Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord


Olivier1985 Membre 8 188 messages
Milk shaker‚ 31ans
Posté(e)

Talleyrand_01.jpg

Né à Paris 2 février 1754 Talleyrand est issu d'une famille de très vieille noblesse présente à la cour de Louis XV. Né avec un pied bot, ne pouvant pas embrasser la carrière des armes, il est déchu par sa famille de son droit d'aînesse.

Il entre alors au séminaire de Saint-Sulpice en 1770, soutient sa thèse de théologie en 1774 et est ordonné prêtre en 1779. La même année il devient vicaire général du diocèse de Reims.

évêque d'Autun en 1788, il est élu du clergé aux états généraux de 1789, et nommé membre du comité de la Constitution. Le 4 novembre 1789, Talleyrand, propose de mettre les biens du clergé à la disposition de la nation pour améliorer l'état des finances.

A charge, pour celle-ci de rétribuer le clergé et d'assurer ses dépenses. L'idée est retenue et les députés décident de rembourser les dettes de l'état grâce à un billet portant l'indication d'une valeur garantie sur les biens du clergé. On dit que le billet est assigné sur les biens du clergé, d'où le nom d'assignat donné au billet lui-même. La première émission comporte uniquement des billets de mille livres portant intérêt à 5 %.

Elu président de l'Assemblée en 1790, il célèbre la messe de la Fédération le 14 juillet au Champs de Mars. En décembre il prête serment à la Constitution civile du clergé. Il démissionne de son diocèse en janvier 1791, mais toujours évêque il sacre les premiers évêques « jureurs ».

Diplomate à Londres en février 1792, il est obligé de partir pour les Etats-Unis en 1794, étant mis en accusation par la Convention suite à la découverte de lettres compromettantes dans l'armoire de Louis XVI. Il y reste environ 2 ans, puis se débrouille pour faire lever l'accusation et revient à Paris en tant que ministre des relations extérieures sous la protection de Barras.

Il aide Bonaparte à préparer le coup d'état du 18 brumaire, et retrouva son poste sous le Consulat et au début de l'Empire. En 1804, il est mêlé à l'enlèvement et à l'assassinat du duc d'Enghien. Talleyrand négocie ensuite les traités de Presbourg et de Tilsit. Inquiet par l'ambition démesurée de Napoléon, il abandonna son portefeuille en août 1807, et s'éloigne progressivement de l'Empereur, qui l'avait fait grand chambellan (1804) et prince de Bénévent (1806).

Napoléon le charge encore de recevoir, dans son château de Valençay (ci-contre), les princes espagnols prisonniers (1808-1814). Il mène alors un double jeu qui lui vaut d'être disgracié et de perdre sa fonction de Grand Chambellan (1809). En 1813, Talleyrand refusa de revenir aux Relations extérieures, ainsi que le lui demande l'Empereur.

1er avril 1814 il est élu président du gouvernement provisoire par les sénateurs et signe la convention d'armistice avec les Alliés. Au retour des Bourbons son poste de ministre lui est rendu en mai 1814, le 30 il signe le traité de Paris. Il va défendre les intérêts français à Vienne sur ordre de Louis XVIII. Il s'y montre très fin diplomate et arrive à diviser les Alliés. En 1815 sous la seconde Restauration il est président du Conseil pendant quelques mois, puis de nouveau Grand Chambellan. Mais il doit se retirer sous la pression des ultras. Lors de la révolution de 1830, il est en faveur de la maison d'Orléans et oeuvre à l'instauration de la monarchie de Juillet. Il est nommé ambassadeur à Londres de 1830 à 1834.

Peu avant sa mort, il se réconcilie avec l'église (qui l'avait rendu à l'état laïc en 1802). Pour ce faire il doit signer une lettre de rétractation publique où il reconnaîtra ses erreurs passées.

Le 17 mai 1838, il est à l'agonie, il signe enfin sa lettre de rétractation, accompagnée d'une lettre au pape Grégoire XVI. A 8 heures, Louis-philippe, accompagné de sa s¿ur Madame Adélaïde, vient lui rendre visite pour un dernier adieu. Le Roi savait qu'il devait son trône au Prince et lui rendit ainsi le plus bel hommage. Talleyrand s'éteint à 3 heures 35 de l'après-midi, ce même jour.

Le 22 mai des funérailles officielles et religieuses lui sont rendues il sera inhumé le 5 septembre, dans une chapelle à proximité du château de Valençay.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

nerelucia Membre 12 819 messages
Forumeur alchimiste‚ 110ans
Posté(e)

Richelieu, Mazarin, Fouché, Talleyrand, des destins que je rapproche, passant d'un régime à un autre, semblant aimer la promiscuité du génie, pilleurs des finances de l'Etat, ombres des cabinets, conciliateurs, manipulateurs, diplomates et corrupteurs.

Deux bios à lire, celles de Fouché et Talleyrand.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie77 Membre 11 492 messages
Un certain regard..‚ 54ans
Posté(e)

Je crois qu'il est l'auteur de la phrase suivante : "Dans la vie il n'y a pas de principes, mais que des circonstances..." :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vorelberg Membre 4 messages
Baby Forumeur‚ 60ans
Posté(e)

bonne biographie sur TALLEYRAND, mais en approfondissant la question, ce personnage qui fut dans l'ombre de l'empereur etait un traite, d'ailleurs Napoleon n'aurai jamais dus dus le prendre comme conseiller, il etait un farouche royaliste avide de pouvoir et s'offrant a celui qui lui ferai bonne fortune, n'est pas lui qui apres la chute de l'empire a morceller la france, il etait comme MAZARIN ?FOUCHé ,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blackcat Membre 1 698 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Merci pour cette biographie intéressante. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
brownie Membre 929 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)
Richelieu, Mazarin, Fouché, Talleyrand, des destins que je rapproche, passant d'un régime à un autre, semblant aimer la promiscuité du génie, pilleurs des finances de l'Etat, ombres des cabinets, conciliateurs, manipulateurs, diplomates et corrupteurs.

Deux bios à lire, celles de Fouché et Talleyrand.

J'ai souvenir d'une pièce de théâtre "Le Souper" qui mettait en scène ces deux intrigants avec Claude Rich et Claude Brasseur qui était magifique

si un dvd existe , à se procurer.......

:smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biscotte beurree Membre 350 messages
Forumeur survitaminé‚ 30ans
Posté(e)
Richelieu, Mazarin, Fouché, Talleyrand, des destins que je rapproche, passant d'un régime à un autre, semblant aimer la promiscuité du génie, pilleurs des finances de l'Etat, ombres des cabinets, conciliateurs, manipulateurs, diplomates et corrupteurs.

Deux bios à lire, celles de Fouché et Talleyrand.

SI tu avais lu les deux, tu saurais que ce qu'on dit généralement de Talleyrand s'applique en réalité à Fouché.

Talleyrand n'est pas un traitre: la preuve, il avertit Napoléon dès le milieu de son règne, et se trouve en froid avec lui. S'il ne cherchait que son intérêt, il serait resté avec lui jusqu'à la fin, et ensuite aurait cherché à se reconvertir. Or, ce n'est pas ce qui arrive, dès 1807/1808, ils ne s'entendent plus (et c'est Talleyrand qui a raison la suite le montrera).

Qu'il ait été politique sous l'Empire puis politique sous un Roi, je ne vois pas ou est la contradiction, ce n'est pas parce que le régime change qu'il faut jeter à la corbeille tous les diplomates qui ont servi l'un et pas l'autre.

EN revanche, pendant la Révolution, là il y a incohérence, m'enfin pendant la révolution c'est un peu tout et n'importe quoi, le mieux étant de se barrer, ce qu'il finira par faire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant