Si vos yeux ont un coeur ils auront pitié du mien


Leonard Liverne Invité 2 messages
Baby Forumeur‚ 27ans
Posté(e)

Bonsoir à tous !

Vous êtes le dernier recours en date du problème qui traumatise en ce moment mon esprit d'initiative vis-à-vis des femmes, et j'espère qu'au hasard d'une de vos réponses, le miracle d'une lumière me permettra de sortir de mon actuelle stagnation sentimentale.

Voilà mon problème : je ne saisis plus ce qu'est l'amour, je ne connais plus, je ne le sais plus. Vraiment, la chose me semble étrangère et lointaine ; je n'ai été amoureux qu'une fois, au sortir du lycée il y près de trois ans, et depuis cette expérience (un échec), je n'ai plus jamais éprouvé la certitude d'être amoureux.

Avec le temps, les impressions se sont dissipés, les souvenirs estompés, et je me retrouve dans cette situation désagréable : ne pas savoir comment déterminer si je suis amoureux ou non. Deux femmes me plaisent - et je suis à peu près certain que c'est réciproque - mais je n'arrive pas à me résoudre à m'essayer avec elles à une nouvelle relation pour l'ennuyeux motif que je suis incapable de dire si je suis amoureux de l'une d'elles ou juste vaguement entiché (auquel cas, je préfère ne rien faire).

D'où ma question : à quels signes suis-je censé reconnaitre que je suis amoureux ? Plus spécifiquement, dois-je considérer comme un facteur décisif du sentiment amoureux le fait d'être saisi (pour parler en termes clichés) d'une chaleur vibrante au corps lorsque je vois l'une ou l'autre de ces deux femmes ? (je pose la question parce que je me souviens que cette chaleur ne me quittait pas à l'époque où je me savais amoureux, mais je ne l'ai pas retrouvée depuis et cela me bloque, me paralyse, me castre, etc...).

Voilà, voilà, chapeaux bas et sortez les lapins : toute réponse sera la bienvenue au point stérile où j'en suis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité croissant
Invité croissant Invités 0 message
Posté(e)

En tout cas fort jolie plume Leonard, j'apprécie la qualité de votre prose :-))

Comment sait on qu'on est amoureux, pour moi l'amour est vaste, je peux aimer regarder la mer et ressentir une forme d'exaltation devant cette masse mouvante et vivante, je peux aimer une amie et même parfois ressentir de la jalousie quand elle s'intéresse plus à son nouveau petit ami, qu'à moi, je peux aimer mes chats et craindre pour leur santé, je peux aimer mon père et en même temps le haïr, je peux...je peux aimer un homme à un instant t, et plus le lendemain...

L'amour est à multifacettes, mutiformes, multireprésentions, l'amour est subjectif selon pleins de critère, âge, expériences, vécu, lectures, rencontres, drames, joies, santé psychique ou physique...

Pas de règles, pas de lois, pas de science infuse pour l'amour!

Ah, je vous entends vous plaindre, je ne fais point avancer le schlimbick, l'amour, tout comme la mort... est et demeure un grand mystère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JM Membre 640 messages
Forumeur forcené‚ 43ans
Posté(e)
Vous êtes le dernier recours en date du problème qui traumatise en ce moment mon esprit d'initiative vis-à-vis des femmes, et j'espère qu'au hasard d'une de vos réponses, le miracle d'une lumière me permettra de sortir de mon actuelle stagnation sentimentale.
Eh là, c'est quoi ce pessimisme! Comme dit le proverbe "Rome ne s'est pas faite en un jour". Ce que tu appelles stagnation sentimentale pourrait être l'incarnation de beaucoup de choses, comme par exemple le fait d'avoir connu des parents qui se sont déchirés après de nombreuses crises et de ne pas vouloir reproduire ce schéma. évidemment je ne connais pas ta vie, mais si c'est quelque chose comme ça, alors ta réflexion est plutôt saine, il me semble.

Le mode de vie actuel est plutôt de faire passer le paraître avant l'être et de ne pas vouloir attendre ne fut-ce qu'une seconde. Et pour beaucoup de garçons, s'afficher avec une belle nana et une belle voiture est la seule façon de vivre, la seule façon d'exalter la "mâle-itude" qui rendra les autres mâles verts de jalousie et qui montrera à quel point on réussit bien ses vies sentimentale et sociale. C'est paradoxal, on dirait que plus l'espérance de vie s'allonge, plus on veut tout, tout de suite.

Mais ce qui correspond à une grande partie - je crois - des jeunes d'aujourd'hui n'est pas forcément la meilleure façon de vivre ni celle qui corresponde à tout le monde. Si ce n'est pas comme ça que tu envisages de vivre, ça ne fait pas de toi un extra-terrestre.

Voilà mon problème : je ne saisis plus ce qu'est l'amour, je ne connais plus, je ne le sais plus. Vraiment, la chose me semble étrangère et lointaine ; je n'ai été amoureux qu'une fois, au sortir du lycée il y près de trois ans, et depuis cette expérience (un échec), je n'ai plus jamais éprouvé la certitude d'être amoureux.
Sorti du lycée depuis 3 ans? Tu me sembles bien jeune pour tirer des conclusions quant à ta vie sentimentale, non? C'est un peu bateau, j'en conviens, mais c'est pourtant vrai: tu as toute ta vie devant toi.

En me basant sur l'expérience de ma loooongue vie, je dirais que quand quelqu'un, garçon ou fille, ne "peut" plus être amoureux, c'est que souvent cette personne n'a pas fait le deuil de son amour précédent. Est-ce le cas?

Avec le temps, les impressions se sont dissipés, les souvenirs estompés, et je me retrouve dans cette situation désagréable : ne pas savoir comment déterminer si je suis amoureux ou non. Deux femmes me plaisent - et je suis à peu près certain que c'est réciproque - mais je n'arrive pas à me résoudre à m'essayer avec elles à une nouvelle relation pour l'ennuyeux motif que je suis incapable de dire si je suis amoureux de l'une d'elles ou juste vaguement entiché (auquel cas, je préfère ne rien faire).
Ben dis donc, si 2 femmes te plaisent et que ce sentiments est réciproque, tu n'es pas tant que ça à plaindre, me semble-t-il... Je crois que beaucoup aimeraient être dans ta situation :yahoo:

Tu as l'air de te poser beaucoup de questions existentielles. Réfléchir, c'est bien mais vouloir être sûr à 100% avant d'agir, c'est un frein qui risque de t'empêcher d'avancer pendant toute ta vie et de te laisser le goût amer du remord de n'avoir même pas essayé... "L'appétit vient en mangeant" (j'aime bien les proverbes), ce n'est qu'en te "frottant" à l'une de ces demoiselles que tu sauras si tu peux envisager quelque chose de sérieux avec elle.

Si tu veux te "réserver" à celle qui deviendra ta femme et éviter toutes les autres, pourquoi pas. Ce n'est plus très commun dans un monde où la religion n'impose plus ses dictats, mais après tout, ça semble assez louable. Seulement, tu risques d'attendre longtemps...

D'où ma question : à quels signes suis-je censé reconnaitre que je suis amoureux ? Plus spécifiquement, dois-je considérer comme un facteur décisif du sentiment amoureux le fait d'être saisi (pour parler en termes clichés) d'une chaleur vibrante au corps lorsque je vois l'une ou l'autre de ces deux femmes ? (je pose la question parce que je me souviens que cette chaleur ne me quittait pas à l'époque où je me savais amoureux, mais je ne l'ai pas retrouvée depuis et cela me bloque, me paralyse, me castre, etc...).
Je ne sais pas quoi répondre à ça. Je pense qu'il y a 2 familles de sentiments: ceux qui t'ont assailli dès le premier coup d'œil (le coup de foudre quoi) et qui t'ont empêché de prononcer une phrase cohérente de plus de 3 mots; et ceux qui sont venus avec le temps, en parlant, en discutant, en dansant, en se baladant dans la forêt ou sur la plage, en tentant de plaire, ... bref en vivant tout simplement, en essayant d'apprivoiser l'autre et d'être apprivoisé par celui ou celle-ci.

Je crois qu'en général, ces derniers sont plus profonds, ils ont mis plus de temps à naître et ont plus de chance de durer.

Je pense que tu sauras que tu es amoureux quand la personne te manquera aussitôt que tu la quittes, même pour une heure.

Je voudrais conclure avec cette phrase sortie du film 'Le fabuleux destin d'Amélie Poulain': "Vous n'avez pas les os en verre, vous pouvez vous cogner à la vie".

Alors, si j'étais toi, je mettrais ce questionnement en pause pour quelques jours et j'inviterais celle des 2 qui te convient le mieux (je ne sais pas moi, disons la plus jolie) à boire un verre, en tout bien tout honneur cela va de soi. Si la conversation mène à quelque chose d'amusant ou de divertissant, tu auras sans doute envie de la revoir, par exemple, le lendemain dans un restaurant. Puis ailleurs.

Bonne chance.

Modifié par JM

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kaba Tsigat
Invité Kaba Tsigat Invités 0 message
Posté(e)

Soyons clairs ; je ne parle pas de l'amour par projection, qui consiste simplement à jouïr des qualités que l'on n'a pas soi-même et que l'on admire en l'autre voire, dans la forme la plus pauvre, à avoir trouvé celui ou celle qui fait exister le phantasme que l'on a de soi...

L'autre n'est pas une liste de qualités ou de défauts ; il ou elle est, c'est tout. Sa présence a des effets euphorisants, la vie semble avoir plus de sens - ou moins, mais bizarrement ça n'a plus aucune importance. Par moments, on oublie qu'on est soi et pourtant dans ces moments-là, on se sentirait n'importe où chez soi. On se sent à sa place, on se sent bien, lié à tout et à rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
schown Membre 4 messages
Baby Forumeur‚ 33ans
Posté(e)

Bonsoir,

Je suis sans voie devant tant de jolie mot, moi je suis loin d'être poète mais je vais quand meme donner mon avis. Je pense que en amour il faut éviter de se poser des questions. Si tu te sens bien avec l'une ou l'autre de ses femmes et que tu pense tout le temp a elle.Si elle te fait vibrer et perdre ton soufle alors ne reflechi pas et fait ce que tu a envie de faire a l'instant present.Seul l'avenir te dira si vous etes fait l'un pour l'autre.

Voila mon avis sa aideras peut etre pas mais j'aurais essayer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 9 385 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonjour . je pense que tu à un " blocage " psycologique , suite à t ' on ècheque prècèdent ? je pense que tu doit rèagire , et te lançer à nouveau . l' amour ne se prèsente pas toujours sur un coup de foudre , parfois , il s',insinut lentement mais surement . qui ne tente rien , n' à rien . l 'amour , comme le parfum d 'une fleur dèlicate , titille les sens de sa voluptèe indècise mais parfois ènivrante et narcoise ,il s 'èchappe et revient sur la pointe des pieds , timide mais sincerre . alors ? et bien , un èchec n' est pas une dèfaite dèfinitive . ne rèflèchit pas trop , agit , la suite viendra naturellement . bonne journèe .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mimisoleil Membre 2 135 messages
Vivre l'instant... ‚ 54ans
Posté(e)

Et si tu te laissais aller à l'instant présent au lieu de faire des théories sur l'amour...

Se laisser aller tout simplement vers cette autre qui est là quelque part et que tu tiens à distance avec ta peur, tes mots, tes questions, tes doutes,...

L'amour ne se repère pas avec un détecteur de métaux même s'il est le métal le plus précieux... Celui qui vous forge un coeur et une âme à l'abri de tout sauf de son absence ou de son départ... :yahoo:

Quand tu aimeras, tu n'auras pas de questions à te poser... Puisque tu auras la réponse en toi...

Après encore faut-il qu'il soit partagé ? Je n'ai même pas pitié de toi :o° en ajoutant encore un doute à ton angoisse : oui, tu aimes déjà peut-être mais es-tu aimé en retour ? :rtfm:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ginamazone Membre 17 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Bonjour,

Qu'est ce que l'amour? C'est donner à l'autre ce que l'on ne peut s'offrir pour soi même. C'est devenir l'autre, c'est ne faire qu'une personne. Ne pas confondre amour physique où il n'y a pas besoin d'amour pour s'offrir à l'autre avec l'amour pur, l'amour sincère le seul et unique amour. Lorsque vous aurez rencontré votre autre, vous ne vous poserez pas de question. Cependant l'amour n'est qu'éphémère, il faut le cultiver et on ne peut le cultiver qu'à deux. Confiance, sincèrité quoiqu'il arrive. C'est çà l'amour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Espoir
Invité Espoir Invités 0 message
Posté(e)
Tu as l'air de te poser beaucoup de questions existentielles. Réfléchir, c'est bien mais vouloir être sûr à 100% avant d'agir, c'est un frein qui risque de t'empêcher d'avancer pendant toute ta vie et de te laisser le goût amer du remord de n'avoir même pas essayé... "L'appétit vient en mangeant" (j'aime bien les proverbes), ce n'est qu'en te "frottant" à l'une de ces demoiselles que tu sauras si tu peux envisager quelque chose de sérieux avec elle.

Si tu veux te "réserver" à celle qui deviendra ta femme et éviter toutes les autres, pourquoi pas. Ce n'est plus très commun dans un monde où la religion n'impose plus ses dictats, mais après tout, ça semble assez louable. Seulement, tu risques d'attendre longtemps...

:yahoo: Suis tout à fait, d'accord !

Des fois, il ne faut pas chercher à comprendre, juste foncer. Il n'y a pas de définition pour l'amour, ni de règle générale. Lorsque tu seras vraiment amoureux, tu ne te poseras pas toutes ces questions.

Ceci dit, si ces deux filles te plaisent, tu peux toujours chercher à les connaître un peu mieux, discuter ensemble, prendre un café ensemble... Après, seul l'avenir te dira si c'est possible d'envisager une relation avec l'une d'elles.

Bon courage !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité croissant
Invité croissant Invités 0 message
Posté(e)
Ne pas confondre amour physique où il n'y a pas besoin d'amour pour s'offrir à l'autre avec l'amour pur, l'amour sincère le seul et unique amour.

Alors là!!

Les bras m'en tombent...pas besoin d'amour pour s'offrir à l'autre avec l'amour physique, mais arrêtez de parler à la place de tout le monde!! c'est peut être votre cas, mais pas le mien!!

Je suis une femme, et je vais parler en mon nom, même pour un acte sexuel d'un soir, j'ai besoin d'apprécier, d'aimer la personne avec qui je fais l'amour, je vais certes imaginer cet autre, le fantasmer, le connaissant mal...mais cette image je l'aime, vous me direz, comme c'est drôle, elle aime une chimère puisqu'elle ne connait pas encore cet autre, et alors!! je lui ouvre mon ventre réellement à cet autre, je l'accueille au plus profond de moi, je lui ouvre la porte, lui donne de la tendresse, c'est de la merde c'est ça, car je ne sais qui il est réellement encore!!

Et puis même après 20 ans de vie commune, connait on vraiment ce que renferme l'autre??

MERDE! MERDE!

Sachez messieurs que certaines femmes qui ouvrent leur sexe pour vous, vous offrent une partie de leur coeur aussi!!

En tout cas moi je le fais, sinon ce serai un viol!! pour moi!! si mon coeur n'était pas ouvert aussi!!

Pffff, l'amour PUUUUUR...PUR...pauvre :yahoo: !!!!!!

Modifié par croissant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Leonard Liverne Invité 2 messages
Baby Forumeur‚ 27ans
Posté(e)

Bonsoir à tous !

Autant de réponses données en si peu de temps déconcertent les modestes espérances que j'avais, mais il s'agit là d'une surprise d'un genre agréable puisque, après tout, le but que je poursuis est bien de réduire mon problème - par l'intersection heureuse de vos avis, certes chacun issus d'expériences différentes, mais relatifs à une réalité (l'amour) qui nous est commune à tous - au compromis d'un chemin suffisamment débroussaillé pour que je puisse le suivre sans avoir (trop) à craindre de mettre les pieds sur un piège à sentiment, et d'y sacrifier un peu de l'innocence d'une jeune femme vers qui je me serais faussement cru entraîné, ou, guère mieux, d'y perdre la mienne.

En bref, vos interventions rétrécissent le champ encore trop vaste et imprécis de mes interrogations à une zone plus claire et plus délimitée qui me permettra, je l'espère, d'aboutir à un aperçu plus net de mon problème et des solutions à lui apporter. Je vais donc vous répondre avec soin, merci quoiqu'il en soit d'avoir pris la peine d'en faire autant pour moi.

A Croissant : d'abord, merci pour le compliment. Ensuite, vos remarques sur l'amour comme chose protéiforme sont intéressantes sans intéresser mon problème puisqu'il concerne exclusivement le sentiment amoureux dans son sens "banal" de relation passionnelle avec une autre personne. Après, bien sûr, je ne suis pas assez fou me croire capable de légiférer sur les modalités de ce sentiment amoureux ; je voudrais juste savoir, pour chacun d'entre vous, à quels signes vous le reconnaissez.

A JM : 1)Pas de problèmes du côté de mes parents, enfin pas du genre de ceux que vous évoquez en tout cas. Pour ce qui est du "vouloir tout tout de suite", je ne suis pas vraiment dedans, et cela ne me donne pas pour autant l'impression carcérale d'une singularité rejetée, mais trois ans de néant amoureux, à mon âge, me semblent intolérablement long. Je me trompe, peut-être.

2) J'ai en effet encore toute la vie devant moi, et dieu merci, parce que je n'ai pas laissé grand chose derrière pour le moment. Cela dit, je ne peux pas juger de moi-même autrement qu'à l'échelle de ma propre expérience de la vie, aussi courte soit-elle pour le moment... En ce qui concerne cet amour déçu que j'ai évoqué, il m'a retenu longtemps, mais après confrontation avec la fille que j'aimais alors, j'ai été totalement libéré de son emprise. Je n'ai plus d'attaches pour elle.

3) Je ne suis p-e pas mal loti, mais mon problème est justement que je refuse de m'avancer vers l'une de ces deux femmes, ou quiconque d'autre, sous le simple prétexte qu'elles me "plaisent". Ce serait trivialiser le sentiment amoureux, le bafouer, badiner récréativement avec quelque chose que j'estime supérieurement. Je suis très vieux jeu là-dessus, je sais, ça ne me gêne pas outre-mesure, même si ça fait bien sûr de moi un célibataire régulier et, parfois, un frustré sexuel. Je veux pouvoir être un minimum persuadé de ressentir assez pour qu'il vaille le coup de me lancer, et pour ça je dois d'abord identifier les signes de ce "ressentir assez", que je ne connais plus, qui m'échappe. D'où mes questions ici.

J'aime bien le reste de votre réponse, qui avance que je dois renifler de plus près pour savoir si j'aime vraiment l'odeur. C'est peut-être tout simplement la réponse. Je la garde en mémoire, même si elle se heurte au détail suivants (que j'ai omis de mentionner) : j'ai la timidité des imbéciles qui voient toujours demain dans leur miroir parce qu'ils n'ont rien osé faire hier, et qui, du coup, ne font jamais rien aujourd'hui. C'est aussi pour ça que je cherche les... indices du sentiment amoureux, pour gagner assez d'assurance avant de me lancer.

Je ne tiens pas à me réserver pour la femme de ma vie, je conçois comme tout à fait possible de rencontrer, successivement, plusieurs "femmes de ma vie", même si je ne suis en théorie pas contre le fait qu'une suffise. Cet idéal ne me bloque pas, en tout cas.

4) Je peux me cogner à la vie, mais, ayant durablement blessé quelque par le passé en m'engageant trop vite, je n'ai pas envie de reproduire l'erreur. A ce niveau-là j'ai moins peur pour moi que pour l'éventuelle autre.

Si je ne trouve pas mieux, je me résoudrai à inviter l'une des deux à sortir sans sous-entendu quelconque, pour prendre la température de l'eau, vous avez sans doute raison, ça semble naturel, un compromis simple. Mais je suis borné, donc je préfèrerais être un peu plus sûr avant d'avancer, même d'un pas aussi petit.

A Kaba Tsigat : je me suis mal fait comprendre dans mon message, sans doute. Je ne cherche pas à trouver une définition objective de l'amour, ce serait bête, ça n'existe pas. Je ne cherche pas à savoir ce qu'est l'amour - qui présuppose une relation établie avec l'autre - mais ce qui caractérise son ébauche : le sentiment amoureux qui préexiste à l'amour partagé, qu'on a avant de s'engager avec l'autre, et qui rend digne de se lancer vers la personne en question. A quoi puis-je reconnaitre cette ébauche, comment, en gros, puis-je distinguer l'attirance amoureuse de l'attirance banale, hormonale, circonstancielle, qui n'a pas d'intérêt à mes yeux ? A rien de décisif, peut-être, je m'en rends mieux compte maintenant que je reformule la question... c'est une avancée en soi, je suppose.

A schown : je suis moi-même loin d'être poète et j'entends rester à bonne distance. Après, je sais bien que je me pose des questions dans un trop grand nombre et d'une manière trop pointilleuse, mais c'est l'un des traits de mon caractère que je suis incapable de changer : je suis naturellement poussé à l'introspection, utile ou pas.

A le merle : comme je l'ai écrit plus haut, je suis dans l'absolue certitude de ne pas être psychologiquement bloqué par cet "échec", dans le sens où la fille dont j'étais amoureux ne suscite plus rien en moi de tendre, sinon le souvenir de ce qu'elle avait réveillé en moi (ce qui ne m'empêche pas d'être un peu rongé par la hantise que cette expérience décevante où j'avais projeté tous mes espoirs d'intrépide lycéen n'ait définitivement traumatisé ma capacité à tomber amoureux, mais c'est une autre histoire...).

Je pourrais, comme vous le dites, agir et ne pas trop réfléchir, mais je me suis essayé plus tôt dans l'année (février-mars) à suivre cette logique, et elle m'a été de mauvais conseil. Maintenant, certes, un seul précédent n'a pas force de sentence sur l'avenir ; il reste tout de même dissuasif.

A mimisoleil : 1)Même chose qu'avant, je ne peux pas retirer l'introspection de l'équation, c'est une donnée inamovible de moi. Et encore une fois, je ne cherche pas tant à détecter l'amour qu'à distinguer les signes qui en préfigurent la possibilité et valident comme méritée l'audace de se dévoiler un peu à quelqu'un. Plus particulièrement, comme je le disais dans mon premier message, je voulais savoir si, chacun d'entre vous, dans les premiers souffles du sentiment amoureux, considèrent comme lieu de passage nécessaire cet espèce de transport physique, cette bizarrerie diffuse qui agite agréablement le ventre (et que je ne ressens justement, en ce moment, pas) ou s'il s'agit juste d'un détail accessoire qui ne vaut pas les tortures délibératives que je m'inflige.

2)N'étant ni Dieu, ni narrateur omniscient de la vie intérieure de mes éventuelles futures "conquêtes", je ne suis bien sûr pas certain d'être aimé en retour ; d'ailleurs ce ne serait pas drôle.

A ginamazone : je répète : je ne cherche pas à enfermer l'amour dans les carcans d'une définition, objective ou subjective.

Lorsque vous aurez rencontré votre autre, vous ne vous poserez pas de question
: oui, peut-être, du moins c'est le consensus général, mais j'ai du mal à croire à cette certitude immédiate de l'amour ; comme l'un des autres internautes le disait, je suis plus enclin à penser qu'une construction lente amène cette certitude. Mais ça n'aide pas mon problème, qui ne concerne pas l'amour, mais le sentiment amoureux dans ses premiers temps.

A Espoir : tout le monde a l'air de converger un peu vers ce conseil, mais j'ai le détestable entêtement de n'aimer m'élancer dans l'inconnu total qu'à condition d'y être seul impliqué.

A Croissant(bis) : je suis aussi obsolète que vous : coucher avec quelqu'un pour qui je n'éprouve pas de sentiment me ferait (ou m'a fait) l'effet d'une trahison, d'un désenchantement...

Voilà, voilà, j'ai du mettre une heure à écrire cette réponse mais cela en valait coup puisque ça m'aurait permis, en tout cas intérieurement, de mettre au clair certaines choses. Sentez-vous tout à fait libre de répondre à nouveau et de m'aider à rétrécir encore un peu le champ de mes interrogations.

J'espère que vous excuserez mon écriture un peu ampoulée ce soir, je sors de la lecture d'un auteur particulièrement compliqué dont le style semble avoir déteint (déteint, oui, il a hélas perdu ses couleurs au passage...) sur moi.

Merci encore pour vos réponses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kaba Tsigat
Invité Kaba Tsigat Invités 0 message
Posté(e)
A Kaba Tsigat : je me suis mal fait comprendre dans mon message, sans doute. Je ne cherche pas à trouver une définition objective de l'amour, ce serait bête, ça n'existe pas. Je ne cherche pas à savoir ce qu'est l'amour - qui présuppose une relation établie avec l'autre - mais ce qui caractérise son ébauche : le sentiment amoureux qui préexiste à l'amour partagé, qu'on a avant de s'engager avec l'autre, et qui rend digne de se lancer vers la personne en question. A quoi puis-je reconnaitre cette ébauche, comment, en gros, puis-je distinguer l'attirance amoureuse de l'attirance banale, hormonale, circonstancielle, qui n'a pas d'intérêt à mes yeux ? A rien de décisif, peut-être, je m'en rends mieux compte maintenant que je reformule la question... c'est une avancée en soi, je suppose.

Précisément, je n'ai pas particulièrement dressé de distinction entre relation construite ou ébauche de relation... Si vous voulez savoir si oui ou non vous êtes amoureux, demandez-vous ce que vous ressentez par la personne qui est. C'est confus parce que de courtes absences ne vous permettent pas de vous en rendre compte - dans ce cas ce n'est que du désir, ce qui n'a rien de sale, si ce désir est désintéressé, s'il ne se pose pas sur une personne par hasard, choisissant son objet en fonction des disponibilités du marché...

Votre vie a-t-elle changé depuis que vous avez rencontré l'une de ces deux personnes ? Les paysages se sont-ils peuplés de visages ? Vous sentez-vous plus libre ?

Si la réponse est non, vous n'aimez ni l'une ni l'autre.

Si la réponse est oui, essayez de vous séparer de l'une puis de l'autre. Ou bien tirez à pile ou face.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nonnina
Invité nonnina Invités 0 message
Posté(e)

bonsoir, je ne croyais pas qu'il pouvait exister encore des hommes dans ton genre!!!c'est très beau, mais, aussi, très compliqué...L'amour ne se commande pas, c'est d'abord l'attrait physique, et puis, après, il y a les affinités...Quelqu'un peut te plaire, puis te décevoir par la suite, compte-tenu de vos divergences...La majorité des hommes foncerait vers l'une, puis vers l'autre...toi, je crois que tu réfléchis trop...le désir ne se commande pas et surtout ne se raisonne pas!!!Si tu raisonnes autant, c'est certainement que ni l'une, ni l'autre ne te convient vraiment...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant