Aller au contenu

1 Novembre 1954 : un nationalisme presque mystique?


bena11

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
bena11 Membre 3 087 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

:noel:GLOBALISATION, ENNEMI DES NATIONALISMES ? :rtfm:

Après 61 ans du déclenchement de l'une des plus grandes révolutions armées de l'époque contemporaine, le nationalisme algérien se trouve aujourd'hui confronté à des épreuves déterministes.

Pour appréhender notre question, deux dimensions surgissent dans le chemin de notre analyse. La première est extrinsèque, concerne celle la plus globale et universelle, lié notamment à la tournure qu'a pris le monde d'aujourd'hui, à savoir la globalisation libérale et tous ce qu'elle a engendré de cosmopolitisme et des multiplicités des allégeances. La deuxième dimension est intrinsèque liée au contexte de développement local, là où les conflits politiques, les scandales politico-financiers et les difficultés socio-économiques représentent un vrai défi au nationalisme algérien.

GLOBALISATION, ENNEMI DES NATIONALISMES ?

Un des objectifs implicite de la globalisation libérale c'est de produire un avènement d'un monde post-national ou même d'une « culture mondiale » selon les théoriciens de ce paradigme. L'économie mondialisée avec tout ce qu'elle porte en elle d'échanges commerciaux et techniques, notamment avec l'avènement de l'électronique qui a accéléré cette démarche d'une manière vertigineuse, constitue à la foisla base et l'ultime finalité de ce modèle néolibéral. On veut remplacer ainsi le sentiment d'appartenance ou d'identification nationale par la recherche interminable des intérêts purement économiques. Ce mouvement très puissant et dominant a enfanté dès lors plusieurs phénomènes sociétaux dont les flux migratoires pas seulement vers les pays industrialisés très développés mais au sein même des pays du Sud. On vit désormais donc l'ère du cosmopolitisme et des multiplicités des allégeances dont la double nationalité est un élément fondamental, qui sont perçus, à tort, comme étant opposés à la notion classique du patriotisme national.

En France, la terre d'accueil de millions d'algériens dont une grande partie de binationaux et l'ancienne puissance coloniale contre laquelle on a déclenché cette guerre de libération nationale qui est devenue une grande référence à tous les peuples désirant la liberté et la justice, en cette même France, des voix s'élèvent, des dirigeants politiques et intellectuels très influents, pour demander, grosso modo, aux algériens « d'oublier », de « regarder vers l'avenir », autrement dit de ne pas donner beaucoup plus d'importance à l'histoire ! Mais dans le même temps, les intellos et les décideurs parisiens avec l'aide de leurs relais médiatiques, restent très attacher à leurs repères historiques où les événements les plus marquants de la deuxième guerre mondiale ont devenus de l'ordre du sacré !Ils ont largement remplacé la place du clergé, jadis très centrale. Il y a là une indéniable antinomie.

:hu:

Mon lien

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Raven, 40ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 5 456 messages
40ans‚ Raven,
Posté(e)

Haaa les objectifs humanitaires "rester riche" du libéralisme.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
art-chibald Membre 3 636 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

On peut aussi poser la question autrement. Les nationalismes sont ils un frein à l'ultra-libéralisme ?

Les ultra-libéraux veulent ils nous convertir à une religion où leur dieu est Argent ?

La globalisation est un moyen d'élargir leur champ d'action.

A bas les libéraux :dev:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×