Nicolas Fouquet


Olivier1985 Membre 8 188 messages
Milk shaker‚ 31ans
Posté(e)

Portrait_Nicolas_Fouquet.jpg

Né à paris en 1615, mort à la forteresse de Pignerol en 1680, Nicolas Fouquet est le fils d'un riche armateur breton qui avait été conseiller d'état et maître des requêtes.

Fouquet, remarqué par Richelieu, entre en tant que conseiller au parlement de Metz à l'âge de seize ans. En 1635 il devient maître des requêtes : il a à vingt. A la mort de Richelieu en 1642, il passe au service de mazarin. C'est en 1650 qu'il achète la charge de procureur du roi au parlement de Paris. La protection d'Anne d'Autriche et de Mazarin lui vaut la charge surintendant des Finances ordinaires et extraordinaires en 1653. A la mort de Servien, autre surintendant en place en 1659, Nicolas Fouquet devient l'homme le plus puissant de France après Mazarin.

Pour bien comprendre comment Fouquet a pu s'enrichir, il faut savoir que les caisses du royaume sont au plus bas (suite à la guerre de Trente Ans, contre l'Espagne et à la Fronde). Les dépenses de l'état sont compensées par des billets assignés par un trésorier de France à l'une des fonds de l'Etat, par exemple une ferme.

Si ce fond s'avérait insolvable, le billet recevait une autre assignation et ainsi de suite. L'assignation de ce créancier se dévaluait dans des proportions importantes et ce dernier était bien content de s'en séparer même en dessous de sa valeur. L'acquéreur du billet n'avait plus qu'a le faire assigner sur un bon fond par le surintendant. Pour pouvoir bénéficier de ce service, il fallait bien sur verser des dessous-de-table qui accroissaient prodigieusement la fortune de Fouquet et encore plus celle de Mazarin.

Fouquet va aussi prêter de l'argent à l'Etat à un taux usuraire ce qui va aussi augmenter de façon conséquente son importante fortune. Malgré tout, il ne faut pas se fier aux apparences. C'est bel et bien Fouquet qui renfloue les caisses royales. Sa signature qui est un gage de sécurité pour les investisseurs est toujours honorée. Il donne en garantie ses biens propres.

Le surintendant, aime le luxe, les oeuvres d'art, le jeu et les artistes. Il est le mécène de gens tels que La Fontaine, molière, Le Nôtre, Poussin, Puget, Le Brun. En 1641 il acquiert Vaux, 1653 les travaux de fondation du château commencent, 1656 construction du château sous la direction de Le Vau, les jardins commencent à être créés, dans leur état définitif, sous la direction d'André Le Nôtre.

En 1661, c'est la mort de l'homme fort de l'état, le cardinal Mazarin. Colbert devient l'homme de confiance de Louis XIV. Mazarin n'aimait plus beaucoup Fouquet et ses trafics, mais il en avait besoin. Colbert lui le hait : il va tout mettre en oeuvre pour le faire tomber afin de prendre sa place. Fouquet pense devenir Premier Ministre, mais Louis XIV décide de supprimer cette fonction. C'est le début de la fin.

Colbert qui avait amassé de nombreuses notes accablant le surintendant n'arrête pas de rendre Fouquet responsable de tous les maux de la terre allant même jusqu'à l'accuser de complot contre l'état. Le roi est très attentif à ces propos, il veut régner sans partage. Il pense même qu'en accusant Fouquet toutes les « manoeuvres douteuses » de son parrain Mazarin seraient oubliées.

Louis XIV décide donc que Fouquet sera arrêté. Mais il faut attendre que le surintendant verse dans les caisse de l'état l'argent qu'il à promis. Il faut aussi attendre que Fouquet vende sa charge de Procureur Général au Parlement de Paris qui le soustrait à toutes juridictions autre que celle de ses pairs.

Fouquet va commettre deux fautes qui vont précipiter son arrestation : son attitude pressante envers Mlle de La Vallière, maîtresse du roi et la fête fastueuse qu'il va donner à Vaux-le-Vicomte en l'honneur de Louis XIV le 17 août 1661. La réception est somptueuse, 80 tables, 30 buffets sont dressés, 6000 assiettes et 400 plats en argent. La table du Roi est garnie d'un service en or massif. Après le repas préparé par Vatel, les divertissements ont lieu dans les jardins. 1200 jets d'eau animent la fête ainsi que des concerts de musique, des joutes sur l'eau, des loteries où tous les numéros sont gagnants et une comédie jouée par Molière et sa troupe : « Les Fâcheux ». Un feu d'artifice termine le tout.

Cette fête ne sera très certainement pas la cause majeure de l'arrestation de Fouquet, mais elle y contribuera car le roi quitte Vaux le Vicomte vexé et irrité d'avoir vu tant de richesses étalées par un de ses sujet. Le 5 septembre 1661, il est arrêté par les mousquetaires du sous-lieutenant Charles Batz-Castelmore, sieur d'Artagnan à Nantes.

Le roi nomme une chambre spéciale composée surtout d'ennemis de Fouquet. Le procès va durer trois ans, Colbert et le roi vont utiliser tous les moyens possibles pour l'abattre : falsification de documents, corruption de juges, isolement total du prisonnier, à qui on refuse tout moyen de défense. L'opinion publique est aussi contre lui. Sa richesse, sa puissance lui ont suscité beaucoup d'envieux : il passe pour être l'affameur du peuple.

Fouquet se défend, conteste ses juges, fait paraître des mémoires justificatifs. Face à l'acharnement du pouvoir, l'opinion se retourne, et l'accusé devient martyr de l'absolutisme, les juges Lamoignon et d'Ormesson refusent d'obéir. Corneille, La Fontaine, Mme de Sévigné mettent leur plume au service de Fouquet. Le 20 décembre 1664, après des réquisitoires qui soulèvent l'indignation par leur ton haineux, l'accusé est condamné au bannissement perpétuel.

Louis XIV qui visait la peine de mort, use de son droit régalien pour aggraver la peine. Il transforme le bannissement en une réclusion à perpétuité. Il est conduit à la forteresse de Pignerol, enclave fortifiée française en Piémont où il survivra vingt ans.

Nicolas Fouquet a été rendu coupable d'avoir fait ce que tant d'autres avaient fait avant lui. Il fut le dernier surintendant des Finances de la monarchie. En l'abattant, Louis XIV affirmait la puissance du roi face aux grands seigneurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

nerelucia Membre 12 826 messages
Forumeur alchimiste‚ 110ans
Posté(e)
Cette fête ne sera très certainement pas la cause majeure de l'arrestation de Fouquet, mais elle y contribuera car le roi quitte Vaux le Vicomte vexé et irrité d'avoir vu tant de richesses étalées par un de ses sujet. Le 5 septembre 1661, il est arrêté par les mousquetaires du sous-lieutenant Charles Batz-Castelmore, sieur d'Artagnan à Nantes.

et suite à cette fête, Louis XIV descida de construire un palais incomparable : Versailles pour que les nobles n'oublient pas où résidait la puissance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
game95560 Membre 2 689 messages
Forumeur alchimiste‚ 24ans
Posté(e)

Merci pour cette biographie très intéressante , j'avais déjà entendu parler vaguement de ce personnage en cours d'histoire. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blackcat Membre 1 698 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
Portrait_Nicolas_Fouquet.jpg

Né à paris en 1615, mort à la forteresse de Pignerol en 1680, Nicolas Fouquet est le fils d'un riche armateur breton qui avait été conseiller d'état et maître des requêtes.

Fouquet, remarqué par Richelieu, entre en tant que conseiller au parlement de Metz à l'âge de seize ans. En 1635 il devient maître des requêtes : il a à vingt. A la mort de Richelieu en 1642, il passe au service de mazarin. C'est en 1650 qu'il achète la charge de procureur du roi au parlement de Paris. La protection d'Anne d'Autriche et de Mazarin lui vaut la charge surintendant des Finances ordinaires et extraordinaires en 1653. A la mort de Servien, autre surintendant en place en 1659, Nicolas Fouquet devient l'homme le plus puissant de France après Mazarin.

Pour bien comprendre comment Fouquet a pu s'enrichir, il faut savoir que les caisses du royaume sont au plus bas (suite à la guerre de Trente Ans, contre l'Espagne et à la Fronde). Les dépenses de l'état sont compensées par des billets assignés par un trésorier de France à l'une des fonds de l'Etat, par exemple une ferme.

Si ce fond s'avérait insolvable, le billet recevait une autre assignation et ainsi de suite. L'assignation de ce créancier se dévaluait dans des proportions importantes et ce dernier était bien content de s'en séparer même en dessous de sa valeur. L'acquéreur du billet n'avait plus qu'a le faire assigner sur un bon fond par le surintendant. Pour pouvoir bénéficier de ce service, il fallait bien sur verser des dessous-de-table qui accroissaient prodigieusement la fortune de Fouquet et encore plus celle de Mazarin.

Fouquet va aussi prêter de l'argent à l'Etat à un taux usuraire ce qui va aussi augmenter de façon conséquente son importante fortune. Malgré tout, il ne faut pas se fier aux apparences. C'est bel et bien Fouquet qui renfloue les caisses royales. Sa signature qui est un gage de sécurité pour les investisseurs est toujours honorée. Il donne en garantie ses biens propres.

Le surintendant, aime le luxe, les oeuvres d'art, le jeu et les artistes. Il est le mécène de gens tels que La Fontaine, molière, Le Nôtre, Poussin, Puget, Le Brun. En 1641 il acquiert Vaux, 1653 les travaux de fondation du château commencent, 1656 construction du château sous la direction de Le Vau, les jardins commencent à être créés, dans leur état définitif, sous la direction d'André Le Nôtre.

En 1661, c'est la mort de l'homme fort de l'état, le cardinal Mazarin. Colbert devient l'homme de confiance de Louis XIV. Mazarin n'aimait plus beaucoup Fouquet et ses trafics, mais il en avait besoin. Colbert lui le hait : il va tout mettre en oeuvre pour le faire tomber afin de prendre sa place. Fouquet pense devenir Premier Ministre, mais Louis XIV décide de supprimer cette fonction. C'est le début de la fin.

Colbert qui avait amassé de nombreuses notes accablant le surintendant n'arrête pas de rendre Fouquet responsable de tous les maux de la terre allant même jusqu'à l'accuser de complot contre l'état. Le roi est très attentif à ces propos, il veut régner sans partage. Il pense même qu'en accusant Fouquet toutes les « manoeuvres douteuses » de son parrain Mazarin seraient oubliées.

Louis XIV décide donc que Fouquet sera arrêté. Mais il faut attendre que le surintendant verse dans les caisse de l'état l'argent qu'il à promis. Il faut aussi attendre que Fouquet vende sa charge de Procureur Général au Parlement de Paris qui le soustrait à toutes juridictions autre que celle de ses pairs.

Fouquet va commettre deux fautes qui vont précipiter son arrestation : son attitude pressante envers Mlle de La Vallière, maîtresse du roi et la fête fastueuse qu'il va donner à Vaux-le-Vicomte en l'honneur de Louis XIV le 17 août 1661. La réception est somptueuse, 80 tables, 30 buffets sont dressés, 6000 assiettes et 400 plats en argent. La table du Roi est garnie d'un service en or massif. Après le repas préparé par Vatel, les divertissements ont lieu dans les jardins. 1200 jets d'eau animent la fête ainsi que des concerts de musique, des joutes sur l'eau, des loteries où tous les numéros sont gagnants et une comédie jouée par Molière et sa troupe : « Les Fâcheux ». Un feu d'artifice termine le tout.

Cette fête ne sera très certainement pas la cause majeure de l'arrestation de Fouquet, mais elle y contribuera car le roi quitte Vaux le Vicomte vexé et irrité d'avoir vu tant de richesses étalées par un de ses sujet. Le 5 septembre 1661, il est arrêté par les mousquetaires du sous-lieutenant Charles Batz-Castelmore, sieur d'Artagnan à Nantes.

Le roi nomme une chambre spéciale composée surtout d'ennemis de Fouquet. Le procès va durer trois ans, Colbert et le roi vont utiliser tous les moyens possibles pour l'abattre : falsification de documents, corruption de juges, isolement total du prisonnier, à qui on refuse tout moyen de défense. L'opinion publique est aussi contre lui. Sa richesse, sa puissance lui ont suscité beaucoup d'envieux : il passe pour être l'affameur du peuple.

Fouquet se défend, conteste ses juges, fait paraître des mémoires justificatifs. Face à l'acharnement du pouvoir, l'opinion se retourne, et l'accusé devient martyr de l'absolutisme, les juges Lamoignon et d'Ormesson refusent d'obéir. Corneille, La Fontaine, Mme de Sévigné mettent leur plume au service de Fouquet. Le 20 décembre 1664, après des réquisitoires qui soulèvent l'indignation par leur ton haineux, l'accusé est condamné au bannissement perpétuel.

Louis XIV qui visait la peine de mort, use de son droit régalien pour aggraver la peine. Il transforme le bannissement en une réclusion à perpétuité. Il est conduit à la forteresse de Pignerol, enclave fortifiée française en Piémont où il survivra vingt ans.

Nicolas Fouquet a été rendu coupable d'avoir fait ce que tant d'autres avaient fait avant lui. Il fut le dernier surintendant des Finances de la monarchie. En l'abattant, Louis XIV affirmait la puissance du roi face aux grands seigneurs.

Merci pour la biographie :smile2:

Resté 20 ans enfermé, il a eu du courage pour vivra autant de temps dans ces conditions.

Je crois que que j aurais choisi une autre solution ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant