sans déconner.

_Bon écoute on se voit tout à l'heure¿dans une heure chez toi. Merde le con! On sera jamais prêt à temps!

_Bon t'en fait pas,la plupart de nos morceaux sont bon¿il nous reste que celui que l'on à fait la dernière fois.

_Oui mais lui c'est un morceau capital! Se plaignit Shenko.

_Reste cool! On va s'en sortir¿On est bien obligé car c'est demain soir ou rien du tout d'après le patron. C'est un malade ce type! Il se rend pas compte!

_C'est clair. Bon je passe dans une heure avec tout le matos. A+

Il raccrocha,et se rassit en empoignant son pain au chocolat fait maison.

_Un problème?

May avait finit son bol et le lavait à l'évier de la cuisine.

_Non,rien de grave.

_T'es sur?

_Oui,c'est juste que j'ai un concert à assurer demain soir alors que normalement il n'était prévu que dans deux semaines.

_Tu donne des concerts?

Elle était revenue dans le salon et paraissait stupéfaite.

_Oui,cela m'aide à gagner de l'argent.

_Ok. Je trouve sa bien. Donc tu chantera demain soir au lotus doré? Je connais bien ce bar¿Il est assez réputé car son décors est magnifique!

_En effet.

Chapitre 4 : Le concert

Il arriva de bonne heure. Ses amis était déjà la et préparaient le matériels nécessaire. Le patron du bar était assis dans un coin avec des factures sous les yeux. Il avait l'air agacé.

Les préparatifs durèrent au moins une bonne heure,puis les 4 compagnons burent une bière: et la soirée démarra.

Les gens pleuvaient de partout,et bientôt une masse considérable de jeunes personnes tendait leur bras devant la scène. Il chantaient tous en c¿ur,il aimait l'ambiance.

Shenko était plus concentré que jamais sur ses accords de guitare et hurlait les paroles en mêmes temps.

C'était donc un extrait,en cour de composition,donc c'est normal si y'a des incohérence. Vous m'en escuserez.

A vous maintenant :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Miggi Membre 271 messages
Forumeur activiste‚ 26ans
Posté(e)

Je te félicite amadeo14 ! J'ai bien aimé ^^

Sinon, moi aussi j'ai une petite histoire que j'ai commencé il y a quelque temps, et tu as reussi à me décider à recommencer à écrire

Donc voici un petit extrait de mon fou projet surnommé Aylesia

I

-NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON ! Jâ¿¿IRAIS PAS

-LINDA, Sâ¿¿IL TE PLAIT !

-NOOOOOOOOOOOOON ! Et la porte claqua, comme presque chaque jour depuis que Matt avait emménagé chez Linda et Janine. Janine rentra à la cuisine. Elle était encore en pyjama, même sâ¿¿il était déjà sept heures.

-Voila ce que jâ¿¿appelle le réveil dans lâ¿¿amour et la bonne humeur !

Janinine regarda Matt dâ¿¿un mauvais é¿il :

-Je te verrais bien annoncer à ta fille en pleine crise dâ¿¿adolescence quâ¿¿elle devra aller au restaurant le jour du cinquième anniversaire de la mort de son pèr

-Désolé, dit Matt dâ¿¿un air triste.

-Non, non, câ¿¿est bon.

-ET MERDE !, et une autre porte claqua.

-Oui, câ¿¿est ça chérie, à ce soir, répondit simplement Janine.

-Bon, bon, ce nâ¿¿est pas que je mâ¿¿ennui, mais faut aller gagner quelques euros.

-QUOI ? DEJA SRPT HEURES ET DEMIE ? FAUT SE DEPECHER !!!

Matt lâcha un soupir et sâ¿¿en alla. Il ne regretta seulement son petit bisou du matinâ¿Š

-Comment tu as fait pour me convaincre ?

-La magie dâ¿¿une mère, jâ¿¿imagine. Janine ne put, sâ¿¿empêcher lin dâ¿¿é¿il, ce qui laissa Linda en rogne. Le diner se passa relativement bien, jusquâ¿¿à ce que Matt face la grande erreur de renverser le vin rouge sur la robe préférée de Linda, ce qui nâ¿¿arrangea rien.

-TU NE PEUX PAS FAIRE ATTENTION, NON ?

-Euh désolé, je ne lâ¿¿ai pas fait express !

-TU PEUX ETRE DESOLE., »OUI !

-LINDA ! Nâ¿¿EXAGERE PAS ! JE NE Lâ¿¿AI PAS FAIT EXPRESS, OK ?

Câ¿¿était la première fois que Matt criait sur Linda qui regarda sa mère, qui ne dit rien, ne fit rien. Linda sâ¿¿en alla du restaurant en direction du parc dâ¿¿à coté. Elle venait ici souvent, pour se détendre, et surtout pour se calmer, ce qui arriva souvent en ces temps. Elle pensa a Jack, le beau gosse de la classe dâ¿¿a coté, lorsquâ¿¿elle receva une SMS sur son portable.

II

Elle vit sa mère arriver aux portes du parc, donc, décida de sâ¿¿en aller, arrivée au coin de la rue, elle ne vit plus sa mère, et lut son SMS.

17, rue du marché

A-1965

Aylesia

Linda ne savait pas ce que voulait dire cette SMS, probablement une publicité de son opérateur, sa nouvelle boutique ou quelque chose de ce genre, mais elle nâ¿¿avait jamais entendu parler dâ¿¿Aylesia. Linda marcha sans but, lorsquâ¿¿elle remarqua une rue, quâ¿¿elle nâ¿¿avait jamais vue. Linda sâ¿¿étonna, mais y pénétra. La rue était large, longue et pleine à craquer, malgré lâ¿¿heure tardive. Il y avait un marché, et chacun semblait voir de bonnes affaires partout. Lâ¿¿horloge de lâ¿¿église marqua Minuit et sonna douze coups. Linda nâ¿¿avait jamais entendu cette cloche, et pourtant elle habitait à 200 mètres de la. Linda avança, un marchand cria tout près dâ¿¿elle :

-Allé, les meilleures herbes médicales dâ¿¿Aylesia ici, profitez-en.

-Quâ¿¿elles sont belles mes runes, efficaces et pas chères, profitez-en, mesdames, messieurs.

Aylesia, rue du marché, elle y était, autant aller au magasin, même sâ¿¿il était surement fermé, mais plus rien nâ¿¿étonnait Linda désormais. Les gens étaient habillés comme au moyen-âge. Linda vit plus de femmes couvertes de longues robes colorées que dâ¿¿hommes avec de gros capuchons bleu et vert.

Linda arriva enfin devant la maison, du style moyen-âge, comme dans les vielles villes, comme presque toutes les maisons dans cette rue. Mais le A dans le code postal indiquait un pays. Aylesia serait-elle une ville-état, au milieu de la ville ? Linda décida de faire des recherches, après que ca mère lui ferait la moraleâ¿Š

Linda sonna à la porte (la seule chose qui lâ¿¿étonna depuis quâ¿¿elle était entrée dans la rue). Linda vit à travers la vitre une lumière dans la pièce à droite, et une forme en apparut.

UN MONSTRE ! Linda cria de toutes ses forces, et tout le monde se tourna vers elle, et en voyant le monstre sortir, ils rirent tous en ché¿ur. Décidément, elle attirait lâ¿¿attention de tout le monde aujourdâ¿¿hui... Lorsque le monstre apparut à la porte, Linda ne put même plus crier, elle avait un né¿ud dans la gorge. La créature prit vite la forme lâ¿¿apparence de la grand-mère de Linda.

-Mais tu, je, le monstre, et puis tu, AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH

-Calme-toi ! Câ¿¿est moi, ta grand-mère Fiona. Le monstre nâ¿¿est quâ¿¿un effet secondaire des <<meilleurs herbes médicales dâ¿¿Aylesia>> pff, tu parles, ESCROT ! cria sa grand-mère par la porte.

-Puis-je vraiment te faire confiance ?

-Tant que je mâ¿¿appelle Fiona Ulla, et que tu tâ¿¿appelles Linda Ulla.

-Mmh, numéro de matricule ?

-19440423015 et 19910112325, câ¿¿est bien ça ?

-Je crois bien que oui, oui ! Linda était bouche-bée, elle nâ¿¿avait vu sa grand-mère quâ¿¿une ou deux fois sa grand-mère, mais elle paraissait la connaître par cé¿ur.

-Ben alors, entre !

Linda accepta son invitation, et entra dans la maison, au petit hall, décoré de vieux tableaux, comme chez les marchés aux puces.

-Câ¿¿est ton grand-père, interrompit Fiona Linda dans sas contemplation de ces tableaux en montrant une photo en noir et blanc, mon deuxième mari, un charmant homme, malgré sa race humaine.

...

Voila, c'était un petit extrait, je sais c'est pas trop spécial, mais j'aime bien écrire, donc je me suis dit: pourquoi pas!

Modifié par Miggi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
amadeo14 Membre 86 messages
Forumeur en herbe‚ 25ans
Posté(e)

Merci Miggi J'ai bien aimé ton petit truc!

Ceux qui visitent ce forum,vous pouvez aussi laisser des message d'encouragement,ou des commentaire sur les histoires qu'on met ici!! :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant