petite question philosophique

yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Et si l'être est une grande illusion ainsi l'illusion ne porte plus un sens parce que c'est tout, l'univers entier.

Une illusion dans une illusion ?

La problème existe chez nous, à la tête, si on voit l'être comme une illusion ce n'est que parce qu'on ne posséde pas assez de sagesse. L'être est réel et on le voit comme une illusion ou l'être est une illusion et on le voit comme une réalité.

Subjectivité.

Même face à la vérité absolue, nos capacités faibles ne nous permettraient pas de totalement la percevoir. Et comme nous vivons le monde par notre subjectivité, nous les admettons (selon une hiérarchie de crédibilité) comme réelles.

Donc, nos rapports sont des illusions d'illusions, ce qui ne nous empêche pas d'avoir des bribes de vérités dedans.

Cependant, dans le deuxième cas, si l'être est une illusion cette illusion est tout à fait notre réalité et sans aucun moyen de savoir plus de cela, par-delà de cela, il ne reste que l'être, soit une illusion ou soit une réalité...c'est le pareil !

En effet, je suis d'accord.

Il est certainement impossible de savoir avec certitude si l'être en face de nous est réalité ou illusion.

D'une part, cet être lui-même qui peut être l'une ou l'autre.

D'autre part, nos propres perceptions qui peuvent être justes ou non.

ps : c'est amusant de lire un anglophone utiliser le français sur des concepts aussi nuancés. Tu t'exprimes dans une logique très anglo-saxonne. C'est dans ta syntaxe et le choix des mots. L'anglais est très concis ! :smile2:

Comment veux-tu être autre chose ? Si tu donnes une image de toi qui n'est pas la tienne, implicitement tu le fais exprès, donc tu renvois l'image de ce que tu es : un hypocrite.

Et bien non, SN3. ;)

Imaginons que nous nous connaissions.

Avec toute l'honnêteté dont tu es capable, il se peut que je me trompe sur ce que tu es. Par simple incapacité de ma part à t'envisager totalement, par fantasme, par incapacité de ta part à délivrer la totalité de ton être.

Nous sommes subjectifs.

Personne ne peut exposer dans l'absolu sont être absolu et être perçu dans l'absolu par d'autres gens qui pourront l'appréhender dans l'absolu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

L'hommeIrlandais Membre 116 messages
Forumeur inspiré‚ 36ans
Posté(e)
ps : c'est amusant de lire un anglophone utiliser le français sur des concepts aussi nuancés. Tu t'exprimes dans une logique très anglo-saxonne. C'est dans ta syntaxe et le choix des mots. L'anglais est très concis ! ;)

Haha ! Ben, j'y arrive doucement et surement, j'espère...il faut que j'apprenne comment m'exprimer sans erreurs et puis, un jour, j'apprendrai comment cacher mes satanés nuances anglo-saxonnes ! :smile2:

Mais en ce moment je trouve sympa que je puisse amuser les francophones, ça marche mieux que les ennuyer de toute façon.

Modifié par L'hommeIrlandais

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lapinkiller Membre 10 109 messages
Le Dieu Lapin‚ 29ans
Posté(e)

Faut pas prendre cette question d'une façon trop théorique, c'est de la philosophie, il n'y a pas vraiment de bonne ou mauvaise réponses, juste des avis divergeants...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

Hypocrisie subjective alors...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pascalin Membre 15 222 messages
le corps sur Terre, l'esprit ailleurs ‚ 47ans
Posté(e)

Nous ne pouvons être le reflet de ce que l'on est, parce qu'à chaque instants que nous vivons,nous changeons ,nous évoluons ;

l' appréhension des choses et des évènements n'est pas la même ;

d'un point de vue linéaire ,nous nous pensons pareil ,nous nous renvoyons "la même image du je" , ce qui est vrai dans une certaine mesure et dans les grandes notions de pensées que nous avons adoptées .

un aspect finalise cet état , le pouvoir d' agir ,d' être , de faire quelque chose et pour finir être différent (de soi ?) .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Faut pas prendre cette question d'une façon trop théorique, c'est de la philosophie, il n'y a pas vraiment de bonne ou mauvaise réponses, juste des avis divergeants...

Mééheuu ! :smile2:

Et si on a envie d'extrapoler à mort ?

De sortir du cadre de la psychologie personnelle et de l'accord/désaccord entre son intentité profonde et le personnage qu'on incarne ?

Hypocrisie subjective alors...

Hmm. Non, pas vraiment. Pourquoi hypocrisie ?

