Aller au contenu

Et de trois : après la Bolivie et l’Équateur, le Venezuela quitte le CIRDI


Messages recommandés

carnifex Membre 5 601 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Et de trois : après la Bolivie et l’Équateur, le Venezuela quitte le CIRDI !

Cecile LAMARQUE

Le Venezuela a annoncé qu’il se retirait du CIRDI, le Centre international de règlement des différends liés à l’investissement. Cette décision de se retirer du CIRDI, prise également par la Bolivie et l’Équateur en 2007 et 2009 |1|, a été officialisée le 24 janvier 2012 dans une lettre envoyée par le gouvernement vénézuélien à la Banque mondiale.

Le CIRDI est un organe d’arbitrage créé en 1966 pour trancher les litiges entre les transnationales et les États. Aujourd’hui, 147 États reconnaissent sa compétence en cas de litige avec des transnationales. Le Venezuela a adhéré au CIRDI en 1993. Ce tribunal, qui est une composante du groupe Banque mondiale, est majoritairement saisi par les multinationales pour réclamer des indemnisations et compensations lorsque l’État prend des mesures qui « privent l’investisseur des bénéfices qu’il pourrait raisonnablement espérer » ou qui pourraient s’apparenter à une « expropriation indirecte ». Il suffit qu’un parlement adopte une mesure (comme une loi environnementale ou une loi augmentant les impôts sur les sociétés) qui va à l’encontre des intérêts des transnationales pour que l’État soit sanctionné par ces arbitres internationaux. Par exemple, en 1996 l’entreprise étasunienne Metalclad a poursuivi le gouvernement mexicain pour violation du chapitre 11 de l’ALENA quand le gouvernement de San Luis Potosi a interdit à ladite entreprise d’ouvrir un dépôt de produits toxiques. Le non-octroi du permis d’ouvrir une décharge fut considéré comme un acte d’« expropriation » et le gouvernement mexicain a dû payer à Metalclad une indemnisation de 16,7 millions de dollars |2|. Plus récemment, en 2007, le gouvernement équatorien a annoncé que les entreprises pétrolières qui opèrent dans le pays devaient verser une plus grande partie de leurs revenus à l’Etat |3|. Les entreprises Murphy Oil (USA), Perenco (France) et Conoco-Philips (USA) ont alors porté plainte devant le CIRDI pour expropriation. Ces deux affaires sont loin d’être des cas isolés. Le problème fondamental est que le CIRDI offre l’impunité pour les transnationales et mine la souveraineté des Etats. Il était donc logique que le Venezuela réagisse en se retirant enfin du CIRDI.

Suite aux nationalisations dans plusieurs secteurs stratégiques (hydrocarbures, industrie alimentaire, électricité, finances, télécommunications, etc.), le gouvernement vénézuélien affronte, principalement devant le CIRDI, une vingtaine de plaintes de multinationales qui exigent des indemnisations colossales. Après plusieurs annonces sans suite, c’est le litige avec la pétrolière étasunienne Exxon qui a décidé le Venezuela à quitter le CIRDI |4|. Dès lors, la décision du Venezuela de sortir du CIRDI marque un pas plus affirmé vers une reconquête de sa souveraineté.

[…]

Cécile Lamarque

http://www.cadtm.org/Et-de-trois-apres-la-Bolivie-et-l

http://www.legrandsoir.info/et-de-trois-apres-la-bolivie-et-l-equateur-le-venezuela-quitte-le-cirdi.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
economic dream Membre 3 028 messages
Forumeur alchimiste‚ 24ans
Posté(e)

Assurément une bonne décision pour se protéger contre les multinationales qui n'ont qu'à accepter la volonté populaire.

Chavez a été élu démocratiquement et donc il faut respecter ce pour le peuple a voté.

Autrement dit, respecter la démocratie tout simplement et la souveraineté populaire.

Plus de pays devraient sortir de tous ces organes néolibéraux internationaux.

Je ne sais pas si le Venezuela a déjà quitté le FMI et la BM.

Le sais-tu?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
carnifex Membre 5 601 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Il me semble bien que le Venezuela, comme l’Argentine, a réduit sa dette publique et a cessé d’emprunter au FMI.

En fait, compte tenu de la politique qu’il mène en matière de nationalisations et de programmes sociaux, ces organismes auraient de toute façon refusé de lui prêter de l’argent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation