Aller au contenu

Nazisme et Islamisme


regardpersant

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
regardpersant Membre 618 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

En ce moment même, une émission sur RMC découverte, intitulée :

"Les dossiers secrets du IIIème Reich : nazi jihad"

Cette émission fait echo, avec une émission, diffusée en Novembre sur Arte (chaine Franco-Allemande !), d'où est tiré l'article suivant, mettant en évidence la barbarie de l'islamisme :

vendredi 27 novembre 2015

« La croix gammée et le turban, la tentation nazie du grand mufti » de Heinrich Billstein

La chaîne franco-allemande Arte a diffusé le documentaire intéressant La croix gammée et le turban, La tentation nazie du grand mufti (Turban und Hakenkreuz, Der Großmufti und die Nazis), documentaire de Heinrich Billstein. Un film centré sur le grand mufti de Jérusalem Haj Mohammad Amin al-Husseini (1897-1974) et abordant un sujet tabou, méconnu : les alliances, fondées sur des affinités idéologiques et l'antisémitisme, entre cet important dirigeant musulman et ses homologues nazis avant - première lettre en mars 1933 -, et pendant - première rencontre avec Hitler le 28 novembre 1941, à Berlin - la Seconde Guerre mondiale. Le promoteur des relations durables entre islamisme et nazisme.

Ce documentaire s’ouvre sur des images d’actualités allemandes de 1941 : la rencontre souriante du 28 novembre 1941 entre le führer Adolf Hitler et le grand-mufti Mohammad Amin al-Husseini à la chancellerie du Reich à Berlin, « grand représentant du nationalisme arabe. En Palestine, il est juge suprême et grand argentier. Son nationalisme lui vaut la haine des Britanniques qui ont mis sa tête à prix pour 25 000 livres ».

Hitler déclare alors à al-Husseini qu'après la victoire du IIIe Reich contre l'Angleterre et l'URSS, l'Allemagne visera la destruction des Juifs vivant dans « la sphère arabe sous la protection britannique » et al-Husseini déclenchera des « opérations arabes qu’il aura secrètement préparées ». La retranscription de cette rencontre a été publiée dans sa traduction en anglais sur Internet.

L’antisémitisme du « glaive de l’islam »

Surnommé « le glaive de l’islam », Mohamed Amin al-Husseini est né en 1895 dans une famille influente de Jérusalem.

Pendant la Première Guerre mondiale, il combat jusqu'en 1917 aux côtés des Ottomans alliés à l'empire allemand.

A 23 ans, « opposé à l’immigration juive, politicien ambitieux et brillant orateur », Mohamed Amin al-Husseini « s’impose comme un des leaders du nationalisme arabe ». Ajoutons qu'il milite alors, et jusqu'en 1920, année du début du mandat de la France sur la Syrie, pour le rattachement de la "Palestine" à la Syrie. Ainsi, dans la photographie ci-contre, les Arabes de la Palestine mandataire défilent à Jérusalem en mars 1920 contre l'immigration juive et pour le "pansyrianisme" : la "Palestine" est alors présentée tactiquement comme une province méridionale de la Syrie. Et ce, afin de lutter contre le sionisme.

En 1921, les Britanniques « le nomment grand mufti de Jérusalem malgré son jeune âge, 24 ans, et sa formation théologique plutôt rudimentaire. Il porte également le turban des théologiens et juristes... De quoi faire honneur à une famille qui revendique une descendance directe du prophète Mahomet ». Mohamed Amin al-Husseini nomme ses affidés aux postes clés.

En 1931, il organise le congrès mondial islamique. « A partir de là, la question palestinienne devient la cause de tous les Arabes et de tous les musulmans ».

Mohamed Amin al-Husseini « était très violent, cruel et impitoyable. Il a tué tous ses rivaux au sein de la société palestinienne. Il considérait toute opinion différente de la sienne comme une trahison et y répondait par la violence », se souvient Uri Avnery, membre de l’Irgoun. Parmi les rivaux d'al-Husseini : les membres du clan rival Nashashibi.

Mohamed Amin al-Husseini « rêve de diriger une grande Arabie et une Palestine débarrassée des juifs ». Né à Jérusalem en 1918, émissaire de l’Agence juive, Aharon Cohen l’a vu « de loin à la mosquée. Il incitait ouvertement à la haine contre les Juifs… Il avait un grand charisme ».

Le terme « tentation » est inadéquat. Il s’agit d’une alliance précoce : fin mars 1933, deux mois à peine après l'avènement du nazisme en Allemagne, le grand mufti affirme au consul d’Allemagne en Palestine sous mandat britannique que « les musulmans approuvent le nouveau régime. Il souligne la nécessité de combattre l’influence néfaste des juifs dans l’économie et la politique ». Rappelons que le 30 janvier 1933 Adolf Hitler est devenu chancelier d'Allemagne.

Les affinités du grand mufti al-Husseini avec le nazisme sont profondes, et non pragmatiques, non motivées par un ennemi commun : « l’ennemi nazi de mon ennemi britannique est mon ami ». Elles sont cimentées par l’antisémitisme : dès avril 1933, le grand mufti demande à l’Allemagne « de ne plus envoyer ses Juifs en Palestine ». Il souhaite « bâtir une alliance durable ».

Il déclare : "Les principes de l’islam et ceux du nazisme présentent de remarquables ressemblances, en particulier dans l’affirmation de la valeur du combat et de la fraternité des armes, dans la prééminence du chef, dans l’idéal de l’ordre".

Al-Husseini obtient « le soutien notamment financier des SS », en particulier pour la grande insurrection de 1936 qui visait à faire pression sur les autorités britanniques afin de réduire l'immigration Juive. Des relations secrètes se poursuivent.

Un rôle actif et protéiforme à la guerre et à la Shoah

« Il faisait des discours incendiaires pour éveiller les consciences : ‘Nous risquons de perdre la mosquée al-Aqsa et les lieux sacrés de l’islam' », déclare Nasr ad-Din an-Nashashibi, écrivain.

« Face à tant de haine, la vie devenait très difficile pour nous », précise Aharon Cohen, habitant en Eretz Israël alors Palestine sous mandat britannique.

A Jérusalem « et dans d’autres villes, les Juifs fuient leur maison pour avoir la vie sauve… Certains émeutiers arabes portent la croix gammée ».

En octobre 1937, recherché par les Britanniques en raison de l’assassinat d’un haut responsable britannique, le grand mufti al-Husseini fuit au Liban. Il continue à « orchestrer les émeutes ».

Fin 1940, quand les avions italiens et allemands bombardent les positions britanniques, tel le « port de Haïfa où débouche l’oléoduc acheminant le pétrole irakien », le grand mufti ne s’en émeut pas. « Au contraire, il va conseiller aux Allemands de bombarder Jérusalem… »

Il se trouve alors en Iraq, où il fomente un putsch pronazi, et propose « un soutien de guerre actif » à Hitler dès janvier 1941.

La première rencontre entre le grand mufti al-Hussein et Hitler date du 28 novembre 1941, à Berlin.

......

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité vieilledame
Invités, Posté(e)
Invité vieilledame
Invité vieilledame Invités 0 message
Posté(e)

Merci pour toutes ces informations.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 102ans Posté(e)
papyfedelaresistance Membre 860 messages
Baby Forumeur‚ 102ans‚
Posté(e)

Rien de neuf,les nazis et les muslims ont le même ennemi ; le juif! Mais les nazis n'ont jamais eus pour autant d'affinités avec eux,on va dire qu'il s'agissait d'alliers de circonstance et de surcroît les prochains sur la liste!

Du même accabi que Hitler pactisant avec Mussolini,il y'a des moments où l'on a d'autres choix que de s'afficher avec des crétins.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 69ans Posté(e)
Cochise 90 Membre 2 486 messages
Forumeur accro‚ 69ans‚
Posté(e)

Merci pour toutes ces informations.

Le grand mufti c'était le grand-père de feu Yasser Arafat (qui s'appelait en fait Mohamed Abdel Raouf Arafat Al Qudva al- Husseini); ........

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 104ans Posté(e)
ThomasMann Membre 3 895 messages
Baby Forumeur‚ 104ans‚
Posté(e)

Je viens de rentrer . Il est 00h08 . J'ai donc loupé cette émission que je regarderai en Replay .

Néanmoins, je me suis toujours demandé où Hitler et les siens s'approvisionnaient en Gazoline et autres produits pétroliers , en quantité si importante , au point d'alimenter toutes les troupes de Panzers , la Luftwaffe, les usines de production, et bien d'autres moteurs ....

Je ne pense pas que la production allemande y suffisait ( si il y en avait une), le charbon ne convenant pas pour bouger un tank Tigre !!!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeuse acharnée, Posté(e)
querida13 Membre 40 683 messages
forumeuse acharnée,
Posté(e)

Ne focalisons pas sur une seule religion!Même le pape de l'époque (Pie XII) est allé bénir les armées hitlériennes!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Barbara lebol
Invités, Posté(e)
Invité Barbara lebol
Invité Barbara lebol Invités 0 message
Posté(e)

Ce qui fait un lien entre le nazisme et l'islamisme radical, c'est cette espèce de folie collective et cette capacité à la communiquer, comme si elle venait remplir un vide. Cela devient une valeur de référence pour certains jusqu'au moment où ce groupe atteint une taille critique, un niveau organisationnel plus sophistiqué jusqu'à une prise de pouvoir... local puis il se crée un essaimage avec des recruteurs, des leaders.

On peut voir cela aussi en Corée du nord.

Le point commun est une extrême violence initialement à l'égard de ses membres pour instaurer une terreur et donc une fidélité imposée.

La vacuité, l'absence de valeurs, le désespoir constituent le terreau de ces météorites sanglantes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Barbara lebol
Invités, Posté(e)
Invité Barbara lebol
Invité Barbara lebol Invités 0 message
Posté(e)

C'est le chef qui unit ces groupuscules sanglants et à sa disparition le groupe implose. Le chef a tellement peur d 'être remplacé qu'il flingue tout ce qui peut lui faire de l'ombre (Staline) et donc ne met pas en place une organisation pour pérenniser le système.

Pour daech c'est semble-t-il différent au niveau de l'organisation (avec une assise plus large) et donc plus dangereux.

La réponse dans ce dernier cas est l'éradication comme pour une pandémie.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
christine974 Membre 1 577 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Rien de neuf,les nazis et les muslims ont le même ennemi ; le juif! Mais les nazis n'ont jamais eus pour autant d'affinités avec eux,on va dire qu'il s'agissait d'alliers de circonstance et de surcroît les prochains sur la liste!

Du même accabi que Hitler pactisant avec Mussolini,il y'a des moments où l'on a d'autres choix que de s'afficher avec des crétins.

lisez donc les citations d'hitler sur l'islam vous verrez si lui et certains de ses proches n'avaient pas d'affinités avec cette religion

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×