• billets
    114
  • commentaires
    376
  • vues
    688 521

Sensation de vérité

existence

67 vues

Comme vous le savez, un croyant affirme que ce qu'il ressent est vrai, que dieu existe vraiment. Il y a de nombreuses religions, et tous les croyants, qu'ils soient monothéiste, polythéiste ou autre chose, affirment qu'ils ressentent une présence.

Certains appellent cette présence Jésus, d'autres Yahweh, Allah, d'autres Ganesh, à l'époque de la Grèce antique, Zeus ou Vénus, etc. Or ces noms sont des sons, des syllabes, qui sont très diverses. Donc, si la présence dont il parle existe vraiment, on en déduit qu'elle n'a pas de nom précis. Et puis, les mots sont conventionnels pour désigner les choses, dépendent de la langue, etc. Il n'y a donc pas de nom particulier qui soit adéquat. On entend simplement ce mot dans une certaine culture et on finit par l'associer à l'expérience religieuse.

De même, les images utilisée pour représenter les dieux sont très diverses, un éléphant, un homme crucifié, une tortue, une lumière, un homme sur un nuage qui lance des éclairs, une femme qui sort de la cuisse d'un autre dieu, etc. Clairement ces images sont contradictoires les unes avec les autres, et donc ne peuvent pas représenter la chose supposée. Elles sont culturelles, on est habitué à les voir parce qu'elles sont dessinées, représentées par des statues, décrites avec des mots, etc.

D'autre part, certains pensent qu'il y a plusieurs dieux et d'autres pensent qu'il y en a un seul, et d'autres ne croient pas en des dieux mais en des esprits de la nature ou des esprits des ancêtres. S'il n'y avait qu'une seule présence chaque fois, on pourrait lui donner le temps de cette analyse le nom "dieu", c'est ce que font les déistes. Mais cette unicité n'est pas évidente. Le terme de dieu contient aussi une idée hiérarchique, les dieux sont au-dessus des anges, etc. alors que le terme esprit ne précise pas cela. Tous sont d'accord en revanche pour parler de spiritualité, d'un rapport entre notre esprit et d'autres esprits, avec une sensation de présence. La sensation de présence est semblable à celle qu'on a en présence d'un autre être humain, à part qu'elle peut être démultipliée, transformée, etc.

Il y aurait un ou plusieurs esprits d'après les croyants. Si on y réfléchit, soit différents croyants perçoivent différentes parties d'une même chose, soit cette chose peut prendre plusieurs forme selon le contexte culturel, soit cette chose est diffuse et se modèle en fonction des influences culturelles sans être ces formes culturelles. Si c'était une seule entité, il y a tout de même peu de chance qu'elle soit perçue en plusieurs parties par d'autres. Si la multiplicité/unicité dépend du contexte culturel, c'est que cette chose n'existe pas en elle-même. On en déduit que, si chose il y a, elle peut prendre différentes formes et apparences sans être ces formes et apparences, tout comme la pâte à modeler. Si on fait une forme en pâte à modeler, la pâte à modeler n'est pas la forme.

En d'autres termes, on en déduit que si cette chose existe, elle n'a pas de forme particulière, elle est semblable à une substance, et cette substance interagirait avec l'esprit des gens. On en déduit déjà que toutes les religions révélées, et toutes les religions qui affirment que les choses spirituelles ont une forme particulière, c'est-à-dire la très grande majorité des religions du monde, sont erronées, se bornent à proposer des formes possibles pour cette pâte à modeler, et en restant à ces formes qui ne sont pas la substance en question. La sensation de vérité de voir Jésus, de parler à Dieu, d'être en communion avec Ganesh, d'écouter les esprits de la nature, etc. cette sensation de vérité est une illusion, parce que ces formes sont conventionnelles. Aller prêcher cette vérité n'a donc pas de sens.

Il reste donc une substance supposée, ressentie comme une présence, dont on ne dit pas grand chose au bout du compte.




2 Commentaires


Un point de vue bien différent est celui du Pasteur Klaas Hendrikse, qui voit dans cette sensation l'expérience de Dieu qui, à ses yeux, justifie la croyance en Dieu, et ce même si ce Dieu n'existait pas réellement, car, toujours selon lui, cette existence réelle est un pinaillage théologique inutile.

Il est l'auteur de Croire en un Dieu qui n'existe pas : Manifeste d'un pasteur athée.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Mais justement, les croyants en général se leurrent en attribuant à leurs sensations et leurs sentiments un statut métaphysique divin. C'est précisément ce que remet en question l'athéisme, pas les sensations et les sentiments des gens, qui peuvent être divers et variés.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant