Aller au contenu

Solaire

Membre
  • Contenus

    356
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Solaire

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 02/16/1995

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

1101 visualisations du profil
  1. C'est juste que le chemin est plus long que ce que j'ai indiqué, la passage par planche est obligatoire étant donné que l'ancêtre de table en latin "tabula" (qui a de nombreuses utilisations si j'ai bien vu) peut désigner "planche". Leurs ancêtres sont synonymes dans l'une de leur utilisation, je parle bien d'étymologie. On arrive à un sens commun allant vers "large étendu". On peut donc trouver un lien, bien que très lointain, entre les deux mot.
  2. Chut je bégaie à l'écrit >< (comment ça ça marche pas comme excuse ?) (Je suis pas un spécialiste de la langue donc c'est à vérifier mais si on remontre aux origines des deux mots on trouve un ancêtre plus ou moins commun avec l'ancêtre de planche. En remontant assez loin dans les ancêtres on peut donc arriver à quasi un synonyme avec ce chemin. Aussi entre Dieu et feu, on peut faire un rapprochement avec les origines du mot Dieu qui avait des sens comme "briller" ou attribuer à la lumière. On peut donc faire un rapprochement de caractéristique mais j'ai pas trouvé de sens commun direct. Après, comme je l'ai dit c'est pas mon domaine)
  3. Si il y en a un justement. ^^ Après en étant honnête et avec un peu de capilotractation (j'adore ce mot) on peut relier Dieu et Feu dans leurs étymologies. Attention je ne dis pas que les deux mots ont un rapport direct mais les sens de leurs ancêtres latin peuvent être lié dans un même domaine. Bref, je suis d'accord sur le fait qu'on s'éloigne de la question. Sinon le point abordé avec samira123 sur les précisions de "être" ou "être comme" est intéressant à clarifier.
  4. Je manque de clarté je l'admet, et plateau est plus proche étymologiquement de table que Dieu ne l'est d'un feu dévorant. ^^ Le problème de base énoncé était l'existence de Dieu. Dieu est un feu dévorant, et bien il existe. Qui a dit qu'on ne pouvait prouver l'existence d'un Dieu ? Dieu n'a rien de redoutable si on a assez d'eau du coup.
  5. En fait je suis surtout frustré de la simplicité du problème si on s'en tient à cette définition. Dieu est un feu dévorant, pourquoi pas. Dans ce cas pourquoi l'appeler Dieu ? Un feu dévorant est un feu dévorant et rien d'autre. Dans ce cas Dieu existe mais l'appeler Dieu est inutile on a une redondance avec un élément déjà existant. Après si on veut nommer un type de feu de la sorte pourquoi pas, mais c'est donc du nommage arbitraire qui n'a d'ailleurs pas grand chose à voir avec l'étymologie du mot. Oui le sujet est partie un peu loin désolé...
  6. C'était de l'ironie mélangée à une blague douteuse Si on a peur de Dieu c'est qu'on sous-estime grandement l'humain... Dieu ne peut pas faire grand chose face à un pauvre humain. Je rejoins Spontzy sur le feu dévorant. Si on estime que c'est Dieu, alors il est quelconque, pire son existence est multiple avec l'utilisation d'un pronom indéfini. Et puis on est loin des définitions de créateur, super-puissance et compagnie habituellement balancées par les croyants.
  7. J'aurais bien aimé que la Sophie souligne les points incohérents du discours du curé. Du genre "Dieu ne fait pas partie de l'univers qu'il a créé. Il l'englobe, il le porte, mais il ne fait pas partie des réalités que je peux vérifier par moi-même." n'a absolument aucun sens. Si on suppose que Dieu ne fait pas partie de l'univers, il n'a aucune action directe dessus. Si on ne peut l'observer d'une quelconque façon, on ne peut le connaître. Et encore, l'interview regorge d'autres perles du même style et ça s'aggrave plus on avance.
  8. Je sais pas on parle des incendies du Portugal ? Faut le prendre de façon littérale ou bien métaphorique ? Et plein d'autres du style la toute puissance et l'omniscience sont faciles à réfuter... Sans compter les histoires de jugement divin et autres événements post-mortem...
  9. C'est dommage ça repart en dérive alors que @Spontzy avait soulevé un point intéressant avec la définition des divinités, que l'on peut estimer comme le problème principal. Si on définit une divinité, on peut démontrer sont inexistence en travaillant sur la définition, souvent par l'absurde. Si la définition mène à un paradoxe ou bien se justifie par un sophisme, on devrait pourvoir la déclarer fausse. Avec ce genre de raisonnement on se rapproche de la nature de l'athéisme dans l'opposition directes aux religions. Plutôt que de procéder par démonstration d'une alternative plus réaliste, autant procéder par élimination de toutes les alternatives impossibles. Je pense que c'est un aussi meilleur moyen pour se mettre d'accord si tout le monde voit les erreurs de réflexion dans les cas énoncés. Donc je sais pas, quelqu'un à une définition plausible d'une divinité qu'il souhaiterait mettre à l'épreuve ?
  10. Je ne sais pas ce qui est le plus amusant, l'histoire ou bien les commentaires que ça suscite ? En tout cas c'est très divertissant comme affaire.
  11. Mais oui c'est vrai les manifestant vont engager des gens pour taper sur d'autres gens, on va se retrouver avec des combats civils en pleine manif. Le travail des force de l'ordre c'est de maintenir l'ordre, ce n'est pas quelque chose qui s'improvise par des personnes dont ce n'est pas le métier. Les casseurs ne sont pas une masse que les organisateurs de manifestations peuvent contrôler, sinon ils n'existeraient pas. On supprime les manifs ? Très républicain tout ça, retirer les moyens de contestation a toujours été très efficace pour éviter de voir le mécontentement. C'est un contre-pouvoir comme un autre, le retirer c'est contre la démocratie. Je vois beaucoup de critiques sur les manifestations et je suis sûr qu'aucun de ceux qui en font n'a jamais mis les pieds au sein d'une manif. Alors évidemment c'est facile de succomber à l'image que les média donnent en exposant les débordements à outrance pour faire trembler les pauvre français ignorants. On les montre les moments où les manifestants tapent gentiment la discute avec les CRS ? Non ? Pourtant c'est ce qui arrive le plus souvent c'est étrange. Et puis après on a les classiques... Les casseurs c'est l'extrême gauche ! C'est vrai. Les casseurs c'est l'extrême droite ! C'est vrai aussi. Les casseurs sont des gens payés par le gouvernement ! C'est vrai aussi, bizarre non ? En réalité vous attrapez un casseur vous verrez que souvent il ne connaît même pas le thème de la manifestation. Ils sont sponsorisés par tous les bords, ou bien sont là juste parce que ça les amuse.
  12. Suffit de demander. Vous citez le manifeste de manière sélective, j'ai corrigé. Vous avez parler de Armendt comme référence pour le totalitarisme, elle n'est pas pour l'idée de classer le communisme dans le totalitarisme. Dire que je prétend à la cantonade sans source c'est faux, j'ai utilisé les vôtres pour ces points. Vous n'avez cessé de m'attribuer le rôle de religieux et de communiste par comparaison, et vous prétendez ensuite que vous ne l'avez jamais fait. C'est du manque de respect. D'autant plus les "Beurk" répétés envers les communistes me seraient alors attribuables. Comme dans l'exemple plus haut, vous prétendez que ce que j'ai dit est faux alors que non vous l'avez simplement interprété comme ça vous plaisait. Manipulation du discours, à défaut de réagir trop vite on demande des explications. Je met un lien "pour la blague" et vous me sortez des trololo. Là on a l'aveuglement, réaction au quart de tour disproportionnée. C'est un bel exemple de soumission à la propagande. ===== Sinon pour le libéralisme et la méritocratie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Critiques_du_libéralisme_économique Ce qu'il y a sur la page est accessoire ce dont je parlais était ce qui concernait les "possibilités" dont la page parle. On retrouve le type de problème inégalitaire de la méritocratie, c'est exactement la même chose. Retrouver mes sources d'origine relèverait de l'archéologie, alors oui, j'ai la flemme. Au moins l'idée est présentée.
  13. Je dois sérieusement citer toutes les comparaisons ? J'ai pas le temps de faire face à votre manque de respect permanent là où je tente de discuter sereinement. Et j'ai une part de flemme je l'avoue, de faire face à vos manipulations de discours, bien que vous puissiez avoir raison sur certains points, ma vitesse de vérification est trop limitée. Prenons un exemple : Ici, je parlais d'un système où la société évaluait le besoin d'un individus en partant de sa proposition personnelle. On trouve un équilibre entre ce que l’individu désire et ce que la société peut lui accorder. Un schéma de concessions donc. Cet individu enfile ensuite le rôle de société quand il s'agit des besoins de son voisin. Mais il n'est pas SEUL à donner son avis. Le reste du peuple choisis pour un individus, l’individu choisi pour le reste du peuple. Le peuple a le pouvoir c'est donc une démocratie. Après j'ai précisé que je n'avais aucune idée en ce qui concerne la structure étatique permettant un tel système. Désolé mais votre voisins est libre de vous dire de couper la musique si elle est trop forte. Il ne juge pas vos besoin, il vous empêche d'empiéter sur les siens. Donc avant de partir en croisé du libéralisme et de la démocratie, essayez de voir sur quoi vous tapez avant d'effectuer des réponses indignées. Ma première idée était de montrer que votre justification à classer le communisme comme totalitaire à partir du manifeste était fausse. C'est toujours le cas. Je n'ai pas de temps à perdre à plus de digression lorsque je dois supporter votre malhonnêteté et votre manque de respect. Vous êtes clairement aveuglé par une haine absolue qui vous rend bien trop amer. Sachez donc, monsieur, que vous méritez un soufflet bien placé que je ne daigne vous accorder, en tout bon libéral tolérant qui se respecte.
  14. Comme tout système au final, d'où mes placements réguliers de "théoriquement" L'échec est cuisant pour le communisme dès qu'il y a une élite favorisée.
  15. Son besoin n'est pas décidé, il le demande. Ses voisins l'ajuste pour qu'il soit adapté à la société. Il fera de même quand l'un de ses voisins présentera ses besoins. C'est démocratique. Par contre adapté une structure étatique permettant d'établir un tel système j'ai pas d'idée là maintenant tout de suite. Procès d'intention je n'ai jamais dit être communiste. Je défend le communisme parce que vous vous jeté injustement dessus sans être capable. Position neutre ça vous parle ? Je fais l'équilibre. Faudrait chercher à comprendre ce que je dis. On ne se dit pas "tiens aujourd'hui je suis capitaliste" quand on vit dans une société capitaliste. On peut demander le changement de régime, on voit avec les autres c'est démocratique. Oui on demande un changement de système, on en change pas pour autant en votant. Les pères du libéralismes ne sont même pas d'accord sur le pouvoir de l'état alors bon. Et puis vous parlez desquels, classique ? La méritocratie est l'objectif du libéralisme, là où le libéralisme est d'avantage l'outil. Il est vrai que si chacun avait les mêmes capacités, la méritocratie marcherait bien. trotrorigolo ou la correction façon libérale qui tolère le contre courant. Le but de l'auteur justement était de faire une comparaison absurde ça vous aura sans doute échappé.
×