asperger
Asperger, hésitations et rencontre (?)

Yokkie Membre 3 120 messages
Forumeur alchimiste‚ 49ans
Posté(e)
il y a une heure, nerelucia a dit :

euh je voulais parler du pseudo. kmisole.

Oui... je vois mieux !

On peut l'interpréter comme l'idée d'un carcan dont elle essaie de sortir par le biais d'une rencontre avec une personne dans laquelle elle peut se reconnaître puisqu'ayant les mêmes spécificités.... 

Ce qui peut leur permettre de se rejoindre et pourquoi pas développer une relation sentimentale.

Du positif en somme !

Modifié par Yokkie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a une heure, nerelucia a dit :

euh je voulais parler du pseudo. kmisole.

Peut-être est-ce symptomatique, mais j'aime bien le côté double de mon pseudonyme, dans le sens où je suis un 'cas' et que j'aime m'isoler... j'aime bien les jeux de mots.

je me permets de revenir sur le précédent message 

il y a une heure, nerelucia a dit :

Votre avatar est très significatif de votre vie, je viens de le voir.

Tentez, s'il est comme vous, au pire vous resterez amis... ou pas.

N'ayant pas d'amis, je pense qu'au pire nous couperons juste le contact sans chercher à garder un quelconque échange.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 11 631 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

d'accord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Je suis bien embêtée, car dans mon dernier message à mon correspondant, j'ai bien insisté pendant tout un paragraphe sur mes hésitations sur le côté amoureux et mes limites sociales, mais il n'a fait aucune observation là-dessus dans sa réponse. Je ne sais pas trop quoi penser de cette façon d'ignorer le sujet... Je me demande si je dois l'interroger lui sur ses attentes amoureuses ou si je dois simplement ne pas en parler. Si j'en parle la première, ça donnera l'impression que j'envisage sérieusement cette idée, mais si je n'en parle pas, on risque de tourner en rond dans nos échanges, et lui a marqué qu'il recherchait une 'fiancée' sur sa fiche d'inscription. Même entre Aspies l'échange est compliqué !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 11 631 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

oh que oui !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 18 minutes, nerelucia a dit :

oh que oui !

Est-ce que tu es Asperger ? Je te demande cela parce que tu sembles connaître le sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 11 631 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

non mais je comprends très bien l'aspect sexuel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a une heure, nerelucia a dit :

non mais je comprends très bien l'aspect sexuel.

L'asexualité, donc ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Virtuose_en_carnage Membre 467 messages
Forumeur survitaminé‚ 27ans
Posté(e)
Le 31/12/2016 à 14:26, nerelucia a dit :

superbe portrait, l'asexué et combien de non diagnostiqués autistes légers ?

Pinocchio vous dit " Curieux dilemme que tu as là , tu voudrais bien le rencontrer, mais tu as tes problèmes personnels ...."

Eh oui, vouloir et ne pas pouvoir. Les sites d'asexués, je connais. Ce qui est incroyable c'est le déni des autres qui ne comprennent pas qu'on n'ait pas envie.

Il faut, on doit, impérativement être deux même si on ne peut pas.

 

Le déni des autres sur l'asexualité ne me semble pas anormal. Je veux dire, les choses ne sont pas figés dans le temps. On peut être asexuel pendant un certain temps, mais quid du changement? Quid de si l'on rencontre quelqu'un qui tout à coup nous donne envie de devenir autre chose? Je comprends tout à fait que beaucoup de personnes se sclérosent dans leurs habitudes : c'est rassurant et cela permet d'anticiper l'imprévisible. Le seul problème de l'habitude, c'est que le réel est en tout point mouvant et non immobile, risquant et détruisant nos habitudes. Certaines personnes s'adaptent juste mieux aux changements que d'autres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 51 minutes, Virtuose_en_carnage a dit :

Le déni des autres sur l'asexualité ne me semble pas anormal. Je veux dire, les choses ne sont pas figés dans le temps. On peut être asexuel pendant un certain temps, mais quid du changement? Quid de si l'on rencontre quelqu'un qui tout à coup nous donne envie de devenir autre chose? Je comprends tout à fait que beaucoup de personnes se sclérosent dans leurs habitudes : c'est rassurant et cela permet d'anticiper l'imprévisible. Le seul problème de l'habitude, c'est que le réel est en tout point mouvant et non immobile, risquant et détruisant nos habitudes. Certaines personnes s'adaptent juste mieux aux changements que d'autres.

Je suis totalement sure de mon asexualite et du fait que ca ne changera pas. Ca n'a rien à voir avec la personne (le partenaire) mais totalement à voir avec mes propres limites et mon incapacité à supporter un simple baiser sur la joue ou même un geste de réconfort. Je me suis déjà vue à la la limite de donner un coup de poing à un proche qui voulait juste me mettre la main sur l'épaule pour me réconforter lors d'un décès... je suis incapable de partager le même canapé avec quelqu'un, encore moins de dormir dans la même pièce qu'une personne (et encore moins dans le même lit).  Ce n'est même pas du dégoût, ce n'est pas du tout de la peur, c'est juste une incapacité à supporter la présence d'autrui quand elle est trop proche. Quant à la sexualité en elle-même, je n'ai aucun désir, aucun besoin, et je ne comprends même pas ce que les gens y trouvent de si formidable. Donc en ce qui me concerne ce n'est pas une question de rencontrer la bonne personne. D'ailleurs c'est plus un trait en lien à l'autisme qu'à mon asexualite en tant que telle... je veux bien croire qu'un asexuel puisse changer, mais quand on naît autiste, on meurt autiste. Et quand bien même on me proposerait un remède pour ne plus l'être  que je le refuserais.

Modifié par kmisole

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 11 631 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

absolument, les asexués sont des gens bloqués, y compris les autistes mais pas que. Il ne veulent pas qu'on les touche, ils ne supportent pas l'autre en face. Bref ils sont asociaux et en souffrent sinon il n'y aurait pas des forums d'asexués. J'ai été stupéfaite de découvrir ces lieux d'échanges.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 8 minutes, nerelucia a dit :

absolument, les asexués sont des gens bloqués, y compris les autistes mais pas que. Il ne veulent pas qu'on les touche, ils ne supportent pas l'autre en face. Bref ils sont asociaux et en souffrent sinon il n'y aurait pas des forums d'asexués. J'ai été stupéfaite de découvrir ces lieux d'échanges.

Je suis d'accord sur le côté bloqué et le refus de contact physique. Je ne me considère pas comme asociale par contre... Il y a beaucoup de traits chez les asociaux en totale opposition avec Asperger. Les asociaux ont tendance à ne pas respecter les règles, les lois, à mentir et utiliser autrui. Ce n'est pas du tout le cas des Asperger qui sont foncièrement honnêtes... Je reconnais que dans mon cas je suis capable de mentir pour des choses futiles, mais à côté de ça je suis très respectueuse des lois et des règles, incapable de désobéir (petite, je dénonçais mes camarades s'ils voulaient tricher en copiant sur moi)... Je suis même incapable de traverser si le petit bonhomme du passage pour piéton est rouge et qu'il n'y a aucune voiture en vue. Je me sens obligée d'attendre qu'il soit vert, parce que c'est comme ça que c'est prévu et que je n'arrive pas à passer outre. Je ne suis même pas capable de dire de gros mots !

 

Je pense que les gens ont tendance à désigner comme asociaux ceux qui ont un mode de vie différent et un peu isolé. Mais on peut être très solitaire et ne pas être asocial pour autant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Virtuose_en_carnage Membre 467 messages
Forumeur survitaminé‚ 27ans
Posté(e)
Il y a 14 heures, kmisole a dit :

Je suis totalement sure de mon asexualite et du fait que ca ne changera pas. Ca n'a rien à voir avec la personne (le partenaire) mais totalement à voir avec mes propres limites et mon incapacité à supporter un simple baiser sur la joue ou même un geste de réconfort. Je me suis déjà vue à la la limite de donner un coup de poing à un proche qui voulait juste me mettre la main sur l'épaule pour me réconforter lors d'un décès... je suis incapable de partager le même canapé avec quelqu'un, encore moins de dormir dans la même pièce qu'une personne (et encore moins dans le même lit).  Ce n'est même pas du dégoût, ce n'est pas du tout de la peur, c'est juste une incapacité à supporter la présence d'autrui quand elle est trop proche. Quant à la sexualité en elle-même, je n'ai aucun désir, aucun besoin, et je ne comprends même pas ce que les gens y trouvent de si formidable. Donc en ce qui me concerne ce n'est pas une question de rencontrer la bonne personne. D'ailleurs c'est plus un trait en lien à l'autisme qu'à mon asexualite en tant que telle... je veux bien croire qu'un asexuel puisse changer, mais quand on naît autiste, on meurt autiste. Et quand bien même on me proposerait un remède pour ne plus l'être  que je le refuserais.