Es-tu certain que je puisse te percevoir tel que tu es ? Ou d'avoir les moyens d'émaner exactement ce que tu es ?

Y'a toujours des petites pertes qui font de grandes erreurs.

Nous ne pouvons être le reflet de ce que l'on est, parce qu'à chaque instants que nous vivons,nous changeons ,nous évoluons ;

l' appréhension des choses et des évènements n'est pas la même ;

d'un point de vue linéaire ,nous nous pensons pareil ,nous nous renvoyons "la même image du je" , ce qui est vrai dans une certaine mesure et dans les grandes notions de pensées que nous avons adoptées .

un aspect finalise cet état , le pouvoir d' agir ,d' être , de faire quelque chose et pour finir être différent (de soi ?) .

Oui. "je" n'est pas un sujet figé mais un mouvement difficiement définissable. J'étais, je suis, je serais. Tout cela change, même par rapport à nous.

La preuve, à 14 ans on se voit comme un king et à 24 on regarde en arrière et opn se dit : "putain, j'étais un crétin d'ado !" ;) Des trucs comme ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
usagi Membre+ 241 318 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)

"Sommes-nous le reflet de que l'on est ?"

:smile2: je dirais oui et non , vu que l'image que l'on a de sois et l'image que les autre on de nous peu être très différente , et réciproquement ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)
Hmm. Non, pas vraiment. Pourquoi hypocrisie ?

Parce que. :smile2:

Montrer autre chose que ce que l'on est, c'est de l'hypocrisie envers les autres et pis ! envers soi-même.

Es-tu certain que je puisse te percevoir tel que tu es ? Ou d'avoir les moyens d'émaner exactement ce que tu es ?

Oui. Le reste n'est qu'une question d'interprétation, du blabla.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Parce que. :smile2:

Montrer autre chose que ce que l'on est, c'est de l'hypocrisie envers les autres et pis ! envers soi-même.

Donc nous sommes tous des hypocrites induits ?

Puisque personne ne peut prétendre être perçu tel qu'il dans sa justesse absolue...

Mais l'hypocrisie implique l'intention de paraître autrement, de s'adapter aux attentes de l'autre ou donner une image fausse de ses sentiments.

Or, on ne fait pas exprès d'être paradoxaux. Et on n'a aucun contrôle sur comment les autres peuvent nous percevoir.

Tu vois, SN3, sur ce forum je te perçois. Même si c'est un pseudo sur un forum, c'est une partie de "ce que tu es". Et on peut dire que c'est partiel, donc erroné. ;)

Connaître quelqu'un, se connaître soi-même est théoriquement infini, impossible totalement et à renouveler à chaque instant. Du coup, on est obligé d'admettre certaines de nos illusions comme réalités.

Certaines le sont surement, d'autres totalement fausses, la plupart sont des demi-vérités... mais qui sait ? ;)

Oui. Le reste n'est qu'une question d'interprétation, du blabla.

éa dépend où tu te places...

La réflexion philosophique poussée nous indique qu'on ne peut pas être sûr, donc qu'on ne peut réellement savoir ce qu'on représente aux yeux des autres, ni dans qu'elle mesure ce qu'on se représente d'eux est la réalité.

Nous sommes tous les regards qui se portent sur nous, autant que l'image que nous nous faisons de nous-mêmes.

Nous sommes même un regard propre sur notre réalité. Nous nous interprétons. La preuve en est qu'on peut se surprendre à faire des choses, à aimer telle nouveauté qu'on ne croyait pas aimer.

Qu'on croyait...

On est tous des croyants finalement. ;)

Après on peut aborder la question d'un point de vue personnel et là, bien sûr, on croit se connaître. Et relativement, on peut faire preuve d'honnêteté. Mais pas de certitudes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)
Donc nous sommes tous des hypocrites induits ?

Puisque personne ne peut prétendre être perçu tel qu'il dans sa justesse absolue...

Mais l'hypocrisie implique l'intention de paraître autrement, de s'adapter aux attentes de l'autre ou donner une image fausse de ses sentiments.

La simple intention de paraître est hypocrite puisque c'est inutile, on paraît constamment. Ce n'est même pas une question philosophique mais une question sociale. D'autre part, pour connaître ton reflet, les autres sont indispensables (comment savoir autrement ?). Et du coup :

Tu vois, SN3, sur ce forum je te perçois. Même si c'est un pseudo sur un forum, c'est une partie de "ce que tu es". Et on peut dire que c'est partiel, donc erroné. :smile2:

Ben non, c'est effectivement une partie de "ce que je suis".

Après on peut aborder la question d'un point de vue personnel et là, bien sûr, on croit se connaître. Et relativement, on peut faire preuve d'honnêteté. Mais pas de certitudes.

... tu n'es pas sûr d'être humain ?

Modifié par SN3 The last.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

La simple intention de paraître est hypocrite puisque c'est inutile, on paraît constamment.

Oui mais même sans volonté de paraître, dans la totale spontanéité premier degré, la perception qu'autrui a de nous peut être erronée. On ne peut pas parler d'hypocrisie, là.

Ce n'est même pas une question philosophique mais une question sociale.

Les deux. La partie philosophique entraîne la réflexion sur l'identité, la conscience, les perceptions...

La question sociale, disons que c'est la partie pratique.

Oui, même inconsciemment, on a des réflexes sociaux qui peuvent déjà entraver notre spontanéité : les tabous personnels et sociaux. Et on interagit avec autrui, ce qui fait que nos réactions ne sont jamais soumises qu'à notre propre volonté.

L'identité est finalement une petite partie de ce que nous sommes, mais importante.

D'autre part, pour connaître ton reflet, les autres sont indispensables (comment savoir autrement ?). Et du coup :
Tu vois, SN3, sur ce forum je te perçois. Même si c'est un pseudo sur un forum, c'est une partie de "ce que tu es". Et on peut dire que c'est partiel, donc erroné. :|

Ben non, c'est effectivement une partie de "ce que je suis".

Ah bon ? Tu es un gros pervers avec le visage à moitié caché dans l'ombre qui s'exprime avec concision parce qu'il a été militaire ? :|

Même cette partie peut être fausse. Quand au puzzle entier... :|

... tu n'es pas sûr d'être humain ?

:smile2:

Je suis un programme en ligne censé simuler l'humain mais j'ai des sentiments, des rêves... Je ne suis pas un robooooooooot ! ;);););)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lapinkiller Membre 10 109 messages
Le Dieu Lapin‚ 29ans
Posté(e)
Je ne suis pas un robooooooooot ! ;) :smile2: ;);)

"faut pas croire les journaux, les faux pas me collent à la peau.."

;)

Sur un forum, il est assez facile de paraitre différent de ce qu'on est en vrai

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
IMANE.FR Membre 18 messages
Forumeur balbutiant‚ 26ans
Posté(e)

Je n'aime pas la philosophie de ne jamais

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Petit ignoran Membre 404 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Hum ! Un bon petit message bien constructif !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dr.house Membre 29 messages
Forumeur balbutiant‚ 34ans
Posté(e)

commençons par dire d'abord que nous sommes le reflet de ce qu'on désire, ce qu'on désire étant le modèle double de notre personne, un modèle infaillible et parfait selon nos propres codes de la perfection humaine qui s'inscrivent qu'on le veuille ou pas dans les propres codes de la societé , un modèle capable de réaliser tous les plaisirs et les satisfactions qu'on désire, des plaisirs et satisfactions s'ils trouvent une bonne entente avec les moeurs de la societé, elles émanent cependent directement de ce qui nous définissent comme personne à savoir notre inconscient qui résulte en premier lieu de notre expérience du vécu, de ce fait nous ne pourront être que le miroir de ce que nous sommes même si le miroir réflèchie une image qui semble irréelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)
La question est vague.

Sommes nous le reflet de ce qu'on est ?

L'image que l'on donne aux autres et l'image qu'on a de soi ?

Ce qu'on sait être et ce qu'on prétend en société ?

Ce qu'on croit être et ce qu'on est réellement ?

En étant totalement honnête, je pourrais passer aux yeux des gens (au même moment) pour un con, un génie, un enfoiré, un mec sympa, un mec drôle, un mec ennuyeux, un sage, un prétentieux,... C'est ça le piment des relations humaines ! ;)

Et sachant qu'on se ment aussi à soi-même ! :smile2:

On ne peut pas n'être qu'un reflet. Chaque individu est un être aux milliers de reflets extérieurs et intérieurs.

Nous ne sommes que la somme de ces reflets. ;)

Je ne pense pas que nous soyons un reflet, mais plutôt, nous exprimons ce que nous désirons refléter.

De plus, comme tu le précises nous avons différentes facettes, et nous les utilisons afin de nous adapter aux situations.

Lorsque tu dis que tu te ments à toi même,tu veux dire que tu reflètes une image qui ne te correspond pas, mais en connaissance de cause. Par conséquent, tu reflètes l'image que tu choisis, celle qui t'arrange.

En gros nous reflètons ce que nous sommes, sauf cas exceptionnel ou l'on triche avec ses émotions.

Sinon il y existe des techniques pour analyser les comportements, afin d'interpréter ce à quoi correspond une attitude, afin de constater si la personne se ment à elle même.

il y a donc le regard des autres, et son propre regard qui rentre en ligne de compte....autant de facettes d'un côté comme de l'autre. On s'adapte ou l'on ne s'adapte pas, c'est selon....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Je n'aime pas la philosophie de ne jamais

Jamais la philosophie de je n'aime ne pas ;)

commençons par dire d'abord que nous sommes le reflet de ce qu'on désire,

Aïe ! :smile2:

Le terme "reflet" est un peu trop libre... La question aussi.

Donc toi tu par sur le sujet "De quoi notre personnalité découle ?", "Notre identité est-elle le reflet ce qu'on est ou de nos désirs ?"

Sur le point de l'image qu'on peut se faire de soi-même, il semble il y avoir toujours une part de désir. Nous nous fantasmons (en bien ou en mal) toujours un peu.

Nous ne nous percevons pas nous-même tels que nous sommes, c'est une influence inconsciente.

Il faudrait au moins une psychanalyse honnête pour décortiquer ces influences.

ce qu'on désire étant le modèle double de notre personne, un modèle infaillible et parfait selon nos propres codes de la perfection humaine

Oui, je suis assez d'accord.

On est à la fois ce qu'on est dans l'instant que ce qu'on projette d'être. D'ailleurs, ce sont ces désirs qui influent nos décisions. L'identité est un mouvement qui tend constamment vers un idéal.

qui s'inscrivent qu'on le veuille ou pas dans les propres codes de la societé , un modèle capable de réaliser tous les plaisirs et les satisfactions qu'on désire, des plaisirs et satisfactions s'ils trouvent une bonne entente avec les moeurs de la societé,

Déterminisme social.

Il est évident que cela influe sur certaines choses. Sur ce vers quoi on peut tendre et ce qui est interdit et qui nécessite transgression.

Pour certains philosophes, répondre aux contraintes sociales et aux tabous empêcherait la connaissance totale de soi...

Nous ne sommes pas des personnalités ex nihilo.

Personnellement, je pense qu'il est possible que nous ne soyons qu'une somme d'influences. Que nos "personnalités" ne soient que conséquentes d'un déterminisme gigantesque. Ce qui foutrait en l'air les concepts d'âme ou de libre arbitre, mais bon...

elles émanent cependent directement de ce qui nous définissent comme personne à savoir notre inconscient qui résulte en premier lieu de notre expérience du vécu, de ce fait nous ne pourront être que le miroir de ce que nous sommes même si le miroir réflèchie une image qui semble irréelle.

Notre inconscient ne s'exprime pas constamment, même si c'est notre réservoir, le socle de nos conceptions profondes.

Mais j'ai pas bien compris cette dernière phrase, en fait. ;)

Je ne pense pas que nous soyons un reflet, mais plutôt, nous exprimons ce que nous désirons refléter.

C'est ce qu'on exprime qui permet aux autres de nous définir et aussi d'influencer notre propre perception de nous-mêmes. Mais oui, le désir est partout.

Lorsque tu dis que tu te mens à toi même,tu veux dire que tu reflètes une image qui ne te correspond pas, mais en connaissance de cause. Par conséquent, tu reflètes l'image que tu choisis, celle qui t'arrange.

J'ai dit "on".

En fait il y a aussi des mensonges inconscients, des petits dénis qu'on peut engranger dans nos subconscients. D'ailleurs, ça nécessite un gros travail sur soi pour les désamorcer. Au bout d'une analyse, certaines personnes peuvent réaliser qu'elles se sont "menti" à elles-mêmes toute leur vie, se construisant avec ce mensonge (parmi d'autres facteurs).

Et je parlais du mensonge sur l'image qu'on se fait soi-même de soi. Pas de celle qu'on veut représenter.

Tout le monde sait quand il est franc et quand il compose, même si inconsciemment, on a toujours une part de réflexe pour s'adapter à qui on a en face.

En gros nous reflètons ce que nous sommes, sauf cas exceptionnel ou l'on triche avec ses émotions.

Hmm... Je n'arrive pas à cette conclusion.

Je dirais que ce que nous reflétons, volontairement ou pas, adroitement ou pas, sincèrement ou pas va faire de nous ce que nous sommes. Tout ce que nous reflétons. En fait, nous subissons.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)

en faite, je me demande si à force de s'identifier l'on ne finit par ressembler à ce que nous ne sommes pas forcemment.

Pourquoi faut-il que l'on s'identifie afin de se trouver, voir se retrouver.

pourquoi faut-il que nous appraissions sous l'apparance de code établis par une société afin de dire "indirctement" j'appartient à cette catégorie là...

peut-être que c'est de là que vient le monsonge envers soi-même ?

en effet, il faut faire parit d'un moule pour se faire accepter par autrui, dû moins c'est ainsi que l'individu perçoit les choses.

maintenant il est vrai que l'on s'identifie à ce qui se rapproche de nous, à notre "inconscient" mais au fond.

Bref, nous sommes ce que l'autre aimerait que nous soyons, et nous perdons notre propre identité à ce titre.

ps : je dis "nous" pour généraliser, car à l'instar des singes, du mot singer nous sommes passée au mot s'identifier.

Modifié par caupine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dr.house Membre 29 messages
Forumeur balbutiant‚ 34ans
Posté(e)

Notre inconscient ne s'exprime pas constamment, même si c'est notre réservoir, le socle de nos conceptions profondes.

Mais j'ai pas bien compris cette dernière phrase, en fait. :smile2:

même si l'image projeté par une personne semble pour nous, receveurs, une image fautive contraire à la réalité que nous avons définit et attribué à cette personne, elle révèle cependant des traits cachés indispensables pour compléter le puzzle de la personalité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DANY1975 Membre 8 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Salut, c'est une tres bonne question.. Comme nous, tous les événements et objets que nous rencontrons dans notre vie ( les bâtiments, les gens, les villes, les voitures, les lieux ), en fait, tout ce que nous voyons, tenons, touchons, sentons, goûtons et entendons ¿ existe par la vision et les perceptions que notre cerveau créé. Nous ne voyons jamais les matériaux qui existent vraiment et nous ne touchons jamais la matière elle-même. En d'autres termes, chaque entité matérielle dont nous croyons à son existence réelle dans nos vies, n'est, en fait, qu'une vision créée dans notre cerveau. Vous aussi vous n'etes qu'une illusion..

Nos organes sensoriels ¿yeux, oreilles, nez, langue et récepteurs somato-sensoriels de l'épiderme. Chacun est spécialement adapté à son propre type de stimulus : molécules, ondes ou vibrations. L'explication que nous cherchons n'est pas ici, car malgré leur fantastique diversité, ces organes accomplissent tous le même travail : ils traduisent le type de stimulus qu'ils reçoivent en impulsions électriques. Et toutes les impulsions se ressemblent. Il n'est nullement question de la couleur rouge ou des premières notes de la Cinquième Symphonie de Beethoven ¿ mais d'énergie électrique. En fait, les organes des sens ne discriminent pas les influx sensoriels ; au contraire, ils les rendent homogènes.

Tous les stimuli sensoriels pénètrent dans le cerveau sous forme d'impulsions électriques qui, comme la chute en cascade d'une rangée de dominos, se transmettent de neurone à neurone le long d'un circuit particulier. Rien de plus. Au bout du trajet, aucun transformateur ne convertit à nouveau cette activité électrique en ondes ou en molécules. Ces courants électriques aboutiront à la vision ou à l'odorat selon le type des neurones stimulés. (Rita Carter, Atlas de Cerveau, Neurosciences du comportement : les nouveaux savoirs et leur conséquences, Editions Autrement, Collection Atlas/Monde, 1999, Paris, p. 107)

En d'autres termes, toutes les perceptions que nous avons dans ce monde (vue, odorat, goût, etc.) sont issues de la même matière, c'est-à-dire de signaux électriques. En outre, c'est notre cerveau qui traduit ces signaux pour nous et les transforme en odeur, goût, image, son ou toucher. Il est étonnant de constater que le cerveau, qui est fait de chair, puisse déterminer quel signal électrique doit être interprété en tant qu'odeur et quel signal en tant que vision, et puisse traduire ce matériel en sensations et sentiments tellement différents.

Maintenant je vous demande :

"Si nos vies sont des vues créées dans nos cerveaux, alors qu'est-ce qui crée ces visions ? Et qu'est-ce qui perçoit ces images dans nos cerveaux alors qu'il n'a pas d'organe visuel et les apprécie, ressent de la fébrilité et de la joie à leur vue ?"

Bonne journée à tous..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant