Rendez-vous au Manoir de Gravetye, West Sussex

madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

Marishka sent la crise de panique monter... Sa vision s'obscurcit comme recouverte d'un drap rouge sang, sa respiration se fait sifflante... Les voix autour d'elle se muent en grondement, le terrible grondement de la foule en colère...

Et soudain cette odeur qui lui revient en mémoire, cette odeur qui semble ne l'avoir jamais quitté malgré les années écoulées... Celle des corps qui se calcinent, les corps de ses parents, de sa soeur helena, de l'oncle Bartok et même de sa petite cousine Katiosha...

Marishka tente de reprendre le contrôle... Elle se souvient des enseignements de son maitre en Chine... Le contrôle de l'esprit, la maitrise du souffle, la force intérieure...

Ne pas laisser son esprit s'évader vers ce cauchemard sans fin...

Mais rien n'y fait !! La re-voilà mêlée à la foule furibonde, enveloppée dans son grand manteau sombre, le capuchon rabattu sur son visage pour dissimuler son identité aux yeux de ses fous qui sinon l'égorgeraient sur place...

La re-voilà assistant au massacre de tous les gens qu'elle a connu, aimé, parfois détesté... de tous ces gens qui portaient son nom...

Et cette fumée acre, ressemblant étrangement au parfum du pain grillé que le vent lui rabat dans les yeux...

Marishka pousse soudain un hurlement à moitié étouffé et s'écroule inconsciente dans les bras du pauvre Fletscher...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Un cris étouffé attire l'attention générale, Zerline se retourne , elle a juste le temps d'apercevoir Marishka tomber en pamoison.... hélas une dixaine de mains compatissantes( masculines bien sûr) se portent à son secourrs....Zerline doit tambouriner de ses poings sur le dos d'un de ces Dandies pour se faire écouter

Au lieu de l'étouffer.... vous feriez mieux de lui donner quelques gouttes de Mélisse sur un sucre!!!!!!

Le Dandy qui saisit tout de suite l'avantage d'être l'homme de la situation , se fraye un passage jusqu'a Marishka , il la dégage avec précaution du pauvre Flechter complétement désemparé,se met à genoux ,la cale contre lui , et pose une main pudique(mon oeil.....) sous son sein gauche afin sans doute tater les battements de son coeur, Zerline note qu'il s'y attarde, peut être, un plus que nécessaire..... le tableau est charmant on entendrait presque chanter "dodo l'enfant do

Puisque Marishka se trouve ,si l'on peut dire en de" bonnes mains" Zerline décide d'aller voir du coté de Hyades

Une ambulance et une voiture de police sans doute appelées par les passants sont sur place elle voit Hyades en train de rédiger une constatation, la dame embarquée dans l'ambulance est elle morte ?????

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Arf "dizaine"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

Hyades se souvint de cet article du docteur Touéry qu'il avait lu sur le charbon activé et qui avait fait sensation à l'époque autant par la mise en scène de l'expérience que ses conclusions elles-mêmes : en 1831, le pharmacien avale devant toute l'Académie française de médecine 1 gr de strychnine soit 10 fois la dose mortelle.

Pourtant Touéry reste calme et détendu et n'a aucun trouble, à la stupéfaction totale des professeurs. Le charbon ayant absorbé le poison. Hyades se souvint aussi que le charbon n'agissait pas qu'en cas d'ingestion mais également contre les venins de serpent par exemple, alors il n'hésita plus, n'ayant de toutes façons aucune autre alternative.

Mais alors qu'il s'apprêtait à piler un boulet de charbon, la sirène d'une ambulance vint soulager la foule. Et avant qu'ils n'emmènent la pauvre femme au St Mary's hospital, Hyades leur souffla son diagnostique et on l'entendit recommander : "de la pilocarpine, je pense que c'est ce qu'il faut !" ;)

Le brouhaha s'estompa au fur et à mesure que l'ambulance s'éloignait. Hyades, Elise et Lucien se retrouvèrent côte à côte. La stupeur avait fait place aux interrogations, mais personne n'osait vraiment rompre le silence. Le chauffeur qui attendait Lucien et Elise lâcha un : what the hells happened there !

Otto était aux cotés de Marishka avec Zerline. Ils échangèrent un regard inquiet puis Marishka ouvrit enfin les yeux. Fletcher sanglota : oh vous êtes vivante ! ¿ ;)

18 septembre¿16h47¿la pluie vient de cesser¿les voyageurs vont maintenant se séparer...et regagner leur hôtel¿toutefois, Otto qui a aperçu Hyades ranger quelque chose dans sa poche après avoir examiné la femme, semble hésiter entre l'interpeller et s'engager dans un taxi¿

(indication : vous avez rendez vous le 20¿sauf Hyades qui n'a pas formellement rendez-vous...que comptiez vous faire de cette journée du 19 ?)

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

"Ce négre n'est pas sans rescource intellectuelle et il a bien reagi face à cette tentative d'assasinat peu orthodoxe mais pourquoi a t'il prit cette flechette ?"se dit Otto en voyant Hyades s'eloigner de plus en plus "Qu'importe ne t'eparpilles pas Otto " .Il hele alors un taxi qui doit l'enmener à son hotel pour deposer ses bagages ne souhaitant pas rester une seconde de plus sur le lieu du crime .

Une fois arrivé il demande au taxi de l'attendre ,depose ses bagages et lui demande d'aller à la grande bibliotheque de Londres .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

Marishka s'éveilla peu à peu, un peu hagarde et engourdie comme après chaque crise... Mmm cela faisait pourtant plus de 8 mois qu'elle n'en avait pas fait, quelle deception que cette soudaine rechute et en plus au beau milieu d'une foule !! Diantre quelle humiliation !! Tout ça à cause d'une petite greluche qui n'avait pas trouvé mieux que de frôler la mort là juste devant la gare !! Vraiment elle n'aurait pas pu agoniser dans une ruelle sombre sordide et déserte comme tout le monde !!

L'engourdissement céda vite la place à une fort méchante humeur, d'autant plus qu'une terrible migraine s'annonçait maintenant, le sang lui battant douloureusement dans les tempes.

Elle se tourna vers Fletscher qui la dévisageait avec un mélange de soulagement et d'angoisse en murmurant "Vous êtes vivante !! grâce au ciel !!"

Marishka soupira agacée et répliqua : "Mais évidemment que je suis vivante !! Bon allez vous m'emmenez à mon hôtel ou faudrat-til vraiment que je trépasse devant vous avant que vous ne vous pressiez un petit peu !"

Marishka avait la ferme intention de se reposer tranquillement à l'hôtel pour ce soir... Quant au lendemain... un petit coup de téléphone à Lady Carter ne serait sans doute pas une mauvaise idée... Si sa charmante amie était libre elle pourrait l'inviter à venir boire le thé à l'hôtel... Cette pensée lui amena un sourire fugitif aux lèvres avant que Fletscher qui l'aidait à se relever ne lui marche accidentellement sur le pied !... Mais quel idiot vraiment !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Comme toujours Zerline se retrouvait seule.... l'Allemand boiteux aprés un semblant d'hésitation venait de quitter la station de taxis, le petit borgne et son amie disparus aussi, Hyades avait rejoint le taxis de sa compagne.....

restait bien Marishka....A qui elle aurait bien demandé conseil pour un hotel.... Mais elle craignait que le conseil ne soit pas finançiérement dans ses possibilités..... enfin il ne fallait pas compter partager un taxis avec Marishka..... même une grande limousine.... entre le chauffeur, le Mr Flechster à l'avant avec une grosse malle sur les genoux qui lui barre toute visibilité et Maurice qui doit se trouver quelque part sous les cartons à châpeaux...... il n'y aurait même plus de place pour caser un "chiwawa"(ortographe improbable)

C'est donc seule q'elle prend place dans un taxis.A l'aide des petites phrases toutes faites de son dictionnaire elle se hasarde:

Please,I'd like a bed room?

Je comprend le français..... Je vous conseille le Régent Palace Hotel..... trés central...trés bien fréquenté, adéquat, pour une dame seule....15minutes plus tard Zerline se débat avec les formalités de déclaration de séjour

entre" please fill in this form" et" would you sign the register"elle s"en est sortie;..... sans trop de diffilcultés.

Arrivée dans sa chambre elle balance ses abominables Richelieu au travers de la piéce et s'étale pieds nus sur le lit goûtant le luxe d'étre enfin seule!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)
Une fois arrivé il demande au taxi de l'attendre ,depose ses bagages et lui demande d'aller à la grande bibliotheque de Londres .

Le chauffeur semble embarassé puis finalement hausse les épaules et démarre. Quand Otto arrive devant la bibliothèque du British museum, il réalise qu'il est un peu trop tard dans la journée et qu'elle a fermé ses portes. Il devra revenir le lendemain...il jette un regard au chauffeur qui hausse à nouveau les épaules d'un air mi-désolé mi-amusé en comptant ses billets... ;);)

(off: ...au fait à quel hotel est descendu Otto?)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

off: Bonne question en fait je me rend compte que j'en avais pas réservé Il m'en faut un correct . A toi de choisir si tu veux ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eleyma Membre 345 messages
Forumeur survitaminé‚ 34ans
Posté(e)

Elise se sent un peu interloquée après avoir vu cette scène. Elle ne savait pas vraiment comment réagir, et il y avait tellement de monde devant elle¿ Cette pauvre personne, une tentative de meurtre ? Mais on est où là ?

C'était la première fois qu'Elise assistait à ce genre de scène, et ses yeux étaient remplis de larme. Pourtant, son éducation lui avait bien appris de ne pas pleurer, surtout pas devant autant de monde. Il lui fallait attendre, et garder la tête haute.

C'est ainsi qu'elle se mit à penser à sa mission, ces jours en Angleterre¿ cet homme mystérieux qui était venu la voir ce jour de pluie, juste le jour où elle avait trouvée une idée pour son nouveau roman¿ ou une nouvelle peut être¿ ô elle ne savait pas encore ce que ça allait être et pensa que la scène qu'elle venait de voir pourrai éventuellement l'inspirer¿

Elle pensa aussi à ce Lucien, assis près d'elle, comme il était gentil, et intéressant¿ elle se plaisait ici et ne regrettait pas d'avoir fait le voyage.

Maintenant, elle se trouvait à Londres. Elle voulu se promener dans cette ville inconnue, rencontrer des gens, les observer, comme elle faisait à Rouen, et peut être prendre des notes pour son livre.

Voilà, après avoir déposé ses bagages à son hôtel, elle prit son calepin, son stylo, un peut d'encre, et alla se promener dans les rues de Londres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Akumu Membre 1 398 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

« Quelle charmante personne » songe Lucien installé près d'Elise dans le taxi qui le conduit au Regent Hotel Palace. « Malheureusement, ainsi assise à ma gauche je ne peux que lui présenter ce morceau de cuir qui me pend sur l'¿il depuis tant d'années ; je voudrais lui parler mais tous ces vomissements à bord du bateau m'on raidi le coup, je ne pourrais tourner la tête convenablement pour pouvoir lui adresser quelques mots, c'est bien dommage elle est si gentille ».

Lucien n'a pas fermé l'¿il de la nuit¿ Il a écrit une longue lettre à son ami Raymond, lui expliquant son voyage, les quelques mots russes qu'il a eu la joie partager avec une personne inhabituelle, « point une guenipe mon cher ami, non une de ces femmes qui a le port haut et droit », puis cet incident survenu à la gare, cette femme allongée à quelques pas de lui. « Vois-tu Raymond, je n'ai pas eu peur, beaucoup de gens se sont occupés d'elle ; et je devais aider ma compagne de taxi à fermer son en-tout-cas ». Au bas de la lettre, Lucien a rajouté « Je suis fortement désolé mon ami, j'avais prévu t'expédier une carte postale achetée près de l'hôtel où je suis confortablement installé, malheureusement en sortant du taxi je suis tombé. Il a beaucoup plu hier, la chaussée était humide et la carte est sortie de la poche de ma redingote pour finir dans une mare boueuse ».

Après un long passage dans la salle de bain, puis un petit déjeuner pris dans la salle du rez-de-chaussée du Regent Hotel Palace, Lucien, sa redingote sous le bras cherche à travers les rues de Londres une lavandière espérant que celle-ci possède une lixiviateuse. Son vêtement lui est précieux, c'est un cadeau de Raymond.

18 septembre ¿ soirée ¿ Lucien est rentré au Regent Hotel Palace, toujours sa redingote sale sous le bras. Il est dans la salle de bain de sa chambre, et frotte énergiquement le tissus de son vêtement avec un morceau de savon qu'il a acheté chez un épicier très gentil.

Modifié par Akumu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

Dans le taxi qui les menait au manoir de Sir Goodman, Constance ne desserra pas les dents, gardant les yeux obstinément fixés sur le paysage. Hyades mal à l'aise, ne savait toujours pas comment réagir face à ces récents changements d'humeur mais était de plus en plus convaincu qu'ils étaient liés aux derniers événements qu'ils venaient de vivre et que Constance lui cachait quelque chose, quelque chose d'essentiel.

La voiture s'engageait maintenant dans l'allée qui montait jusqu'à la somptueuse demeure de leur hôte. Quand ils en franchirent la lourde porte, un sourire réapparut sur les lèvres de Constance.

Le repas se déroula dans une bonne humeur raffinée et alors que Constance s'excusait pour se retirer dans sa chambre, Sir Goodman proposa un cigare et un digestif à Hyades.

Quand Elise rentra à l'hôtel, fourbue mais grisée par l'immensité de cette ville tentaculaire, si différente de tout ce qu'elle avait connu, elle se sentit tellement enthousiaste qu'elle éprouva l'irrésistible besoin de partager sa joie avec quelqu'un. Elle décida donc d'aller boire un dernier verre au piano bar de l'hôtel¿

Otto regagna lui aussi son hôtel¿le Regent Hotel Palace¿mais quand il pénétra dans sa chambre, quelque chose lui sembla étrange, les bagages étaient bien là, disposés au même endroit, toujours fermés mais il flottait dans l'air comme un parfum¿

Marishka décida elle aussi de s'offrir une dernière petite coupe de champagne¿elle aperçoit Elise¿.

A peine allongée, Zerline sombra dans le sommeil¿

Petit Flashback:

Alors que Lucien se promène dans les rues de Londres, son vétement sous le bras, il passe devant un crieur de journaux. Avec un grand sourire il s'arrête, donne un schilling au garçon, prend le journal et enveloppe sa redingote dedans. A Londres il pleut, il l'a vu et Raymond lui a dit que le manteau n'aimait pas la pluie, et puis en plus il pourra toujours lire le journal aprés. Il se remet en marche et se retrouve bientôt sur les quais. Là plusieurs hommes sont regroupés autour d'un homme aux cheveux hirsutes et grisonnant, plutot rougeaud et l'air pas franchement sympathique, assis devant une table, ils gesticulent et poussent de grands cris que Lucien n'arrivent pas bien à identifier.

Un des hommes apperçoit Lucien, hésitant à poursuivre sa route, son paquet sous le bras. Il s'avance vers lui et l'interpelle:

- Where do you think you're going there mister? ;)

(indication : Elise et Marishka indiquez moi ce que vous buvez et lancez un D100, Otto un petit D6 pour comprendre ce qui s'est passé¿)

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Aprés quelques instants de repos Zerline défait son mince bagage..... Une tenue du soir.... long fourreau de satin noir donné par Coco un jour qu'elle faisait du vide dans ses armoires..... ce même jour elle avait reçu le petit tailleur reliquat d'une antédiluvienne collection.....

heureusement que les vétements de Chanel sont intemporels;.. soupire Zerline, il ya là sa petite robe de service également griffée qui peut aller fort bien en robe d'aprés midi, enfin un pantalon de jersey blanc (coupé par elle et confectionné par une cousette sympa de l'atelier) pas du Chanel mais presque..... a porter avec un pull marin acheté au Touquet..... tout a fait dans la ligne de Mademoiselle.

Le seul point noir les Richelieu..... Et là rien à espérer, Coco est une "Berthe aux grands pieds"et moi je chausse un 37!!!

Zerline cueille au passage sur la commode le peignoir et les serviettes éponges d'un blanc immaculés file dans la salle de bains...... qui se trouve à l'étage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Akumu Membre 1 398 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Lucien est ennuyé. Cet homme a une mine à faire exploser n'importe quel étranger à Londres. Et comment lui faire savoir qu'il ne comprend pas l'anglais, juste quelques mots, quelques chiffres, mais encore moins cette phrase qui flotte dans sa tête "ouère doyou sinkeu your go ine zère mistère"... En effet, un vrai mystère cette phrase !

Lucien se retourne, s'avance vers l'homme, et lui répond dans un français parfaitement articulé, la langue claquant au palais et élevant la voix "Bonjour je suis français, je ne comprends pas votre langue".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

(3) pour le d6 mais que se passe t'il ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Soucieuse de n'être point vue en peignoir de bain Zerline s'yeute dans le couloir pour voir si elle a le champs libre......

Mince! s'écrie t'elle, c'est l'Allemand du train!!!!! qui disparait dans sa chambre..... bizarre quand même.... Elle regagne la sienne, tire sur le cordon pour réclamer le service d'étage

A l'aide des petites phrases toutes faites de son dico.elle commande à la femme de chambre

could you bring me:

A pot of tea and welsh rarebit..... please(sourire) and piece of appel-pie.

Aprés ce petit repas, largement suffisant pour Zerline elle regarde longuement par la fenêtre qui donne sur Picadilly Circus..... les gens vont et viennent vers les restaurants et les salles de spectacles...... et c'est assez tard finalement qu'elle se glisse dans son lit et s'endort comme un bébé.

NB Elle à renoncer a sortir ses Richelieu devant sa porte (pour être cirés) elle a trop peur que le lendemain tout l'étage ne se demande "Mais que sont ces choses étranges???"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

D100 = 16

Marishka a finalement décidé d'aller chercher un peu de compagnie, rester seule dans sa chambre d'hotel la déprime ! Elle enfile une somptueuse robe de taffetas couleur rubis, puis se rend au piano bar de l'hôtel. Elle commande une coupe de Champagne, un Dom Pérignon bien entendu !!

Elle a bien repéré près du piano cette jeune demoiselle qu'elle se rappelle avoir déjà croisée durant le voyage jusqu'à Londres... Elle s'assoit près d'elle son verre à la main et demande avec un sourire angélique: " Alors, vous venez de Paris, n'est-ce pas mon chou ? Comment trouvez-vous Londres ? ... Oh ! La fatigue me fait oublier la politesse excusez-moi... Je ne me suis pas présentée, je suis Marishka Dortov..."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)
Lucien se retourne, s'avance vers l'homme, et lui répond dans un français parfaitement articulé, la langue claquant au palais et élevant la voix "Bonjour je suis français, je ne comprends pas votre langue".

L'homme s'arrête, il est maintenant très prés de Lucien. Il penche la tête à droite puis à gauche et semble intrigué par le petit morceau de cuir qui recouvre l'¿il de Lucien. On a même presque l'impression qu'il renifle comme pour deviner ce qui se cache dessous.

Il finit par sourire de toutes ses dents qu'il n'a d'ailleurs plus pour la grande majorité. Et rétorque en faisant à son tour claquer sa langue : « Français ? Well well well, Fran-çais ¿ » puis éclate de rire avant de lancer vers ses compères : « by the Hells, he's a fucking frog ! *». Les hommes restés autour de la petite table, éclatent à leur tour de rire ou ricannent (selon leur degrés d'alcolémie) puis s'écartent un peu et invitent Lucien à s'approcher. Ils semblent jouer à un jeu. Plusieurs gobelets, une pièce. L'homme-sans-dent regarde alors le paquet de Lucien et : « what is this ? **».

@Otto: en t'approchant des bagages tu réalises que ce ne sont pas les tiens. Ils sont parfaitement identiques mais ta clé ne les ouvre pas. En regardant ton numéro de chambre, tu réalises qu'on vient de se tromper. Tu redescends à la réception, le jeune homme confus te dit qu'il vient de donner ta clé à Elise. ;)

[edit:

*traduction approximative et soft: "bon sang, c'est un enfoiré de grenouille", "frog" désignant les français pour nos zamis les anglais...

** what is this?: qu'est ce que c'est?]

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eleyma Membre 345 messages
Forumeur survitaminé‚ 34ans
Posté(e)

D100 = 48

Après s'être perdue dans les rues de Londres rentre à son hotel.

Dès son arrivée, elle entend un son... une mélodie... "mais c'est du piano !" se dit-elle...

Ravie, elle se dirige vers le piano bar, et se laisse envoutée par cette musique.... ques c'est bon, un peu de douceur ce soir.... "ouf"

Un garçon s'approcha d'elle, pour savoir ce qu'elle voulait consommer.... elle hésita longuement... puis commenda un martini.

Peu de temps après, une dame vint s'assoir près d'elle, il lui semblait l'avoir déjà vu. Elise se dit qu'elle allait peut être connaître du monde ici...

"Ha bonjour madame Dortov...

Oui, je viens de Paris... et pour le moment, je me promène dans Londres, qui est une ville magnifique."

"Mais il me semble que nous nous sommes déjà croisé n'est ce pas?"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Akumu Membre 1 398 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Après avoir étendue sa redingote sur le rebord de la baignoire, Lucien sort de la salle de bain. Il s'installe confortablement dans le fauteuil offert près de son lit et se rappelle la scène des hommes en liesse "Feukine frogue, ça doit être un salut bien drôle que m'adressait cet homme impressionnant !".

Lucien est descendu au bar de l'hôtel et près du piano apperçoit cette russe inhabituelle accompagnée de la charmante Elise.

"Feukine frogue mesdames" et il étire un large sourire... attendant les éclats de rire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant