Maladie et couple

Invité Tulipe 75
Invité Tulipe 75 Invités 0 message
Posté(e)
Bonjour à tous, merci pour votre soutien TOM et REXTYX , je me sens un petit peu mieux aujourd'hui, en espérant que ça durera!!!

hier, j'ai eu la visite de mes parents, j'ai un peu expliqué à ma mère se qui se passait et je lui ai fais part de mes sentiments, elle a vu que ça n'allait pas , on ne peux rien cacher à ses parents!!

ils sont adorables tjs là pour moi, mais d'après ma mère me retrouver seule avec mes problèmes de santé ne serait pas judicieux, elle est certaine que mon conjoint m'aime plus que tout et elle pense que se séparer serait une terrible erreur!!

les mots du genre:

-que vas tu devenir toute seule?

-Pourras- tu reconstruire quelque chose avec ta maladie, un autre homme pourra-t-il supporter tout cela ?

et j'en passe!!!

et moi dans tout ça, on me demande vraiment ce que je ressens, je n'en supporte pas suffisamment, la maladie, la souffrance de mon conjoint etc....

A croire que tout est ma faute, je suis malade donc je supporte et je n'ai pas le droit de me poser des questions , je me fais juste "materner" et je subit!!

aujourd'hui, je préfèrerais vivre seule et je sais que j'y arriverais, plutôt que de voir au quotidien la souffrance de mon conjoint sur son visage et de supporter ce silence trop pesant, voilà c'est un "crime"!!!

ras le bol, je n'y arriverais pas, ce n'est pas possible, c'est ce que l'on va voir!!!! ;)

:o° J'espère que tu vas un tout petit peu mieux ????? :smile2:

Je n'ai pas voulu te dire que tu n'es qu'une " malade " !!!! et non un être humain !!!!! Loin de là !!!!

Si tu as compris cela, c'est que je me suis mal exprimée.

Je voulais juste te dire, à travers tous mes messages, qu'il y a des moments très difficiles à traverser et qu'il faut les traverser sans heurts et ce n'est pas quand tu es en pleine crise qu'il faut prendre des décisions aussi importantes que de rompre un couple de 15 ans.

Et, pour moi, tu es en pleine crise !!!!!!

Tu ne m'as pas répondu lorsque je t'ai demandé à quel stade de la maladie es-tu ?

En quoi es-tu entièrement autonome ?

Tu pourrais être ma fille et tu l'as dit toi-même, les parents comprennent beaucoup de choses même le non-dit !!

Et si tu allais passer une semaine seule chez tes parents ? N'est-ce pas possible ? Tu pourrais leur demander de ne pas parler de tes problèmes pendant une semaine, ils savent faire. Tu te remettrais dans une autre ambiance de fille aimée et ton mari soufflerait un peu aussi.

Ce serait plus facile de " parler " ensuite au moment des retrouvailles.

Peux-tu sortir ? aller au cinéma seule ? c'est une bonne thérapie le cinéma. Je l'ai utilisée souvent au cours de ma vie. Tu es installée seule dans le noir et tu te concentres sur une histoire pendant 2 heures, tu te décontractes et oublies un moment " l'extérieur " de la salle. Cela m'est arrivé de voir plusieurs films de suite pour ne pas me retrouver à l'extérieur avec la récupération de mes problèmes.

Même chose avec la musique, tu mets un casque avec ta musique préférée et tu essaies de ne plus penser qu'à ce que tu écoutes. ( gaie si possible ).

J'ai aussi écouté du Barbara en boucle, allongée toute seule par terre dans mon living.

Tu n'es pas la seule à traverser des moments difficiles, cela se saurait !!!!!!!!

Ce que j'ai essayé de te faire passer comme message : fais le dos rond en attendant des jours meilleurs pour prendre les bonnes décisions.

Je ne peux rien faire de plus.

Tu viens chercher de l'aide sur ce forum ? alors, sache que tout le monde n'est pas parfait et que chacun réagit selon sa propre expérience et tu ne nous en dis pas assez.

Par exemple, depuis quand cela va-t-il mal dans ta tête ?????

Y a - t-il eu quelque chose qui a déclenché tout cela ? un élément nouveau ?

Tu dis que ton mari souffre, mais depuis combien de temps n'est-il plus dans sa peau ? Penses-tu qu'il a rencontré une autre femme avec qui il vit une autre relation ?

es-tu sûre qu'il ne t'aime plus ?

Cela est-il déjà arrivé depuis 15 ans ?

etc......

Bon courage.

j'ai fait ce que j'ai pû pour t'aider mais ..... est-ce que des personnes inconnues peuvent le faire ????? Je me pose la question car, en fait, c'est normal, tu ne veux écouter ce que tu as envie d'entendre.

Un bon psy serait meilleur pour toi, je pense.

Bon courage :sleep:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

dalousienne Membre 78 messages
Forumeur en herbe‚ 46ans
Posté(e)

bonjour et merci TULIPE, POUPINOU, et les autres pour votre aide, je m'absente jusqu'à dimanche, j'ai besoin de souffler un peu, de prendre le large, j'y verrais plus clair à mon retour j'espère!!

Je t'en dirais un peu plus à mon retour TULIPE , bisous à tous

BON WEEK-END A VOUS TOUS :smile2: ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annelise73 Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour!

Je suis nouvelle sur ce forum. En fait je cherche de l'aide comme celle-ci depuis longtemps sans jamais trouver...

Je suis dans la mi-trentaine, en couple depuis 10 ans et avec un enfant de 71/2 ans. Mon conjoint est atteint de dystrophie musculaire depuis maintenant 6 ans. J'ai toujours dit que je resterais avec lui, malgré la maladie mais là je trouve celà très difficile à gérer.

Il se déplace en fauteuil roulant (motorisé) à plein temps depuis maintenant 2 ans.

Nous sommes aller en croisière cet hiver et nous avons fait face à un mur de brique: en dehors de la maison (qui est adaptée) mon conjoint ne peut être autonome. J'ai dû faire tous ses transferts: de son fauteuil au lit, salle de bain, douche... j'ai dû le laver, l'habiller/déshabiller, l'accompagner à la salle de bain jusqu'à 3 fois par jour...

Je suis revenue totalement ''crevée'' avec 10 lbs en moins et avec le goût de tout lâcher.

Je suis sur anti-dépresseurs depuis maintenant 18 mois et plutôt que de voir réduire ma dose de médicaments, celle-ci augmente sans cesse. J'en suis à 3 fois la dose originale d'il y a 18 mois... J'ai dû être suivie en thérapie afin de faire le deuil d'avoir un 2e enfant; je vis bien avec ce choix depuis 6 mois.

Mais voilà que là, je réalise que cette vie c'est au dessus de mes forces. J'ai, comme tulipe75, perdu mon rôle de femme pour devenir: infirmière, chauffeur de taxi (mon conjoint ne peut plus conduire), maman et papa, cuisinière, monsieur bricole... J'ai envie d'une vie normale, avec un conjoint qui peut ouvrir le pot de cornichons, qui peut venir faire de la luge (je demeure au Québec!), nager, marcher sur la plage...

Oui mon conjoint peut encore faire des activités avec moi (et notre fille) mais plus rien n'est pareil comme avant. Il ne peut être que spectateur du plaisir que j'ai à jouer avec notre fille mais il ne peut pas jouer.

En croisière nous étions avec 2 autres couple et j'ai dû partir seule avec nos 4 amis pour visiter la Colombie. J'aurais adorer vivre ces moments avec mon amoureux, comme nos 2 couples d'amis, mais voilà il n'y avait pas de taxi adapté pour recevoir un fauteuil roulant électrique. Lors de mon retour sur le bateau j'étais tout excitée de dire ce qu j'avais vu et lui, mon amoureux, n'a pu que dire: "ah oui, ça devait être superbe!" mais je suis seule à avoir vu ce que j'ai vu. Je voudrais le partager avec lui...

J'ai pensé à me suicider car c'était plus simple que de lui dire que je le quitte. On m'a obligé à sortir de chez-moi pour quelques jours afin de reprendre le dessus. J'ai réaliser que le suicide ne serait pas la solution, je pense à notre fille. PAr contre je mène un combat intérieur qui ne fini plus: partir pour un jour avoir une vie "normale" avec un autre homme ou rester et devenir aigrie. J'en viens qu'à être très méchante avec lui dans mes paroles et je ne voudrais pas, ni lui d'ailleurs, que je reste par "pitié" et par peur d'être jugée par les autres.

é ce que je vois, je ne suis pas la seule à vivre des moments difficiles. C'est la première fois par contre que je lis sur les sentiments de conjoints "aidants". La société prends toujours en pitié la personne en perte d'autonomie mais ne réalise pas que c'est difficile pour le conjoint. J'en ai marre de me faire demander: "comment va ton mari, pauvre lui, si jeune... Il faut que tu sois forte, il a besoin de toi." Oui et puis moi! Qui m'aide? Wonder-woman est fatiguée... :smile2:

Puis-je espérer une vie meilleure? J'aime encore mon conjoint, j'ai un immense respect pour lui, pour ce qu'il vit... Mais je ne suis plus en amour car l'homme duquel je suis tombée amoureuse n'existe plus. En fait, il est encore là mais complètement différent et c'est surtout de l'affection que j'éprouve à son égard.

Suis-je lâche et/ou égoïste de désirer une autre vie?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tulipe 75
Invité Tulipe 75 Invités 0 message
Posté(e)

Je suis très touchée de ton message.

Oui, nous sommes dans le même cas, sauf que mon mari va un tout petit mieux depuis 2 semaines environ, malgré toutes les difficultés encore présentes.

Il peut marcher .....

Oui, je joue la coursière ( pour tout ), la cuisinière, je prends les rv médicaux, je l'accompagne, je tiens à jour sur mon micro l'évolution de ses médicaments, je parle avec les médecins, leur téléphone, leur écris, je prépare tous ses repas, lui fais des cafés à longueur de journée, je l'aide à se doucher, je lui lave les cheveux, la manucure, la pédicure. Il n'est pas autonome mais le fauteuil roulant ? je ne connais pas et je pense que cela doit encore être pire. Lui passe sa vie entre son fauteuil, sa chaise de salle à manger et son lit.

Heureusement, j'ai une femme de ménage car je n'aurais jamais tenu le choc sans elle.

Il ne conduit plus non plus mais comme nous habitons à Paris, nous prenons des taxis pour nos déplacements pour aller voir les toubibs, la voiture étant réservée pour la Bretagne où nous passons nos étés.

Il a choisi une voiture pour être confortablement assis ( 4x4 ), je ne l'aime pas mais je la conduis.

Le plus dur à vivre, c'est quand il me harcèle. Cela a duré 5 mois et c'était galère. je vivais en état de stress permanent. Nous nous disputions tout le temps, c'était épouvantable. Tout était critiqué systématiquement. Cela a été très dur mais je n'ai jamais abandonné. des douches froides sans arrêt, il en avait marre lui aussi de vivre ainsi. Cela dure depuis plus de 3 ans. Il adore voyager et stop !!!! impossible.

J'ai pris des anti-dépresseurs mais c'est la chose la pire que j'ai faite. J'ai pris 20 kgs, et j'ai été très mal dans ma peau.

Je crois plutôt que j'aurais dû aller voir un psy, ce que j'ai fait mais trop tard puisque je n'en avais plus besoin.

Je me suis reprise en main, lui ai expliqué que je ne pouvais plus vivre comme cela et alors il a eu l'impression que je lui échappais, c'était encore plus épouvantable jusqu'au moment où il a compris. Quand il a vu que je me mettais sur le micro pour les forums il m'a fait une scène épouvantable, du style : et moi dans tout cela ?

je continue à écrire lorsqu'il est couché, prétextant que je n'ai pas sommeil même si ce n'est pas le cas, c'est le cas ce soir, je tombe de sommeil, ayant très mal dormi ( beaucoup de problèmes de sommeil - je me fais soigner maintenant )

je ne sais pas encore comment s'est passé le déclic !!! Mais j'apprécie vraiment.

Pour toi, le problème est différent puisque, si je comprends bien, il n'y a pas d'espoir d'amélioration ????

Est-il condamné définitivement à la chaise roulante ?

Vous avez le moral de partir en voyage dans ce genre de pays dans ces conditions !

Je m'organise, si nous nous déplaçons pour qu'il ait un confort maximum à tous points de vue

Tu peux aussi faire des films afin de lui montrer ce que tu vois, c'est maintenant facile avec le numérique. Je fais des films.

Je vais me coucher mais je veux bien parler avec toi.

Ce qui est sûr, c'est que nous savons de quoi nous parlons !

Alors courage ! A plus ...... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annelise73 Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Merci beaucoup d'avoir pris quelques minutes afin de me répondre...

J'ai annoncé à mon conjoint que je planifie partir en juillet: ça lui laisse le temps de choisir entre garder la maison ou emménager ailleurs... éa laisse aussi le temps afin que l'école termine: ce serà difficile pour notre fille mais au moins on ne va pas compromettre son année scolaire.

Je crois faire le bon choix... Je réalise qu'il n'y aura jamais de bon moment pour me décider. Si j'attends encore 1 an-2ans ou plus, je serai jugée encore plus car les gens diront "elle est restée tout ce temps et là, ciao".

Je réalise quand même qu'être la personne "quittée" ou celle quitte l'autre, c'est aussi difficile émotionnellement...

éa me fait du bien de communiquer avec quelqu'un qui comprend. Merci.

Tu peux m'écrire, même si c'est pour me dire que je suis égoïste et que je fais le mauvais choix... Tôt ou tard, je devrai faire face à la musique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tulipe 75
Invité Tulipe 75 Invités 0 message
Posté(e)
Merci beaucoup d'avoir pris quelques minutes afin de me répondre...

J'ai annoncé à mon conjoint que je planifie partir en juillet: ça lui laisse le temps de choisir entre garder la maison ou emménager ailleurs... éa laisse aussi le temps afin que l'école termine: ce serà difficile pour notre fille mais au moins on ne va pas compromettre son année scolaire.

Je crois faire le bon choix... Je réalise qu'il n'y aura jamais de bon moment pour me décider. Si j'attends encore 1 an-2ans ou plus, je serai jugée encore plus car les gens diront "elle est restée tout ce temps et là, ciao".

Je réalise quand même qu'être la personne "quittée" ou celle quitte l'autre, c'est aussi difficile émotionnellement...

éa me fait du bien de communiquer avec quelqu'un qui comprend. Merci.

Tu peux m'écrire, même si c'est pour me dire que je suis égoïste et que je fais le mauvais choix... Tôt ou tard, je devrai faire face à la musique.

Tu ne m'en dis pas asez mais ta décision a l'air radicale.

D'abord, comment a-t-il réagi ? Comment va-t-il se débrouiller tout seul ? Financièrement et au quotidien ?

As-tu des aides ménagères ?

Quels sont les revenus du couple ?

Comment ta fille a-t-elle réagi ?

Ensuite toi :

Comment vas-tu vivre après avoir abandonné l'homme que tu as aimé ? tu dis que tu as de l'affection pour lui ????

C'est cruel d'annoncer ton départ avec quelques mois de délai, encore 3 mois à vivre avec ce départ ?

Comment ces 3 mois vont-ils se passer ?

Est-ce que tu crois que tu vas être capable d'avoir une autre relation et que tu ne vas pas te demander sans cesse ce qu'il devient sans toi ?

Quelles relations a-t-il qui vont pouvoir l'aider moralement et physiquement ?

A-t-il de la famille qui va prendre le relais ?

etc........

En ce qui me concerne, jamais je ne pourrais l'abandonner.

J'ai déjà abandonné un homme maniaco-dépressif car la vie n'était plus possible et je voulais soustraire mon fils de cette ambiance négative.

Cela a été très dur mais je savais qu'il pouvait compter sur sa famille.

Est-ce le cas pour ton mari ?

Je veux bien continuer à t'écrire mais réponds à mes questions, sinon nous perdons notre temps toutes les deux.

Je suis beaucoup plus âgée que toi, aussi je ne peux pas vraiment te conseiller, je pense, mais je peux converser.

As-tu une indépendance financière ?

Bon courage dans ces moments difficiles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dalousienne Membre 78 messages
Forumeur en herbe‚ 46ans
Posté(e)

bonjour à tous, je m'ansente du forum pendant plusieurs jours , raison personnelle, je vous souhaite bon courage à toutes les deux TULIPE et ANNELISE, je pense à vous . Je vous recontacte dès mon retour . BISOUS :smile2: ;):sleep::o°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pitchoounes Membre 9 messages
Baby Forumeur‚ 44ans
Posté(e)
Bonjour!

Je suis nouvelle sur ce forum. En fait je cherche de l'aide comme celle-ci depuis longtemps sans jamais trouver...

Je suis dans la mi-trentaine, en couple depuis 10 ans et avec un enfant de 71/2 ans. Mon conjoint est atteint de dystrophie musculaire depuis maintenant 6 ans. J'ai toujours dit que je resterais avec lui, malgré la maladie mais là je trouve celà très difficile à gérer.

Il se déplace en fauteuil roulant (motorisé) à plein temps depuis maintenant 2 ans.

Nous sommes aller en croisière cet hiver et nous avons fait face à un mur de brique: en dehors de la maison (qui est adaptée) mon conjoint ne peut être autonome. J'ai dû faire tous ses transferts: de son fauteuil au lit, salle de bain, douche... j'ai dû le laver, l'habiller/déshabiller, l'accompagner à la salle de bain jusqu'à 3 fois par jour...

Je suis revenue totalement ''crevée'' avec 10 lbs en moins et avec le goût de tout lâcher.

Je suis sur anti-dépresseurs depuis maintenant 18 mois et plutôt que de voir réduire ma dose de médicaments, celle-ci augmente sans cesse. J'en suis à 3 fois la dose originale d'il y a 18 mois... J'ai dû être suivie en thérapie afin de faire le deuil d'avoir un 2e enfant; je vis bien avec ce choix depuis 6 mois.

Mais voilà que là, je réalise que cette vie c'est au dessus de mes forces. J'ai, comme tulipe75, perdu mon rôle de femme pour devenir: infirmière, chauffeur de taxi (mon conjoint ne peut plus conduire), maman et papa, cuisinière, monsieur bricole... J'ai envie d'une vie normale, avec un conjoint qui peut ouvrir le pot de cornichons, qui peut venir faire de la luge (je demeure au Québec!), nager, marcher sur la plage...

