Aller au contenu

«La Haine, c'est le fond de commerce de Kassovitz» : Saïd Taghmaoui dénonce une mascarade.

Noter ce sujet


goods

Messages recommandés

Animateur, Posté(e)
goods Animateur 32 666 messages
Posté(e)

«La Haine, c'est le fond de commerce de Kassovitz» : Saïd Taghmaoui dénonce une mascarade.

image.png.9a86c013b3045a36523222de1f0ed287.png

L'acteur revient sur les coulisses du film événement de 1995 et règle à nouveau ses comptes avec le réalisateur.

«Mais le plus important ce n’est pas la chute, c'est l'atterrissage», phrase culte d'un film qui ne l'est pas moins. La Haine, sorti en 1995, écrit et réalisé par Mathieu Kassovitz : 1h38 sur la jeunesse des banlieues parisiennes et les frictions avec la police, le tout en noir et blanc. Vincent Cassel, Hubert Koundé et Saïd Taghmaoui s'y donnent la réplique dans les rôles de Vinz, Hubert et Saïd, le trio multiethnique originaire de la cité des Muguets. S’ils sont fusionnels à l'écran, tel n'est pas le cas dans la réalité. Dans une interview accordée à la chaîne YouTube Oui Hustle, Saïd Taghmaoui se confie sur ses ressentis du film et la réalité du tournage. Depuis la sortie en salle, il n'a revu ni Vincent Cassel ni Mathieu Kassovitz, simplement Hubert Koundé, avec qui il entretient une belle relation amicale.

Acteur et scénariste de La Haine

C'est son premier rôle dans un long-métrage mais, ce que l'on sait moins, c'est qu'il a également participé à l'élaboration du scénario. À l'époque, il n'avait pas réclamé son dû : «on était jeune, on n'a pas signé, on aurait dû signer nos apports», raconte-t-il au micro de la chaîne. «Le film parle d'un sujet que je connais particulièrement bien, en tout cas beaucoup plus que Mathieu, que Vincent et encore plus qu'Hubert à l'époque, puisque je suis le truc. Je vois les erreurs et quand ça sonne juste, puisque moi c'est ma réalité. Instinctivement je réagissais alors, petit à petit, je réécrivais des dialogues, des textes et des situations (...) les dialogues parmi les plus cultes ou les plus mémorables, ils sortent de ma vie», relate l'acteur. 

 

Source et suite de l'article.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Un oiseau la tête en bas !, Posté(e)
Sittelle Membre 7 262 messages
Un oiseau la tête en bas !,
Posté(e)

Pourquoi tant de N ?

Et surtout si longtemps après ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 51ans Posté(e)
jimetpam Membre 1 823 messages
Forumeur vétéran‚ 51ans‚
Posté(e)
Il y a 6 heures, goods a dit :

«La Haine, c'est le fond de commerce de Kassovitz» : Saïd Taghmaoui dénonce une mascarade.

image.png.9a86c013b3045a36523222de1f0ed287.png

L'acteur revient sur les coulisses du film événement de 1995 et règle à nouveau ses comptes avec le réalisateur.

«Mais le plus important ce n’est pas la chute, c'est l'atterrissage», phrase culte d'un film qui ne l'est pas moins. La Haine, sorti en 1995, écrit et réalisé par Mathieu Kassovitz : 1h38 sur la jeunesse des banlieues parisiennes et les frictions avec la police, le tout en noir et blanc. Vincent Cassel, Hubert Koundé et Saïd Taghmaoui s'y donnent la réplique dans les rôles de Vinz, Hubert et Saïd, le trio multiethnique originaire de la cité des Muguets. S’ils sont fusionnels à l'écran, tel n'est pas le cas dans la réalité. Dans une interview accordée à la chaîne YouTube Oui Hustle, Saïd Taghmaoui se confie sur ses ressentis du film et la réalité du tournage. Depuis la sortie en salle, il n'a revu ni Vincent Cassel ni Mathieu Kassovitz, simplement Hubert Koundé, avec qui il entretient une belle relation amicale.

Acteur et scénariste de La Haine

C'est son premier rôle dans un long-métrage mais, ce que l'on sait moins, c'est qu'il a également participé à l'élaboration du scénario. À l'époque, il n'avait pas réclamé son dû : «on était jeune, on n'a pas signé, on aurait dû signer nos apports», raconte-t-il au micro de la chaîne. «Le film parle d'un sujet que je connais particulièrement bien, en tout cas beaucoup plus que Mathieu, que Vincent et encore plus qu'Hubert à l'époque, puisque je suis le truc. Je vois les erreurs et quand ça sonne juste, puisque moi c'est ma réalité. Instinctivement je réagissais alors, petit à petit, je réécrivais des dialogues, des textes et des situations (...) les dialogues parmi les plus cultes ou les plus mémorables, ils sortent de ma vie», relate l'acteur. 

 

Source et suite de l'article.

Ils sont plus copains ? C'est la haine ? ET Cassel et Kassovitz sont des fils à papa qui sont devenu des gros bourgeois comme leur père. Saïd est probablement "resté ce qu'il était" ou presque.

il y a 12 minutes, Sittelle a dit :

Pourquoi tant de N ?

Et surtout si longtemps après ?

Peut-être parce qu'il il y a "un problème" dans ces banlieues qu'on arrive pas à régler....ET on n'en prend pas le chemin.

Modifié par jimetpam
  • Triste 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 25ans Posté(e)
Jim69 Membre 4 251 messages
Mentor‚ 25ans‚
Posté(e)

Vu le nombre de conneries que peut dire Kassovitz a chaque passage dans un média, on ne peut que vouloir couper les ponts avec lui.

Enfin il n’a pas que dit des conneries ! Il en a filmées aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Un oiseau la tête en bas !, Posté(e)
Sittelle Membre 7 262 messages
Un oiseau la tête en bas !,
Posté(e)

La haine, comme l'amour se nourrit des plus petites choses ; Tout lui va. 

Balzac

Modifié par Sittelle
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×