[Texte court] Inoubliable Rencontre


geshunin Membre 66 messages
Forumeur en herbe‚ 32ans
Posté(e)

Bon, j'ai publié ce texte sur mon blog, mais comme tout le monde n'a pas eu la chance de le lire, je le mets également ici ^^

Comment définir le genre ?

Du cynico-romantique.

Voilà.

Je lui avais proposé de me rejoindre en gare de Val de Fontenay. Lieu de notre première rencontre, là où notre relation avait pris fin sans vraiment jamais débuter. Devais-je le regretter ? Je ne le saurai sans doute jamais, je suppose que c'est la vie, que je n'étais pas fait pour la rendre heureuse.

Elle avait paru enjouée lorsque je lui avais annoncé mon intention de la revoir, elle croyait sans doute que quelque chose serait possible entre nous, qu'elle pourrait tenter sa chance, que rien n'était perdu, que tôt ou tard, je reviendrais vers elle. Elle se berçait d'illusions, je n'avais pas du tout l'intention de me remettre avec elle, encore moins de céder à mes pulsions en l'embrassant.

Je lui avais dit qu'il fallait qu'on mette les choses au point, elle ne m'écoutait déjà plus, pensant à ces retrouvailles qu'elle espérait belles et tendres. Elle n'avait aucune raison d'y croire, j'avais pourtant été clair, nous n'étions plus que des amis, mais elle avait du mal à le comprendre quelquefois.

Trois jours plus tard, je patiente donc sur un banc de la gare, regardant les passagers du train monter et descendre, continuer leur petite vie tranquille comme si de rien n'était. Soudain, je la vois descendre les escaliers, venant vers moi l'air serein, un léger sourire aux lèvres. Me levant, je l'embrasse sur la joue histoire qu'il n'y ait pas d'ambiguïtés. Je constate qu'elle fait une moue dubitative, je viens de lui montrer avec autorité qu'elle ne doit rien attendre de cette rencontre. Je lui fais signe de s'asseoir sur le banc.

Je prends la parole, je n'ai pas envie de m'éterniser.

"Si je t'ai fait venir, c'est pour qu'une bonne fois pour toutes, on puisse s'expliquer. Je regrette que les choses se soient passées ainsi, mais il le fallait. Dorénavant, on n'est plus ensemble, et cela ne sert à rien d'espérer que ma petite amie me quitte, cela n'aura pas lieu, tu dois vivre comme si je n'existais pas, reprendre une vie normale. Tu dois oublier notre histoire, te convaincre que je ne t'aime plus et arrêter de te faire souffrir en y pensant. J'aime quelqu'une d'autre et je suis heureux avec elle, pour rien au monde je ne mettrai en péril mon couple. As-tu compris ?"

L'air contrit, sans doute attristée par ma froideur, triste que j'exprime si durement ce dont elle se doutait, elle hésite à répondre, elle détourne les yeux. Je sais qu'elle ne pleure pas, ça ne lui ressemblerait pas, mais je suis sûr qu'elle a mal. Me rapprochant d'elle, je la prends amicalement par les bras. Ce contact semble la rassurer, mais elle se mord les lèvres. Sans doute se dit-elle que tout ceci n'est que de l'amitié, hélas...

Lui prenant la main, je lui propose de nous lever et de marcher un peu sur le quai.

"Tu sais, après tout, si on est bien ensemble, pourquoi ne pas envisager de réessayer ?"

Soudain, ses yeux se mettent à briller. Elle semble avoir quelques difficultés à me croire sur parole. Qu'est-ce qui pourrait expliquer ce revirement ? M'arrêtant au bord du quai, je la fixe du regard, souriant à la vue de son visage qui semble reprendre des couleurs.

M'approchant des voies, je m'exclame.

"Oh, regarde, une souris !"

S'avançant au bord du quai, elle ne voit rien, semble assez incrédule. Elle tourne alors son visage vers moi, j'en profite aussitôt pour embrasser ses lèvres. étonnée, elle recule un peu, une expression indéfinissable sur son visage. Je suis persuadé que ça lui a plu, et je ne suis pas surpris lorsqu'à son tour elle se rapproche de moi pour déposer un baiser sur ma bouche.

Nous restons ainsi quelques instants enlacés lorsque je sens le souffle d'un train. Heureusement, il ne s'arrête pas en gare, il ralentira donc très peu en passant devant nous. En quelques secondes, je recule mon visage, lui sourit sincèrement, jette un regard derrière moi pour voir que le RER arrive à pleine vitesse, me retourne une dernière fois pour voir son visage, puis la pousse sur les voies, lisant l'expression d'effroi sur son visage.

Le bruit du choc est étouffé. Mais la vitesse à laquelle elle a été percutée me laisse penser qu'elle est morte sur le coup. M'éloignant du quai sans me presser, j'observe, amusé, la foule se masser à l'endroit où elle est tombée. Mon geste me rattrapera, mais à ce moment-même, je suis apaisé, et c'est le sourire aux lèvres que je retrouve la lumière de l'extérieur.

Source

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

lynda Membre 1 878 messages
euphorisant‚ 36ans
Posté(e)

heu ??? ;) c'est sensé être quoi ca ? enfin ...heu ... ;) j'ai pas trop envie de savoir en fait ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
demienze Membre 1 684 messages
Forumeur alchimiste‚ 35ans
Posté(e)

Un baiser avant de mourir?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nick7 Membre 182 messages
Forumeur inspiré‚ 45ans
Posté(e)

Sur un premier plan ça tire sur un casablanca, le truc romantique mais en second c'est plutôt de l'esprit torturé.

Sympa a lire quand même...est ce de la pure invention ? ou un truc réelement sordide sortie tout droit d'un fait divers ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
geshunin Membre 66 messages
Forumeur en herbe‚ 32ans
Posté(e)

Ahem.

C'est ce qu'on appelle un récit.

Ensuite, il y a beau avoir des faits véridiques, je ne vois pas de raison de croire en l'authenticité de l'événement décrit dans la narration.

M'enfin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
M4tthi3u Membre 78 messages
Forumeur en herbe‚ 31ans
Posté(e)

Sympa à lire

Choquant, on ne s'attend vraiment pas à ces retournements et ça me plait !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

C'est bien écrit, cela étant suffisamment rare pour être noté ; cela se lit de façon agréable et fluide. C'est assez amusant de voir qu'à chaque paragraphe un élément psychologique s'ajoute ou se modifie : l'on apprend au détour d'une phrase qu'elle n'était que maîtresse et non pas petite copine, le narrateur tergiverse et change d'avis en apparence, et finit par utiliser un moyen ¿ le démon de la perversité de Poe ¿ qui le détruira, mais qui l'aura apaisé l'espace de quelques secondes, le temps de savouré qu'il a bel et bien choisi la solution la plus horrible pour terminer toute cette histoire (car il ne termine pas que la vie de son ex-amante mais également la sienne et ce qu'il prétendait donc faussement vouloir sauver...). C'est cette surenchère dans le rebondissement, raconté d'une façon qui n'en fait pourtant pas trop, et qui se lit bien, que j'aime bien. J'espère lire d'autres de tes textes bientôt, surtout si cela s'avère être une caractéristique de ton style.

:blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant