Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Appauvrir les gens ordinaires mène toujours au désastre économique


Messages recommandés

economic dream Membre 3028 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

Bonjour à tous,

Nous avons vraiment un problème dans la redistribution de la richesse : le PIB augmente de manière exponentielle ( meme lorsque la croissance est faible) tandis que les salaires stagnent.

La redistribution de la richesse en Grande-Bretagne est bel et bien le contre-exemple de ce qu'il faudrait.

"L'écrasement des gens ordinaires conduit toujours au désastre.

> Prem Sikka - publié le 6 mai 2012

Le transfert de richesses des travailleurs aux entreprises n'est nulle part aussi grande que la Grande-Bretagne. Opinion de Prem Sikka

L'économie britannique est en train de mourir, la chômage progresse et environ 13,2 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Construire une économie durable est plus éloigné que jamais. Le facteur commun de ces sombres statistiques, c'est que le pouvoir d'achat des citoyens est sérieusement érodée et sans moyens suffisants les personnes ne peuvent pas acheter des biens et services fournis par les compagnies .

Les Britanniques produit intérieur brut (PIB) est passée de livres 621miljard en 1976 à environ £ un milliard 1.500 livres maintenant, mais la part qui revient aux travailleurs sous forme de salaires et traitements ont diminué. En 1976 a été le montant des salaires et traitements pour les travailleurs britanniques 65,1% du PIB. À la fin de l'année 2011 était d'environ 54%.

Cette baisse est sans précédent dans les autres économies développées. Beaucoup de gens sont maintenant confrontés gel des salaires et la perte des droits à la pension, la proportion de travailleurs dans la richesse nationale sera toujours tomber au-dessous de 50% du PIB.

Les chiffres ci-dessus ne sont pas tout, car une part disproportionnée du gâteau part chez une petite élite ultra-riche . Une étude menée par la «Fondation résolution», a souligné qu'en 1977, pour 100 livres de PIB, les salariés pauvres reçoivent 16 livres. Mais en 2010, cette redistribution de la richesse a été ramené à 12 livres, et si vous retirez les bonus alors 'il reçoit seulement £ 10. En revanche, la part de la tranche supérieure des 10% des salariés les mieux payés a progressé de12 livres par 100 livres de PIB à 14 livres, et tenant compte des bonifications, est passé à 16 livres.

En principe, l l'Etat peut protéger le pouvoir d'achat des ménages à revenu faible et moyen grâce à la redistribution , mais cette possibilité est limitée par la baisse des recettes fiscales. En 1981, les recettes fiscales valaient 45 % du PIB et en 2011-2012, ce pourcentage a chuté à 37,8% ..

Eh bien, où est allé la richesse nationale ? Eh ben elle a été transférée des employés et de l'État vers des sociétés et leurs actionnaires. Dans le milieu des années 70, le taux moyen de rentabilité avant intérêts et impôts sur le coût de remplacement de 3,9%. Maintenant, en dépit de l'une des plus profondes récessions, il est en moyenne de 11 à 12%.

L'origine de cette situation désastreuse se trouve dans la politique des années quatre-vingt et nonante. Le chômage massif et les attaques dirigées par le gouvernement contre les syndicats ont eu pour conséquence que la part des travailleurs dans le bien-être national a diminué.

La syndicalisation britannique actuelle est de 26,65% et est nettement inférieure aux 69,2% en Finlande, et est de 68.4 % en Suède , 66,6% au Danemark et 54,4% en Norvège. Contrairement aux pays scandinaves, les travailleurs britanniques et les syndicats ne peuvent pas élire les administrateurs et ils ne peuvent pas prendre des dispositions pour la gouvernance d'entreprise , donc ils n'étaient pas en mesure d'augmenter la part de travailleurs dans la richesse nationale afin de protéger le pouvoir d'achat de ceux-ci .

La disparition de la production industrielle a conduit à la disparition d'emplois raisonnablement bien rémunérés pour les travailleurs peu qualifiés et non qualifiés. Ces emplois sont remplacés par moins d'emplois bien rémunérés dans la fonction. Les privatisations et l'externalisation du travail a contribué à la baisse des salaires.

Les gouvernements successifs ont satisfait avec réductions d'impôt les entreprises et les élites riches . Le taux d'imposition des sociétés de 52% sur le bénéfice en 1982 a baissé et le niveau le plus bas jamais atteint sera de 22% en Avril 2014. Le taux marginal de l'impôt sur le revenu a chuté de 83% plus une surtaxe de 15% sur les revenus de placement en 1978-79, à 45% aujourd'hui. Au lieu de s'attaquer à l'évasion fiscale fait organisé, les gouvernements successifs ont augmenté les taxes décalés d'impôts sur le compte du travail, de consommation et d'épargne, comme en témoignent les primes d'assurance plus élevées , plus la TVA et ne pas suivre le rythme de l'inflation des abattements personnels en franchise d'impôt . Le résultat est que les ménages de revenus les plus faibles de 20% paient déjà 35,5% de leur revenu brut en impôts directs et indirects, comparativement à seulement 33,7% pour les 20% des revenus plus élevés ..Pour dire simple, les pauvres sont plus taxés que les cadres.

Le transfert massif de richesse est camouflé par une rhétorique du gouvernement sur la nécessité d'une reconstruction de l'économie et maîtrise de l'inflation. Voici quelques réflexions de Sir Alan Budd, un conseiller économique clé pour le gouvernement Thatcher: «Ma préoccupation est ... qu'il ya des gens qui ont décidé les politiques actuelles politiques ... qui n'ont jamais cru que c'est la bonne façon de contrer l'inflation . Cette politique politique les a quand même parce que c'est une façon très, très utile pour augmenter le chômage , l'augmentation du chômage était une manière très souhaitable pour exploiter la puissance de la classe ouvrière et de l'affaiblir - si vous êtes dans les termes marxistes c'est une crise du capitalisme qui crée une armée de réserve de main-d'œuvre pas cher pour permettre des profits plus élevés. "Dans son analyse de l'effondrement de Wall Street de 1929 et la dépression économique qui a suivi, l'économiste libéral John Kenneth Galbraith a appelé la mauvaise redistribution de la richesse la principale cause de la crise. Une fois de plus l'histoire se répète. Il est difficile de gouvernement a constaté que la proportion de salariés dans le PIB augmentera. Malgré le crash du secteur bancaire, ce n'est pas une si brillante idée du gouvernement britannique pour la reprise économique d'ici à 2015 de vouloir accroître l'endettement personnel des gens ordinaires de plus de 1.500 milliards à 2.120 milliards de livres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
economic dream Membre 3028 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

On se sortira pas de cette crise sans redistribuer la richesse.

On a beau produire comme on veut, si les salaires n'augmentent pas et rattrapent un retard de quelques décennies, la consommation restera faible or l'Europe se remettra de la crise uniquement en relançant la consommation nationale.

Depuis 30 ans, nous assistons à des réformes néolibérales qui ont fait stagner les salaires, diminuer l’impôt sur les bénéfices des sociétés, faire exploser l'endettement personnel des gens et augmenter les dividendes. Sans oublier, la réduction de l'imposition des classes les + aisées, ce qui aggrave les inégalités.

Il faut sortir de cette logique. Roosevelt en son temps a relevé l'imposition sur les hauts revenus jusqu'à 95 % et l'effet a été une réduction des inégalités pendant quelques décennies.

La productivité augmente chaque année tandis que le pouvoir d'achat des salariés stagne depuis des années.

Il est temps de mettre fin à cette injustice et de récompenser dûment ceux qui produisent la richesse.

Tout est lié:

La diminution de la masse salariale totale a augmenté l'endettement personnel ( dont les subprimes pour les salariés précaires), et aujourd'hui, lorsque les robinets du crédit se referment, la consommation diminue ce qui aggrave la crise et le peuple se retrouve endetté.

Quelques graphiques:

.repartition_richesses_1976_a_2006_m.jpg.repartition_Productivite_Salaires_m.jpg

Aux Etats-Unis:

productivity.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Upload d'images

    • Uploadfr est un service proposé par ForumFr, simple et gratuit, vous permettant d'héberger vos images. Si vous rencontrez le moindre soucis sur le forum, pour vos images, vous pouvez l'utiliser.
  • Nous vous invitons à découvrir les centaines de milliers de sujets existants sur LE Forum - n'hésitez pas à y participer ! L'inscription, gratuite, permet également de diminuer le nombre d'affichage de publicités. Pour cela, inscrivez-vous, ou connectez-vous.

    Bienvenue sur Forum Fr !

  • FFr Mag' 2.0

×