Aller au contenu

En tenue d'Adam - La nudité masculine dans l'art


Messages recommandés

January Animatrice 33 044 messages
©‚ 101ans
Posté(e)

Disons-le tout net : il est parfait ! Le corps masculin n'a-t-il pas attiré, depuis l'Antiquité, tous les suffrages ?

nu23-david-patrocle.jpg

Certes, la femme a souvent eu les honneurs des artistes, mais c'est bien l'anatomie de nos gaillards qui, jusqu'au Salon des Refusés en 1863, était considérée tellement harmonieuse qu'elle servait de modèle unique dans les écoles des Beaux-Arts.

L'Antiquité, entre pudeur et indécence

L'histoire commence mal, au fond d'un puits. Pour admirer le tout premier homme nu représenté dans l'Art, il faut se rendre dans la grotte de Lascaux, dans les profondeurs de la galerie où il semble avoir été dissimulé.

nu1-lascaux.jpg

Comme les fameuses Vénus de la préhistoire, l'homme se peint alors en exposant ses atouts masculins, signes de fertilité.

C'est le même message que l'on retrouve en Égypte sur l'une des rares représentations d'homme nu, Geb, dieu de la Terre fertilisant la déesse du ciel Nout, ou en Mésopotamie à travers les figures du roi-prêtre, exceptionnellement privé de sa jupe.

Mais montrer ainsi l'homme affichant sa puissance créatrice n'est pas la règle. Les artistes préfèrent la dissimuler à l'aide de pagnes qui ont l'avantage de mettre en valeur larges torses et épaules imposantes.

La gloire avant tout !

nu4-papyrus.jpg

La Grèce expose ses atouts

En Grèce aussi, on aime à montrer la puissance du corps masculin, et principalement du corps du gymnaste (de gymnos : «nu») et, par extension, du guerrier. Pourtant, on peut imaginer qu'arborer une tenue plus que légère ne devait pas être très pratique au cœur d'une mêlée !

La nudité n'a donc pas été adoptée à des fins utiles mais esthétiques. La présence de ces trublions au milieu d'une statuaire grecque tout en élégance ne peut manquer de faire ressortir une légère anomalie anatomique. Nos héros présentent en effet tous un sexe à la taille incontestablement enfantine.

Allons chercher l'explication chez Aristophane... Pour le dramaturge, les mœurs modernes donnent «la verge pesante» alors que l'éducation idéale produit une «verge menue»

nu6-athlete.jpg

"Suivre nu le Christ nu" (St Jérôme - lettre au père Evangélus)

Rome, logiquement, marche sur les pas des Grecs et produit à son tour nombre d'éphèbes inspirés du fameux Doryphore («porte-lance») de Polyclète, statue considérée comme le canon de la beauté masculine grâce à ses proportions minutieusement calculées.

L'arrivée de la religion chrétienne change les donnes : le nu devient ambivalent, symbole de pureté mais aussi d'impureté suivant les circonstances.

On pense bien sûr au premier homme, Adam, profitant en toute innocence des charmes du Paradis, libre de tout vêtement. N'est-il pas dénué de tout péché et de ce sentiment de honte dans lequel va bientôt le plonger la faute originelle ?

Les artistes pourront donc le représenter totalement nu, tout comme ceux qui sortent de la norme : les fous, les pauvres, les monstres et les sauvages.

Dans un Moyen Âge pourtant peu pudique, l'homme ne retrouve sa nudité qu'au Paradis... ou en Enfer !

nu10-memling.jpg

"Cachez ce sexe que je ne saurais voir !"

«Et les yeux de tous deux furent ouverts ; ils connurent qu'ils étaient nus, et ils cousirent ensemble des feuilles de figuier, et s'en firent des ceintures» (Genèse 3 : 7).

Adam et Ève ont montré la voie : il faut recouvrir les parties honteuses de l'individu nu. Aux peintres de trouver la solution ! Il semble bien que tous les subterfuges furent utilisés : bouts de tissu, bien sûr, mais aussi coquillages ou buissons apparaissent à propos pour dissimuler l'interdit.

Les plus grandes œuvres n'échappèrent pas à ce pullulement de cache-sexe : c'est ainsi qu'à peine quarante ans après sa réalisation, la chapelle Sixtine de Michel-Ange fut livrée au peintre Da Volterra, joliment surnommé Il Braghettone (le faiseur de culottes) !

Sous la peinture, les muscles

À la Renaissance, l'Antiquité et ses préceptes font un retour remarqué dans les idées et les ateliers d'art.

Au fur et à mesure des découvertes archéologiques se multiplient les figures de jeunes hommes d'abord androgynes comme le David de Donatello (1443) puis tout en force, à la façon du Laocoon et de l'Hercule Farnèse (retrouvé en 1506 et 1546). L'amélioration des connaissances en anatomie, associée à la théorie des proportions en cours depuis le XVe, donne une nouvelle apparence aux représentations masculines.

nu15-neptune.jpg

l'exemple de Michel-Ange, les peintres qui adoptent la «manière terrible» (terribilità) aiment à faire ressortir la force de leurs modèles en mettant en valeur la musculature de leurs personnages, y compris du Christ.

À l'opposé, Raphaël et ses acolytes optent pour des corps à l'apparence «modérée» (dolce).

Cette divergence de vue aura par la suite tendance à s'atténuer, les tenants de l'académisme du XVIIe siècle mettant tout le monde d'accord avec leurs bergers aux muscles discrets.

http://www.herodote....&ID_dossier=419

Modifié par January
  • Like 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité 1107tang
Invité 1107tang Invités 0 message
Posté(e)

Je trouve le corps de la femme plus beau que celui de l'homme. Et l'homme et représenter toujours avec une certaines musculature ce qui n'est pas le plus naturel, ce n'est la le corps de l'homme classique qui est représenté, mais un idéal du corps masculin alors que la femme est représenté comme elle est naturellement. Ce qui sous entadn que la femme est naturellement belle et que l'homme doit le devenir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nietzsche.junior
Invité nietzsche.junior Invités 0 message
Posté(e)

tient january kado

j avais été voir cet expo

98977-exposition-masculin-masculin-au-musee-d-orsay-3.jpg

Le Musée d'Orsay présente l'exposition Masculin/Masculin du 24 Septembre 2013 au 2 Janvier 2014 : consacrée à la figure masculine nue dans l'art des XIXème et XXème siècles, l'exposition s'attarde à dévoiler les codes esthétiques en place. Des canons classiques aux œuvres contemporaines laissant place à la faiblesse du corps, le Musée d'Orsay nous invite à découvrir un corps peu révélé dans l'art !

pour adulte bien sur ... :)

Modifié par nietzsche.junior
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lucdf Membre 3 495 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le corps masculin n'est ni plus beau ni moins beau que celui de la femme, il est différent. Après, c'est une question de goûts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Théia VIP 11 787 messages
Θεία‚ 124ans
Posté(e)

Juste pour le plaisir, "David" de Michel Ange, sous un angle peu habituel.

098.JPG

david_michel_angelo_mano.jpg

michelange-david.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité