Jacques Chirac dos au mur


SolOo Membre 1 982 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Jacques_Chirac.jpg

Jacques Chirac dos au mur


Dimanche 05 Juin - 11:36

Désavoué par le non français à la Constitution européenne, le président Jacques Chirac a tenté de sauver la fin de son mandat en nommant un «gouvernement de combat», mais ses adversaires et la presse évoquent déjà le «crépuscule» d'un chef de l'Etat dont l'autorité vacille.


Après le «cataclysme» du référendum de dimanche, M. Chirac, qui bat des records d'impopularité, a joué une de ses dernières cartes en nommant mardi Premier ministre son fidèle lieutenant, Dominique de Villepin.Mais il a été contraint de l'associer à Nicolas Sarkozy, numéro deux du gouvernement et ministre de l'Intérieur, qui brigue ouvertement sa succession en 2007.

Ce choix ouvre une période d'incertitudes, tant le risque de conflits apparaît grand entre Dominique de Villepin, un aristocrate qui n'a jamais eu de mandat électif, entouré de ministres «chiraquiens», et Nicolas Sarkozy, 50 ans, homme le plus populaire à droite, qui a promis qu'il garderait sa «liberté de parole» et attend son heure. Les critiques pleuvent également sur le choix, annoncé jeudi, d'une équipe ministérielle resserrée autour des fidèles de M. Chirac. Le quotidien de gauche Libération évoquait, lui, un «ultime replâtrage d'une chiraquie à l'agonie».

Les adversaires du président, à droite comme à gauche, ont dénoncé une «bunkérisation» du pouvoir et évoqué un climat de fin de règne dans un pays où le référendum a révélé de profondes fractures sociales. Face à l'avalanche de critiques sur sa personne, le président Chirac, 72 ans, semblait n'avoir qu'un seul objectif immédiat: tenir. Au soir du 29 mai, Jacques Chirac, tendu et crispé, était apparu à la télévision pour une brève allocution.

D'une voix sourde, il avait pris acte de l'expression de la «souveraineté populaire»: un vote non à près de 55% et un terrible désaveu personnel. M. Chirac, qui a imposé le choix du référendum, s'était lancé dans une fin de campagne désespérée pour tenter d'infléchir les résultats quand il est apparu que le non allait l'emporter. Il est devenu le second chef d'Etat français à perdre un référendum, après Charles de Gaulle, en 1969, qui avait immédiatement démissionné, estimant rompu le lien qui le liait au peuple français. Mais le président Chirac avait exclu à l'avance de suivre cette voie.

SolOo!
Source: dhnet.be

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Logales Membre 2 601 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Dos au mur, mais il ne sait même pas avouer ses erreurs politiques ... EN même temps, il aurait pu choisir de faire voter le parlement, et le projet serait passé : il a au moins eu le courage de faire voter le peuple français...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
arcanes Membre 59 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)

pour avoir choisi de faire passer la constitution par referendum, c'est tout a son honneur. mais il a vite oublié a qui il devait son deuxieme mandat face au ce p***** de parti d'extreme droite! il n'a pas comprit la premiere fois....esperons qu'il comprenne cette fois ci, mais j'en doute.

Modifié par arcanes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nidouille Membre 3 883 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

Il n'a rien à comprendre, il s'accroche à son pouvoir sans tenir compte de ses erreurs et ce depuis des années

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant