Paroles de chansons

sadsky Membre 1 139 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonsoir

http://www.youtube.com/watch?v=f8A3B95czvM

LUKE - SE TAIRE

On est peut-être à court de haine

On est peut-être en bout de soi

Oublie que l'on est fiers

Admets la fin du combat

Pour tout ce qu'il y a de déjà mort

Pour tout ce qu'il y a eu de trop

Récupérons nos bouts de tords

Récupérons nos bouts de peau

Refrain :

On devrait pouvoir en rire

On devrait pouvoir se taire

On devrait pouvoir en rire

Recoller les bouts de chair

On est peut-être à court de sang

On est peut-être en fin d'artère

Les couteaux je te les rends

Je te laisse mes faux airs

Regarde-toi en avant

Regardons-nous en arrière

Si l'on avait été moins amants

On n'en serait que plus frères

On devrait pouvoir en rire

On devrait pouvoir se taire

On devrait pouvoir en rire

On n'en serait que plus frères

[Refrain]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

Goldman - Veiller tard

Les lueurs immobiles d'un jour qui s'achève

La plainte douloureuse d'un chien qui aboie

le silence inquiétant qui précède les rêves

quand le monde disparu, l'on est face à soi

Les frissons où l'amour et l'automne s'emmêlent

Le noir où s'engloutissent notre foi, nos lois

Cette inquiétude sourde qui coule dans nos veines

Qui nous saisit même après les plus grandes joies

Ces visages oubliés qui reviennent à la charge

Ces étreintes qu'en rêve on peut vivre 100 fois

Ces raisons-là qui font que nos raisons sont vaines

Ces choses au fond de nous qui nous font veiller tard

Ces paroles enfermées que l'on n'a pas pu dire

Ces regards insistants que l'on n'a pas compris

Ces appels évidents, ces lueurs tardives

Ces morsures aux regrets qui se livrent la nuit

Ces solitudes dignes du milieu des silences

Ces larmes si paisibles qui coulent inexpliquées

Ces ambitions passées mais auxquelles on repense

Comme un vieux coffre plein de vieux joués cassés

Ces liens que l'on sécrète et qui joignent les être

Ces désirs évadés qui nous feront aimer

Ces raisons-là qui font que nos raisons sont vaines

Ces choses au fond de nous qui nous font veiller tard...

Modifié par Cheyenne song

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JoGideon Membre 6 134 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Y'a Paris, la capitale, qui renifle son trou de bals,

Intra-muros c'est brillant, dehors c'est pour les paysans.

D'ailleurs s'il n'en restait qu'une, ce serait sûr'ment celle-là :

Qu'une aussi con que la lune et prétentieuse, comme il se doit.

Mais Paris, ça reste en France, les Français restent des Français,

Les chevilles en évidence, le nombril insatisfait !

é Rennes où il fait bon vivre, j'y ai vu - pardonnez-moi,

Des masses de foules ivres, des seringues plein les bras,

Un soir, une chose amusante, sur la route, croyez-moi :

La police qui plaisante d'un cadavre sur le toit.

Mais Rennes, ça reste en France, les Français restent des Français,

Des reins en convalescence, des poumons dans le regret.

Puis y'a Bordeaux la bourgeoise avec son grand cru classé

Que l'on déguste dans l'extase, dans les grands lieux new-yorkais

Qui indique à sa mémoire ce qui est bon, ce qui est mauvais :

Si pour Papon, c'est un trou noir, le Girondin c'est un succès.

Mais Bordeaux, ça reste en France, les Français restent des Français

Des trouillards de gauche en transe ou des cons de droite muets.

é Toulouse, la ville rose, peut-être sont-ils un peu chauvins ?

Quand ils jacassent pas du rose, ils te parlent des Toulousains,

Ils ont un patois bien sûr, qu'ils utilisent parfois,

Pour écrire sur les murs d'une usine : « Plus jamais ça ».

Mais Toulouse, ça reste en France, les Français restent des Français,

Des canards qui l'été dansent sur des rythmes « afro-laid ».

Puis il y a Marseille, celle qui a son port si charmant,

Sa Méditerranée belle, sa sardine et ses harengs.

Comme un tout petit village, un hameau ensoleillé,

Qui n'a qu'un désavantage : d'être rempli de Marseillais !

Mais Marseille, ça reste en France, les Français restent des Français,

Des grandes gueules à qui l'on pense, quand on veut avoir la paix.

Entre le Rhône et la Saône, il y a Lyon et ses reflets.

En banlieue, il y a sa zone, ses odeurs et ses rejets.

Sa gastronomie connue, qui veut nous faire oublier

Pour ne pas être déçus, tous ces scandales financiers.

Mais Lyon, ça reste en France, les Français restent des Français.

Des bonnes bouffes en concurrence, des non-dits sur le palais.

Lorsque j'ai connu Strasbourg pour la toute première fois

Je pensais trouver l'amour dans les rues de celle-là

Mais il y eut soudain un doute dans cette ville un peu cruche

Où l'on me parlait de choucroute, d'Europe et de flamenkuche

Mais Strasbourg, ça reste en France, les Français restent des Français

L'égalité en « free-lance », l'humanité qui s'essaie.

Il y a Lille dans le nord comme il y a le nord en Lille

Des grands hommes gras et forts ou des consanguins débiles

Les grands projets planétaires qui dépensent sans se soucier

é deux pas de la misère des petits enfants minés

Mais Lille, ça reste en France, les Français restent des Français

Des terrils d'arrogance, l'inégalité au sommet.

Après cet air géographe, une petite explication

Je ne cherche pas les baffes, je ne cherche pas la baston

Mais lorsque je vois au loin qui agitent leurs drapeaux

La grande race des chauvins, juste à côté des fachos,

Ben, moi qui suis né en France dans un bled incognito

Je ne comprends pas la démence, je ne vois pas les idéaux

De ceux qui pensent la naissance, comme une attache, un ghetto

Pardonnez-moi cette offense et traduisez en ces mots :

Issu de la poussière, je m'en retourne à la poussière

Issu de la planète terre, je m'y promène sans frontière !

Issu de la poussière, on s'en retourne à la poussière

Issu de la planète terre, on s'y promène sans frontière !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité ouaif
Invité ouaif Invités 0 message
Posté(e)

(pour les braves, les téméraires, les sans-peur le lien vers l'extatique : http://www.youtube.com/watch?v=hezSIMirNsU )

S'amuser dans la ville

C'est difficile

On reste enfermé eh eh eh !

On reste enfermé

Il nous faut de la place

Beaucoup d'espace

Pour nous amuser - eh eh eh !

Pour nous amuser

Pour aller faire du skate,

Prends tes baskets

Et laisse-toi glisser - eh eh eh !

Laisse-toi glisser

Sur la planche à roulettes

Rien ne t'arrête

Et c'est la liberté - eh eh eh !

C'est la liberté

Sur un pied, sur les mains

[skate, skate, skate-board !]

A l'endroit, à l'envers

[skate, skate, skate-board !]

Le free-style te va bien

[skate, skate, skate-board !]

C'est extra, c'est super

As tu serré ton casque et tes genouillères?

Es-tu bien rembourré, si tu tombes en arrière?

As tu serré ton casque et tes genouillères?

Es-tu bien rembourré, si tu tombes en arrière?

Fais du catamaran

Sans tomber par terre

Sans toucher les toutous

Ni pousser les mémères

Pour aller faire du skate,

Prends tes baskets

Et laisse-toi glisser - eh eh eh !

Laisse-toi glisser

Sur la planche à roulettes

Rien ne t'arrête

Et c'est la liberté - eh eh eh !

C'est la liberté

En slalom et en saut

[skate, skate, skate-board !]

Tu n'as pas ton pareil

[skate, skate, skate-board !]

Tu es comme un oiseau

[skate, skate, skate-board !]

Aux pieds, tu as des ailes

Pour aller faire du skate,

Prends tes baskets

Et laisse-toi glisser - eh eh eh !

Laisse-toi glisser

Sur la planche à roulettes

Rien ne t'arrête

Et c'est la liberté - eh eh eh !

C'est la liberté

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

Mano Solo... Allo Paris

Allô Paris il est si tard

Les doigts collés au combiné

Je relance encore avec l'espoir

De te parler. J'ai beau savoir

Que ça me fout le cafard

Je peux pas m'empêcher d'y croire

La nuit sonne ses derniers coups

J'irai jusqu'au bout

J'aurais voulu quelque chose de bien

J'aurais voulu que tu me dises : "Viens !"

Et là debout sur le trottoir

Comme chaque soir je te raconte

L'histoire des larmes de rue

Dans les bars qui puent les regards moisis

Et les corps meurtris

Allô Paris tout est fini

Et putain, je suis fatigué

J'aurais voulu quelque chose de bien

J'aurais voulu que tu me dises : "Viens !"

Allô Paris tout est fini

Tu m'as tout pris même l'envie

Tu ne te souviens plus de rien

Tu oublies un peu plus chaque matin

Ta mémoire coule le long des trottoirs

En noyant mon désir dérisoire

J'aurais voulu

Tout est fini

J'aurais voulu

Tout est foutu

Allô paris

J'aurais voulu...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

Gagnants -Perdants

Tous ces beaux jeux inventés

Pour passer devant les premiers

Pour que chacun soit écrasé

S'il refuse encore de plier

Les dégâts, les excès

Ils vont vous les faire payer

Les cendres qui resteront

C'est pas eux qui les ramasseront

Mais les esclaves et les cons

Qui n'auront pas pas su dire non

Nous on n'veut pas être des gagnants

Mais on acceptera jamais d'être des perdants

Pimprenelle et Nicolas

Vous nous endormez comme ça

Le marchand de sable est passé

Nous on garde un oeil éveillé

O la peur, ô le vide

O la victoire des avides

Faut pas bouger une oreille

Toutes sortes de chiens nous surveillent

Pas un geste, une esquisse

Sinon on tourne la vis

Nous on n'a rien à gagner

Mais on ne peut plus perdre puisque c'est déjà fait.

Toi qui viens de loin d'ici

Avec Ta peau et Tes os

On t'a parlé du paradis

On t'a menti, tout est faux

O mon ami o mon frère tout ce nerf

Perdu pour la guerre

Tu vas voir tout l'amour

Qui traîne au fond du discours

Dis t'en veux des papiers ?

Dis tu l'as vu mon palais ?

T'auras rien, c'est ainsi

C'est pas fait pour les perdants, le paradis

Il y a la chair à canon

Il y a la chair à spéculation

Il y a la chair à publicité

Enfin y'a tout ce que vous aimez

Vous et moi on le sait

Le spectacle est terminé

Pourtant c'était presque idéal

C'était loin du féodal

Oh maint'nant c'est foutu

éa fait joli dans ton¿

Fort intérieur c'est gênant

De rejoindre comme ça la cohorte des perdants

Il faut pas se faire d'illusions

Mais c'est mieux debout pour l'action

Et pour nos âmes, c'est égal

Dieu n'est pas dans la bataille

O messieurs les décideurs

De toutes parts, de tous côtés

Sachez que profond dans nos coeurs

On n'arrête pas le progrès

Sous l'Iris, sous la peau

Sous les ongles et dans l'étau

On pourra toujours refuser

De devenir les premiers ou les derniers

Pas de leaders triomphants

On s'ra jamais des gagnants ni des perdants

vaincu11.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Sade, "Jezebel" extrait de l'album Promise (1985)

Jezebel wasn't born with a silver spoon in her mouth

She probably had less than every one of us

But when she knew how to walk she knew

How to bring the house down

Can't blame her for her beauty

She wins with her hands down

Jezebel, what a belle

Looks like a princess in her new dress

How did you get that?

Do you really want to know she said

It would seem she's on her way

It's more, more than just a dream

She put on her stockings and shoes

Had nothing to lose - she said it was worth it

Reach for the top

And the sun is gonna shine

Every winter was a war she said

I want to get what's mine

Jezebel, jezebel

Won't try to deny where she came from

You can see it in her pride

And the raven in her eyes

Try show her a better way

She'll say you don't know what you've been missing

And by the time she blinks you know she won't be listening

Reach for the top she said

And the sun is gonna shine

Every winter was a war she said

I want to get what's mine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

Jézabel n'était pas né une cuillère en argent dans la bouche

Elle a probablement eu moins que la plupart d'entre nous

Mais quand elle a su comment marcher elle a su

Comment rabaisser la maison

Peut-on la blâmer pour sa beauté

Elle a gagné avec les mains baissées

Jézabel, quelle beauté

Ressemble à une princesse dans sa nouvelle robe

Comment la tu eus ?

Veux tu vraiment le savoir ? dit-elle

Il semblerait qu'elle soit sur sa route

C'est plus, plus qu'un simple rêve

Elle mit dessus ses bas et ses chaussures

Elle n'avait rien à perdre, elle disait que ça en valait la peine

Atteindre le sommet

Et le soleil va poindre

Chaque hiver était une lutte, disait elle

Je veux avoir ce qui me revient

Jézabel, Jézabel

Elle ne veut pas essayer de cacher ses origines

Vous pouvez le voir dans sa fierté

Et le corbeau dans ses yeux

Essaie de lui montrer un meilleur chemin

Elle dira que vous ne savez pas ce que vous avez manqué

Et avant qu'elle ne cille vous saurez qu'elle n'écoutera pas

Atteindre le sommet

Et le soleil va poindre

Chaque hiver était une lutte, disait elle

Je veux avoir ce qui me revient

Merci Chirona, c'est vraiment magnifique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

C'est un pays, fallait qu' j't'en parle encore une fois... :o°

C'est un pays, fallait qu'j't'en parle

Car j'l'ai dans l'coeur comme tu crois pas

Quand j'suis pas d'dans c'est pas normal

A croire que l'monde n'existe pas.

C'est pas fait pour les cons qui râlent

Après la pluie ou j'sais pas quoi

Moi j'l'aime mieux sous un ciel qui chiale

Balayé par un vent d'noroît.

Là-bas c'est la mer qui donne

Et qui reprend quand ça lui plaît

Et ce putain d'glas qui résonne

Quand elle a r'pris tout l'monde le sait.

Là-bas si c'est pas pour ta pomme

On te le f'ra savoir vit'fait

Ils en ont vu passer des tonnes

De colons et voire même d'Anglais.

Et puis parfois toute la violence

Qui fait lever l'poing sur la place

qui rappelle qu'il y a méfiance

Après la langue on vise la race

Qu'elle s'est pas trop gênée la France

Pour lui mettre les pieds dans la crasse

Des fois qu'l'idée d'indépendance

Ne laiss'rait pas vraiment de glace.

Car ça n'aime pas les conquérants

A la cupidité vénale

D'puis qu'une Duchesse encore enfant

S'est fait mettr' d'une manière royale.

Sa liberté c'est l'océan

Qui la nuit va r'joindre les étoiles

Et sa terre qui a fait serment

D'être à jamais terre nationale.

C'est aux cris des oiseaux de mer

Quand ils reviennent près du rivage

Que j'ai compris qu'il y a l'enfer

Mais qu'ça vaut toujours mieux qu'une cage.

Et même quand chaque jour est une guerre

Qui n'se lit que sur les visages

Ici on n'parle pas d'sa misère

Et encore moins de son courage.

Si j'en rajoute un peu, tant pis

Au début j't'ai bien dit que j'l'aime

Dans tout c'merdier c'putain d'pays

M'tient plus chaud qu'la gonzesse que j'traîne.

J'ai pas fini d'l'ouvrir pour lui

Pour lui j'fil'rais même des chataîgnes

Au premier salaud qui l'détruit

Ou qui voudrait lui r'mettre des chaînes

Bretagne_2009-04-04_1849.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PUNCHETTE Membre 34 164 messages
Au coeur de la Cité des Papes‚
Posté(e)
C'est un pays, fallait qu' j't'en parle encore une fois... :o°

C'est un pays, fallait qu'j't'en parle

Car j'l'ai dans l'coeur comme tu crois pas

Quand j'suis pas d'dans c'est pas normal

A croire que l'monde n'existe pas.

C'est pas fait pour les cons qui râlent

Après la pluie ou j'sais pas quoi

Moi j'l'aime mieux sous un ciel qui chiale

Balayé par un vent d'noroît.

Là-bas c'est la mer qui donne

Et qui reprend quand ça lui plaît

Et ce putain d'glas qui résonne

Quand elle a r'pris tout l'monde le sait.

Là-bas si c'est pas pour ta pomme

On te le f'ra savoir vit'fait

Ils en ont vu passer des tonnes

De colons et voire même d'Anglais.

Et puis parfois toute la violence

Qui fait lever l'poing sur la place

qui rappelle qu'il y a méfiance

Après la langue on vise la race

Qu'elle s'est pas trop gênée la France

Pour lui mettre les pieds dans la crasse

Des fois qu'l'idée d'indépendance

Ne laiss'rait pas vraiment de glace.

Car ça n'aime pas les conquérants

A la cupidité vénale

D'puis qu'une Duchesse encore enfant

S'est fait mettr' d'une manière royale.

Sa liberté c'est l'océan

Qui la nuit va r'joindre les étoiles

Et sa terre qui a fait serment

D'être à jamais terre nationale.

C'est aux cris des oiseaux de mer

Quand ils reviennent près du rivage

Que j'ai compris qu'il y a l'enfer

Mais qu'ça vaut toujours mieux qu'une cage.

Et même quand chaque jour est une guerre

Qui n'se lit que sur les visages

Ici on n'parle pas d'sa misère

Et encore moins de son courage.

Si j'en rajoute un peu, tant pis

Au début j't'ai bien dit que j'l'aime

Dans tout c'merdier c'putain d'pays

M'tient plus chaud qu'la gonzesse que j'traîne.

J'ai pas fini d'l'ouvrir pour lui

Pour lui j'fil'rais même des chataîgnes

Au premier salaud qui l'détruit

Ou qui voudrait lui r'mettre des chaînes

Bretagne_2009-04-04_1849.jpg

j'adore :coeur:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ilovechocolate Membre 10 messages
Forumeur balbutiant‚ 30ans
Posté(e)

Il paraît que les nouvelles ne sont pas si bonnes

Que le moral descend

Et que les forces t'abandonnent

J'entends

Tous les gens

Parler de tes histoires

Que l'avenir qui t'attend

Se joue sur le fil du rasoir

Qu'en est-il de l'amour,

Des larmes et de la peine,

De la vie de tous les jours,

Et de la paix sereine ?

{Refrain:}

Allô le monde

Est-ce que tout va bien?

Allô le monde

Je n'y comprends plus rien

Allô le monde

Prends soin de toi

Allô le monde

Ne te laisse pas aller comme ça

Comme ça .

Quel est le nom du mal

Dont tu subis la fièvre

Les étranges idéaux

Les hystéries funèbres

Dis moi ce que je peux faire

De ma petite place,

Quels sont les actes et les mots

Qui peuvent t'aider à faire face

Pousser à la révolte,

Pour faire le premier pas,

Semer pour qu'on récolte,

Et crier mon effroi

{Refrain:}

Allô le monde

Est-ce que tout va bien?

Allô le monde

Je n'y comprends plus rien

Allô le monde

Prends soin de toi

Allô le monde.

ne te laisse pas aller comme ça

comme ça

Allô le monde

Allô le monde

Allô le monde

Allô le monde

Allô le monde

Refrain:}

Allô le monde

Est-ce que tout va bien?

Allô le monde

Je n'y comprends plus rien

Allo Le Monde

Prends soin de toi

Allo Le Monde

ne te laisse pas aller comme ça

comme ça

Allô le monde

Est-ce que tout va bien ?

Allô le monde

Allô le monde

Prends soin de toi

Allô le monde

Allô le monde

Est-ce que tout va bien?

Allô le monde

nanananananana

nanananananana

Allô le monde

Allô le monde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

Pour se promener allégrement dans les mondes engloutis, du côté des légendes...

Le vent déversait l'obscurité entre les arbres agités

La lune était un galion fantôme jeté sur une mer de nuages

La route était un ruban de lune sur la colline pourpre

Et le vagabond (en réalité ce serait plutôt "l'homme de grand chemin") chevauchait,

Chevauchait,

Le vagabond chevauchait, jusqu'à la vieille auberge.

Il portait un chapeau à la française, lacet noué sous le menton,

Un manteau de velours bordeaux, et des culottes de peau brune ;

Et elles ne faisaient jamais de plis ; ses bottes montaient jusqu'à mi-cuisse !

Et il allait avec un joyau scintillant,

La crosse de son pistolet - scintillante,

Sa rapière - scintillante, sous le ciel de joyaux.

Ses pas résonnèrent sur les pavés de la cour de l'auberge

Et il cogna aux volets avec son arme, mais tout était fermé et verrouillé ;

Il siffla une note sous la fenêtre, pour celle qui devait attendre là

Juste la fille de l'aubergiste,

La jolie Bess aux yeux noirs,

Qui tressait à ses longs cheveux noirs un ruban rouge comme l'amour.

"Un baiser, cher amour de mon coeur, ils sont après moi cette nuit,

Mais je reviendrai avec de l'or brillant avant l'aurore ;

Sauf s'ils me serrent brusquement, et me poursuivent tout le jour,

Lors cherchez-moi au clair de lune,

Guettez-moi sous le clair de lune,

Je viendrais à vous au clair de lune, quand bien même l'enfer me couperait la route.

Il se leva sur ses étriers ; il pouvait ainsi lui effleurer la main

Mais elle laissa ses cheveux pendre par la croisée ! Son visage en fut brûlé

Lorsque la noire cascade de parfum se répandit sur lui ;

Et il embrassa les boucles au clair de lune,

(Oh, douces boucles au clair de lune ! )

Puis il fit claquer les rênes, et au clair de lune galopa loin vers l'est.

Il ne vint pas à l'aube ; il ne vint pas à midi,

Et après le crépuscule fauve, avant que la lune ne se lève,

Alors que la lune était un ruban de gitane, serpentant entre les colline pourpres,

Une troupe de manteaux rouges vint marchant,

Marchant,

Les hommes du Roi George vinrent marchant, jusqu'à la vieille auberge

Ils ne dirent mot à l'aubergiste, à la place ils burent toute sa bière,

Mais ils baillonèrent sa fille et l'attachèrent au pied de son lit étroit ;

Deux d'entre eux se postèrent aux croisées, mousquets au côté !

Il y avait la mort à chaque fenêtre,

Et l'enfer à l'une sombre fenêtre ;

Pour Bess qui pouvait voir, à travers la croisée,

Le chemin qu'il prendrait.

Ils avaient capté son attention, avec des plaisanteries moqueuses ;

Ils avaient attaché un mosquet derrière elle, le barillet sous son sein !

"A présent regarde bien ! " Et ils l'embrassèrent.

Elle entendit l'homme mot dire

"Cherchez-moi au clair de lune

Guettez-moi au clair de lune

Je viendrais à vous au clair de lune, quand bien même l'enfer me couperait la route ! "

Elle tordait ses mains derrière elle, mais tous les noeuds tenaient bon !

Elle tenta de les dégager, jusqu'à ce que ses doigts soient trempés de sueur et de sang !

Ils s'tendirent là, attentifs dans l'obscurité et les heures semblaient durer des années !

Ainsi, jusqu'au coup de minuit,

Froid, sur le coup de minuit,

Elle la toucha du bout du doigt !

La gâchette était enfin sienne !

Clop-clop ! L'avaient-ils entendu ? Les sabots claquaient clairement

Clop-clop au loin ! Etaient-ils sourds pour ne pas entendre ?

Au bas du ruban de lune et au sommet de la colline,

Le vagabons chevauchait,

Chevauchait !

Les manteaux rouges voyaient leur récompense !

Elle se redressa et resta ainsi !

Clop dans le silence glacial ! Clop, dans la nuit résonnante !

Plus près il venait, plus près ! Son visage était lumineux !

Ses yeux s'agrandirent un moment ! Elle prit sa dernière bouffée d'air,

Puis son doigt bougea au clair de lune,

Le mousquet transperça le clair de lune,

Traversa sa poitrine au clair de lune, et l'avertit de sa mort.

Il fit volte-face, à toute allure vers l'est ; il ne savait pas qu'elle restait

Attachée, avec la tête au dessus de l'arme, imbibée de son sang écarlate !

Il ne sut rien avant l'aurore ; son visage devint gris quand il apprit

Comment Bess, la fille de l'aubergiste,

La fille de l'aubergiste aux yeux noirs,

Avait cherché son amour au clair de lune, et était morte dans les ténèbres.

Au retour, il éperonnait comme un fou, maudissant le ciel

Sur la route blanche qui fumait derrière lui, il brandissait haut sa rapière !

Les éperons étaient rouges de sang sous le soleil doré de midi, rouges comme son manteau de velours,

Quand ils l'abattirent sur le chemin,

Sur le chemin comme un chien,

Et il baigna dans son sang sur le chemin, son chapeau noué sous le menton.

On dit depuis, que les nuits d'hiver où le vent fait hurler les arbres

Quand la lune est un gallion fantôme, jeté sur une mer de nuages,

Quand la route est un ruban de lune sur la colline pourpre,

Un vagabond chevauche

Chevauche,

Le vagabond chevauche, jusqu'à la vieille auberge.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sadsky Membre 1 139 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

une chanson pour la planète... live earth - madonna

{Hé Toi !}

Hé toi,n'abandonnes pas

ce n'est pas si mauvais

il y a toujours une chance pour nous

hé toi, sois toi-même

ne sois pas timide

il y a des raisons pour lequel c'est dur

conservons-le, faisons le bien

notre fête commencera ce soir

les prophètes et les poètes nous envieront

ce serait bien, hey you

hé toi, ouvres ton coeur

ce n'est pas si étrange

tu dois changer cette fois-ci

hé toi, souviens-en

rien n'est plus vrai que ce que tu ressens

sauve ton âme, petite soeur

sauve ton âme, petit frère

hé toi, sauves toi

ne comptes sur personne d'autre

aimes toi d'abord

après tu aimer quelqu'un d'autre

si tu peux changer quelqu'un d'autre

alors tu a pu sauvé quelqu'un d'autre

mais tu dois d'abord t'aimer toi même

alors tu pourras aimer quelqu'un d'autre

si tu peux changer quelqu'un d'autre

alors tu a pu sauvé quelqu'un d'autre

mais dans un premier temps tu dois ...

hé toi, là sur la barrière

tu as le choix

un jour, ça aura du sens

hé toi, aimes toi d'abord

et si tu ne peux pas

essaies d'aimer quelqu'un d'autre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

Moi, si j'étais un homme...

Moi, si j'étais un homme, je serais capitaine

D'un bateau vert et blanc,

D'une élégance rare et plus fort que l'ébène

Pour les trop mauvais temps.

Je t'emmènerais en voyage

Voir les plus beaux pays du monde.

J' te ferais l'amour sur la plage

En savourant chaque seconde

Où mon corps engourdi s'enflamme

Jusqu'à s'endormir dans tes bras,

Mais je suis femme et, quand on est femme,

On ne dit pas ces choses-là.

Je t'offrirais de beaux bijoux,

Des fleurs pour ton appartement,

Des parfums à vous rendre fou

Et, juste à côté de Milan,

Dans une ville qu'on appelle Bergame,

Je te ferais construire une villa,

Mais je suis femme et, quand on est femme,

On n'achète pas ces choses-là.

Il faut dire que les temps ont changé.

De nos jours, c'est chacun pour soi.

Ces histoires d'amour démodées

N'arrivent qu'au cinéma.

On devient économe.

C'est dommage : moi j'aurais bien aimé

Un peu plus d'humour et de tendresse.

Si les hommes n'étaient pas si pressés

De prendre maîtresse...

Ah ! si j'étais un homme !

Je t'appellerais tous les jours

Rien que pour entendre ta voix.

Je t'appellerais "mon amour",

Insisterais pour qu'on se voie

Et t'inventerais un programme

é l'allure d'un soir de gala,

Mais je suis femme et, quand on est femme,

Ces choses-là ne se font pas.

Il faut dire que les temps ont changé.

De nos jours, c'est chacun pour soi.

Ces histoires d'amour démodées

N'arrivent qu'au cinéma.

On devient économe.

C'est dommage, moi j'aurais bien aimé

Un peu plus d'humour et de tendresse.

Si les hommes n'étaient pas si pressés

De prendre maîtresse...

Ah ! si j'étais un homme,

Je serais romantique...

Diane Tell

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Karbomine
Invité Karbomine Invités 0 message
Posté(e)

Wicked Wind - Kyrie Kristmanson

Storm tonight and this house creaks

like a rockaby, a lullably

trying to scare me to sleep

I say "Oh, wind, wont you soothe and sing?

wont you tussle and tease

as you weave through the leaves,

and plant a nice dream inside a

tired, tired head?"

But you sound so eerie

whistling across the sea

to the highlands, to the lowlands

to my house in between

and you come to my window,

make it clatter and creak

no rockaby, no lullaby,

you're trying to scare me to sleep.

I've got no one hear to keep me warm

you know I almost let you in

but you're out of your mind tonight

you're a wicked, wicked wind.

And you shake my house

and you quake my house

oh, you make her groan!

Making sweet love to her,

you make me feel so alone.

And I shiver, and I quiver

I pull the sheets up to my chin

I was out of my mind that night

I almost let you in.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
koï Membre 5 695 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)

Dans cette fière contrée nous sommes devenus forts

Nous étions demandés

On m'a appris à me battre, on m'a appris à gagner

Je n'ai jamais pensé que je pourrais échouer

Plus de combat à mener, en tout cas il semble

Je suis un homme déserté par tous ses rêves

J'ai changé de visage, j'ai changé de nom

Mais personne ne veut de toi quand tu perds

Ne baisse pas les bras

Car tu as des amis

Ne baisse pas les bras

Tu n'es pas encore vaincu

Ne baisse pas les bras

Je sais que tu peux y arriver

Bien que j'ai repensé à tout ça

Je n'ai jamais cru que je pourrais être affecté

Bien que nous étions les derniers à partir

Les choses prennent un cours si curieux

J'ai conduit la nuit, dans la direction de chez moi

L'endroit où je suis né, sur les bords du lac

Au lever du soleil, j'ai vu la terre

Les arbres calcinés reposaient sur le sol

Ne baisse pas les bras

Tu nous as toujours

Ne baisse pas les bras

Nous n'avons pas besoin de grand chose

Ne baisse pas les bras

Car il y a un endroit quelque part

Où nous avons notre place

Détends-toi

Tu t'inquiètes trop

Ca va aller

Quand les temps sont durs

Tu peux compter sur nous

Ne baisse pas les bras

S'il te plaît, ne baisse pas les bras

Je dois quitter cet endroit

Je ne peux plus le supporter

Je vais rester sur ce pont

Les yeux regardant en bas

Peu importe ce qui se présente

Ou ce qui nous quitte

La rivière s'écoule

La rivière s'écoule

Déménageant dans une autre ville

Se donnant du mal pour s'établir

Pour chaque emploi, tant d'hommes,

Tant d'hommes dont personne n'a besoin.

Ne baisse pas les bras

Car tu as des amis

Ne baisse pas les bras

Tu n'es pas le seul

Ne baisse pas les bras

Il n'y a pas de quoi avoir honte

Ne baisse pas les bras

Nous sommes avec toi

Ne baisse pas les bras

Nous sommes fiers de ce que tu es

Ne baisse pas les bras

Tu sais que ça n'a jamais été facile

Ne baisse pas les bras

Car je suis convaincu qu'il y a un endroit

Un endroit où nous avons notre place.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cheyenne song
Invité Cheyenne song Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour Koï... :rtfm:

Pourras-tu le faire I'm lost...

Pourras-tu le dire

Tu dois tout essayer

Tu dois devenir

Tu dois voir plus loin

Tu dois revenir

Egaré en chemin

Tu verras le pire

Pour trouver le sud

Sans perdre le Nord

Après les certitudes

Au-delà des bords

I'm lost but I'm not stranded yet

I'm lost but I'm not stranded yet

Dans les yeux des femmes

Dans la marie-jeanne

Dans la techno-cité

Pour manipulés

Grand combat de chairs

Colline enflammée

Dans l'ombre ou la lumière

Pôle halluciné

Pour courir ventre à terre

Brouillard et fumée

Consommer consumer

Recracher de l'air

Dans le dérisoire

Dans les accessoires

Dans le feu des possibles

Au coeur de la cible

Dans la paranoïa

Dans la schizophrénia

Un maniacopéra

Pharmacopérave

I'm lost but I'm not stranded yet

I'm lost but I'm not stranded yet

Entre les dérapages

Entre les lignes d'orages

Entre temps entre nous

Et entre chien et loup

Au maximum du voltage

A peine est passé le message

Au fil du rasoir

Encore une fois c'est la vie qui s'entête

Acharnée au-delà des images qu'on reflète

Chacal, charogne, chaman, sachem

Magie noire ou blanche inscrite à la Sacem

Des poumons d'or

Belphégor

Ici, maintenant, à la vie, à la mort

N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors

Un jury t'attend n'injurie pas le sort

Entre les dérapages

Entre les lignes d'orages

Entre temps entre nous

Et entre chien et loup

Au maximum du voltage

A peine est passé le message

Au fil du rasoir

Dans les corridors

Sur les baies vitrées

Des insectes écrasés

qui chechaient de l'or

Dans les ministères

Dans les monastères

Dans les avalanches

Au bout de la planche

Des combats d'autorité

Des conflits d'intérêts

Des types ignifugés

Veulent ma fusée

Des désenchanteurs

Un train à quelle heure

Des pirates des corsaires

Sans aucun repaire

Tu dois voir plus loin

Tu dois revenir

Tu dois tout essayer

Tu dois devenir

Tu dois devenir

Tu dois devenir

I'm lost but I'm not stranded yet

I'm lost but I'm not stranded yet

Modifié par Cheyenne song

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ASKI Membre+ 9 808 messages
Forumeur alchimiste‚ 62ans
Posté(e)

></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowScriptAccess" value="always"></param><embed type="application/x-shockwave-flash" src="
width="480" height="360" allowfullscreen="true" allowscriptaccess="always"></embed></object>"><embed src="
></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowScriptAccess" value="always"></param><embed type="application/x-shockwave-flash" src="
width="480" height="360" allowfullscreen="true" allowscriptaccess="always"><">
></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowScriptAccess" value="always"></param><embed type="application/x-shockwave-flash" src="
width="480" height="360" allowfullscreen="true" allowscriptaccess="always"></embed></object>"><embed src="
></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowScriptAccess" value="always"></param><embed type="application/x-shockwave-flash" src="
width="480" height="360" allowfullscreen="true" allowscriptaccess="always"><" type="application/x-shockwave-flash" width="425" height="350" allowfullscreen="true">

Votre Fille A 20 Ans

Votre fille a vingt ans, que le temps passe vite

Madame, hier encore elle était si petite

Et ses premiers tourments sont vos premières rides

Madame, et vos premiers soucis

Chacun de ses vingt ans pour vous a compté double

Vous connaissiez déjà tout ce qu'elle découvre

Vous avez oublié les choses qui la troublent

Madame, et vous troublaient aussi

On la trouvait jolie et voici qu'elle est belle

Pour un individu presque aussi jeune qu'elle

Un garçon qui ressemble à celui pour lequel

Madame, vous aviez embelli

Ils se font un jardin d'un coin de mauvaise herbe

Nouant la fleur de l'âge en un bouquet superbe

Il y a bien longtemps qu'on vous a mise en gerbes

Madame, le printemps vous oublie

Chaque nuit qui vous semble à chaque nuit semblable

Pendant que vous rêvez vos rêves raisonnables

De plaisir et d'amour ils se rendent coupables

Madame, au creux du même lit

Mais coupables jamais n'ont eu tant d'innocence

Aussi peu de regrets et tant d'insouciance

Qu'ils ne demandent même pas votre indulgence

Madame, pour leurs tendres délits

Jusqu'au jour où peut-être à la première larme

A la première peine d'amour et de femme

Il ne tiendra qu'à vous de sourire Madame

Madame, pour qu'elle vous sourie...

]
></param><param[/url] name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowScriptAccess" value="always"></param><embed type="application/x-shockwave-flash" src="http://www.dailymotion.com/swf/video/xa48fh" width="480" height="360" allowfullscreen="true" allowscriptaccess="always"></embed></object> ">
]
></param><param[/url] name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowScriptAccess" value="always"></param><embed type="application/x-shockwave-flash" src="http://www.dailymotion.com/swf/video/xa48fh" width="480" height="360" allowfullscreen="true" allowscriptaccess="always"></embed></object> " type="application/x-shockwave-flash" width="425" height="350" allowfullscreen="true">
Modifié par ASKI

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ayne Membre 3 589 messages
tite clone à kiki‚ 51ans
Posté(e)

Neutron Star Collision (Love Is Forever) / Collision de neutrons d'étoile (L'amour est pour toujours)

J'étais en train de chercher

Tu étais en mission

Quand nos coeurs se sont unis comme

Une collision de neutrons d'étoile

Je n'ai plus rien à perdre

Tu prenais ton temps pour choisir

Puis on s'est dit

Sans une once de peur que

Notre amour pourrait toujours durer

Et que si l'on meurt, en meurt ensemble

Et mentir, je disais jamais

Car notre amour pourrait toujours durer

Le monde est détruit

Les halos cessent de briller

Tu essayes de faire une différence

Mais aucun ne veut écouter

Hèle, les prédicateurs, imposteurs et fiers

Leurs doctrines vont s'obscurcir

Puis vont se dissiper

Comme des flocons de neige dans un océan

L'amour est pour toujours

Et nous mourrons, nous mourrons ensemble

Et mentir, je dis jamais

Car notre amour pourrait toujours durer

Maintenant je n'ai plus rien à perdre

Tu prends ton temps pour choisir

Je peux te maintenant te dire sans une once de peur

Que mon amour durera toujours

Et nous mourrons, nous mourrons ensemble

Mentir, je ne le ferai jamais

Car notre amour sera pour toujours

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité javab
Invité javab Invités 0 message
Posté(e)

Qui pourrait m'aider

Qui pourrait sauver mon âme

Je m'en fous, je voudrais te donner un baiser

Je veux te donner

Je veux te donner un baiser

Laisse-moi passer effleurer mes doigts sur toi

Come to me

On va s'embrasser et nos lèvres

Vont se purifier

Tu me donnes un baiser et nos langues

Vont juste s'emmêler

Et ta peau se mouilla, elle aura comme un goût,

Un goût de lait

Je te respire

Sur ton sourire

Le baiser que tu m'as donné pour t'aimer

Je t'aime comme un fou...

Come to me

Come to me

Come to me

Seuls tous les deux, on restera attachés

Comme un adieu

J'envie de te caresser, j'ai envie de ton baiser

Nos lèvres vont se mouiller et nos cheveux vont s'emmêler

Ton sourire effrayé. Oh ! Oh ! Corrige-moi mes fautes

Embrasse-moi

Come to me

Le baiser pour rester rien que nous deux

Pour s'aimer et s'embrasser

Come to me

Come to me

Come to me

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant