• billets
    109
  • commentaires
    741
  • vues
    435 349

Le robot

Jedino

60 vues

Voici le début, si je peux dire, d'une de mes plus récentes histoires. Bonne lecture, si toutefois certains en trouvent le courage!

De nouvelles questions déferlent dans ma tête tous les jours. Par exemple, ce matin encore, je me demandais si la politique permettait réellement de faire évoluer les choses. C’est pas que je suis anarchiste, mais bon. Au fond, un gentil dictateur, c’est presque pareil, non? Vraiment, les dirigeants, les puissants, ça me dépasse. J’y comprends que dalle. Et je crois que c’est pas plus mal, avec tous les ennuis qu’on a maintenant. D’ailleurs, les anciens, eux, disent que ça date pas d’hier. Putain de vie, moi je vous le dis. Ils disent aussi qu’à force de se demander des trucs, on perd la tête.

Depuis, je suis convaincu que chaque idée qui nous vient, c’est au prix d’un neurone. Vous imaginez? Un peu comme s’il explosait pour la libérer dans notre esprit. Beaucoup me disent que c’est bizarre, qu’ils comprennent rien à ce que je dis. En fait, ils me pensent fous. Même mes parents, quoi. Au début, ils voulaient m’envoyer dans un endroit spécial, avec des gens spéciaux, des gens qui me ressemblent. « Pour me soigner », qu’ils me répétaient. Pourtant, je me sens pas malade, moi. Je vais même plutôt bien. Je fais juste attention à ne pas trop penser, histoire d’économiser pour plus tard. Faut être prévoyant, vous savez. N’empêche que ça m’aurait intéressé d’aller en cet endroit, rien que parce que je suis curieux de savoir si je suis le seul à croire ceci. C’est que je me sens parfois mis en retrait pour ça. Alors forcément, il m’arrive de déprimer, vous voyez. Rien de grave pour autant, ou pas de quoi alarmer plus que ça les autres.

Bref, on peut dire que, dans l‘ensemble, je suis plutôt heureux. J’aurais pu connaitre mieux, bien évidemment, mais je préfère me satisfaire de ce que j’ai : mon encéphale et ses mystères. Faut dire que c’est plutôt rare ces temps-ci, étant donné que la science a progressé à un point tel qu’il est difficile de pouvoir s’affirmer original et incompris. Il parait même qu’on sera bientôt capable de changer de cerveau naturel par des artificiels, tout beau, tout neuf, tout tellement meilleur. Moi ça me fait peur. Déjà que notre monde a hérité de machines presque trop humaines, alors transformer les humains en machine! Ce serait vraiment une erreur. Heureusement, il n’est prévu de modifier que ceux qui sont « dérangés ». A croire qu’il y a un idéal majoritaire.

Mais je vais cesser. Quand je vous disais que je pensais de trop. En plus, ce sont des problèmes qui me dépassent de loin. J’ai pas l’âge pour ces affaires là, qu’on me corrige souvent, quand je fais preuve d’une curiosité orale. Du coup, je me concentre pas mal sur la lecture, ici et là. Tout est bon à apprendre, vous savez. Donc, j’étais en train de commencer à vous expliquer que je devais me calmer. Enfin, dans ma tête, quoi. C’est bien pour cette raison qu’il m’arrive de sortir me promener. Parfois seul, dans les rues, au milieu des nombreux passants pour qui je n’existe pas. Et puis, parfois avec quelqu’un. Tantôt un ami, tantôt un inconnu. Ca n’a rien de véritablement étrange. Les amis, c’est bien. On peut discuter de pleins de sujet, avouer ce qu’on n’oserait pas raconter à notre famille, et tout. Mais en fait, ça va pas plus loin. Toujours les mêmes soucis, toujours les mêmes blagues ou souhaits. Voilà pourquoi j’apprécie grandement les inconnus. Rarement bavards, et encore plus rarement à se lamenter de leurs problèmes à eux. Parler, mais pour parler, pas pour conter une histoire dont tout le monde se moque bien. Bah oui, franchement, qui perdrait bien son temps à s’intéresser aux malheurs de ceux qu’il connait? On en a déjà énormément, nous, alors pourquoi accélérer encore la saturation? Surtout qu’une fois vieux, ça nous fait encore plus de matière à déprimer.

Seulement, j’ai envie de vous parler d’une de mes rencontres fortuites. C’est que des pauvres, il y en a toujours, et depuis longtemps, qu’ils disent, les sages, comme je les appelle, moi. Faut dire qu’ils savent tellement que je les trouve passionnant, même s’ils sont chiants quand ils se mettent à se remémorer des souvenirs à en souffrir de nostalgie. Alors bon, moi ça m’attriste. Je suis de nature sensible, vous savez. Je vous parlais donc d’un paumé, un de ces mecs qui attendent qu’à crever dans les rues les moins fréquentables, avec qui j’avais échangé quelques paroles. Au début, il m’ennuyait, comme la plupart. Il me distrayait simplement, à parler de ses trouvailles ici et là, ces merdes qu’il ramasse et qu’il conserve comme des trésors, à parler du temps qui est pourri et qui sera pourri aussi demain, et ceci, jusqu’au moment où il s’est mis à devenir différent.

J’aurais pas pu traduire comme je l’ai vécu à ce moment là. Mais, si vous l’aviez connu, à cet instant, vous auriez compris. C’est comme si vous veniez d’être frappé par un je ne sais quoi, une force qui change en vous votre perception de la personne qui marche à votre côté. J’avais un sentiment amical à son égard. Je le trouvais presque sympathique. C’en était un choc. Parce que, même si j’étais sensible, j’avais pas l’habitude de ça. Quand j’en ai parlé aux sages, ils m’ont dit que la bête qu’on avait mis dans mon cerveau à la naissance venait de dérailler. Un peu comme moi, qu’ils disaient. Les vieux, ils étaient certains qu’on nous contrôlait de loin, mais qu’on nous laissait la possibilité de choisir et de croire à notre individualité. Comme les machines quoi. Ils les aimaient pas, les machines. Oh ça non! Moi non plus, en fait. Pour ça que je les appréciais malgré tout.




7 Commentaires


Deux conseils du fou qui m'habite : :crazy:

1-Tu ne dois jamais ignorer ta folie même si ceux qui te taxent de fou ignorent la leur.

2.- Ne t'aventures jamais à chercher tes 7 erreurs chez les autres,tu risques d'en trouver beaucoup plus.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité Cosette 2

Posté(e)

J'aime ce que tu écris Jedino! C'est toujours digne d'intérêt et je ne me lasse jamais de te lire! Si toutes les personnes déjantées l'étaient autant que toi, nous aurions autour de nous beaucoup plus de gens intéressants!:bo:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité morphee_

Posté(e)

je ne sais si les neurones se renouvellent j'avoue ;

tes histoires de cerveau, depuis quelque temps..... n'aurais-tu lu par hasard "l'Ermite absolu" de l'auteur de l'Arbre des Possibles ? en tout cas tu développes bien la chose, agréable à lire je trouve ; bonne continuation...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Echoo : J'en tiendrai compte, alors ;) Et j'oserai pas m'aventurer chez les autres, au risque de m'y perdre :D

Cosette : Tes compliments me touchent :blush: M'enfin, je suis content, à vrai dire. J'ai réussi, pour une fois, à ne pas faire tuer tout le monde!

Morphee, je n'ai pas lu, non, "l'Ermite absolu". Mais j'ai lu, il y a quelques temps déjà, qu'on avait trouvé une zone où des neurones naissaient après la naissance, ce qui allait à l'encontre de l'idée qu'on avait jusque là et qui considérait que tous nos neurones étaient acquis avant la naissance et pour l'ensemble de notre vie.

En voici un lien, si cela t'intéresse : http://lecerveau.mcgill.ca/flash/capsules/histoire_bleu05.html

Bonne journée à vous ;)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité Mad_World

Posté(e)

Je ne dirai qu'une chose ... malheureusement d'autres l'ont dit avant moi...

Quand la nuit tombe sur les autoroutes,

que tous les gens sans poésie se marrent

de me voir pédaler comme un galérien sur mon tricycle jaune.

Moi je pense aux gens dans le fond des métros,

qui s'enterrent dans leur propre tombe.

Quand au-dessus des villes nous, nous volons sur les ailes du tricycle jaune.

Je crois que tu en connais très bien l'auteur

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant