Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

L'effet de levier en bourse pour les nuls


Messages recommandés

economic dream Membre 3028 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

Bonjour à tous,

Voilà je vous propose un article pour comprendre l'effet de levier en Bourse, sachant que c'est quelque chose de très fréquent en Bourse et qui aggrave fortement l'effet d'une crise.

"

Bourse : qu’est qu’un effet de levier ?

Lundi 12 septembre 2011 Effet de levier : définition

Depuis la crise des subprimes de 2007 et les déboires de l’ensemble des marchés financiers internationaux en 2008 et plus récemment cet été autour de la question de la dette des Etats, une vraie réflexion c’est amorcée sur la spéculation boursière.

Si beaucoup d’observateurs s’accordent pour dire qu’il devient primordial de réguler les marchés financiers, beaucoup oublient de parler d’un élément crucial qui décuple les possibilités de la spéculation : l’effet de levier.

Le terme « effet de levier » appartient au langage classique de la science économique et se définit comme étant le fait d’acquérir du capital grâce à l’endettement. L’effet de levier à proprement parlé est la différence entre le bénéfice d’une société comparé à ses capitaux, c’est à dire l’écart entre la rentabilité économique et la rentabilité des capitaux propres.

En finance on appelle effet de levier, le fait de pouvoir investir une somme sur les marchés sans en avoir la totalité à sa disposition. Cette somme investie devra généralement être couverte à hauteur de 20 à 40% du montant total, mais peut dans certains cas être garantie par une contrepartie plus faible.

En effet, le Forex, marché sur lequel s’échange les monnaies du monde entier, utilise des effets de levier qui peuvent aller jusqu’à 400. En d’autres termes, sur le Forex, vous pouvez effectuer un investissement 400 fois supérieur à la somme que vous engagez pour acheter vos devises !

Effet de levier : comment ça marche ?

Prenons un exemple simple, vous disposez d’un compte-titres chez un courtier en ligne quelconque. Celui-ci vous propose pour l’achat de vos titres à la Bourse de Paris d’un effet de levier classique de 5. _Vous décidez d’investir 1000 euros en utilisant cet effet de levier 5. Dés lors, vous allez investir pour 5000 euros d’actions sur la place financière parisienne à partir de seulement 1000 euros.

Deux cas de figure peuvent alors se produire…..

Le premier correspond à la montée des cours sur les actions que vous avez acheté. Dans ce cas, vous pouvez revendre vos actions et empocher vos gains qui ont, de fait, été multiplié par 5 par rapport à votre investissement.

Le deuxième cas de figure est beaucoup moins réjouissant puisqu’il correspond à une baisse des cours. Dans ce cas, les pertes engrangées seront 5 fois supérieures par rapport à votre investissement initial. Si le montant de vos pertes n’est pas couvert par votre investissement (c’est à dire si vous perdez plus de 1000 euros dans notre exemple), votre courtier lancera un appel de marge, ce qui signifie que vous devrez rajouter les fonds nécessaires sur votre compte pour être à l’équilibre. Si vous ne le faites pas, le courtier revendra tout ou partie de vos autres titres pour combler le manque à gagner. Si malheureusement vous n’avez pas d’autres titres, votre courtier aura recours aux autorités financières pour assurer son remboursement.

Pour éviter ce genre de situation, on utilise souvent (certains courtiers l’obligent) des ordres stop. Ces ordres ont pour fonction de fermer automatiquement votre position sur un titre lorsque son cours atteint un certain seuil. Pour vous protéger de pertes trop importantes vous pouvez donc définir un taux plancher à partir duquel vos actions seront revendues. De la même manière vous pouvez aussi fixer un plafond pour sécuriser vos gains.

Effet de levier : le catalyseur des effet pervers de la Bourse ?

Si les effets de levier permettent d’empocher de gros gains, ils peuvent aussi être dangereux car ils décuplent les pertes, mais, ce n’est pas ce qui en fait un véritable « catalyseur » des effets pervers de la bourse.

Ce qui pose problème, c’est l’idée même d’effet de levier. En effet, en permettant à des investisseurs d’effectuer de la spéculation à effet de levier, on gonfle virtuellement les sommes d’argent qui sont échangées sur les marchés financiers.

De fait, les volumes d’échanges sont beaucoup plus importants qu’ils ne devraient être et les mouvements à la hausse ou à la baisse sont accentués. Car tout n’est pas histoire de proportion, et lorsque vous achetez 500 titres au lieu de 100 grâce à un effet de levier, vous n’influez pas de la même manière sur les cours boursiers.

Rapporté aux sommes astronomiques qui s’échangent chaque jour sur les Bourses du monde entier, l’impact est énorme. De plus, les investissements à très gros effet de levier sont généralement utilisés par des professionnels qui ont à leur disposition des moyens beaucoup plus conséquent et dopent d’autant plus les volumes d’échange.

Ainsi, si l’effet de levier n’est pas directement une cause des effets pervers de la Bourse, il en est clairement un accélérateur, et une régulation des marchés financiers passera aussi par une régulation sur l’endettement pour investir."

Peu avant la crise, des fonds d'investissements américains pouvaient ainsi jouer en Bourse 36 dollars avec un 1 dollar qu'ils possèdent vraiment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité ocxoone
Invité ocxoone Invités 0 message
Posté(e)

Ayant fait un peu de traiding sur Avafx en virtuel, l'effet levier est quand même très pervers, comme tu le dit dans ton message, très avantageux quand tu gagne, mais dès que tu commence a perdre ..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
economic dream Membre 3028 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

Lorsque tu perds un peu d'argent, ce n'est pas si grave(sauf pour toi ;) ).

Par contre, si Lehman Brothers est pris au piège, là le problème a des répercussions sur l'économie entière.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Pour Lehman Brothers, je te rappelle que cette banque a été délibérément abandonnée à son sort : la faillite c'était "l'exemple". C'est d'abord un réglement de compte avant d'être une faillite à cause de la spéculation...

Ps : Et je ne vais pas m'apitoyer sur son sort...:) seulement déplorer que ce soit si peu relativiser dans le monde financier jusqu'à la paralysie des prêts interbancaires.

Que d'autres groupes soient en faillite aussi et qu'on active les CDS (banques d'affaires : assurances), je trouve aussi qu'après avoir jouer avec le feu et ruiner des milliers voir des millions de gens, il faut payer les dégats des incendies qu'ils ont provoqués. Bref qu'ils aillent au diable.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
economic dream Membre 3028 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

Certains murmurent qu'on a laissé Lehman Brothers faire faillite pour que Goldman Sachs en profite.

Il faut savoir que l'administration Bush était proche de Goldman Sachs ( Hank Paulson, secrétaire d'Etat a laissé faire Lehman couler).

L'hypothèse est plausible dans le sens où Goldman Sachs ( à qui l'Etat américain a donné des milliards) a très bien profité de la crise et détenait presque un monopole dans le secteur des banques d'affaires car les autres étaient au tapis.

Je suis mitigé quant à l'idée de laisser faire les banques faillite.

Le cas islandais montre que cela peut-être positif ( l'Etat islandais s'est relativement peu endetté et l'économie n'a pas coulée) mais ici l'épargne détenue à la banque était en majeure partie étrangère et le déficit de cette banque (Kaugfting en l'occurence je crois) était trop important pour l'Etat islandais.

Un autre cas, c'est les USA en 1929 lorsqu'on a laissé faire les banques faillite ce qui a crée un immense mouvement de panique et qui a détruit l'épargne des classes moyennes et qui a bloqué le crédit pendant quelques années ce qui a aggravé la crise.

Ca il faut éviter à tout prix.

Alors pour moi le meilleur moyen de montrer l'exemple dans ce cas, c'est de nationaliser la banque en rénumérant moins( en dollars/action bien sur) les grands actionnaires qui sont responsables de la mauvaise gestion que les petits actionnaires, des bons pères de famille victimes du système financier.

Et aussi d'obliger les dirigeants à rembourser leurs bonus et une partie de leur salaire des 5 dernières années à l'Etat pour réparer la faute que subit la collectivité. En plus de cela, il faut les punir en justice.

Mais bon, en général, je suis pour la nationalisation pure et simple du système bancaire et du crédit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)
Je suis mitigé quant à l'idée de laisser faire les banques faillite.

Le cas islandais montre que cela peut-être positif ( l'Etat islandais s'est relativement peu endetté et l'économie n'a pas coulée)

L'Etat islandais n'avait pas le choix ! revois un peu l'histoire ! s'il avait sauvé les banques l'Etat était en faillite !

Pour Lehman Brother revois aussi l'histoire et surtout celle de son patron...

Alors pour moi le meilleur moyen de montrer l'exemple dans ce cas, c'est de nationaliser la banque

En France qui sont les banquiers ? quels rapports avec les politiques ? tu veux bien te renseigner un peu stup ! tu vas halluciner certes, mais spa grave, au moins tu sauras.

Nationaliser... j'rigole...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×