Aller au contenu

Histoire de l’Algérie depuis l’antiquité à nos jours.

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

 

 

Il faut au départ voir l’origine de tout le peuple du Maghreb, il y a sept mille ans, le réchauffement climatique, l’apparition du Sahara et la migration des ces peuples vers d’autres contrées, nous trouverons ces peuples maghrébins signalés dans une stèle égyptienne. Vers 1300 av j.c, l’Egypte est attaquée par les peuples de la mer, qui proviennent de la mer Egée, de Sicile et de Sardaigne... A ces peuples s’est allié un autre peuple voisin de l’Egypte les Libous, terme qui serait utilisé par les grecs pour définir la région à l’ouest de l’Egypte, qui est aujourd’hui la Lybie. Certain auteurs grecs vont élargir ce mot à toute l’Afrique du nord, non seulement aux Libyens actuels. Et puisqu’ils pensent que l’Afrique s’arrête au Sahara, ce mot comprend alors pour eux tout le continent africain. Hérodote : fait la différence entre libyens nomades et sédentaires. Il place la frontière entre ces deux peuples au lac triton, au centre de la Tunisie actuelle (en fait il s’agit de deux chotts en Tunisie et un qui se trouve en Algérie qui se trouve à Biskra dénommé Chott al Merir . il était question d’en faire une petite mère intérieur en 1958, par le creusement d’un canal à partir du golf de Gabès qui permettrait aux eaux de la Méditerranée de se déverser dans ces trois chotts, le pétrole serait ainsi acheminé directement du chott al Merir de Biskra, vers le golf de Gabès.Cette mer intérieure avait du temps du multipartisme, fait l’objet de débats par le fondateur du PNSD, qui avait au départ carrément plagié l’idée et les plans d’un certain Rouder qui vers les années 1870 a eu l’idée de créer cette mer intérieur à partir du Golfe de Gabes en Tunisie, mais à cette époque, le financement de ce projet était trop lourd.

Hérodote (né entre 480 à 490, avant JC), (considéré comme le premier historien par Cicéron -490 à peu près),  avait pu constater des colonies phéniciennes sur tout le long de la côte africaine.  Ce sont les phéniciens qui ont donné ce mot d’Afrique en désignant la région en voisinage de la Tunisie actuelle. Les colonies pour l’Algérie étaient nombreuses à l’instar de : Hippo ou Hippone (Annaba) Ikossim/Ikshim ( Alger) Iol (Cherchell) Cirta (Constantine) Rus Icada (Skikda) Rus Azus (Azeffoun) Rus Ucurru (Dellys) Rus Aghun/Rusguniae (Bordj el Bahri) Iol/Julia Caesarea (Cherchell) Kart ili/Cartili (Damous) kart ens/Cartennas (Ténès) iom/iominium (Tigzirt Rusguniae (Tamentfoust à Alger) Igilgili ou gulgulet(Jijel),…je signale qu’à cette époque déjà Hérodote avait fait une description de presque toute l’Afrique du Nord incroyablement exacte.

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Les Romains différencient les nomades et les sédentaires, les premiers sont appelés le Gétules et les seconds les Maures à l’ouest du Maghreb et les Numides au centre et à l’est.

Plus tard les auteurs arabes dont les traditions du moyen âge arabe sont très différents à celles des grecs ont inventé une méthode historique basée sur la généalogie, chaque peuple est définit par un ancêtre quelque fois mythique et toute tribu est le tronc de l’arbre généalogique qui donne  la descendance de ce peuple. Las autochtones du Maghreb qu’on appelle berbères n’échappent pas à cette règle. Cette méthode peut apparaitre peu rigoureuse en premier abord mais en réalité elle est beaucoup plus intéressante que ce qu’on peu croire. Déjà on donne un ancêtre à chaque tribu elle laisse de très précieuses informations sur la composition des

Confédérations tribales, mais l’autre avantage est que les ancêtres en question sont souvent tirés de source locale. Les auteurs arabes sont donc les premiers à avoir fait parler les berbères. C’est a travers leurs récits que la mémoire collective des berbères a été véhiculée. Plusieurs théories sur l’origine des berbères mais la plus notable a été rapportée par Ibn Khaldoun, elle les fait descendre d’un certain Mazigh un descendant de Canaan (un des fils de Cham), qui a donné son nom au peuple chamitique regroupant, libyens, égyptiens et certains peuples de l’Afrique de l’est. Canaan a donné son nom à sa ville natale Palestine, selon la tradition Canaan a fuit sa terre après la défaite de sa tribu contre les hébreux et il se réfugia au Maghreb. Le roi de Canaan s’appelait Goliath et le mot roi en tamazight est agalid (un lien linguistique au moins) et toujours selon cette tradition un autre roi mythique  Ifricus fils de Qays serait venu au maghreb en provenance du Yémen, Ifricus est présenté comme l’ancêtre d’une partie des berbères les fameux Kutama.

Nous remarquons, Canaan, un des fils de Sem, donc cette histoire de Mazigh, d’où les Imazighs est biblique, elle n’est pas historique, par conséquent, il faut la prendre avec des pincettes. Berbères qui provient des barbares, qui un vocable utilisé pour tous ceux qui n’étaient pas égyptiens du temps des égyptiens, puis par les grecs et aussi par les romains. Donc ce mot de berbères peut correspondre à presque tous les peuples du monde. Par contre tournons-nous vers la Paléonthologie.

La paléontologie nous présente de nouvelles théories sur les origines des nord africains, elle leur donne une double origine. Une origine Capsienne, apparemment venu du proche Orient il y a environ 8000 ans poussé par la désertification. Ils ont emmené avec eux la nourriture et la langue qui disons, berbère. Arrivés en Afrique du nord, ils ont remplacé un autre peuple de très longue date, appelé Ibéromaurucien, théorie  fiable mais non officielle, mais il est bon de rappeler certaines choses, d’abord le mot Capsien et Iberomaurucien ne sont pas des noms de peuple, des noms que les anthropologues ont donné à ceux qui les considéraient de faciès différents. Capsien c’est un endroit en Tunisie où la première découverte a été faite, mais les ismocapsiens  sont concentrés surtout dans la région de Constantine. Ibéromaurucien ce mot correspond à ce que les chercheurs ont trouvé les premiers gisements à Oran, ils avaient pensé que ces peuples étaient à la fois espagnols et maghrébins, mais ils ont changé d’avis depuis. Ensuite rien ne prouve que les Capsiens ont remplacé les Ibéromauricien. Il se peut qu’ils se soient mélangés à plusieurs ou à un seul peuple à des périodes différentes.

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 74ans Posté(e)
G2LLOQ Membre 2 033 messages
Forumeur alchimiste‚ 74ans
Posté(e)

quel savoir , intitule ce mémoire  :  " il était une fois dans l'oued "

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Je vais à présent surfer sur la période préhistoire pour parler du second plus ancien gisement préhistorique, vieux de plus de 1.8 million d’année, découvert dans la wilaya de Sétif à seulement une dizaine de kilomètres de Sétif, côté est. Le premier gisement est celui de Tanzanie de 2.6 millions d’années. Les recherches qui sont toujours en cours menées par le professeur Sahrauoi montrent l’existence de nouveaux foyers, tels qu’El-Kherba et El-Beidha, montrant qu’Ain Lahneche est un site complexe comprenant des localités archéologiques et paléontologiques s’étalant dans le temps et l’espace. On peut même qualifier ce site de berceau des premiers Hommes d’Afrique du Nord. Et il n’est pas interdit de penser que les hommes d’Ain Lahnèche, parallèlement aux hommes préhistoriques d’Afrique de l’Est ont émigré vers l’Europe en passant par l’Espagne alors que ceux de Tanzanie ont suivi la route du moyen Orient pour se rendre en Europe.

Un autre moyen d’appréhender l’origine des berbères, d’après les études génétiques sans rentrer dans les détails, les berbères seraient probablement originaires du moyen Orient qu’ils seraient venus pour former une très grande famille avec les familles du levant, d’Egypte de Libye, du sud de l’Europe et de l’Afrique. Ces résultats font donc écho aux traditions cités précédemment, il ne faut jamais sous estimé la tradition orale.

Concernant  la génétique, nous dirons quelle est toujours au stade de sa reconstitution et dans ce domaine de races ou d’espèces, il faut en premier lieu un consensus pour reconstituer et désigner les groupements humains. Un autre problème qui est celui du problème de la théorie de l’évolution qui est resté toujours à son stade de théorie, mais les généticiens suivent cette théories en établissant leurs conclusions. Certains biologistes réfutent l’idée des races car, génétiquement Nous sommes tous identiques à 99,6%, donc les races normalement n'existent pas. Mais certains spécialistes disent que ces 0,4% de différence sont importants car  pour uniquement deux personnes nous trouvons plusieurs millions de points de divergence entre leurs  ADN , et  il est aussi indéniable que l'on distingue (en général) facilement un Asiatique d'un Africain ou d'un Européen. En piochant encore plus dans ce domaine nous trouverons plusieurs problème mais ce n’est pas notre sujet, prenons ce que nous avons de concret.

Il existe un autre peuple qu’il faut absolument présenter si on veut réellement connaitre nos origines. Beaucoup moins présent mais qui a laissé des traces indélébiles dans notre région, le peuple Phénicien. Ces derniers vivaient au Liban, ils pratiquaient l’agriculture, mais surtout le commerce maritime, il y a environ 4000ans, ils commençaient à sillonner les cotes maritimes, ils ont fondé des comptoirs commerciaux sur les cotes qui leurs ont permis de faire des échanges et de se ravitailler dans leurs long voyages, avant de revenir chez soi, mais avec le temps ces marchands ont commencé à habiter dans ces endroits où les comptoirs ont été placés en amenant avec eux leurs cultures. Ils se sont mélangés aux autochtones et ce fut  la civilisation Punique, Phénicienne version africaine. Les villes connues aujourd’hui qui portaient des noms Phéniciens je les ai déjà citée,mais je répète : Hippo ou Hippone (Annaba) Ikossim/Ikshim ( Alger) Iol (Cherchell) Cirta (Constantine) Rus Icada (Skikda) Rus Azus (Azeffoun) Rus Ucurru (Dellys) Rus Aghun/Rusguniae (Bordj el Bahri) Kart ili/Cartili (Damous) kart ens/Cartennas (Ténès) iom/iominium (Tigzirt Rusguniae (Tamentfoust à Alger) Igilgili ou gulgulet(Jijel), Saldae (Bougie), Siga (Ain Témochent) et d’autres.

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Toutes ces villes sont très importantes aujourd'hui. des grandes villes, dont des wilayas comme Alger, Annaba, Constantine, Jijel, Skikda, Bougie ou qui auraient pu être des Wilaya comme Cherchell, Dellys, Ténès. Et d’autres qui ne sont pas citées, pour ne pas avoir fait trop de recherches.

Mais en réalité le mot Punique et Phénicien veulent dire la même chose, l’un grec et l’autre latin, mais ça désigne le même peuple à l’origine, le mot qui les rassemblent en fait de compte c’est Cananéens, le nom de Palestine. Les comptoirs se développent et deviennent des véritables villes, les premières du Maghreb, certaines d’entres elles sont les futurs capitales et grandes villes du Maghreb moderne. Tunis, Alger (Icosium), Nossissous (Annaba), constantine (Cirta)v Bougie, Tripolie, Tanger. L’arrivée des phéniciens a crée un véritable big bang, ce mélange avec les locaux à fait démarrer cette civilisation. Les phénicien sont des marchands marins, ils sont en contact avec tout le bassin méditerranéen, en créant des comptoirs. Ils ont développé des liens entre l’Afrique et le reste de la Méditerranée. Il ne faut pas oublier que les phéniciens ont inventé l’alphabet moderne ils ont transmis l’Alphabet à toute la Méditerranée, c’est la naissance du grec, latin, hébreux, arabe…l’alphabet change très légèrement en Afrique du nord, elle devient ce qu’on appelle l’alphabet punique, cette alphabet sera utilisée

partout en Afrique du nord, elle donnera naissance à l’alphabet berbère appelé libyque ou Tifinagh . Le Maghreb devient vite une région bilingue à l’image de ce qu’elle est aujourd’hui, à la différence qu’avant, le berbère coexistait avec le punique et en fonction des régions c’est l’une ou l’autre qui est le plus utilisée. D’ailleurs à ce propos le punique est un cousin de l’arabe, on pense que c’était pour cette cause que l’arabisation du pays a été facilitée. Avec l’Alphabet, on peut mieux s’organiser, on développe des échanges culturels, on recule le commerce et on peut planifier la production agricole. Ça favorise la sédentarisation et l’urbanisation. Les villes deviennent des pôles commerciaux mais aussi religieux et politiques. La religion des phéniciens se développe et se mélange à celle des  berbères, elles ont de très nombreuses similitudes qui sont dues très certainement à leur origine méditerranéenne et proche orientale. Aujourd’hui même, nous ne pouvons pas faire de différence entre Palestiniens, Libanais ou même syriens et nous. Les villes  sont gérées sur le modèle Phénicien, chaque année on élit deux ou trois suffètes, des magistrats ayant un rôle de co-président qui dirigent la cité.

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

 Faisons une petite récapitulation pour entrer si on veut dans une autre dimension de cette histoire, nous avons parlé de 7000 avant J., du réchauffement climatique, donc l’apparition du Sahara, sans parler des gravures rupestres qui cachent surement un trésor du point de vue anthropologique. On a cité 1300 avant J. en Egypte et l’appellation de la région du Maghreb par Afrique, des Gétules et les Maures, des Numides, de berbères, Mazig, Canaan et Palestine et les réfugiés palestiniens qui sont venus en Afrique du Nord.la double origine des berbères suivant la paléontologie, Capsien et Ibéromauruciens. La méthode génétique, nous avons jeté un regard sur le phénicien et le prendre comme modèle ou voie à suivre pour connaitre notre histoire, grâce aux villes puniques qui existent sur notre sol algérien et qui sont les plus anciennes traces historiques d’une civilisation en Algérie. Nous allons à présent rentrer dans le vif du sujet d’une histoire qui est plus ou moins réelle car écrites par des anciens historiens, surtout grecs et romains connus par l’Humanité.

Aux alentour de 800 av JC, la terre de Canaan, est attaquée par les Babyloniens, la patrie mère des phéniciens est conquise, les cités d’Afrique se retrouvent seules, elles doivent s’organiser de manière autonome, elles vont former une sorte de fédération, à l’image de ce qui se faisait en Phénicie et construisent, une cité centrale, qui deviendra la capitale des puniques, la fameuse Carthage (en Tunisie d’aujourd’hui). Elle devient influente et serait une cité de première ordre, non seulement elle possède des possessions sur toute l’Afrique du nord, mais aussi en Sicile, Corse, Sardaigne et dans les Baléares. La guerre en Phénicie pousse des nombreux phéniciens à s’enfuir et s’installer en Afrique, à cette époque ni la Grèce ni Rome n’existait en tant que civilisation. Les anciennes cités sont vite saturées par les nouveaux arrivants. Les migrants vont alors fondés des nouvelles villes plus loin des cotes en plein dans les zones berbères.

Une de ces villes nous intéresse particulièrement  Cirta. Cette ville est l’une des plus atypiques de l’époque, elle est fondée par des cananéens en plein milieu des terres à deux pas des Aurès, loin de la mer. Culturellement la ville est totalement punique et les  gens parlent punique, les temples sont dédiés à Baal. Cirta possède les capacités d’être une ville de premier ordre dans la confédération cananéenne, mais elle reste indépendante. Vers 300 av J.C elle apparaît comme la capitale d’un royaume indépendant, le royaume des Massyles, un royaume qui s’étend sur tout le nord-est algérien. De la frontière tunisienne jusqu’à Jijel.

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

 Dans l’ouest algérien, il y a un autre royaume, là encore c’est une cité phénicienne qui sert de capitale, une ville appelée Siga, près de Ain Tamouchent (Algérie) . Ce territoire est beaucoup plus vaste et plus adapté pour l’agriculture, il va de Jijel, jusqu’à la Moulouya fleuve au Maroc (qui a constitué une frontière naturelle entre deux états). Par contre il est moins urbanisé car trop loin de Carthage qui est défendue par les phéniciens. Les deux royaumes sont des rivaux, ils ne vont pas tarder à rentrer en conflit. C’est cette rivalité qui va créer la première unité du territoire algérien, la Numidie. 

 

La Numidie unifiée.

250-118 av JC :

En - 250 av J.c, le territoire algérien était formé de 4 grandes entités, le Sahara un vaste territoire, peuplé de nomades appelés les Gétules, sur le littorale des villes affiliées à la fédération de Carthage de culture punique, étaient régies d’une manière plus ou moins démocratique, c'est-à-dire de Suffète (des magistrats dont le mandat pour diriger une cité ne durait qu’un an, donc le même mode de gouvernance qu’en Phénicie) et Carthage leur capitale va assurer des fonctions régalienne, monnaie et protection militaire.

 Entre le littoral et le  désert il y a avait deux royaumes numides. A l’Est Massyles, du roi Gaia et à l’Ouest Massaessyles du Roi Syphax.  Derrière le fleuve à l’Ouest, le Maroc actuel appelé à cette époque la Maurétanie.   Les deux royaumes numides sont eux aussi séparés par un fleuve le fleuve Rummel, Cirta est convoitée par le royaume de Syphax. L’idée que les berbères entreprenaient des guerres pour chasser Carthage est fausse, ils étaient sur la même sphère culturelle, c’est ce qu’on appelle le monde Libyco-Phénicien ethniquement et culturellement à la fois libyque (berbère) et phénicien. Des peuples inter influençables, culturellement et ethniquement. Gaia et Syphax ont chacun des villes puniques pour capitale, ils parlent punique dans la vie de tous les jours, ils utilisent l’alphabet punique dans leurs monnaies et politiquement ils ont des liens très étroits avec Carthage. Gaia par exemple était un fils d’un Suffète, il a surement pris le pouvoir avec l’aide de Carthage. Il était allié militairement à Carthage et a des liens matrimoniaux avec les dirigeants puniques. Un général Carthaginois avait promis de donner sa fille à son fils ainé. De son coté, Syphax était plutôt hostile à Carthage, il a parfois tenté de prendre des villes du littorale à Carthage et il était en conflit permanent avec les Massyles qui étaient les alliés de Carthage. Les deux vont être plus tard entrainés dans un conflit de plus grande ampleur, dans les guerres puniques entre Rome et Carthage. A cette époque Carthage est une super puissance économique et diplomatique, qui gère une fédération de cités au Maghreb, en Espagne et dans plusieurs iles en Méditerranée. Elle a des bonnes relations avec les peuples voisins et ces derniers fournissent des mercenaires. Rome est une puissance en pleine expansion, son territoire est encore confiné en Italie mais, elle possède une armée puissante et affamée de conquête. Le conflit est inévitable entre les deux nations, il va éclater en Sicile en -164.

 

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Massinissa ira retrouver Scipion pour lui proposer son expertise du terrain. Cette nouvelle alliance sera décisive, les armées de Scipion sont moins nombreuses mais elles vont vaincre les armées de l’ennemi, Scipion va battre Hasdrubal et capturer Syphax, Massinissa profite de cet élan et reprend Cirta. Les carthaginois comprennent que la fin est proche, ils rapatrient tout leurs soldats en Afrique et proposent un traité de paix à Scipion. La proposition est refusée, Scipion lui livre alors une bataille et lui fait subir une défaite cuisante. Les conséquences sont désastreuses, Carthage doit payer un tribut astronomique, il doit abandonner tous ces territoire, un territoire qui s’amincit et qui devient l’équivalent de la moitie de la Tunisie actuelle. Tous les territoires perdus sont confiés à Massinissa, en plus Carthage à une interdiction formelle de lever une armée sans l’aval de Rome. Massinissa va en profiter non seulement il récupère une Numidie géante qui va de la Mouloya à Tripoli, mais en plus il va attaquer à chaque fois Carthage pour lui substituer des territoires. Le règne de Massinissa est à ce jour le règne le plus long que l’Algérie aie connue il a duré 54 ans. Massinissa a forgé une véritable unité politique et culturelle à la Numidie. Il a développé l’agriculture ce qui a joué dans la sédentarisation des populations des tribus semi-nomades, les villes se sont développées et ont vite accueillit des populations Gétules. Il a modernisé son royaume en changeant la vieille règle de succession et a décidé de laisser le pouvoir à son fils. Il a développé les relations avec les autres pays de la méditerranée en particulier avec les grecs et les romains. Il dispose aussi de nombreux soutiens à Carthage, certains de ses enfants sont carthaginois et occupent des postes haut placés et il y a aussi un parti Numide à Carthage qui constitue un véritable lobby, le parti numide prônait une politique d’apaisement malgré les raids de Massinissa, il pense que le salut de Carthage viendrait d’une alliance avec les numides, contre Rome, il voit même une fusion avec la Numidie. Malgré ça Massinissa observe une relation plus que cordiale avec Rome. Il a reçu le titre d’ami de Rome. Massinissa est protégé par Rome, il peut attaquer des territoires comme ceux de Carthage, mais Rome a un droit de regard sur sa politique extérieur et même sur sa succession. A la mort de Massinissa, le général Scipion Emilien se déplace en personne pour superviser la succession, nous sommes alors à deux doigts de la troisième et dernière guerre punique. 50 ans que Massinissa attaquait Carthage sans qu’elle ne puisse répondre, elle avait demandé l’autorisation à Rome mais cette dernière n’y avait pas répondu. C’est un double échec non seulement elle a perdu la bataille contre les numides, mais ça a donné un bon prétexte à Rome pour déclarer une nouvelle guerre. Carthage avait réussi à se mettre sur pied une nouvelle fois pour  développer notamment l’agriculture, Rome ne pouvait attendre que Carthage reprenne de la vigueur,  en -149 la victoire est tellement déséquilibrée que des villes de Carthage comme Utique, ou Hadrumète lâchent Carthage. Malgré tout Carthage résiste pendant prés de 3 ans. Pour l’anecdote le chef de la résistance était le petit fils de Massinissa. Cette fois-ci les romains rasent Carthage l’endroit est déclaré maudit et certains généraux disent que les romains ont jeté du sel pour que rien ne pousse. C’est la triste fin de Carthage, les romains vont s’accaparer le territoire punique et fonder leur province romaine d’Afrique. Rome est dorénavant la seule puissance militaire d’Afrique, mais les relations entre Rome et la Numidie sont au beau fixe. Les trois fils de Massinissa se partagent le pouvoir et la Numidie reste unifiée mais deux d’entre eux meurs aussitôt et c’est l’ainé Micipsa qui reste le seul Roi. Il va régner pendant une trentaine d’années en suivant à la lettre la politique de son père. Il reste allié à Rome notamment dans leur campagne en Ibérie. Un autre petit fils de Massinissa qui va jouer un rôle, le jeune Jugurtha, ce dernier va faire ses classes d’arme en Espagne exactement comme son grand père, un guerrier qui va gagner le respect de romains à tel point que son oncle Micipsa, s’empresse de l’adopter, il devient alors un héritier potentiel du royaume numide au coté des ses deux cousins Hiempsal et Adherbal, la succession va être mouvementé et l’unité de le Numidie va voler en éclat.

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Récapitulation : À partir de 800avant Jc, création de Carthage (Tunisie, ce mot de carthage provient (du phénicien Qart-Hadaš, qui signifie « Nouvelle ville » en arabe hadat= nouveau et qart pourrait-être un dininutif de qaryya, qui signifie village. Selon la légende ce serait la reine Didon — ou Élyssa —, sœur du roi de TyrPygmalion, qui fonda la cité aurait demandé au souverain voisin Hiarbas, un roi berbère, l'autorisation de fonder un royaume sur ses terres)  . Cirta (Constantine aujourd’hui à 420km à l’Est d’Alger), Capitale des Massyles De la frontière tunisienne jusqu’à Jijel.  Dans l’ouest algérien, le royaume des Massaessyles, de Jijel à la frontière du Maroc (anciennement Maurétanie), Oued Moulouya et pour capital Siga (près de Ain Témouchent, à l’ouest algérien). Deux royaumes qui vont rentrer en conflit et ce sont ces conflits qui créeront la Numidie unie

 

Massinissa ira retrouver Scipion pour lui proposer son expertise du terrain. Cette nouvelle alliance sera décisive, les armées de Scipion sont moins nombreuses mais elles vont vaincre les armées de l’ennemi, Scipion va battre Hasdrubal et capturer Syphax, Massinissa profite de cet élan et reprend Cirta. Les carthaginois comprennent que la fin est proche, ils rapatrient tout leurs soldats en Afrique et proposent un traité de paix à Scipion. La proposition est refusée, Scipion lui livre alors une bataille et lui fait subir une défaite cuisante. Les conséquences sont désastreuses, Carthage doit payer un tribut astronomique, il doit abandonner tous ces territoire, un territoire qui s’amincit et qui devient l’équivalent de la moitie de la Tunisie actuelle. Tous les territoires perdus sont confiés à Massinissa, en plus Carthage à une interdiction formelle de lever une armée sans l’aval de Rome. Massinissa va en profiter non seulement il récupère une Numidie géante qui va de la Mouloya à Tripoli, mais en plus il va attaquer à chaque fois Carthage pour lui substituer des territoires. Le règne de Massinissa est à ce jour le règne le plus long que l’Algérie aie connue il a duré 54 ans. Massinissa a forgé une véritable unité politique et culturelle à la Numidie. Il a développé l’agriculture ce qui a joué dans la sédentarisation des populations des tribus semi-nomades, les villes se sont développées et ont vite accueillit des populations Gétules. Il a modernisé son royaume en changeant la vieille règle de succession et a décidé de laisser le pouvoir à son fils. Il a développé les relations avec les autres pays de la méditerranée en particulier avec les grecs et les romains. Il dispose aussi de nombreux soutiens à Carthage, certains de ses enfants sont carthaginois et occupent des postes haut placés et il y a aussi un parti Numide à Carthage qui constitue un véritable lobby, le parti numide prônait une politique d’apaisement malgré les raids de Massinissa, il pense que le salut de Carthage viendrait d’une alliance avec les numides, contre Rome, il voit même une fusion avec la Numidie. Malgré ça Massinissa observe une relation plus que cordiale avec Rome. Il a reçu le titre d’ami de Rome. Massinissa est protégé par Rome, il peut attaquer des territoires comme ceux de Carthage, mais Rome a un droit de regard sur sa politique extérieur et même sur sa succession. A la mort de Massinissa, le général Scipion Emilien se déplace en personne pour superviser la succession, nous sommes alors à deux doigts de la troisième et dernière guerre punique. 50 ans que Massinissa attaquait Carthage sans qu’elle ne puisse répondre, elle avait demandé l’autorisation à Rome mais cette dernière n’y avait pas répondu. C’est un double échec non seulement elle a perdu la bataille contre les numides, mais ça a donné un bon prétexte à Rome pour déclarer une nouvelle guerre. Carthage avait réussi à se mettre sur pied une nouvelle fois pour  développer notamment l’agriculture, Rome ne pouvait attendre que Carthage reprenne de la vigueur,  en -149 la victoire est tellement déséquilibrée que des villes de Carthage comme Utique, ou Hadrumète lâchent Carthage. Malgré tout Carthage résiste pendant prés de 3 ans. Pour l’anecdote le chef de la résistance était le petit fils de Massinissa. Cette fois-ci les romains rasent Carthage l’endroit est déclaré maudit et certains généraux disent que les romains ont jeté du sel pour que rien ne pousse. C’est la triste fin de Carthage, les romains vont s’accaparer le territoire punique et fonder leur province romaine d’Afrique. Rome est dorénavant la seule puissance militaire d’Afrique, mais les relations entre Rome et la Numidie sont au beau fixe. Les trois fils de Massinissa se partagent le pouvoir et la Numidie reste unifiée mais deux d’entre eux meurs aussitôt et c’est l’ainé Micipsa qui reste le seul Roi. Il va régner pendant une trentaine d’années en suivant à la lettre la politique de son père. Il reste allié à Rome notamment dans leur campagne en Ibérie. Un autre petit fils de Massinissa qui va jouer un rôle, le jeune Jugurtha, ce dernier va faire ses classes d’arme en Espagne exactement comme son grand père, un guerrier qui va gagner le respect de romains à tel point que son oncle Micipsa, s’empresse de l’adopter, il devient alors un héritier potentiel du royaume numide au coté des ses deux cousins Hiempsal et Adherbal, la succession va être mouvementé et l’unité de le Numidie va voler en éclat.

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

3) La Numidie face à Rome  -133, -40

- 133, la Numidie, est sous le règne de Micipsa, Carthage est détruite et Rome devenue la seule puissance de la  région. Elle peut coloniser tout ce qu’elle voudrait. Pour le moment elle est en guerre en Ibérie avec la  direction de Scipion Emilien, Jugurtha neveu du roi Numide se trouve parmi ses troupes, le général Scipion Emilien apprécie les qualités de Jugurtha, par conséquent il va demander à Micipsa de l’introniser parmi les prétendant à sa succession. Micipsa accepte à contre cœur et adopte  son neveu. Jugurtha va donc partager le trône avec les deux fils de Micipsa, Hiempsal  et Adherbal,

-118 la mort de Micipsa, et les trois héritiers décident de partager le pouvoir à la manière de la génération précédente, l’un serait chargé de la guerre, l’autre de l’économie et de la justice et le troisième serait officiellement le roi  . Un conflit éclate, ils ont voulu alors éteindre le feu en divisant le royaume pour que chacun prenne sa part. Jugurtha, prend la partie ouest du pays et les deux autres prennent la partie orientale, la ville de Cirta. Les historiens romains présentent ce conflit suivant comme l’un serait sans fois ni loi (Jugurtha)  et les deux autres braves et gentils. En réalité c’est un conflit qui pourrait-être d’ordre politique. La vision de Jugurtha est différente des deux autres, il sait très bien que la chute de Carthage laisse toute la latitude à Rome pour s’accaparer à n’importe quel moment les territoires qu’elle désire. leur politique est de faire payer de lourds impôts aux peuples conquis, et sils ne pourraient pas payer, ça sera la confiscation. Il se méfie de Rome, il se contente pour l’instant de la partie ouest du pays, mais en réalité il veut assassiner ses deux cousins.

il commence par le plus jeune, Hiempsal. Toute la Numidie s’épouvante de ce crime, mais Jugurtha est un militaire, il rassemble ses troupes et il envahit Cirta. Adherbal s’enfuit à Rome et porte plainte contre Jugurtha. Il exige l’intervention de Rome contre celui qui l’appelle le pire scélérat que la terre aie jamais portée. Mais Jugurtha qui a des amis à Rome et qui connait la mentalité des romains, il s’en va lui aussi à Rome et réussit à corrompre les magistrats, les deux numides se retirent avec un statu quo. Le royaume est officiellement divisé en deux et Rome se charge de maintenir la paix. Jugurtha sait que son cousin se vengera, il décide d’attaquer le premier, il marche sur Cirta et chasse Adherbal. Rome est alors informée. Le sénat envoie des diplomates pour régler le conflit mais Jugurtha fait assassiner son rival, plus grave encore dans la foulée il profite pour massacrer les commerçants romains qui vivaient dans la ville.

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
le merle Membre 15 949 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 11 heures, safirfarid219 a dit :

Récapitulation : À partir de 800avant Jc, création de Carthage (Tunisie, ce mot de carthage provient (du phénicien Qart-Hadaš, qui signifie « Nouvelle ville » en arabe hadat= nouveau et qart pourrait-être un dininutif de qaryya, qui signifie village. Selon la légende ce serait la reine Didon — ou Élyssa —, sœur du roi de TyrPygmalion, qui fonda la cité aurait demandé au souverain voisin Hiarbas, un roi berbère, l'autorisation de fonder un royaume sur ses terres)  . Cirta (Constantine aujourd’hui à 420km à l’Est d’Alger), Capitale des Massyles De la frontière tunisienne jusqu’à Jijel.  Dans l’ouest algérien, le royaume des Massaessyles, de Jijel à la frontière du Maroc (anciennement Maurétanie), Oued Moulouya et pour capital Siga (près de Ain Témouchent, à l’ouest algérien). Deux royaumes qui vont rentrer en conflit et ce sont ces conflits qui créeront la Numidie unie

 

Massinissa ira retrouver Scipion pour lui proposer son expertise du terrain. Cette nouvelle alliance sera décisive, les armées de Scipion sont moins nombreuses mais elles vont vaincre les armées de l’ennemi, Scipion va battre Hasdrubal et capturer Syphax, Massinissa profite de cet élan et reprend Cirta. Les carthaginois comprennent que la fin est proche, ils rapatrient tout leurs soldats en Afrique et proposent un traité de paix à Scipion. La proposition est refusée, Scipion lui livre alors une bataille et lui fait subir une défaite cuisante. Les conséquences sont désastreuses, Carthage doit payer un tribut astronomique, il doit abandonner tous ces territoire, un territoire qui s’amincit et qui devient l’équivalent de la moitie de la Tunisie actuelle. Tous les territoires perdus sont confiés à Massinissa, en plus Carthage à une interdiction formelle de lever une armée sans l’aval de Rome. Massinissa va en profiter non seulement il récupère une Numidie géante qui va de la Mouloya à Tripoli, mais en plus il va attaquer à chaque fois Carthage pour lui substituer des territoires. Le règne de Massinissa est à ce jour le règne le plus long que l’Algérie aie connue il a duré 54 ans. Massinissa a forgé une véritable unité politique et culturelle à la Numidie. Il a développé l’agriculture ce qui a joué dans la sédentarisation des populations des tribus semi-nomades, les villes se sont développées et ont vite accueillit des populations Gétules. Il a modernisé son royaume en changeant la vieille règle de succession et a décidé de laisser le pouvoir à son fils. Il a développé les relations avec les autres pays de la méditerranée en particulier avec les grecs et les romains. Il dispose aussi de nombreux soutiens à Carthage, certains de ses enfants sont carthaginois et occupent des postes haut placés et il y a aussi un parti Numide à Carthage qui constitue un véritable lobby, le parti numide prônait une politique d’apaisement malgré les raids de Massinissa, il pense que le salut de Carthage viendrait d’une alliance avec les numides, contre Rome, il voit même une fusion avec la Numidie. Malgré ça Massinissa observe une relation plus que cordiale avec Rome. Il a reçu le titre d’ami de Rome. Massinissa est protégé par Rome, il peut attaquer des territoires comme ceux de Carthage, mais Rome a un droit de regard sur sa politique extérieur et même sur sa succession. A la mort de Massinissa, le général Scipion Emilien se déplace en personne pour superviser la succession, nous sommes alors à deux doigts de la troisième et dernière guerre punique. 50 ans que Massinissa attaquait Carthage sans qu’elle ne puisse répondre, elle avait demandé l’autorisation à Rome mais cette dernière n’y avait pas répondu. C’est un double échec non seulement elle a perdu la bataille contre les numides, mais ça a donné un bon prétexte à Rome pour déclarer une nouvelle guerre. Carthage avait réussi à se mettre sur pied une nouvelle fois pour  développer notamment l’agriculture, Rome ne pouvait attendre que Carthage reprenne de la vigueur,  en -149 la victoire est tellement déséquilibrée que des villes de Carthage comme Utique, ou Hadrumète lâchent Carthage. Malgré tout Carthage résiste pendant prés de 3 ans. Pour l’anecdote le chef de la résistance était le petit fils de Massinissa. Cette fois-ci les romains rasent Carthage l’endroit est déclaré maudit et certains généraux disent que les romains ont jeté du sel pour que rien ne pousse. C’est la triste fin de Carthage, les romains vont s’accaparer le territoire punique et fonder leur province romaine d’Afrique. Rome est dorénavant la seule puissance militaire d’Afrique, mais les relations entre Rome et la Numidie sont au beau fixe. Les trois fils de Massinissa se partagent le pouvoir et la Numidie reste unifiée mais deux d’entre eux meurs aussitôt et c’est l’ainé Micipsa qui reste le seul Roi. Il va régner pendant une trentaine d’années en suivant à la lettre la politique de son père. Il reste allié à Rome notamment dans leur campagne en Ibérie. Un autre petit fils de Massinissa qui va jouer un rôle, le jeune Jugurtha, ce dernier va faire ses classes d’arme en Espagne exactement comme son grand père, un guerrier qui va gagner le respect de romains à tel point que son oncle Micipsa, s’empresse de l’adopter, il devient alors un héritier potentiel du royaume numide au coté des ses deux cousins Hiempsal et Adherbal, la succession va être mouvementé et l’unité de le Numidie va voler en éclat.

bonsoir

je crois que le sénat romain avait même parlé , après avoir raser Carthage , de passer la charrue sur l'emplacement de celle-ci pour faire disparaître toutes traces de son existence ?

bonne soirée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, le merle a dit :

bonsoir

je crois que le sénat romain avait même parlé , après avoir raser Carthage , de passer la charrue sur l'emplacement de celle-ci pour faire disparaître toutes traces de son existence ?

bonne soirée

salut le merle; merci pour ton intérêt à ce topic qui me tient à coeur. pour la charrue je ne sais pas, dans mes recherches je n'ai pas trouvé cette histoire de charrue. mais il est possible que ça soit vraie. d'ailleurs même cette histoire du sel ce n'est pas à 100 pour 100 vraie. 

  • Merci 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)
Le 06/10/2021 à 10:03, sovenka a dit :

Un site que j'adorerais voir: 

 

un de ces jours promis je t'inviterai à voir ces gravures rupestres et surtout l'endroit qui est le Tassili N'Jaer 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)
il y a 35 minutes, safirfarid219 a dit :

un de ces jours promis je t'inviterai à voir ces gravures rupestres et surtout l'endroit qui est le Tassili N'Jaer 

ette gravure est une parmi d’autres qui représentent ceux qu’on appelle Les jabbarens (géants) en Tamasheq (langue parlée par les touareg du Mali) mais aussi en arabe qui possède le même sens, géant, car sa dimension  dépasse les cinq mètres. S personnages ressemblent aux extra terrestre. Ils sont appelés par conséquent les martiens, une plaisanterie des archéologues mais  ces gravures restent des énigmes.  

  • Like 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Récap : Massinissa a régné pendant 54 ans, sur toute la Numidie. le royaume des massyles et massaessile, sont ainsi unifiés avec en prime l’inification de l’unité politique et culturelle. Il y a eu un développement dans tous les domaines, urbain, culruel, économique (l’agriculture)…à la mort de Massisnissa, Micipsa devient le seul  roi à la la suite de la mort des ces deux frères.Jugurtha, petit fils de Masisnissa est adpoté par le Roi Micipsa. Hiempsal et Adherbal, fils de Micipsa sont obligés d’accepter le partage du trône avec leur cousin  Jugurtha. Pour ceux que ça interesse une très belle tragédie de Corneille ‘’Sophonisbe’’ qui cite cette nièce d’Hannibal, épouse de Syphax et qui était promise à  Massinissa,  Nous cite un peu la fin de Carthage et de Syphax par Massinissa.

3) La Numidie face à Rome  -133, -40

- 133, la Numidie, est sous le règne de Micipsa, Carthage est détruite et Rome devenue la seule puissance de la  région. Elle peut coloniser tout ce qu’elle voudrait. Pour le moment elle est en guerre en Ibérie avec la  direction de Scipion Emilien, Jugurtha neveu du roi Numide se trouve parmi ses troupes, le général Scipion Emilien apprécie les qualités de Jugurtha, par conséquent il va demander à Micipsa de l’introniser parmi les prétendant à sa succession. Micipsa accepte à contre cœur et adopte  son neveu. Jugurtha va donc partager le trône avec les deux fils de Micipsa, Hiempsal  et Adherbal,

-118 la mort de Micipsa, et les trois héritiers décident de partager le pouvoir à la manière de la génération précédente, l’un serait chargé de la guerre, l’autre de l’économie et de la justice et le troisième serait officiellement le roi  . Un conflit éclate, ils ont voulu alors éteindre le feu en divisant le royaume pour que chacun prenne sa part. Jugurtha, prend la partie ouest du pays et les deux autres prennent la partie orientale, la ville de Cirta. Les historiens romains présentent ce conflit suivant comme l’un serait sans fois ni loi (Jugurtha)  et les deux autres braves et gentils. En réalité c’est un conflit qui pourrait-être d’ordre politique. La vision de Jugurtha est différente des deux autres, il sait très bien que la chute de Carthage laisse toute la latitude à Rome pour s’accaparer à n’importe quel moment les territoires qu’elle désire. Leur politique est de faire payer de lourds impôts aux peuples conquis, et sils ne pourraient pas payer, ça sera la confiscation. Il se méfie de Rome, il se contente pour l’instant de la partie ouest du pays, mais en réalité il veut assassiner ses deux cousins.

il commence par le plus jeune, Hiempsal. Toute la Numidie s’épouvante de ce crime, mais Jugurtha est un militaire, il rassemble ses troupes et il envahit Cirta. Adherbal s’enfuit à Rome et porte plainte contre Jugurtha. Il exige l’intervention de Rome contre celui qui l’appelle le pire scélérat que la terre aie jamais portée. Mais Jugurtha qui a des amis à Rome et qui connait la mentalité des romains, il s’en va lui aussi à Rome et réussit à corrompre les magistrats, les deux numides se retirent avec un statu quo. Le royaume est officiellement divisé en deux et Rome se charge de maintenir la paix. Jugurtha sait que son cousin se vengera, il décide d’attaquer le premier, il marche sur Cirta et chasse Adherbal. Rome est alors informée. Le sénat envoie des diplomates pour régler le conflit mais Jugurtha fait assassiner son rival, plus grave encore dans la foulée il profite pour massacrer les commerçants romains qui vivaient dans la ville.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Le sénat décide de mettre Jugurtha à mort et que la Numidie serait dorénavant administrée directement par Rome. En – 112 la légion débarque en Afrique, Jugurtha comprend qu’il n’a aucune chance dans un combat frontal, il décide alors de temporiser et se rend au sénat pour subir son procès. Il réussit encore une fois à soudoyer les magistrats, il perd son royaume, mais garde sa liberté. Il prononce alors sa fameuse phrase restée célèbre « Oh Rome, ville à vendre, tu périras si tu trouves un acheteur » une fois de retour en Numidie il commence les hostilités en appliquant une stratégie de guérilla . Il attaque par surprise et se replie dans des endroits différents et partout où il passe il appelle les tribus numides à rallier sa cause, il les exhorte à résister à l’envahisseur romains. En l’an -110 il réussit à faire une attaque Massive  dans le camp du général Caelius ? En pleine nuit, les dégâts sont énormes l’armée est décimée et tous les mercenaires ont rejoint Jugurtha. Ce dernier est en position de force, il donne 10 jours à Caelius pour quitter le pays, lui et le peu de soldats qu’il lui reste. A Rome, c’est la désolation, la vengeance est le seul remède. On envoie alors un nouveau général en Numidie, le général Metellus, ce dernier récupère une armée démobilisée, il part en guerre mais a du mal à battre Jugurtha, il lui fait une embuscade le long du fleuve de Muthul, le général est mis à mal par Jugurtha, c’est le jeune Romain Marius qui a évité aux romains d’être taillés en pièce, il remobilise l’armée et réussi à renverser la vapeur. Jugurtha se retrouve poursuivi par l’armée romaine. Au fur et à mesure de ses opérations Marius gagne le respect de l’armée romaine. Il réussit à faire reculer Jugurtha et assiège une à une les grandes villes de Numidie. Militairement Jugurtha est entrain de perdre il quitte la Numidie et tente de rallier à sa cause les Gétules et les maures, le roi de Maurétanie est Bocchus beau père de Jugurtha, ce dernier attend beaucoup de lui.  Mais en réalité Bocchus avait passé un pacte secret aves Rome, il a promit au Sénateur Sylla de livrer Jugurtha, en échange d’une partie de la Numidie. Jugurtha est livré aux romains et il serait trainé dans un chariot de Marius et serait mis dans son cachot.

Seul dans le cachot du Tullianum, nu et sans nourriture, pendant 6 jours dans le froid de décembre de l’an -104 ! Jugurtha meurt de froid et de faim.

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 54ans Posté(e)
safirfarid219 Membre 1 965 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

En réalité une version  un peu différente existe et qui nuance un peu cette épisode de Yougurtha :

Rome qui ne voit pas d'un bon oeil cette réunification, se met alors à chercher des problèmes politiques à Jugurtha, en lui demandant de s'expliquer sur sa prise de pouvoir violente et l'expulsion d'Adherbal qui se réfugia chez eux. Jugurtha aurait répliqué dans son entourage qu'il est une chose qu'il avait apprise des Romains lors de son séjour en Ibérie : ≪ Roma est urbs venalia ≫ (trad. «Rome est une ville à acheter »), faisant ainsi référence à l'étendue de la corruption chez les officiels romains. C'est ainsi que Jugurtha se résout à acheter un répit en offrant de l'argent à des membres de la classe politique romaine pour les corrompre. Rome accepte alors de le laisser régner, mais seulement à condition que la Numidie reste divisée. Elle lui offre la reconnaissance diplomatique sur la Numidie occidentale, à condition de remettreAdherbal sur le trône en Numidie orientale. Jugurtha accepta dans un premier temps l'offre de Rome. Cependant, son intention de restaurer la Numidie unifiée demeure forte, ce qui le conduisit incessamment à envahir en 112 av. J.-C. la Numidie orientale, réunifiant ainsi de nouveau la Numidie. Au passage il fit exécuter plusieurs hommes d'affaires romains opérant en Numidie orientale. Le gouvernement romain, furieux d'un tel développement, est sur le point de lui déclarer la guerre, lorsque Jugurtha réussit une nouvelle fois avec grande habileté à corrompre les responsables en place à Rome. Cela a pour conséquence d'atténuer l'animosité qui s'était emparée de la classe politique romaine à son encontre, etmême de lui procurer un traité de paix avantageux. Toutefois, ce traité sera aussitôt remis en cause, après les profonds changements que connut la classe dirigeante romaine ; excédé, Jugurtha fit exécuter Adherbal en réponse à cet acte. La classe politique romaine se déchaîne alors et finit par demander l’invasion de la Numidie.

 

 

Récap : Récap :  - 148, la Numidie, se trouve sous le règne de Micipsa ( -148  -118), Carthage est désormais détruite et Rome est désormais Dominatrice de la région, A la  mort de Micipsa la Numidie se trouve divisée par trois rois les deux fils de Micipsa et son neveu Jugurtha, qui de part sa vision claire du destin de la Numidie qui est prisonnière de la politique romaine et sur le point d’être phagocytée par Rome, Jugurtha a décidé d’agir pour sauver l’indépendance du royaume et il devrait commencer par l’assassinat de ces deux cousins trop pro- romains.  Rome réagit et la guerre éclate, Bocchus, Roi de l’actuel Maroc, et gendre de Jugurtha, par traitrise, livre le héros numide à Rome qui l’emprisonne et le laisse pour mort dans un cachot dans le thulinium. Bocchus hérite pour fruit de sa traitrise une partie occidentale de la Numidie, de la petite Kabylie jusqu'au fleuve Moulouya. l'autre partie orientale sera sous le joug romain.

 

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×