Oui mon conjoint peut encore faire des activités avec moi (et notre fille) mais plus rien n'est pareil comme avant. Il ne peut être que spectateur du plaisir que j'ai à jouer avec notre fille mais il ne peut pas jouer.

En croisière nous étions avec 2 autres couple et j'ai dû partir seule avec nos 4 amis pour visiter la Colombie. J'aurais adorer vivre ces moments avec mon amoureux, comme nos 2 couples d'amis, mais voilà il n'y avait pas de taxi adapté pour recevoir un fauteuil roulant électrique. Lors de mon retour sur le bateau j'étais tout excitée de dire ce qu j'avais vu et lui, mon amoureux, n'a pu que dire: "ah oui, ça devait être superbe!" mais je suis seule à avoir vu ce que j'ai vu. Je voudrais le partager avec lui...

J'ai pensé à me suicider car c'était plus simple que de lui dire que je le quitte. On m'a obligé à sortir de chez-moi pour quelques jours afin de reprendre le dessus. J'ai réaliser que le suicide ne serait pas la solution, je pense à notre fille. PAr contre je mène un combat intérieur qui ne fini plus: partir pour un jour avoir une vie "normale" avec un autre homme ou rester et devenir aigrie. J'en viens qu'à être très méchante avec lui dans mes paroles et je ne voudrais pas, ni lui d'ailleurs, que je reste par "pitié" et par peur d'être jugée par les autres.

é ce que je vois, je ne suis pas la seule à vivre des moments difficiles. C'est la première fois par contre que je lis sur les sentiments de conjoints "aidants". La société prends toujours en pitié la personne en perte d'autonomie mais ne réalise pas que c'est difficile pour le conjoint. J'en ai marre de me faire demander: "comment va ton mari, pauvre lui, si jeune... Il faut que tu sois forte, il a besoin de toi." Oui et puis moi! Qui m'aide? Wonder-woman est fatiguée... ;)

Puis-je espérer une vie meilleure? J'aime encore mon conjoint, j'ai un immense respect pour lui, pour ce qu'il vit... Mais je ne suis plus en amour car l'homme duquel je suis tombée amoureuse n'existe plus. En fait, il est encore là mais complètement différent et c'est surtout de l'affection que j'éprouve à son égard.

Suis-je lâche et/ou égoïste de désirer une autre vie?

bonjour,en tout cas tu as vraiment du courage,rien n'est simple quand l'etre aime n'est plus la personne qu'on a connu,la maladie eloigne beaucoup de choses comme tu le dis si bien(les habitudes,les relations,le toucher,le regard) je dis bravo aux aidants :smile2: c'est vrai qu'il ne faut pas les oublier,il y a des fois ou il faut savoir passer le relais sans etre couplable c'est dommage qu il n y a pas d' institutions,attention je ne parle pas sur du definitif,simplement par exemple pour quelque jours que l'aidant puisse se ressourcer ailleurs ou au contraire avoir de l'aide pour passer un week end en couple afin de se retrouver,c'est souvent oublier,mais le massage est des fois un moyen de se retrouver en tant que couple,je parle du toucher et non de sexe,un massage des mains ,des pieds,du visage c'est tres agreable et ca permet un instant d'oublier ce qui vous separe la maladie,bon continuations,et tu as tout a fait le droit d'avoir envie de pleurer ou d'etre en colere,et tu es loin d'etre lache,tu es simplement arrive aux thermes de tout ce que tu pouvais lui donner en tant qu'epouse comme tu dis c'est a present de l'affection,se confrontais a soi meme n'est pas facile,tu as fait ton chemin avec lui et sa maladie tu es un etre humain et au moins tu es sincere,tu sais il est malheureux aussi de voir ce corps qui ne lui repond pas et que toi tu vois se degrader et il doit etre conscient que tu n'es pas heureuse ,je vous souhaite vraiment du courage etre sincere est loin de d'etre egoiste,et si tu l'ai un peu c'est normal d'avoir envie d'une vie meilleur. :sleep:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annelise73 Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Tu ne m'en dis pas asez mais ta décision a l'air radicale.

D'abord, comment a-t-il réagi ? Comment va-t-il se débrouiller tout seul ? Financièrement et au quotidien ?

As-tu des aides ménagères ?

Quels sont les revenus du couple ?

Comment ta fille a-t-elle réagi ?

Ensuite toi :

Comment vas-tu vivre après avoir abandonné l'homme que tu as aimé ? tu dis que tu as de l'affection pour lui ????

C'est cruel d'annoncer ton départ avec quelques mois de délai, encore 3 mois à vivre avec ce départ ?

Comment ces 3 mois vont-ils se passer ?

Est-ce que tu crois que tu vas être capable d'avoir une autre relation et que tu ne vas pas te demander sans cesse ce qu'il devient sans toi ?

Quelles relations a-t-il qui vont pouvoir l'aider moralement et physiquement ?

