Aller au contenu

IRAN : LE Bras de Fer continue sur le nucléaire


Noladelle

Messages recommandés

49ans Posté(e)
Noladelle Membre 1326 messages
Forumeur alchimiste‚ 49ans
Posté(e)

""Iran le bras de fer continue sur le nucléaire - 01 avril 2006 - 10:35

Iran - Le président du Conseil du discernement, Akbar Hashemi Rafsanyani, a regretté que le dossier nucléaire iranien « s'engage sur un chemin erroné », et a déclaré que « l'injustice et l'hostilité des puissances arrogantes du monde ont donné un impact particulier à ce dossier. »

Akbar Hashemi Rafsanyani, imam provisoire, chargé de la prière de vendredi à Téhéran a ajouté « poursuivre sur cette voie le processus, nuira non seulement à l'Iran mais aussi au monde entier, aux pays occidentaux et aux organismes internationaux ; les pertes que souffrira le monde pourraient provoquer une catastrophe. » De leur côté les 6 restent unanimes sur la position à tenir face au nucléaire iranien. L'Iran doit arrêter ses essais d'enrichissement d'uranium. Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères français répondait aux questions des journalistes suite à la réunion des 6 à Berlin sur la question du nucléaire iranien et de la demande du Conseil de l'ONU à l'Iran.

installation-Isfahan-24.jpg

Iran le bras de fer continue sur le nucléaire

« D'après vous, la réunion des six ministres hier à Berlin a abouti à une vue commune sur les différentes échéances futures du dossier iranien ou bien chacun est resté sur ses positions propres ? »

« La réunion d'hier intervenait au lendemain de l'adoption de la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité que vous avez vue. Cette réunion a donc eu lieu, les trois Européens avec la Chine, la Russie et les Etats-Unis. Elle était en soi une manifestation d'unité, puisque l'on avait physiquement les six ministres qui étaient côte à côte, y compris pour le point de presse final. Les ministres ont réaffirmé leurs préoccupations à l'égard des activités nucléaires, ils ont rappelé très clairement que l'Iran devait se mettre en conformité avec les demandes de l'AIEA et ils ont estimé que la déclaration présidentielle adoptée la veille était un signal fort en direction de l'Iran. Ils ont rappelé également, tout en reconnaissant le droit légitime de l'Iran à avoir un programme civil nucléaire, qu'il y avait besoin d'une période pour restaurer la confiance entre l'Iran et la communauté internationale. Ce sont là les principes sur lesquels les six sont d'accord. Ensuite, vous connaissez le mécanisme qui est envisagé. Nous allons avoir un délai de 30 jours et à l'issue de ce délai, il y aura un rapport de l'AIEA qui ira à la fois au Conseil des gouverneurs de l'AIEA et au Conseil de sécurité. Puis il appartiendra éventuellement au Conseil de sécurité de se prononcer de nouveau, sous une forme qui reste à définir, on ne peut pas aujourd'hui le dire.

Voilà les principes sur lesquels tout le monde est d'accord. Pour répondre à votre question, on voit bien qu'il y a des nuances dans l'approche et c'est vrai que pour mettre au point cette déclaration présidentielle à New York, il a fallu quelques jours. Dans les déclarations faites hier, il y a eu également des nuances, mais ce que nous souhaitons, c'est faire en sorte que ces questions n'empêchent pas la communauté internationale de rester unie sur ce dossier et d'émettre le message le plus clair possible en direction de l'Iran.

C'est ce qui a été fait avec cette déclaration présidentielle et avec la réunion d'hier. Nous verrons ensuite les prochaines étapes. Ce que nous souhaitons, c'est que l'Iran se mette en conformité dans le délai de 30 jours comme cela a été dit hier par les ministres. C'est à l'Iran de choisir : ou il se met en conformité avec les demandes de la communauté internationale, ou il s'isole de plus en plus de la communauté internationale en prenant le risque que de nouvelles décisions soient prises par le Conseil de sécurité. C'est un choix auquel les Iraniens sont confrontés. »

« Avez-vous le sentiment que la réunion d'hier a servi pour rapprocher les différentes positions ? »

« Je pense que lorsque les ministres se rencontrent, c'est toujours utile et c'est bien qu'ils aient pu le faire au lendemain de la déclaration présidentielle pour envisager la suite et le chemin qui devra être suivi, car cela permet de clarifier les points de vue de façon directe en évitant les malentendus qui peuvent se produire. A ce stade, nous avons ce front uni mais, bien évidemment, cela ne donne pas les réponses pour toutes les étapes à venir. Je ne peux pas vous dire aujourd'hui ce que la communauté internationale fera spécifiquement dans 30 jours si l'Iran ne se met pas en conformité, on ne le sait pas aujourd'hui.

Il y a un certain nombre d'idées qui existent, des réflexions qui sont menées à ce sujet et, comme l'a dit le ministre hier, on réfléchit à la fois à des mesures positives pour encourager l'Iran à aller de l'avant et à des mesures négatives dans le cas où l'Iran n'irait pas de l'avant. Mais on ne sait pas aujourd'hui en quoi ces mesures pourraient consister. »

« Etes-vous sûrs de la position des Américains, notamment en liaison avec la question de l'Irak ? »

« Les Américains ont indiqué qu'ils pourraient avoir un dialogue avec les Iraniens sur certaines questions liées à l'Irak, c'est ce qu'ils ont dit et les Iraniens ont réagi à cela. Je n'ai rien à y ajouter. Sur le dossier nucléaire, c'est un sujet sur lequel nous travaillons de très près avec les Américains, comme avec les Russes ou avec les Chinois. La position américaine est bien connue. »

« Et quelles peuvent être les sanctions qui seraient prises à votre avis ? »

« La question a été posée hier à la conférence de presse, le ministre russe a indiqué que ce thème n'avait pas été évoqué en profondeur, Mme Rice a fait la même réponse lorsqu'elle a eu une question sur le type de sanctions qui pourraient être envisagées, notamment sur l'idée de sanctions ciblées contre les dirigeants. Mme Rice a indiqué que cette question n'avait pas été évoquée durant la réunion des ministres. Effectivement, il n'y a pas eu je crois de débat approfondi sur le type de sanctions qui pourraient être envisagées. »

« Mme Rice vous a-t-elle mis au courant de ses négociations avec les Iraniens concernant l'Irak ?

« Je ne pense pas que la question ait été évoquée. »

« Apparemment, il semble y avoir une différence d'approche entre les Américains et les Européens pour une éventuelle reprise des négociations avec l'Iran. Avez-vous des éléments à ajouter ? »

« Je ne vois pas à quoi vous faites allusion pour poser cette question. Sur quel point précis vous appuyez-vous ? »

« Par rapport au projet de M. Larijani ? »

« Le sujet n'a pas été évoqué en détail hier et ce n'est pas une question qui se pose dans l'immédiat. La question immédiate, c'est le retour à la suspension des activités liées à l'enrichissement. Tout le monde autour de la table était d'accord et cela figure très clairement dans le communiqué final. Il n'y a pas eu de débat spécifique sur les propositions auxquelles vous faites allusion. » """"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×