Aller au contenu

La fin du quoi qu'il en coûte.

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 49ans Posté(e)
Globure Membre 1 077 messages
Forumeur alchimiste‚ 49ans
Posté(e)
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 49ans Posté(e)
Globure Membre 1 077 messages
Forumeur alchimiste‚ 49ans
Posté(e)

Le problème, c’est qu’avec la reprise, les taux de remboursement (de la dette) remontent à 0,2 % alors qu’ils étaient encore négatifs en début d’année. Pour Bruno Le Maire, qui a d’emblée exclut toute hausse d’impôts, il faudra « parvenir à une stratégie de désendettement claire » qui passera forcément par une planification sur 5 ans, des réformes structurelles et « de moindres dépenses ailleurs » renchérit son collègue dans Les Echos

(...)Pour Patrick Artus, la « transformation du plan de relance en un mécanisme permanent » est déjà engagée ; mais elle nécessitera aussi une mutation budgétaire : non seulement la charge de la dette continuera d’augmenter lorsque la BCE cessera de racheter les dettes d’Etat « probablement au cours de l’année 2022 », mais aussi parce qu’il est « difficile de croire » que les réformes d’assurance chômage ou retraites suffiront à assainir les finances. Il faudra donc « inévitablement » de nouvelles hausses d’impôts… quoi qu’il en coûte, mais à qui ? 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-leco/le-journal-de-leco-du-mercredi-02-juin-2021

Modifié par Globure
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 21ans Posté(e)
Ohissa Membre 1 400 messages
Forumeur alchimiste‚ 21ans
Posté(e)
il y a 43 minutes, Globure a dit :

Le problème, c’est qu’avec la reprise, les taux de remboursement (de la dette) remontent à 0,2 % alors qu’ils étaient encore négatifs en début d’année. Pour Bruno Le Maire, qui a d’emblée exclut toute hausse d’impôts, il faudra « parvenir à une stratégie de désendettement claire » qui passera forcément par une planification sur 5 ans, des réformes structurelles et « de moindres dépenses ailleurs » renchérit son collègue dans Les Echos

(...)Pour Patrick Artus, la « transformation du plan de relance en un mécanisme permanent » est déjà engagée ; mais elle nécessitera aussi une mutation budgétaire : non seulement la charge de la dette continuera d’augmenter lorsque la BCE cessera de racheter les dettes d’Etat « probablement au cours de l’année 2022 », mais aussi parce qu’il est « difficile de croire » que les réformes d’assurance chômage ou retraites suffiront à assainir les finances. Il faudra donc « inévitablement » de nouvelles hausses d’impôts… quoi qu’il en coûte, mais à qui ? 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-de-leco/le-journal-de-leco-du-mercredi-02-juin-2021

Bonsoir Globure,

Tu as résumé ce que je pense. Heureusement il y a les pays parcimonieux qui nous aideront en mutualisant nos dettes futures, sous conditions, sinon l'Europe s'écroulera et nous mangerons nos meubles. Et puis nous nous ferons la guerre.

Bonne nuit.

P - S : je ris... Jaune.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×