Mea culpa, je parlais de l’asexualité en général et non dans le cas d'un syndrome d'Asperger. Dans tout les cas, le fait d'être asexuel est pathologique, enfin tout dépend dans quel sens on prend ce terme. Il y a des pathologies curables et non curables, et je comprends très bien que ton asexualité ne changera jamais. Mais dans ce cas la, je ne comprends pas ton cheminement d'idée. Tu parles à un homme sur le net et tu ne veux pas de contact physique, alors pourquoi parler de rencontre? Pourquoi ne pas continuer à vivre cette relation par clavier interposé si elle satisfait tout le monde? Pourquoi se bloquer sur l'idée qu'il pourrait y avoir un rendez-vous physique? Je dirais même, les rendez-vous entre un homme et une femme ont une porté essentiellement physique et non psychique. Il permet de toucher, voir et sentir. Si on est allergique au fait de toucher, pourquoi songer à une rencontre?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 21 minutes, Virtuose_en_carnage a dit :

Mea culpa, je parlais de l’asexualité en général et non dans le cas d'un syndrome d'Asperger. Dans tout les cas, le fait d'être asexuel est pathologique, enfin tout dépend dans quel sens on prend ce terme. Il y a des pathologies curables et non curables, et je comprends très bien que ton asexualité ne changera jamais. Mais dans ce cas la, je ne comprends pas ton cheminement d'idée. Tu parles à un homme sur le net et tu ne veux pas de contact physique, alors pourquoi parler de rencontre? Pourquoi ne pas continuer à vivre cette relation par clavier interposé si elle satisfait tout le monde? Pourquoi se bloquer sur l'idée qu'il pourrait y avoir un rendez-vous physique? Je dirais même, les rendez-vous entre un homme et une femme ont une porté essentiellement physique et non psychique. Il permet de toucher, voir et sentir. Si on est allergique au fait de toucher, pourquoi songer à une rencontre?

Merci pour ton retour. L'homme avec qui j'échange est asexuel et Aspie comme moi, je l'ai croisé sur un site de rencontres pour les asexuels... étant donné que c'est la première fois que je croise un homme avec mes deux particularités, j'ai voulu échanger avec lui pour voir si les choses étaient plus simples pour moi avec quelqu'un qui est le plus à même de comprendre mes différences, puisqu'il vit la même chose.

je me questionne depuis quelques années sur mon célibat. Le fait de ne pas en souffrir ne veut probablement pas dire qu'une vie de couple ne pourrait pas me convenir. Et quelque part je crois que le fait de vivre seule sans remise en question me rend de plus en plus solitaire et accentue certains de mes traits autistiques qui étaient moindres, par exemple, au lycée quand je devais davantage faire semblant que dans le monde du travail.

je connais beaucoup d'Asperger en couple, donc en soit le syndrome n'est pas un frein, c'est plutôt ma manière de vivre qui en est un !

 

et au niveau de la situation actuelle, mon correspondant m'a donné son FB et m'a proposé de l'ajouter en ami, ce que je vais probablement faire, mais je crois que la relation à venir sera plutôt basée sur un echange lointain et épisodique que sur quelque chose de régulier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swam Membre 3 728 messages
Forumeur alchimiste‚ 149ans
Posté(e)

Je ne suis pas convaincu qu'une relation intime entre 2 autistes soit possible, du moins s'ils sont au meme degré d'autisme.

C'est peut etre ça qui te gene Kmisole, le fait que ni lui, ni toi n'avez d'expérience du couple ou de la relation amoureuse.

Et en y réfléchisant bien, je ne pense pas que l'asexualité d'un des 2 protagonistes ( pas joli ce mot ) soit un probleme insurmontable pour un couple autiste-pas autiste.

Par contre ce qui le serait a mon avis c'est l'impossibilité de communiquer de la tendresse et de l'affection.

Et sinon, quels sont tes rapports avec les animaux, as-tu aussi cette phobie du rapprochement avec eux ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 1 heure, swam a dit :

Je ne suis pas convaincu qu'une relation intime entre 2 autistes soit possible, du moins s'ils sont au meme degré d'autisme.

C'est peut etre ça qui te gene Kmisole, le fait que ni lui, ni toi n'avez d'expérience du couple ou de la relation amoureuse.

Et en y réfléchisant bien, je ne pense pas que l'asexualité d'un des 2 protagonistes ( pas joli ce mot ) soit un probleme insurmontable pour un couple autiste-pas autiste.

Par contre ce qui le serait a mon avis c'est l'impossibilité de communiquer de la tendresse et de l'affection.

Et sinon, quels sont tes rapports avec les animaux, as-tu aussi cette phobie du rapprochement avec eux ?

Nous n'avons pas la même notion d'intimité, je crois... Attention, je ne veux pas du tout parler au nom de tous les Asperger car je sais que je suis finalement assez peu représentative (tous les Aspies ne sont pas asexuels, certains ont même tendance à être très intéressés par le sexe !) mais dans mon optique, la relation amoureuse, c'est juste une relation amicale améliorée, avec le partage de moments de loisir, des discussions intéressantes, des soirées autour d'un petit plat à parler de chose et d'autre, des weekends à regarder une série à la télé ou à aller se promener en pleine nature. Je n'ai aucune envie de moments de câlins et de tendresse. Et mon correspondant semble totalement dans cette optique-là, il dit qu'il n'a jamais réussi à comprendre pourquoi les relations amoureuses devaient inclure du sexe et des démonstrations amoureuses compliquées. Là-dessus, lui et moi sommes sur la même longueur d'ondes. Là où ça coince, c'est que je ne sais pas si je serais capable d'ajouter quelqu'un dans ma vie. Gérer sa routine toute seule, c'est facile. Pour être sincère, le fait d'être avec quelqu'un n'ayant jamais eu d'expérience amoureuse serait rassurant pour moi.

Pour les animaux, j'ai la même problématique en effet. Je suis très distante et pas du tout dans l'affectif. J'aime bien le côté 'dressage', j'ai un chat qui s'assoit sur commande et qui obéit comme un chien. Mais pour les câlins, il a compris depuis longtemps qu'il devait respecter ma volonté et ne pas m'envahir quand je n'en ai pas envie. Il s'est adapté à moi et à mes limites.

Je ne me vois pas du tout tenter quelque chose avec un homme qui ne soit pas asexuel. Je ne pense pas qu'une relation sexuel/asexuelle soit durable, à moins d'autoriser l'autre à assouvir ses envies sexuelles avec quelqu'un d'autre, ce qui est contraire à ma morale. Et l'avantage que j'aurais à tenter quelque chose avec un homme sur le même spectre autistique que moi, c'est que comme moi il serait réticent aux démonstrations de tendresse. Et très sincèrement ça me rassurerait d'essayer quelque chose avec quelqu'un n'ayant jamais eu d'expérience de vie de couple.

 

Mais je pense vraiment que dans le cas présent les choses vont juste se poursuivre sans que nous envisagions de rencontres. Il a beau rechercher une 'fiancée' (terme du site), il n'a encore jamais abordé le sujet, même quand j'ai parlé de mes propres réflexions à ce propos.

Modifié par kmisole

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swam Membre 3 728 messages
Forumeur alchimiste‚ 149ans
Posté(e)

Ce qui me fait comprendre qu'un non-autiste ne pourra jamais "t'apprivoiser", c'est ce que tu dis a propos de ta relation aux animaux.

Et sinon je ne pensais pas a des démonstrations amoureuses compliquées, mais plutot a de la simplicité.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 50 minutes, swam a dit :

Ce qui me fait comprendre qu'un non-autiste ne pourra jamais "t'apprivoiser", c'est ce que tu dis a propos de ta relation aux animaux.

Et sinon je ne pensais pas a des démonstrations amoureuses compliquées, mais plutot a de la simplicité.

 

 

Je suis tout à fait d'accord sur ce que tu dis. Je peux difficilement m'imaginer avec un non-autiste, sachant que même avec mes parents j'ai une incapacité totale à avoir des démonstrations affectives ou à en recevoir.

Qu'entends-tu par la simplicité ? Moi, quand je parle de démonstrations amoureuses compliquées, je pense notamment aux scènes que font certaines femmes si leur compagnon oublie leur anniversaire, si elles ne reçoivent pas une marque d'attention lors d'une saint-Valentin ou s'il ne remarque pas la nouvelle coupe de cheveux. Tout ça me paraît inutile et j'ai l'impression que ça complique tout !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swam Membre 3 728 messages
Forumeur alchimiste‚ 149ans
Posté(e)
à l’instant, kmisole a dit :

Je suis tout à fait d'accord sur ce que tu dis. Je peux difficilement m'imaginer avec un non-autiste, sachant que même avec mes parents j'ai une incapacité totale à avoir des démonstrations affectives ou à en recevoir.

Qu'entends-tu par la simplicité ? Moi, quand je parle de démonstrations amoureuses compliquées, je pense notamment aux scènes que font certaines femmes si leur compagnon oublie leur anniversaire, si elles ne reçoivent pas une marque d'attention lors d'une saint-Valentin ou s'il ne remarque pas la nouvelle coupe de cheveux. Tout ça me paraît inutile et j'ai l'impression que ça complique tout !

Oui cette fois c'est moi qui suis entierement d'accord avec toi a propos de ces petites démonstrations la.

Il n'y a pas besoin de démontrer, seulement le besoin de manifester parfois.

Est ce que la douceur t'est étrangère ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 1 minute, swam a dit :

Est ce que la douceur t'est étrangère ?

J'avoue que même là, en lisant ta question, je n'en comprends pas trop le sens. C'est quoi la douceur pour toi ? J'ai du mal avec le concept.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant