• billets
    59
  • commentaire
    0
  • vues
    36 320

Soirée saucisse chez Magalie

-GILBERT-

163 vues

:cool:

Chères amies lectrices

Chers amis lecteurs

Pour savourer intensément ce nouvel opus, il est préférable de déguster l'épisode précédent.

Cet épisode intitulé, avec le bon goût de la saucisse au fromage : < Soirée saucisse chez Clémentine >

Tout simplement en cliquant sur le lien ci-dessous. Un double click à gauche, avec le doigt de son choix.

http://www.forumfr.c...clementine.html

:cool:

blogentry-173856-0-60301400-1472463392_thumb.png

Soirée saucisse chez Magalie

Sur la demande de Clémentine, j'arrive à la soirée "Filles" chez Magalie vers 19 h30. Clémentine m'attend.

Elle me fait entrer par la porte de derrière afin de préparer mes effets, mes vêtements et la surprise souhaitée.

Dans une des sacoches de ma mobylette, j'ai tous les accessoires indispensables pour la soirée. Costumes.

Magalie fête ses 19 ans avec ses copines de la Fuck de lettres. Une douzaine de belles et grandes jeunes filles.

Un anniversaire que Magalie désire inoubliable, original et unique. On n'a pas tous les ans 19 ans ! On comprend.

Je revêts mon déguisement. Clémentine trouve que c'est vraiment parfait. A propos. Elle me parfume un petit peu.

L'heure approche. Nous sommes tous les deux aux toilettes. Clémentine guette l'arrivée de toutes les invitées.

Lorsque toutes les filles sont là, Clémentine me fait : < Ok, on va pouvoir commencer, je t'attends au salon ! >

J'arrive au salon où toutes les filles sont entrain de bavarder, de papoter, devant le buffet froid, verre à la main.

J'entre. Assis sur ma mobylette bleue pétaradante, je suis déguisé en représentant de commerce. Un beau VRP.

Je porte un costume stricte, gris, à petits motifs "Prince de Galles". Une cravate noire sur une chemise blanche.

C'est du plus bel effet. Mes cheveux gominés évoquent une sorte de danseur de tango argentin. Un "crooner".

Magalie, dont c'est, rappelons-le, l'anniversaire, est émerveillée. Son air enchanté fait plaisir à voir. Heureuse.

Clémentine monte sur l'estrade, s'empare du micro et fait : < C'est notre ami, le monsieur des saucisses ! >

C'est un tonnerre d'applaudissements. Les filles s'écrient en cœur : < La saucisse ! La saucisse ! >. C'est la fureur !

Ce premier succès me flatte. Je sens déjà que cette soirée sera une nouvelle et flamboyante réussite. C'est beau.

Je mets ma mobylette rutilante sur béquilles. Lentement, d'un geste sûr, je décroche la valise de son porte-bagages.

Tel un gentleman très "British" je me promène dans l'assistance en portant mon attaché-case gris à la main.

Les filles me font toutes la bise, ravies d'avoir affaire à un homme d'une telle prestance et si élégant. C'est émouvant.

Je prends mon temps. Je déambule longuement dans l'assistance ayant un bon mot pour chacune. Style "Président".

Je vois des regards envieux, rêveurs et plein de désir se porter sur certaines parties de mon anatomie. La "bosse".

Comme sur un signal, je grimpe sur l'estrade, la musique démarre, un projecteur se braque sur moi. C'est parti mon kiki.

J'attaque avec "Tata Yoyo" de Annie Cordy. C'est immédiatement la folie qui s'empare de l'assistance. Bouleversant.

Mais c'est lorsque j'interprète "Les petits pains au chocolat", de Jo Dassin que le délire s'installe véritablement.

Je suis obligé de me sauver car les filles m'arrachent mon costume. Clémentine m'entraîne vite au cabinet des WC.

Avec Magalie, les deux filles m'aident à me changer pour le prochain numéro. La suite du spectacle. Je suis inquiet.

Dehors, nous entendons crier les filles. Certaines tambourinent contre la porte des toilettes en hurlant. Des furies.

Magalie me passe mon string doré à paillettes argentées. Je le porte à l'envers avec la ficelle devant. C'est plus beau.

Clémentine fait clignoter les deux adorables petites boules qui pendent devant. Je mets mes soulier à talons hauts.

Au salon, les choses se sont calmées. J'arrive et je saute immédiatement sur l'estrade. Musique maestro ! Ovation.

J'attaque par "Vanina" de Dave en faisant un "Moon-Walk" façon Michael Jackson, dans Billy Jean. C'est un vrai "carton".

Je perds la grande plume rose que m'a fixé Clémence à l'arrière du string. Les deux boules clignotent. J'improvise.

C'est une ovation délirante qui finalise cette prestation époustouflante. Une fille me saute dessus. Je m'enfuis vite.

Je n'ai que le temps de me réfugier aux cabinets pour faire pipi pendant que Magalie me fixe la plume derrière.

Clémentine me passe mon collant mauve. Je chausse mes bottes noires à hauts talons aiguilles. Me voilà fin prêt.

Je reviens au salon. Je grimpe sur l'estrade et j'entonne "Gabrielle" de Johnny. Succès ! J'enchaîne les tubes du rocker.

Je danse par pirouettes tout en sautillant comme une grande tringle qui serait aussi une grande folle. Frou-frou.

Je porte une perruque de Bimbo blonde qui me fait ressembler à Marylin Monroe. C'est du plus bel effet. J'en "jette".

Dans l'assistance, c'est le délire. Les filles sont au bord de l'hystérie. Julie passe la serpillère sous toutes les chaises.

Dans la fébrilité de mes mouvements saccadés, j'enchaîne "Les élucubrations" d'Antoine. Mon collant se déchire.

< La saucisse ! La saucisse ! > hurlent les filles qui veulent s'en emparer. J'ai juste le temps de fuir aux WC. A poil.

Je m'habille à nouveau de mon beau smoking noir, façon James Bond, et je reviens terminer ma prestation. La "classe".

Je m'empare de ma valise grise. Là, devant toutes les filles qui m'entourent, je l'ouvre lentement, ménageant l'effet.

Les filles, ravies, découvrent ma saucisse de Montbéliard. Certaines se penchent pour en humer les senteurs. Ravies.

D'autres s'accroupissent pour en renifler les effluves parfumées. Pour d'autres encore, c'est l'extase. Irréel. "Glandiose" !

< C'est quoi, au bout, l'espèce de fromage crémeux qui colle ? > me demande Magalie en se pinçant le nez. Grimace.

< Oui, c'est quoi ? En plus, ça sent fort, ça pue ! > me fait la belle blonde qui me fait des clins d'œil depuis le début.

< Put-hein, mais elle schlingue ta saucisse, vieux cochon, c'est dégeu ! > me fait la brune qui me mâte depuis le début.

Finalement, après y avoir goûté, les filles de l'assistance applaudissent , chantent et me portent à bout de bras. Gloire.

Les filles chantent : < La saucisse au fromage ! La saucisse au fromage ! >. Je suis si ému, si confus et si heureux.

La soirée se termine. Clémentine me chuchote : < Alors ? James Bande, Zéro Zéro Sexe ? C'est une réussite. Bravo !>.

Il est minuit. Les filles se mettent autour de moi pour faire les photos souvenirs. Elles veulent toutes êtres dessus.

Certaines me tiennent par la taille. D'autres par les épaules. Quelques unes sont accroupies autour de moi. Lascives.

Moi, au milieu, j'agite jésuitiquement ma saucisse de Montbéliard. Saucisse dont le jus éclabousse quelques chevelures.

La soirée se termine. Les filles me font la bise et s'en vont. Elles me félicitent pour cette merveilleuse soirée. Réussite.

Clémentine m'embrasse longuement, fouillant ma bouche de sa langue exploratrice. Je suis saisi de vertige. C'est bon.

< Tu viens samedi prochain, pour l'anniversaire de Sofiane ? Sel te pli ? > me demande Clémentine s'essuyant le jus.

Clémentine est devenue mon "Agent Artistique". Elle est devenue mon "Manager" et s'occupe des aspects de ma carrière.

Dans son grand salon, chez elle, elle a fait transformer l'espace en petite salle de spectacle. C'est là que ça se passera.

Clémentine signe des contrats à tour de bras durant mes prestations "Chippendales"" et surtout, encaisse les chèques.

Tous droits réservés - © - 2016 - Depuis mon Blog -

:cool:

blogentry-173856-0-50527300-1472463412_thumb.jpg blogentry-173856-0-12238100-1472463433_thumb.jpeg

Pour faire continuer un peu de la magie de cette merveilleuse histoire, on peut cliquer sur les images ci-dessus...

:cool:

AVERTISSEMENTS

L'utilisation, toute ou partie, d'un texte, (ou photographie), par copié/collé par exemple, sans le consentement de l'auteur, constitue une violation de la propriété intellectuelle. Délit sanctionné par l'Article. L.335-2. du Code pénal.

La divulgation d'informations relatives à la vie privée, ou à l'identité, constitue un délit sanctionné par les articles 706-102-1 (Informatique) et 88-227 du code pénal.

:cool: