Aller au contenu

Oliv'S

Membre
  • Contenus

    464
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Oliv'S

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 04/08/1986

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Metz (57)
  • Intérêts
    La musique d'abord. Le rock sous toutes ses coutures depuis les années 70 jusqu'à maintenant. Et puis le classique. Le métal. L'electro. La chanson française. Tant que c'est bon. <br />La guitare aussi.<br /><br />Et a part ça le cinéma, la lecture, le sport (handball, badminton, jogging), la bouffe, les voyages.<br /><br />Ah et j'ai beaucoup la musique aussi.
  1. Oliv'S

    Les paradoxes

    En réalité il y a 3 positions possibles pour le GL et 3 pour la porte choisie par le candidat 9 cas possibles. En effet il y a le cas où la porte choisie par le candidat contient le GL (3 cas, une par porte), le commentateur à deux possibilités de portes, ce qui ajoute donc 3 cas 12 cas en tout. Et sur ces 12 cas, on en a 6 bon et 6 pas bon en effet. En fait, si on considère le commentateur comme une variable, on retombe bien sur le 50/50 que l'on imagine. La question est donc : le commentateur est il une variable de l'équation ? PS : mon schéma avait une erreur 1 2 3 GL X î 1 2 3 GL X î 1 2 3 X GL î
  2. Oliv'S

    Les paradoxes

    j'ai commencé à lire le "paradoxe" de la porte, pis j'ai arrêté pour donner mon explication (donc si ca a déjà été fait, ben tant pis pour moi). En fait, sans parler de probabilités, le moyen le plus simple est de prendre un choix. Nous choisissons la porte 1. Il y a 3 possibilités : GL en 1, GL en 2, GL en 3. Imaginons quand dans les deux premiers cas, le présentateur ouvrira la porte 3, et dans le dernier cas la porte 2, on arrive a une situation schématisable comme suit (le X représente la porte ouverte par le présentateur): 1 2 3 GL X î 1 2 3 GL X î 1 2 3 X GL î On voit donc que, hors mis dans le premier cas, il est plus avisé de changer d'avis, puisque dans 2 cas sur 3, on est bon. Le paradoxe tient en ce qu'il n'y a que 50% de chance de trouver le GL a priori. Mais en ayant déjà choisi, changer d'avis fait passer cette probabilité à 67%. Moralité : il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis.
  3. en fait non, on y revient. Si pour toi Dieu correspond à une forme d'altruisme et de lien avec les autres, alors ce que tu appelles Dieu est simplement une bonne hygiène de vie, et des concepts humains (et donc pas trop divins). Sur ça je suis d'accord, évidemment, mais je n'ai pas besoin de croire en ces concepts pour décider ou non de les appliquer. Ni de leur donner un nom.
  4. t'as oublié de dire "MOUAHAHAHAHAHAHAHAH" En attendant, ouais, je rigole plein tube. Si jamais tu sais pas quoi faire de ta vie, essaie comique. ou gourou de secte pour abrutis...
  5. le relance pas sur l'extra-corporalité malheureux, il a zéro argument, mais il monte au Godwin immédiatement. Don't feed the troll. Et évidemment qu'on peut vérifier les infos des morts, il suffit de demander à un médium C'est cool comme boulot médium : tu dis ce que tu veux, et tu peux tout interpréter pour l'accorder avec ça. Le pire c'est que tu trouveras des guguss pour PAYER afin d'entendre tes théories et voir tes auto-preuves. Je sais pas si Dieu existe, mais rien que pour ça, ça a l'air d'être un sacré luron le gars. (de toute façon, tout le monde sait que Dieu est parti en thalasso à La Bourboule, et je vous met au défi de me démontrer le contraire !)
  6. ta description est très intéressante ^^

      aa
  7. en fait si tu dis non oui oui tu n'exprimes une haine envers... aucun pays du monde, tu te contentes de donner ton avis. Mais j'accepte ta non-réponse à ma non-question (qui était évidemment rhétorique). Pour le reste et le drapeau algérien, si lui en tant que personne privée, il soutient l'algérie, c'est son droit le plus strict. Quand il porte le maillot de l'équipe de France, il représente le pays, les choses sont différentes. Le reste du temps il ne représente que lui, et il peut exprimer les sympathies qu'il souhaite, dans les limites de ce que la loi autorise. La loi autorisant d'aimer l'Algérie (et encore heureux), ce geste ne me choque en rien. Il a épousé une femme d'origine algérienne, s'est converti à l'islam, il se sent peut être en phase avec ce pays. J'ai un drapeau anglais chez moi, que j'apporte et brandis dans certains concerts ? Qu'est ce que cela signifie ? Principalement que j'écoute des groupes anglais. Ca ne signifie rien quant à mon attachement à mon pays, à ses valeurs ou ses symboles. Pourquoi en serait il autrement pour M. Frank Ribéry, de profession footballeur ? cette réponse fait plaisir à mon petit c¿ur de scientifique, merci la grenouille !
  8. question : est ce que vous auriez fait 12 pages sur le sujet si Ribéry avait brandit un drapeau luxembourgeois ?
  9. Que j'y vis parce que je l'aime

      aa
  10. Bonjour :)

    Chouette description.

    Bonne journée

      aa
  11. j'ose espérer que votre (ca dérange si on se tutoie, le vouvoiement ca me fait me sentir vieux) logique et vos connaissances contiennent cette propriété de base : il est impossible de comparer l'infini à l'infini. Car l'infini n'a pas de fin (par définition), et donc n'est en rien comparable. De base, quand bien même tout nombre fini d'éléments = ou ≠ avec un nombre fini de combinaisons donne en effet les résultats que vous présentez, le fait de considérer des ensembles infinis détruit de facto la comparaison. Mais certes, je vous concède que ≠ "grandit" moins vite que = Pour rebondir sur votre démonstration sur X=X=Y=Y, j'ajouterais personnellement que X=X=Y=Y est une projection de K^4 dans K (si on appelle l'ensemble de départ K, où seuls = et ≠ existent) A contrario, X=Y est une projection de K² dans K. Bien que les résultats sont les mêmes, ce ne sont donc pas des propositions strictement équivalentes. Cyrric : si ca ne t'intéresse pas, ne te force surtout pas a participer.
  12. Ceci est exact si tu parles de variables booléennes qui n'ont bien que deux états possibles : vrai ou faux. Et le faux ne gagne que s'il est impair. on peut faire le parallèle avec des multiplications de nombres positifs ou négatifs. - fois - = +. Le négatif ne l'emporte qu'en cas l'imparité. Mais finalement ce long paragraphe que tu écrit ne fait qu'aller dans le sens de ce que j'avais avancé. Dans un ensemble totalement booléen (que l'on prendra fini pour l'exemple) muni de la seule opération de comparaison, les deux sous ensembles VRAI et FAUX sont totalement disjoints, mais l'intersection du sous ensemble FAUX avec lui-même se trouve dans le sous ensemble VRAI. Seulement, l'intersection du sous ensemble VRAI avec le sous ensemble FAUX se trouve dans ce dernier. Ce qui fait que pour tout membre du sous ensemble VRAI, il suffit de l'intersecter avec un membre du sous ensemble FAUX pour créer un nouvel élément FAUX. De même, pour tout élément FAUX, il suffit de l'intersecter avec lui-même pour créer un nouvel élément VRAI. Ces deux ensembles sont donc infinis MEME SI LE NOMBRE DE SINGLETONS DE BASE EST FINI. Or l'infini ne peut être plus grand ou plus petit qu'un autre infini. Plus figurativement, pour tout élément = ou ≠, il suffit d'y ajouter un ≠ pour le faire changer de sous ensemble. =≠ vaut ≠ et ≠≠ vaut =. Mais cette opération peut être répétée une infinité de fois. Pour en revenir à mon analogie de nombres positifs ou négatifs, cette opération revient à multiplier un nombre d'un des deux sous ensemble + ou - par (-1)^n, avec n entier naturel quelconque. Ce qui m'intrigue c'est le pourquoi d'un tel raisonnement logique ? Car au final cet ensemble totalement booléen muni de la seule opération de comparaison (ca te dérange si on lui donne un petit nom pour en parler ? L'ensemble K, ca te va ?) ne peut se calquer totalement sur notre univers quotidien.
×