A-t-il de la famille qui va prendre le relais ?

etc........

En ce qui me concerne, jamais je ne pourrais l'abandonner.

J'ai déjà abandonné un homme maniaco-dépressif car la vie n'était plus possible et je voulais soustraire mon fils de cette ambiance négative.

Cela a été très dur mais je savais qu'il pouvait compter sur sa famille.

Est-ce le cas pour ton mari ?

Je veux bien continuer à t'écrire mais réponds à mes questions, sinon nous perdons notre temps toutes les deux.

Je suis beaucoup plus âgée que toi, aussi je ne peux pas vraiment te conseiller, je pense, mais je peux converser.

As-tu une indépendance financière ?

Bon courage dans ces moments difficiles.

bonjour Tulipe,

En réponse à tes questions:

éa fait plus d'un an que je dis à mon conjoint que je n'ai plus envie de cette vie là, que je pleure à tout moment et que sa réponse est "bon. OK. Tu es fatiguée. Aujourdh'hui je vais te laisser un répit". Malheureusement ça ne dure que 24 heures... Le lendemain, tout revient comme avant. Il ne peut rien faire seul mais il est toujours derrière moi pour critiquer ce que je fais : ma conduite automobile "tu conduis trop près, trop vite, tu freines à la dernière minute..."; ma façon de laver le plancher il me semble que c'est pas comme ça que je le faisais moi..."; quand il veut ABSOLUMENT que je fasse quelque chose, du genre enlever les décos de Noël et que moi (le jour ou lui décide) ça ne me tente pas il me fait sa scène de pitié " 'C'est pas juste, moi j'suis handicapé puis je ne peux rien faire... Si j'étais bien, je le ferais tout de suite, c'est le bon moment... Je te demande seulement de défaire le sapin, c'est pas la fin du monde..." é bout de patience de l'entendre me redire toujours les mêmes plaintes, je plie et je fait ce qu'il veut. Je me suis même trouvé un pseudo FAUCON. "il faudrait qu'on lave les fenêtres aujourdh'ui. Il faudrait qu'on (remarquez le faucon :smile2: ) désherbe les plattes-bandes" et ainsi de suite.

Lorsque je lui ai dit que je voulais partir, que je n'en pouvais plus, il m'a demandé d'attendre cet été. Je ne suis pas à l'aise dans cette situation de retarder le départ mais il est en plein déni et je veux bien l'aider à se prendre en main et à attendre cet été.

Oui il a des aides: femme de ménage, accompagnateur, quelqu'un qui peut faire des repas préparés. Tout ceci d'effrayé, en partie, par le gouvernement d'ici (une subvention spéciale pour les gens en perte d'autonomie). éa fait 3 ans que l'ergothérapeute qui s'occupe de son dossier lui parle de toute ces "aides" mais sa réponse à toujours été "Bien non. j'ai besoin de personne, ma femmme est là puis elle m'aide. Si elle voulait pas, elle serait partie..."

Dans le dernier mois, lorsque je lui ai fait part de mes intentions, il à changé. Il a décidé d'utiliser les "aides". Il m'aidait dans la préparation des repas. Il m'aidait en allant faire l'heure du dodo à notre fille (éa a toujours été moi avant car "c'est plus facile quand c'est toi. J'ai pas besoin de me transfrérer encore de fauteuil." Et là, depuis 1 semaine tout redevient comme avant. Toutes les raisons sont bonnes pour ne pas m'aider. Le naturel revient au galop.

Si j'attends encore, je ne fais que retarder l'échéancier. Car si je reste, il va retomber entièrement dépendant de moi mais tout en me controlant. Je veux bien aller faire du camping mais si je dois monter la tente seule, je veux le faire SEULE. Pas avec lui derrière qui me critique et qui me dit comment faire. Car je sais que c'est ce qui va arriver car juste pour faire les valises pour partir en croisière ça été un cauchemar. Il m'a fait une liste. Il m'a demandé de cocher tout ce qui était dessus au fur et à mesure que l'article allait dans la valise. Ensuite il m'A demandé 4 fois si tout y était pour ensuite venir avec moi dans la chambre s'assurer de lui même que j'avais bien fait mon travail...

Ai-je le droit d'être plus capable. Qui le serait? Combien de temps? Mon conjoint n'a JAMAIS eu à accepter sa maladie car j'ai toujours été le prolongement de sa pensée et ce, presque en temps réel et ce malgré mes plaintes et mes pleurs. "Elle m'aime sinon elle serait déjà partie" c'est la réponse qu'il fournit à chaque personne qui ose un tant soit peut prendre ma déffence.

Financièrement, je ne suis pas inquiète. Mes parents ont une place pour moi le temps que je trouve un logement. Ils sont prêts à m'éberger "gratos" le temps qu'il faut.

J'ai déjà eu à repartir à zéro après une relation de près de 8 ans (j'avais 25 ans et j'étais sans enfants) mais je n'ai pas peur de me retrouver en logement. Pour ce qui est de ma fille, une séparation n'est jamais facile peut importe la situation. Comme ma thérapeute m'a dit "lorsque ta fille va avoir 20 ans, elle va mener sa vie comme elle le veut, sans te demander (ou sans écouter) ton opinion. Tu es jeune, tu peux espérer une meilleure vie et ta fille va s'en remettre.

De toute façon, encore hier je conduisais la voiture avec mon conjoint à mes côtés et là, il a commencé à critiquer ma façon du conduire. Eh bien c'est notre fille qui lui à répond "papa. Maman conduit depuis aussi longtemps que toi et elle n'a pas besoin que tu la stress".

LA vérité sort de la bouche des enfants...

Elle voit bien que je suis épuisée.

Je ne m'attends pas à ce que ce soit facile. Oui j'aurai sûrement des remords. Oui je serai critiqué même par ceux que j'aime. Oui je vais sûrement pleurer seule en pensant à lui. Mais un jour, je vais m'en remettre ainsi que lui. Qui sait, il va peut-être rencontrer quelqu'un d'autre avant que moi je rencontre un autre homme. Je connais un couple. Ils se sont rencontrer après que lui soit tombé malade. Il se déplace en fauteuil en plein temps mais il est très autonome. éa été le coup de foudre entre les 2. Elle a accepté de faire un bout de chemin avec lui malgré son handicap car elle savait ce que l'avenir lui réservait. Elle connaisait sa condition. Ils se sont mariés il y a 2 ans.

Moi j'ai dit que je resterais mais à ce moment, ni moi, ni lui, ni sa mère, ni son neurologue, ni personne ne pouvait savoir à quelle vitesse son état était pour dégénéré.

ALors voilà. Est-ce que ma décison est si radicale? Je ne le crois pas.

Ton courriel ma beaucoup fait pleure sur le coup. Je me disais que j'étais une "sans coeur" et finalement, après avoir pleuré et réfléchi, je réalise que je ne me ferai pas des amis en prenant cette décision mais que un jour, les gens comprendront. Et si non. Tant pis.

Sans rancune tulipe. Merci ce m'écrire même si c'Est pas toujours facile à lire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tulipe 75
Invité Tulipe 75 Invités 0 message
Posté(e)
Tu ne m'en dis pas asez mais ta décision a l'air radicale.

D'abord, comment a-t-il réagi ? Comment va-t-il se débrouiller tout seul ? Financièrement et au quotidien ?

As-tu des aides ménagères ?

Quels sont les revenus du couple ?

Comment ta fille a-t-elle réagi ?

Ensuite toi :

Comment vas-tu vivre après avoir abandonné l'homme que tu as aimé ? tu dis que tu as de l'affection pour lui ????

C'est cruel d'annoncer ton départ avec quelques mois de délai, encore 3 mois à vivre avec ce départ ?

Comment ces 3 mois vont-ils se passer ?

Est-ce que tu crois que tu vas être capable d'avoir une autre relation et que tu ne vas pas te demander sans cesse ce qu'il devient sans toi ?

Quelles relations a-t-il qui vont pouvoir l'aider moralement et physiquement ?

A-t-il de la famille qui va prendre le relais ?

etc........

En ce qui me concerne, jamais je ne pourrais l'abandonner.

J'ai déjà abandonné un homme maniaco-dépressif car la vie n'était plus possible et je voulais soustraire mon fils de cette ambiance négative.

Cela a été très dur mais je savais qu'il pouvait compter sur sa famille.

Est-ce le cas pour ton mari ?

Je veux bien continuer à t'écrire mais réponds à mes questions, sinon nous perdons notre temps toutes les deux.

Je suis beaucoup plus âgée que toi, aussi je ne peux pas vraiment te conseiller, je pense, mais je peux converser.

As-tu une indépendance financière ?

Bon courage dans ces moments difficiles.

bonjour Tulipe,

En réponse à tes questions:

éa fait plus d'un an que je dis à mon conjoint que je n'ai plus envie de cette vie là, que je pleure à tout moment et que sa réponse est "bon. OK. Tu es fatiguée. Aujourdh'hui je vais te laisser un répit". Malheureusement ça ne dure que 24 heures... Le lendemain, tout revient comme avant. Il ne peut rien faire seul mais il est toujours derrière moi pour critiquer ce que je fais : ma conduite automobile "tu conduis trop près, trop vite, tu freines à la dernière minute..."; ma façon de laver le plancher il me semble que c'est pas comme ça que je le faisais moi..."; quand il veut ABSOLUMENT que je fasse quelque chose, du genre enlever les décos de Noël et que moi (le jour ou lui décide) ça ne me tente pas il me fait sa scène de pitié " 'C'est pas juste, moi j'suis handicapé puis je ne peux rien faire... Si j'étais bien, je le ferais tout de suite, c'est le bon moment... Je te demande seulement de défaire le sapin, c'est pas la fin du monde..." é bout de patience de l'entendre me redire toujours les mêmes plaintes, je plie et je fait ce qu'il veut. Je me suis même trouvé un pseudo FAUCON. "il faudrait qu'on lave les fenêtres aujourdh'ui. Il faudrait qu'on (remarquez le faucon ;) ) désherbe les plattes-bandes" et ainsi de suite.

Lorsque je lui ai dit que je voulais partir, que je n'en pouvais plus, il m'a demandé d'attendre cet été. Je ne suis pas à l'aise dans cette situation de retarder le départ mais il est en plein déni et je veux bien l'aider à se prendre en main et à attendre cet été.

Oui il a des aides: femme de ménage, accompagnateur, quelqu'un qui peut faire des repas préparés. Tout ceci d'effrayé, en partie, par le gouvernement d'ici (une subvention spéciale pour les gens en perte d'autonomie). éa fait 3 ans que l'ergothérapeute qui s'occupe de son dossier lui parle de toute ces "aides" mais sa réponse à toujours été "Bien non. j'ai besoin de personne, ma femmme est là puis elle m'aide. Si elle voulait pas, elle serait partie..."

Dans le dernier mois, lorsque je lui ai fait part de mes intentions, il à changé. Il a décidé d'utiliser les "aides". Il m'aidait dans la préparation des repas. Il m'aidait en allant faire l'heure du dodo à notre fille (éa a toujours été moi avant car "c'est plus facile quand c'est toi. J'ai pas besoin de me transfrérer encore de fauteuil." Et là, depuis 1 semaine tout redevient comme avant. Toutes les raisons sont bonnes pour ne pas m'aider. Le naturel revient au galop.

Si j'attends encore, je ne fais que retarder l'échéancier. Car si je reste, il va retomber entièrement dépendant de moi mais tout en me controlant. Je veux bien aller faire du camping mais si je dois monter la tente seule, je veux le faire SEULE. Pas avec lui derrière qui me critique et qui me dit comment faire. Car je sais que c'est ce qui va arriver car juste pour faire les valises pour partir en croisière ça été un cauchemar. Il m'a fait une liste. Il m'a demandé de cocher tout ce qui était dessus au fur et à mesure que l'article allait dans la valise. Ensuite il m'A demandé 4 fois si tout y était pour ensuite venir avec moi dans la chambre s'assurer de lui même que j'avais bien fait mon travail...

Ai-je le droit d'être plus capable. Qui le serait? Combien de temps? Mon conjoint n'a JAMAIS eu à accepter sa maladie car j'ai toujours été le prolongement de sa pensée et ce, presque en temps réel et ce malgré mes plaintes et mes pleurs. "Elle m'aime sinon elle serait déjà partie" c'est la réponse qu'il fournit à chaque personne qui ose un tant soit peut prendre ma déffence.

Financièrement, je ne suis pas inquiète. Mes parents ont une place pour moi le temps que je trouve un logement. Ils sont prêts à m'éberger "gratos" le temps qu'il faut.

J'ai déjà eu à repartir à zéro après une relation de près de 8 ans (j'avais 25 ans et j'étais sans enfants) mais je n'ai pas peur de me retrouver en logement. Pour ce qui est de ma fille, une séparation n'est jamais facile peut importe la situation. Comme ma thérapeute m'a dit "lorsque ta fille va avoir 20 ans, elle va mener sa vie comme elle le veut, sans te demander (ou sans écouter) ton opinion. Tu es jeune, tu peux espérer une meilleure vie et ta fille va s'en remettre.

De toute façon, encore hier je conduisais la voiture avec mon conjoint à mes côtés et là, il a commencé à critiquer ma façon du conduire. Eh bien c'est notre fille qui lui à répond "papa. Maman conduit depuis aussi longtemps que toi et elle n'a pas besoin que tu la stress".

LA vérité sort de la bouche des enfants...

Elle voit bien que je suis épuisée.

Je ne m'attends pas à ce que ce soit facile. Oui j'aurai sûrement des remords. Oui je serai critiqué même par ceux que j'aime. Oui je vais sûrement pleurer seule en pensant à lui. Mais un jour, je vais m'en remettre ainsi que lui. Qui sait, il va peut-être rencontrer quelqu'un d'autre avant que moi je rencontre un autre homme. Je connais un couple. Ils se sont rencontrer après que lui soit tombé malade. