Bayrou : Mon analyse


Hern Membre 128 messages
Forumeur inspiré‚ 37ans
Posté(e)

Vidéo témoignage sur : http://www.dailymotion.com/video/x1m53k_li...r-arnaud-mouill

Président de l'UDF, député des Pyrénées-Atlantiques, ancien ministre de l'éducation national sous les gouvernement Balladur (1993-1995) et Juppé (1995-1997), François Bayrou est actuellement la nouvelle coqueluche des sondeurs et des médias.

Ainsi, le message que l?on nous fait passer en ce moment est qu'il n'y aurait qu'une alternative pour les électeurs insatisfait du duo Royal/Sarkozy, le vote Bayrou.

Alors, François Bayrou est-il le Che Gevara de l'extrème Centre ou bien le bisounours de la Droite comme l'a dit récemment le Député PS Claude Bartolone ?

Bayrou et la Droite :

Pour M.Bayrou, « les Français en ont assez de voir le tout socialiste succéder au tout UMP ou l'inverse, alors que pour eux rien ne change », paroles séductrices dans lequel beaucoup d?électeurs indécis peuvent se retrouver.

Pourtant, n'oublions pas que malgré le désir d'indépendance de M.Bayrou vis-à-vis de l'UMP, l'UDF qu'il préside est allié au parti de M.Sarkozy au sein des collectivités locales et des circonscriptions législatives.

N'oublions pas que depuis 2002, M.Bayrou a voté avec l'UMP les baisses d'împots pour les Français les plus aisés et approuvé les lois les plus antisociales du début de législature (réforme des retraites, casse des 35 H, décentralisation sans moyen ayant asphyxié les collectivités, privatisation des aéroports, libéralisation des services postaux, loi Sarkozy sur la sécurité intérieure...).

Principales propositions :

* Réduction de la dette. Il propose un programme à "moindre coût" : 20 milliards d'euros, quand celui du PS est évalué à 35 et celui de l'UMP à 30 milliards.

* Création "d'emplois francs de cotisation" pour lutter contre le chômage.

* Adoption d'un nouveau traité constitutionnel européen (TCE) « substantiel, simple et compréhensible par tous », ne prenant en compte que les aspects « d'ordre démocratique et du fonctionnement des institutions ».

* Création d'une VIe République, qui reposera sur trois piliers : responsabilité des gouvernants, légitimité des représentants du peuple, contrôle des pouvoirs.

* Un dose de proportionnel dans les élections.

* Une majoration de salaire de 35% sur les heures supplémentaires, compensée par une diminution proportionnelle des charges sociales.

Pas d'accord :

* La proposition du candidat UDF de créer des "emplois francs de cotisation", c?est à dire que toutes entreprise aura le droit de créer deux emplois nouveaux sans charges pendant cinq ans.

- Déjà effectuée en 1994-1995, 90% des emplois créés l'auraient été de toutes façons, ainsi cette mesure se traduit par une aide supplémentaire aux entreprises.

* François Bayrou qui drague ouvertement à gauche, présente une réforme de l'ISF qui revient à diviser l'impôt sur la fortune des français les plus aisés des français par 40, et celui des "juste fortunés" par 5, sur ce point il se place comme Nicolas Sarkozy.

* Economie d'une dizaine de milliards d?euros sur cinq ans sur les dépenses hospitalières.

- Ces économies devront passer par la mise en oeuvre de réformes comme celle de la tarification à l'activité (T2A) , engagée par l?actuel gouvernement et que l?UDF veut donc « accélérer » ; or, la T2A aboutit peu à peu à gérer les hôpitaux comme des entreprises, selon le critère de la rentabilité.

* L'inscription dans la Constitution de l'interdiction pour un gouvernement de présenter un budget en déficit de fonctionnement.

- Cela impliquerai de terribles coupes dans les budgets publics et sociaux y compris celui de la santé.

je suis d'accord :

* La création d'une loi de protection et de soutien de la petite entreprise : un "small business act à la française", sur le modèle de ce qui existe aux Etats-Unis depuis 1953. Cette loi doit reposer sur une "simplification" des démarches administratives pour les petites entreprises."

* Il propose aussi une loi interdisant aux grands groupes qui vivent des commandes de l'Etat d'acquérir des entreprises de médias.

* L'attribution de 50 % des sièges par circonscription pour les députés qui représentent les territoires ; et 50 % des sièges à la proportionnelle par liste nationale afin que tout les courants politique ayant un minimum de voix soient représentés à l'Assemblée National, idem pour l'instauration du vote obligatoire et la reconnaissance du vote blanc.

Mon avis sur François Bayrou :

François Bayrou est un homme politique qui veut nous faire croire qu'il n'a pas participé au "système" depuis 1981 alors qu'il y a lui aussi contribué.

Le candidat de l'UDF à la présidentielle laisse entendre qu'il pourrait gouverner avec la Gauche, mais son programme décrit une vision de la société empruntée à la Droite.

Son programme décline les propositions les plus libérales de l'UMP de Nicolas Sarkozy.

Des points qu'il aura du mal à faire accepter par d'éventuels partenaires de Gauche.

François Bayrou nous promet une gestion tranquille, sans grand changement avec un budget prévisionnel un peu moins déséquilibré que ses principaux concurrents.

Pas de grande réforme de la santé ou des retraites et pour lutter contre le chômage, sa mesure phare est la création de deux emplois sans charge pour toutes les entreprises alors que depuis des années les employeurs bénéficient d'exonération d'un grand nombre de charges sociales pour l'emploi de jeunes, de "vieux", de chômeurs de longue durée, de personnes en formation, de travailleurs non qualifiés... le tout sans grand changement au niveau du chômage.

Contre les promesses abusives, non budgé-tisées et démagogues, contre les réformes qui fâchent ou qui coûtent (même si elles sont indispensables), préférez ne rien faire avec François Bayrou ! Bref il est à l'opposé de la rupture des uns et de la bravitude des autres, il est l?incarnation de l'immobilisme prudent.

Elu Président, François Bayrou pourrai nommer DSK, Bernard Kouchner ou Jean-Louis Borloo Premier ministre, je lui souhaite du courage pour arriver à former un gouvernement !

Avec quelle majorité gouvernera-t-il ? Comment peut-il espérer avoir la maîtrise du Parlement alors que sur les trente candidats UDF sortants, leurs réélections sera difficile s'il a face à lui un candidat UMP. Pendant cinq ans, nous aurons donc droit à une présidence sans majorité toujours à la recherche d'un difficile compromis.

Croyez vous vraiment qu'une grande coalition est possible ? que la Droite et la Gauche se mettent d'accord sur une réforme des retraites ou bien des 35 H ?

Bien sur il y aussi de bonnes idées comme une dose de proportionnel pour les élections législatives ou bien la création d'une loi interdisant aux grands groupes qui vivent des commandes de l'Etat d'acquérir des entreprises de médias, mais, selon moi, son programme, favorise trop les entreprises et les Français les plus aisés.

S'il devait malheureusement y avoir un second tour Bayrou / Sarkozy je voterai pour lui quand même car il n'est pas aussi extrémiste que le candidat UMP.

Alors, Bayrou est-il le Che Gevara de l'extrème Centre ou bien le bisounours de la Droite ?

Je pencherai plûtot pour un gentil opportuniste centré sur le libéralisme.

Modifié par Chameaulo
Titre du message édité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Doctor House Membre 1 624 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
* La proposition du candidat UDF de créer des "emplois francs de cotisation", c?est à dire que toutes entreprise aura le droit de créer deux emplois nouveaux sans charges pendant cinq ans.

... ainsi cette mesure se traduit par une aide supplémentaire aux entreprises.

oui, c'est bien l'objectif de cette mesure! ce n'est pas pour sauver les bébés phoques. :o

* Economie d'une dizaine de milliards d?euros sur cinq ans sur les dépenses hospitalières.

- Ces économies devront passer par la mise en oeuvre de réformes comme celle de la tarification à l'activité (T2A) , engagée par l?actuel gouvernement et que l?UDF veut donc « accélérer » ; or, la T2A aboutit peu à peu à gérer les hôpitaux comme des entreprises, selon le critère de la rentabilité.

le critère de rentabilité?

les hopitaux ont toujours été gérer comme des entreprises, la t2a sera effective; même si l'extreme gauche arrivait au pouvoir.

J'aimerais que tu argumentes un peu sur le problème de la t2a... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Davoust Membre 1 585 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)
* La création d'une loi de protection et de soutien de la petite entreprise : un "small business act à la française", sur le modèle de ce qui existe aux Etats-Unis depuis 1953. Cette loi doit reposer sur une "simplification" des démarches administratives pour les petites entreprises."

Cela existe déjà et instauré sous le gouvernement Raffarin.

* Il propose aussi une loi interdisant aux grands groupes qui vivent des commandes de l'Etat d'acquérir des entreprises de médias.

En quoi cela dérange ?...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chameaulo VIP 11 192 messages
Final Five‚ 36ans
Posté(e)

Hern, merci de changer le titre de ton sujet sinon je le ferai. On est pas ici pour subir tes idées...

Titre changé suite à aucune réaction d'Hern

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Ainsi, le message que l?on nous fait passer en ce moment est qu'il n'y aurait qu'une alternative pour les électeurs insatisfait du duo Royal/Sarkozy, le vote Bayrou.

Tu proposes quoi comme autre alternative ?

Le Pen ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hern Membre 128 messages
Forumeur inspiré‚ 37ans
Posté(e)

Chameaulo : je trouve dommage que tu change le titre de mon post var je ne vois pas en quoi il dérangait, j'ai simplement repris ce qu'a dit un député PS, bref...

Docteur House : pour la T2A, voici un arguementaire critique sur celle-ci :

La T2A n'améliorera pas les équilibres financiers des EPS(Etablissements Public de santé), les budgets hospitaliers restent soumis à l'évolution de l'ONDAM (objectif national des dépenses assurance maladie) voté annuellement par l'Assemblée Nationale et le Sénat lors l'adoption de la loi de financement de la sécurité sociale.

Or ce n'est pas le mode de financement par DG qui étrangle les hôpitaux, mais l'insuffisance du taux directeur fixé par l'ONDAM. Par conséquent, si cet ONDAM est insuffisant comme chaque année, aucune amélioration n'est à attendre.

A ce sujet, il faut signaler l'intervention de M. Francis Mer le 25 septembre 2004 qui, parlant de la programmation pluriannuelle des finances publiques pour 2005-2007 décidée par le gouvernement, a souligné que "les dépenses d'assurance maladie en volume ne progresseront pas plus vite que le PIB

moyen sur longue période soit 2,25% par an".

Dans ces conditions, on se demande ce qui motive réellement ce changement radical dans le financement des établissements de santé. On y relève au moins un motif idéologique : l'alignement des modes de financement des établissements hospitaliers publics et privés.

Il est pourtant évident que ces 2 catégories d'établissement de santé n'ont ni les mêmes missions, ni les mêmes objectifs. A titre d'exemple, une clinique privée spécialisée dans une activité donnée de chirurgie programmée ne peut se comparer à un établissement public de santé qui accueille sans distinction tout type de chirurgie, programmée ou non, dans tous les domaines d'activité chirurgicale.

L'EPS sera forcément obligé d'avoir des infrastructures beaucoup plus coûteuses que la clinique privée pour assurer ses missions de service public. Par conséquent, la fixation d'un tarif unique GHS (groupes homogène de séjour) pour un type de chirurgie donné va avantager considérablement la clinique privée qui est spécialisé dans cette activité au détriment de l'hôpital public.

La fixation d'un tarif par GHS va également favoriser certains types d'activité jugés rentables, au détriment d'autres qui seront moins intéressantes pour le financement des hôpitaux. Il s'en suivra inévitablement un « écrémage » selon les pathologies et les disciplines qui aura certainement des conséquences en matière de santé publique.

Ces GHS sont de toute façon partiels car comment seront financées les activités transversales comme la lutte contre la iatrogénie et les infections nosocomiales, ou les vigilances sanitaires. Tous les postes jugés comme n'apportant pas de financement supplémentaire à l'établissement en pâtiront. A la limite, ils seraient même plus avantageux aux établissements de santé d'avoir des complications chez leurs patients car ils seront mieux rémunérés.

Sur le plan budgétaire, la simplification apportée par l'EPRD aura probablement des conséquences graves sur l'emploi. La disparition des groupes fonctionnels favorisera le passage d'une enveloppe à une autre et il y a fort à parier que celle du personnel sera la moins favorisée, la disparition signalée du tableau des effectifs dans la présentation de l'EPRD étant lourde de sens.

Il faut souligner également qu'en l'état, les systèmes d'information hospitaliers (SIH) sont très insuffisants pour assurer en temps et en heure la transmission aux tutelles des données issues du PMSI destinées à calculer la part de financement liée à la T2A.

Une telle révolution nécessiterait au moins 10 ans de travail pour s'assurer de la fiabilité des données et leur transmission en temps réel. Les EPS

risquent donc d'être fortement pénalisés dans leur fonctionnement dès l'année prochaine.

Enfin, il semble bien que cette réforme a pour but essentiel l'établissement de relation directe entre les établissements hospitaliers et leur financeur, les caisses d'assurance maladie. Un tel objectif laisse entrevoir la finalité réelle de cette réforme : la privatisation de l'assurance maladie en substituant aux

caisses actuelles des opérateurs privées.

Grenouille Verte : moi je vais voter pour Buffet car c'est la politique ds laquel je me retrouve le plus et je voterai pour Royal (faute de mieu) au second tour mais je voterai Bayrou si il est opposé à Sarko ou Le Pen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Doctor House Membre 1 624 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Il est pourtant évident que ces 2 catégories d'établissement de santé n'ont ni les mêmes missions, ni les mêmes objectifs. A titre d'exemple, une clinique privée spécialisée dans une activité donnée de chirurgie programmée ne peut se comparer à un établissement public de santé qui accueille sans distinction tout type de chirurgie, programmée ou non, dans tous les domaines d'activité chirurgicale.

Il est surtout évident que ceci est complètement faux!

Les cliniques et les Hopitaux ont bien les mêmes missions. Et l'exemple donné me fait bien rire car il témoigne d'un manque de connaissance du milieu médical assez flagrant et douteux. ;)

Une clinique privée spécialisée en chirurgie réparatrice, bien sur que ça existe. Mais les hopitaux publiques spécialisés aussi. De la même façon qu'il y a des hopitaux avec un large panel de specialités et des cliniques avec un large panel de specialités. Pourquoi alors ils ne pourraient se comparer?

Pour les réflexions sur l'ondam que tu as trouvées sur le net, elles sont pas mals. Mais l'analyse finale est à l'opposé de ce qui m'a été enseigné en cours...par des médecins. Je me garderais de juger ceci.

L'EPS sera forcément obligé d'avoir des infrastructures beaucoup plus coûteuses que la clinique privée pour assurer ses missions de service public. Par conséquent, la fixation d'un tarif unique GHS (groupes homogène de séjour) pour un type de chirurgie donné va avantager considérablement la clinique privée qui est spécialisé dans cette activité au détriment de l'hôpital public.

Bien tenté le raccourci, mais tu oublies d'expliquer en quoi l'EPS devra avoir des infrastructures plus couteuses pour s'assurer les missions de service public? C'est complètement faux. Ca pourrait faire croire que les cliniques sont plus modernes que les hopitaux mais cette généralité est abberante, j'en ai des exemples à la pelle et précis.

C'est normal que le GHS pour une clinique specialisée dans ce type de GHS ait un budget plus fort que l'hopital qui n'est pas specialisé dans ce type de GHS. Mais les hopitaux specialisés dans ce type de GHS seront favorisés de la même manière que les cliniques. Donc ce système est bien égalitaire et cohérent. :D

La fixation d'un tarif par GHS va également favoriser certains types d'activité jugés rentables, au détriment d'autres qui seront moins intéressantes pour le financement des hôpitaux. Il s'en suivra inévitablement un « écrémage » selon les pathologies et les disciplines qui aura certainement des conséquences en matière de santé publique.

Tu veux dire...que maintenant ce sera officiel qu'on hésitera plus à faire une dialyse à un patient ayant un néphroblastome? :D

Cela a toujours fonctionner comme ça mais de manière officieuse: on ne va pas faire 18 PCR à un patient ayant une infection sanguine.

D'ailleurs, la peur du "patient rentable et non rentable" serait légitime si la t2a ne concernait pas 50% du budget ce qui évite justement ce genre de dérapage...je peux te dire que cela fait une sacré marge.

Ces GHS sont de toute façon partiels car comment seront financées les activités transversales comme la lutte contre la iatrogénie et les infections nosocomiales, ou les vigilances sanitaires. Tous les postes jugés comme n'apportant pas de financement supplémentaire à l'établissement en pâtiront. A la limite, ils seraient même plus avantageux aux établissements de santé d'avoir des complications chez leurs patients car ils seront mieux rémunérés.

Bien sur que non, ils ne partiront pas. Tu viens de prouver toi-même le contraire. Le budget pour ses services seront conservés. Le truc des complications n'a aucune base argumentée. J'attend une démonstration mais sur ce point là, c'est du délire psychotique :o . Ce serait même drôle si on ne savait pas que la t2a concerne la moitié du budget d'un hopital. :o

Sur le plan budgétaire, la simplification apportée par l'EPRD aura probablement des conséquences graves sur l'emploi. La disparition des groupes fonctionnels favorisera le passage d'une enveloppe à une autre et il y a fort à parier que celle du personnel sera la moins favorisée, la disparition signalée du tableau des effectifs dans la présentation de l'EPRD étant lourde de sens.

Tu peux expliquer? En quoi l'EPRD favorise la disparition de..."groupes fonctionnels"??? :( et en quoi ça favorise le passage d'une enveloppe à une autre?

J'espere que tu peux répondre a cette question.

Il faut souligner également qu'en l'état, les systèmes d'information hospitaliers (SIH) sont très insuffisants pour assurer en temps et en heure la transmission aux tutelles des données issues du PMSI destinées à calculer la part de financement liée à la T2A.

Comment ça? Tu veux dire que le PMSI n'est pas transmis en temps et en heures au ministere de la santé???? :( C'est le principe même du PMSI.

Enfin, il semble bien que cette réforme a pour but essentiel l'établissement de relation directe entre les établissements hospitaliers et leur financeur, les caisses d'assurance maladie. Un tel objectif laisse entrevoir la finalité réelle de cette réforme : la privatisation de l'assurance maladie en substituant aux

caisses actuelles des opérateurs privées.

Oui..."ça laisse entrevoir" n'est pas un argument hein. :(

Ne tinquiete pas. Ce que dit Grimaldi et sa privatisation des hopitaux n'aura jamais lieu, en tout cas pas ici. :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant