Aller au contenu

Génocide au Rwanda: des controverses à l'apaisement entre Paris et Kigali.

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre Posté(e)
goods Membre 25 726 messages
.‚
Posté(e)

Génocide au Rwanda: des controverses à l'apaisement entre Paris et Kigali.

genocide-au-rwanda-des-controverses-a-lapaisement-entre-paris-et-kigali.jpg

Retour sur les relations entre Paris et Kigali, des décennies de vives controverses autour de l'attitude de la France face au génocide de 1994 jusqu'à l'apaisement récent, avant la visite prévue d'Emmanuel Macron jeudi et vendredi au Rwanda.

Avant le génocide

Au début des années 1990, la France soutient le président Juvénal Habyarimana, un Hutu en butte à la rébellion majoritairement tutsi du Front patriotique rwandais (FPR), basée en Ouganda et menée par Paul Kagame. Après une offensive du FPR déclenchée le 1er octobre 1990, Paris envoie jusqu'à 600 soldats qui participent à l'évacuation d'étrangers.

Le génocide en 1994

Le 6 avril 1994, l'avion du président Habyarimana est abattu au-dessus de Kigali. S'ensuivent des massacres à grande échelle de Tutsi, accusés par les extrémistes hutu de collusion avec le FPR. Quelque 500 parachutistes français évacuent plus d'un millier de ressortissants français et étrangers.

L'Opération Turquoise

Le 22 juin, l'ONU donne son feu vert à la France pour Turquoise, une opération militaire à but humanitaire. Le FPR accuse Paris de chercher à sauver le régime et les auteurs du génocide. Turquoise mobilise jusqu'à août 2.500 soldats français et crée une "zone humanitaire sûre" (ZHS) dans le sud-ouest du Rwanda, freinant de facto la progression du FPR. En juillet, celui-ci s'empare de Kigali, mettant fin au génocide (plus de 800.000 morts selon l'ONU).

En 2005, une enquête est ouverte à Paris sur le massacre de Bisesero en juin 1994 dont des rescapés accusent les soldats français d'avoir abandonné des centaines de Tutsi aux génocidaires. Enquête close sans mise en examen.

En 2020, le site d'information français Mediapart dévoile un télégramme diplomatique révélant que Paris a décidé en juillet 1994 de ne pas arrêter les autorités rwandaises responsables du génocide présents dans la ZHS.

"Dysfonctionnements"

Le 15 décembre 1998, une mission parlementaire française exonère la France, "nullement impliquée" dans le génocide, mais retient une certaine responsabilité due à "une erreur globale de stratégie" et à des "dysfonctionnements institutionnels". Le lendemain, Kigali accuse la France d'être "coupable de crimes de génocide".

Suite de l'article.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 71ans Posté(e)
boeingue Membre 6 672 messages
Forumeur alchimiste‚ 71ans
Posté(e)

les noirs qui massacrent d'autres noirs  et qui refusent d ' admettre leur propre responsabilité !!

méme si Mitterrand n'a rien compris à la situation , ce sont bien les rwandais les responsables !

avec d'autres , c'est la faute des français en Algérie , en Cote d'Ivoire , etc , n'en jetait plus !!!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
MembreR 20ans Posté(e)
arrial MembreR 1 014 messages
Forumeur alchimiste‚ 20ans
Posté(e)

Génocide des Tutsi au Rwanda

Le génocide des Tutsi au Rwanda se déroule du 7 avril 1994 jusqu'au 17 juillet 1994. Ce génocide s'inscrit historiquement dans un projet génocidaire latent depuis plusieurs décennies, à travers plusieurs phases de massacres de masse, et stratégiquement dans le refus du noyau dur de l'État rwandais de réintégrer les exilés tutsi, objet de la guerre civile rwandaise de 1990-1993. Cette guerre, débutée en 1990, opposait le gouvernement rwandais, constitué de Hutu (voir Hutu Power), au Front patriotique rwandais (FPR), accusé par les autorités de vouloir imposer, par la prise du pouvoir, le retour des Tutsi exilés dans leur pays. Les accords d'Arusha, signés en août 1993, qui prévoyaient cette réintégration afin de mettre fin à la guerre, n'étaient encore que partiellement mis en œuvre à cause de la résistance du noyau dur du régime Habyarimana. L'assassinat du président rwandais le 6 avril 1994 déclenche le génocide des Tutsis par les extrémistes Hutu.

 

► Vous voyez dans cet extrait d'un article bien informé de Wikipedia, que la France n'apparait ni dans la génèse ni dans l'exécution ni dans la résultante ‼ Alors pourquoi la France est-elle sommée de faire acte de repentance pour un massacre afro-africain ? Lisons donc plus loin.
  


Relations tendues entre le Rwanda et la France
À la suite de la victoire du FPR, les relations entre le Rwanda et la France ont été tendues, le gouvernement rwandais estimant que la France refusait de reconnaître son rôle dans le génocide. Le Rwanda a rompu ses relations diplomatiques avec la France le 24 novembre 2006, à la suite de la recommandation du juge Jean-Louis Bruguière de poursuivre le président Paul Kagame devant le tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour sa « participation présumée » à l'attentat contre l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana. En réponse, le président Paul Kagamé met lui-même en place une commission d'enquête.

Les relations diplomatiques avec la France ont été rétablies le 29 novembre 2009. Le président français Nicolas Sarkozy s'est rendu au Rwanda le 25 février 2010 et Paul Kagame a été reçu officiellement par Paris en septembre 2011. On pouvait penser que les relations étaient en voie de normalisation. Cependant, un entretien de Paul Kagame au journal Jeune Afrique le 15 avril 2014, peu de temps avant la cérémonie de commémoration du génocide, et dans lequel il met en cause le rôle de la France pendant le génocide, tend de nouveau les relations entre les deux pays.

Le 29 octobre 2017 Le Monde publie un article dans lequel Louise Mushikiwabo (chef de la diplomatie rwandaise) incite fortement la France à avouer son implication dans le génocide rwandais.

 

► C'est de la diffamation pure, de la part d'un responsable qui veut se défausser ‼
Et cet embrouillamini est étrangement soutenu par des « sommités françaises » ‼


Le 26 mars 2021, la commission française d’historiens sur le rôle de la France au Rwanda (Commission Duclert) mise en place par le président Macron rend ses conclusions Cette étude documente l'implication de la France au Rwanda entre 1990 et 1994. Le document reconnait la responsabilité « politique, institutionnelle, intellectuelle, morale et cognitive » de la France et principalement du président de l'époque, François Mitterrand, dans le génocide. 

 

► La honte est consommée ??? ben non, ça continue … On va bientôt dire que ce sont les soldats français qui ont perpétué le massacre …
ÇA SUFFIT ‼

Modifié par arrial
ÇA SUFFIT ‼
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
goods Membre 25 726 messages
.‚
Posté(e)

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Modérateur 104ans Posté(e)
January Modérateur 53 173 messages
©‚ 104ans
Posté(e)

Fermeture à la demande de l'auteur. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • January a verrouillé ce sujet
Annonces
Maintenant
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.
×