• billets
    14
  • commentaires
    34
  • vues
    28 304

Apocalypse

lalibulle

88 vues

Le monde se meurt, tous le savent. L’humanité entière regarde, autour d'elle, se briser les dernières illusions du sujet victorieux. Le sujet présent à lui-même et au monde qui l'entoure contemple désormais le chaos qui le nargue. Le "moi" existentiel devient pour tous théâtre du doute.

L'homme qui croyait s'être trouvé pleure, bouche amère, regard perdu, agenouillé dans la terre sale et noire. Des questions l’oppressent. Le cognent., le blessent., le transpercent ! S'envolent de toutes parts de son être vers le ciel, hurlantes et rageuses. Formant une masse rouge sang, grouillante sous les nuages, terrifiante vu de la terre.

Mais l'homme ne le voit pas. Il rate le spectacle effroyable qui se joue autour de lui. Ignore les corps sans vie qui tombent, les cris et les soupirs des mourants. Il contemple sa béatitude. Il existe. Une coquille enveloppée dans le brouillard rassurant de la bêtise. Ses membre sont collés au sol humide. Il s'y accroche. Les ongles crades, la gueule en délire, il ricane. Ses larmes coulent, son corps misérable fond sous elles. Et plus il pense, plus le sang se déverse. Un flot s'envole.

Autour de lui les morts s'entassent. Le vent les touche, il n'est pas sûr. Il n'a jamais vu ça. Il en rit. C'est si horrible ; cela devient drôle. Évidemment. La valeur du jugement s'éloigne. Les échelles se taisent. Le monde a juste été retourné. Par sa fin. Ou sa faim ? La terre remue un peu, et sens sur elle rouler les débris d'une Humanité ravagée. Détruite. Exterminée. A son tour elle sourit. Le cosmos, amusé, jette un œil. Bientôt l'hilarité générale prend possession de l'Univers. Et il résonne en spasmes assourdissants.

Les lois physiques et métaphysiques s'allient pour donner naissance à cet Univers mutant. Cet enfer qui s'acharne. Sur sa victime. Sa dernière victime. Elle la dégustera jusqu'au bout.

L'homme, toujours aveugle se rassure. Il sent sa vie. Il sent les ondes de peur et d'arrogances qui le traversent. Il sent le froid qui le glace. Il sent sa pisse qui le brûle, son corps affolé qui implose. Il ne sent pas sa médiocrité, jamais.

Quand il voudra se redresser, immaculé et agonisant, il lèvera les yeux vers son intégrité. Qui le quitte.

Et la terre soulagée reprendra ses esprits.

L'augure interrogeait le flanc de la victime,

La terre s'enivrait de ce sang précieux...

L'univers étourdi penchait sur ses essieux,

Et l'Olympe un instant chancela vers l'abîme.

Nerval, Les chimères, le Christ aux oliviers V, quatrain 2.




5 Commentaires


C'est assez... Apocalyptique.

Et, je crois pouvoir dire que tu es fan de Nerval sans me tromper.

Edit : je viens de capter que c'est justement le titre du texte xD

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Mais en fait c'est nul comme titre. Ce serait mieux sans titre^^

Meuh nan, tu te fais des idées :p

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Oh, là nous sommes d'accords. Bien pour ça que je mets des titres de merde, moi.

Jamais!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant