Monologue Interieur ?


Jyks Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

J'ai recemment eu un sujet d'invention:

"Rédigez un monologue intérieur dans lequel un personnage exprime son opinion face à la nouvelle société capitaliste du XIXe siècle"

Seulement voila, je l'ai rédigé à la troisième personne parce que dans un polycopié que j'avais gardé sur le roman, l'exemple qui suivait le passage sur le monologue intérieur était rédigé à la troisième personne du singulier:

"Gervaise entra dans la pièce... Quelle chaleur! On aurait dit un four! Elle en fit part aux autres.".

Mais mon prof m'a donné un 4 pour hors-sujet, parce qu'apparement, un monologue intérieur se rédige exclusivement à la première personne.

J'ai été dans des sites mais les explications ne sont pas très claires... Certains disent que oui... peut-être, parfois non. Donc s'il vous plait, à quelle personne se rédige un monologue intérieur?

:smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Nina_Gayané Membre 3 914 messages
Nina_Gayané, what is it good for ? Absolutely nothing‚ 23ans
Posté(e)
J'ai recemment eu un sujet d'invention:

"Rédigez un monologue intérieur dans lequel un personnage exprime son opinion face à la nouvelle société capitaliste du XIXe siècle"

Seulement voila, je l'ai rédigé à la troisième personne parce que dans un polycopié que j'avais gardé sur le roman, l'exemple qui suivait le passage sur le monologue intérieur était rédigé à la troisième personne du singulier:

"Gervaise entra dans la pièce... Quelle chaleur! On aurait dit un four! Elle en fit part aux autres.".

Mais mon prof m'a donné un 4 pour hors-sujet, parce qu'apparement, un monologue intérieur se rédige exclusivement à la première personne.

J'ai été dans des sites mais les explications ne sont pas très claires... Certains disent que oui... peut-être, parfois non. Donc s'il vous plait, à quelle personne se rédige un monologue intérieur?

:smile2:

Ben à la première personne. Un monologue intérieur c'est un monologue en pensée ... C'est le personnage qui pense. Donc c'est "je".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jyks Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

C'est ce que je me disais avant d'avoir lu le polycopié... Mais sur le net j'ai trouvé des exemples de livres en monologue interieur à la troisième personne et surtout des tonnes de débats qui ne m'aidaient pas sur: "est-ce que le monologue interieur est un discours indirect libre?" Donc j'ai pas mal de réponses qui se contredisent et j'aimerais surtout savoir si quelqu'un a une definition officielle ou un truc du genre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nohate Membre 830 messages
Forumeur accro‚ 38ans
Posté(e)

Le monologue intérieur est un procédé de narration littéraire, expérimenté en 1887 et exposé en 1931 par édouard Dujardin. Ce procédé a pour particularité de suivre les pensées d'un personnage. Les critiques le rapprochent du courant de conscience.

Le romancier édouard Dujardin publie Les Lauriers sont coupés en 1887. Il y emploie un procédé qu'il nommera et définira dans Le Monologue intérieur en 1931, où il l'applique à l'¿uvre de Joyce.

« Il a pour objet d'évoquer le flux ininterrompu des pensées qui traversent l'âme du personnage au fur et à mesure qu'elles naissent sans en expliquer l'enchaînement logique. »

On pourrait considérer certaines pages de Le Rouge et le Noir de Stendhal (1830) comme des ancêtres du monologue intérieur, même si l'enchaînement logique y est respecté. Voir par exemple les pensées de Mathilde de La Mole à la fin des ch. II, 8 et II, 11, ou de Julien Sorel au ch. II, 15.

Emploi dans la littérature du XXe siècle

Dans la littérature de langue anglaise, le procédé est repris par Dorothy Richardson dès 1915, tandis que la critique May Sinclair théorise de son côté le courant de conscience visible chez James Joyce et Virginia Woolf.

En réaction au naturalisme et aux descriptions à la troisième personne, certains auteurs modernistes s'attachent à suivre le mouvement de la pensée d'un personnage, afin de mieux en connaître le psychisme, et la profondeur de l'esprit humain. On retrouve le monologue intérieur dans Amants, heureux amants de Valery Larbaud ou chez Arthur Schnitzler.

Le monologue intérieur est surtout utilisé sur la longue durée du roman, par exemple dans Ulysse, Mrs Dalloway ou Les Vagues.

La première partie de Le bruit et la fureur de Faulkner présente les pensées d'un homme attardé, et les lecteurs ne comprenne pas toujours ce qui est écrit. Samuel Beckett dans ses romans emploie la première personne d'un narrateur confiant ses pensées. Nathalie Sarraute emploie l'expression "sous-conversation" pour parler de la forme de cette technique dans ses romans.

Le monologue intérieur est caractérisé par des phrases nominales, des énumérations, une logique peu visible (idées juxtaposées, association d'idées, parataxe, ellipses), une ponctuation inhabituelle.

La critique Dorrit Cohn distingue la technique du "monologue autonome" à la première personne, le "psycho-récit" dans lequel le narrateur raconte des pensées, et le "monologue narrativisé", où les pensées sont rendues à la troisième personne, au discours indirect libre.

« Il a pour objet d'évoquer le flux ininterrompu des pensées qui traversent l'âme du personnage au fur et à mesure qu'elles naissent sans en expliquer l'enchaînement logique. »

Donc, ce n'est pas forcément à la prmière personne, tu devrais en discuter avec ton prof.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant