Aller au contenu

La mort


Quasi-Modo

Messages recommandés

36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 456 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)

Puisque nous allons tous mourir et que nous le savons tous, pourquoi continuons nous à nous combattre les uns les autres? Pourquoi être aussi futiles comme se regarder dans le miroir et vérifier que nous sommes bien coiffés, pourquoi cette méfiance à l'égard des autres (p.ex. dans un train personne ne se mettra spontanément à côté d'une autre personne, sauf si il n'y a plus de place)?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
63ans Posté(e)
venus23H Membre 3 069 messages
Forumeur alchimiste‚ 63ans
Posté(e)

C'est bien mon avis! pourquoi? mais je crois que nous ne pensons pas que la mort va nous réunir tous à un instant donné.. nous réagissons au présent pour avancer.. (heureusement parfois car bonjour la déprime!) Dans le train comme tu décris on semble se placer ou l'espace nous le permet sans vouloir s'imposer je pense.. pas forcément de la méfiance pour autant.. enfin il me semble, que si je fais cela c'est parceque je peux ne pas réduire l'espace de celui qui y est déja.. (en plus ca craint de coller la personne si il a 4 places de libre a coté!) je plaisante bien sur.. Le fait de montrer de l'indifférence dans la vie pour ceux qu'on croise me parait être un autre problème plus tendant a l'éducation & au savoir vivre.. (les règles apprisent du style, "ne parles pas a un inconnu" ..par exemple) c'est plutot un réflexe imposé dés l'enfance et qui nous semble hélas si normal que si on adoptait une attitude différente il me semble qu'on imaginerait presque être dans la faute.. que les autres seraient "choqués"..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
25ans Posté(e)
Mysta' Membre 444 messages
Forumeur survitaminé‚ 25ans
Posté(e)

Sachant que nous devons être mort car nous sommes tous une chose vivante qui existe, ensuite ce n'est pas parce que l'on naît pour vivre et mourir après et que celà ne sert à rien. Exemple, un match de foot, ou quelque chose du genre, dure longtemps et finira par se terminer, les joueurs quittent le terrain, vous n'allez pas dire: "Oh mais ça a servi à rien ce match, puisque ça se termine." Non, car nous sommes nés pour briller, pour realiser tout ce qui est possible dans la vie...

Ensuite certains confondent entre: "vivre pour manger" et "manger pour vivre". Il faut manger pour vivre, c'est logique ? Alors toutes nos activités dependent aussi de la vie des autres mais aussi de la sienne.

Ce n'est pas parce que l'on va mourir que la vie ne sert à rien ! Il faudrait songer à arrêter de penser à la mort car plus on pense à la mort plus on s'en rapproche et moins on est heureux et moins on vit.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
109ans Posté(e)
IndieFox Membre 64 messages
Forumeur en herbe‚ 109ans
Posté(e)

Nous nous battons car nous ne pouvons accepter la notion de mort de notre vivant, c'est ce déni qui fait que l'on existe, que l'on construit familles, villes et projet. Nous sommes tous conscient que l'on va mourir mais on ne peut pas s'y projeter : essayez, imaginez vous le jours de vos PROPRES funérailles dans un cercueil et entouré de vous proches... Alors, dur dur non ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
63ans Posté(e)
venus23H Membre 3 069 messages
Forumeur alchimiste‚ 63ans
Posté(e)

Exact, on a tant envie de "faire" que l'espace d'une vie humaine tout semble si court! normal que le réflexe d'ignorer notre mort sur domine nos façons de de vivre.On est la pour quelqu'un ou quelque chose mais parfois on doute.. et notre mode de vie moderne n'améliore pas quelques fois, pour certains, l'éveil a nos consciences sur la raison d'exister .Toute cette puissance que l'on porte en nous et ce désir de créer.. alors que des limites énormes nous sont imposées.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 456 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)
Ce n'est pas parce que l'on va mourir que la vie ne sert à rien ! Il faudrait songer à arrêter de penser à la mort car plus on pense à la mort plus on s'en rapproche et moins on est heureux et moins on vit.

Au contraire, il faut apprivoiser la mort si on veut savoir vivre. C'est dans la conscience de nos limites que nait notre identité, et par extension, de la conscience de la mort qu'on appréhende notre propre vie. Sans conscience de la mort, il n'y aurait pas de présence à soi, et donc pas de bonheur possible. On vit avec la même sérénité que l'on arrive à envisager la mort.

Nous nous battons car nous ne pouvons accepter la notion de mort de notre vivant, c'est ce déni qui fait que l'on existe, que l'on construit familles, villes et projet. Nous sommes tous conscient que l'on va mourir mais on ne peut pas s'y projeter : essayez, imaginez vous le jours de vos PROPRES funérailles dans un cercueil et entouré de vous proches... Alors, dur dur non ?

Tiens, voilà un exercice qu'il faudrait pratiquer tous les matins. Pourquoi ne pourrait-on pas s'y projeter?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
27ans Posté(e)
Eponis Membre 51 messages
Forumeur en herbe‚ 27ans
Posté(e)
Il faudrait songer à arrêter de penser à la mort car plus on pense à la mort plus on s'en rapproche et moins on est heureux et moins on vit.

Personnellement, je ne pourrais vivre sainement sans me poser des questions métaphysiques et/ou paranoïaques. C'est impossible pour moi. Je passe la plupart de mon temps à me questionner, et je pense que c'est la nature humaine. On est les seuls êtres dotés de la réflexion et la conscience de la mort, et c'est un de nos traits les plus durs à cerner. Réflechir sur la mort, c'est fabuleux et en même temps très compliqué.

Je pense que nous vivons de cette manière (décrite au début par toi, Quasi Modo), car ce qui résume notre vie est tout simplement le confort. Nous recherchons le confort, par tous les moyens qui existent, et pour que notre vie se passe normalement. On adore la normalité. On n'se met pas àcôté des gens quand il y a d'autres places car "ça n'se fait pas" (cette phrase régit souvent notre vie), on évite au maximum de sortir des marges. On étudie dès le plus jeune âge pour être un minimum cultivé/intelligent, puis faire des études supplémentaires, puis pour trouver un boulot qui paye, pour avoir une vie confortable. On utilise les loisirs pour ne pas s'ennuyer, ne pas réfléchir trop longtemps, pour éviter de penser à la mort. Comme disait un philosophe, toutes nos occupations servent à combler le temps qui nous reste à vivre. Je n'pense pas que l'humanité ait un but sur Terre. Mais on ne peut savoir pourquoi on est là, où nous allons, et répondre à toutes les autres questions métahysiques. Prônons l'agnostisme, mais réfléchissons tout d'même, voilà mon credo.

Pourquoi ne pourrait-on pas s'y projeter?

Parce que l'Homme est incapable d'imaginer le néant, le rien. Comment imaginer rien ? A la limite, on imagine du noir. Mais le noir, c'est pas rien. Et étant donné qu'après la vie, nous ne sommes plus rien, comment se projeter dans une chose qui nous est inconcevable ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 456 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)

Il est vrai que la mort étant la fin de notre subjectivité, il faudrait déjà être hors de soi pour se représenter nos propres funérailles ; nous pouvons toutefois faire l'effort de nous visualiser physiquement dans le cercueil. Mais dire que la mort n'est rien, ça me paraît toujours un peu suspect ; si "rien" n'a pas de définition, alors comment pouvons-nous parler de la mort? Si on définissait le "rien", comment la mort ne serait-elle pas quelque chose?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
49ans Posté(e)
Carlo71 Membre 71 messages
Forumeur en herbe‚ 49ans
Posté(e)

Pourquoi meurt-on ? Simplement tout le monde doit mourir un jour car le premier couple humain à péché et donc tout le monde doit mourir un jour ou l'autre...

Mais après la mort, il y a de nouveau la vie... et de plus dans un paradis terrestre.

Pourquoi donc se faire du soucis... Après la mort... la vie eternelle :o°

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
RaYan56 Membre 24 messages
Forumeur balbutiant‚ 36ans
Posté(e)

salut tout l monde, sa doi etre simpa d avoir plein de certitude comme toi carlo. c'est rassurant et sa aide surment a mieu profiter de la vie. Ne voi la aucun prejuger de ma part. Mais qd meme parfoi je me demende si toute ces belle fable non pas eter inventer dans le seul but de maintenir l'ordre.. comme filer un calman au vache avent labatoir. j espair que tu a raison, mais si on me demendait "comment fair pour eviter l anarchie et tranquiliser l humaniter sur son sort" je pence que je chercherais a inventer une fable de ce genre...A default kil y est un vrai paradie apres la mort, essayon de sans crée meme un petit sur terre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
27ans Posté(e)
Eponis Membre 51 messages
Forumeur en herbe‚ 27ans
Posté(e)
si "rien" n'a pas de définition, alors comment pouvons-nous parler de la mort?

On peut en parler parce qu'on sait que ça existe. Mais on n'peut rien affirmer à son sujet (comme au sujet des religions) car rien n'est vérifiable par la raison et la science, ici. C'est ça l'agnostisme.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
36ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 15 456 messages
Chercheur de ciel‚ 36ans
Posté(e)

En fait nous ne connaissons que la mort de l'Autre. Ce que l'on observe c'est un retour à l'élément (Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière.) ainsi que la cessation des fonctions biologiques jugées vitales. Un tiens valant mieux que deux tu l'auras, alors même dans une perspective agnostique la vie est valorisée, au moins dans un premier temps. Mais il n'y a effectivement que deux possibilités : Il y a quelque chose après la mort, ou il n'y a rien après la mort. Comme dirait Pascal : "Il faut parier : Cela n'est pas volontaire, vous êtes embarqués."

L'agnostique ne peut pas avoir raison, de même qu'il ne peut avoir tort. Mais il faut bien un jour se décider entre la recherche du bonheur (religion/idéalisme) et la recherche de la liberté. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. L'agnostique ne résous la question qu'en oscillant entre une vision sectaire de la liberté, qui serait fondée sur un doute systématique ("Je sais que personne ne sait."), et un mouvement de recherche qu'on considérera comme perpétuel, lorsqu'on s'y complaît, ou temporaire, lorsqu'on veut en sortir. Cela revient respectivement, soit à renier toutes les conceptions possibles du transcendant (toutes prétendant à l'absolu et requérant donc l'adhésion dans leur principe), ce qui est, finalement, de l'athéisme, soit à vouloir questionner sans cesse les fondements de l'existence, rendant du même coup incohérent de faire un choix de vie plutôt qu'un autre. Il reste le dernier cas, dans lequel l'agnosticisme est adopté de façon involontaire, dans le doute méthodique d'un raisonnement à construire, mais rendant du même coup impossible la défense de ce points de vue.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×