• billets
    9
  • commentaires
    15
  • vues
    7 185

Le retour (I)

Wild

25 vues

    Hojn avait faim. Cela faisait déjà quatre jours qu'il avait fuit sur le navire de son grand père et il n'avait guère eu le temps de prendre plus qu'un morceau de pain. Il espérait apercevoir une côte rapidement, mais il n'avait strictement aucune idée d'où il pouvait bien se trouver. Certes, son grand-père, qui l'avait élevé comme son propre fils, lui avait enseigné les bases de la navigation, mais il ne s'était jamais éloigné de la côte. Et maintenant, voilà qu'il était perdu au beau milieu de la grande mer, sans rien à manger depuis 4 jours. Pourquoi donc les Silencieux s'en étaient-ils pris à eux ? Son grand-père était il mort ? Qu'avaient-ils fait pour mériter ça ? Depuis 19 ans, ils vivaient dans une cabane près de la mer. Ils n'avaient jamais vu quiconque et ne risquaient pas d'avoir des ennemis.

En pleurant, Hojn se remémora une fois encore sa fuite. Après quatre jours, les souvenirs avaient fini par devenir parfaitement clairs dans son esprit. Hojn et son grand-père étaient sur le point de se mettre à table ; le jeune adulte terminait ses exercices quotidiens du Grand Parlé. Même s'il n'avait jamais compris l'intérêt de cet apprentissage, il était fier de savoir parler la langue que les anciens utilisaient. Ceux qui avaient conquis la Terre et le Ciel - et qui avaient disparus près de 500 ans auparavant - n'avaient laissé pour héritage rien d'autre que cette langue qui, disait-on, permettrait de reconquérir la Terre et le Ciel. Non pas qu'il avait des idées de conquête ; il était pleinement satisfait de la tranquillité de sa vie, mais tout le monde n'avait pas la possibilité - la chance, même - d'apprendre cette langue. Et puis il avait entendu une assiette tomber par terre et se casser, suivie par un bruit sourd. Lorsqu'il atteint le pas de la porte, il vit l'homme qui lui avait tout appris, celui avec lequel il avait toujours vécu, à genou, encerclé par six personnes. Les Silencieux étaient parfaitement identiques: tous portaient une longue cape grise et une capuche recouvrait leurs visages. Il ne put s'empêcher de lâcher un léger cri de surprise qui fut étouffé par celui de son grand-père: sans raison apparente, le vieil homme se mis à crier de douleur, serrant sa tête entre ses mains, comme s'il essayait de la compresser par la seule force de ses bras. Après ce qui sembla à Hojn une éternité, l'homme à terre cessa de crier. Mais le jeune homme ne reconnu pas le visage déformé de celui qui avait été sa seule famille depuis toujours.

Ce dernier se mit à larmoyer et laissa échapper une phrase: "Je ne sais pas, je vous jure, je ne sais pas où il est." Après un bref moment, l'homme recommença à parler : "Par pitié ! Je vous jure, je ne¿" Puis son regard se posa sur Hojn. Un bref moment, le jeune homme cru voir la haine illuminer le visage de son grand-père, puis celui-ci baissa les yeux et fit un demi-tour sur lui-même, tournant le dos à son petit-fils. Il essaya de se relever, mais ses jambes refusèrent de le porter. C'est donc à genou qu'il se rua vers la porte. La moitié des Silencieux empoigna l'homme qui se mit alors à crier: "Hojn, fuis ! Fuis et prends le navire avant qu'ils ne t'attrapent !"

Il avait suivi ce dernier ordre et se trouvait maintenant perdu, seul, livré à une mort certaine. Le crystal, source de carburant pour son navire, était presque épuisé. Il tiendrait deux jours supplémentaires, au mieux. De toute façon, n'ayant rien mangé depuis quatre jours, il doutait de pouvoir survivre assez longtemps pour utiliser le crystal en totalité.

Une autre journée s'était écoulée sur l'étendue d'eau dont toute trace de vie avait disparu depuis bien longtemps. Demain, il poussera le navire à son maximum, et ce ne sera pas une tâche facile. Il aura besoin de s'être reposé. Malgré son état de fatigue avancé, il visualisa une nouvelle fois son grand-père entouré des Silencieux avant de s'endormir¿


   Alerter


6 Commentaires


Commentaires recommandés

Bon, je l'avoue un peu honteusement, j'ai laissé tomber le jeu d'Y¿

Perte de motivation ; et je crois que je suis redescendu des nuages quand j'ai pris conscience que ma vision des choses ne collait pas avec le fait qu'il y ait d'autres joueurs.

Merci à vous tous. La suite possiblement demain ou lundi.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant