Aller au contenu
  • billets
    61
  • commentaire
    0
  • vues
    42 002

Elle veut le contact (Episode 7)


254 vues

:cool:

NOTE :

Pour apprécier ce nouvel opus, j'invite le lecteur à découvrir l'épisode précédent.

:cool:

"Valériane" (Episode 2)

Je ne suis pas un amateur de Web-Cam. Je trouve cette formule prosaïque. Comme pour tout ce qui touche aux univers virtuels, celui de la web-cam manque du plus élémentaire des moteurs émotionels. Des sensations, certes, des émotions, certainement pas. Donc, dans la mesure du possible, j'évite avec soin.

Ce mercredi soir, je décidais donc de déroger à cette règle. Il y aurait fonctionnement de la Web-Cam. A vingt heure précise, vêtu d'un costume noir, d'une chemise blanche, cravaté de noir, j'allumais mon système de visonnage. J'avais installé une tasse de thé fumante et quelques petits gateaux à l'épautre devant l'ordinateur. Dans la minute, s'établissait la connection avec "Valériane".

"Valériane" apparue à l'écran, élégamment vêtue d'une veste "blaser", passée sur un chemisier blanc. Des cheveux chatains, mi-longs. La dame était aussi attractive que sur les clichés qu'elle m'avait envoyé. Ce fut donc un plaisir de nous présenter. Après le < Bonsoir > de circonstance, il y eut un long silence. Nous nous observâmes longuement en souriant. C'était délicieusement érotique.

Dans une certaine obscurité, je pouvais dicerner la pièce dans laquelle le contact avait lieu. Devant elle, comme convenu, "Valériane" avait également déposé une tasse de thé et quelques carreaux de chocolat. Au bout de quelques minutes, nous engageâmes la conversation. Son thé était au romarin, le mien au jasmin, son chocolat était noir et mes petits gateaux "Bio".

Pour mes goûts, rien n'est préférable à ces situations délicates et pleines de retenues. Cela permet un travail de l'imaginaire. Une activité cérébrale riche en "évocations". Un vecteur de fantasmes les plus attractifs. Les "connaisseurs" comprennent très bien là où je veux en venir. Je les en félicite. Qui a déjà vécu de telles situations sait les émotions et les sensations qu'elles génèrent.

Nous bavardâmes longuement. Parlant de nos activités professionnelles, de nos situations sociales, de nos regards sur les choses de ce monde. Le temps passe toujours très vite dans ces conditions. Déjà une heure venait de s'écouler. Nous abordions maintenant nos passions respectives, dans différentes sphères d'intérêt. Nous n'en étions pas encore à évoquer la sexualité.

Adroitement, avec ma virtuosité coutumière, doucement, avec ce tact qui me caractérise, j'introduisais le premier élément verbal à caractère sexuel. Désireux de ne jamais perdre mon temps, surtout dans ce domaine, j'allais immédiatement à l'essentiel. La fellation. Le cunilingus. Il y eut une curieuse réaction de la part de "Valériane". Sur les traits de son visage, je pouvais découvrir un profond embarras. Il y eut, une fois encore, un long silence.

< Je ne fais pas "ça" ! J'aime faire l'amour de façon très "traditionnelle"> me fit la dame. Elle rajouta : < Ce qui m'intéresse, dans vos récits, c'est de découvrir l'intérêt que vous semblez porter à cette pratique. Justement parce que je ne le fais pas ! >. Je restais à observer "Valériane". Je comprenais qu'une fois encore j'avais affaire à une personne compliquée. Un de ces individus qui, au lieu de vivre ses pulsions, ses désirs, se contentait de les intellectualiser. Une personne qui vivait par "procuration" du virtuel. Sans doute une de ces habituées de ces forums inutiles où se déroulent, à longueur de soirées, ces échanges stupides, sans fins et stériles.

< Je crois que ça va pas le faire ! > lui fis-je, à présent pressé de mettre un terme à ce qui devenait une pure perte de temps. < Non, je ne crois pas non plus ! > me fit-elle, à présent presque agressive. Je connais bien ces réactions triviales, dont font preuve certaines femmes, lorsqu'elles sont mal à l'aise. Aussi, je mis rapidement un terme à tout cela. < Je vous souhaite le bonsoir, je vais être obligé de me déconnecter. Je vous souhaite une bonne nuit. > lui fis-je poliment mais fermement. < A vous aussi ! > me fit-elle, comme soulagée de ne pas être obligée de faire une de ces pitoyables pirouettes verbales. Une de ces pirouettes ridicules dont sont coutumières celles qui se sont fourvoyées dans des situations qui sont autant "d'impasses"...

Je mettais un terme à tout cela en éteignant la Web-Cam. Rendant ainsi service à "Valériane" que je n'ai jamais tenté de recontacter. Malgré deux couriels, dans les deux jours suivants, que je n'ai pas ouvert, j'ai préféré le principe parfait de l'autisme...

___________________________

Tous droits réservés - 2014 - Depuis mon Blog -

:cool:

blogentry-173856-0-23635500-1435381610_thumb.jpg

:cool:

L'utilisation, toute ou partie, d'un texte, (ou photographie) sans le consentement de l'auteur, constitue une violation de la propriété intellectuelle. Délit sanctionné par l'Article. L.335-2. du Code pénal.

La divulgation d'informations relatives à la vie privée constitue un délit sanctionné par les articles 706-102-1 (Informatique) et 88-227 .

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Ce billet ne peut plus recevoir de commentaires supplémentaires.
×