Aller au contenu

Medecine Roumanie avec Bac ES


Messages recommandés

girlymama Membre 77 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)

Bonjour

tout est dit dans le titre :yahoo: Je voudrai faire médecine en Roumanie car je trouve le concours en France assez difficile et car j'ai un bac ES ( donc un peu moins de chance que les bacs S). Cependant je me demande si la médecine en Roumanie est faisable avec un bac ES? Pouvez vous me donner des renseignements concernant la médecine en Roumanie, comment y aller, comment ça se passe?

Merci!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Vertebre Membre 47 messages
Forumeur balbutiant‚ 33ans
Posté(e)

les écho qu'on en a en Belgique.

Pas de concours, une partie des cours en Français ou en anglais je sais plus.

Mais il est question de changer tout cela car la Roumanie en a marre de former des médecins qui vont inonder les autres pays et pas forcement son pays.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
CmoiC Membre+ 26321 messages
Pitbull le matin, ourse le soir‚ 42ans
Posté(e)

Sauf que .... de retour en France, ton diplome ne sera peut être pas homologué (et pour cause, il sera obtenu facilement par rapport à un diplome français). Ce qui permettra à l'état français de te refuser un exercice en libéral, de te sous payer en hopital et de ne jamais te fournir de poste fixe...

La précarité des médecins étrangers en France est un sujet un peu oublié.

7 000 médecins étrangers exercent en France dans des conditions extrêmement précaires. Près de la moitié d'entre eux viennent du continent africain. Sans eux, les hôpitaux hexagonaux, confrontés au manque cruel de personnel, seraient dans une situation catastrophique. Interview de Talal Annani, Président du syndicat des praticiens à diplôme hors Union Européenne. Par Fabienne Pinel

Très exactement 6 750 praticiens à diplôme hors Union Européenne (Padhue) exercent en France sans pouvoir jouir de la « plénitude d'exercice ». Un tiers de ces médecins viennent du Maghreb (16% du Maroc et de la Tunisie, et 14,3% d'Algérie), et 12,7% viennent d'Afrique noire. Ces médecins, en situation précaire, payés 3 fois moins qu'un médecin français, ne peuvent ni s'établir à leur compte, ni travailler dans un établissement privé, et voient leur évolution de carrière bloquée. Face à cette situation, le syndicat des Padhue, s'est mobilisé depuis plus de deux ans afin de permettre à ces médecins exerçant des métiers à hautes responsabilités, d'être enfin reconnus par les autorités françaises. Talal Annani, d'origine libanaise, est Président du SNPadhue. Arrivé en France en 1994, il a poursuivi durant cinq ans son internat en gynécologie obstétrique. Aujourd'hui, à bientôt 40 ans et de nationalité française, il a beaucoup de mal à accepter la précarité de la situation des Padhue.

Source

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
girlymama Membre 77 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)

Merci :yahoo:

Mais j'ai aussi une autre question: est-il possible de faire la première année en Roumanie puis de passer directement à la deuxième année en France? Ou bien faut-il obtenir le diplôme en Roumanie? Pour répondre à CmoiC, le diplôme Roumain est reconnu en France, donc nous ne sommes pas considérés comme médecins étrangers :rtfm:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité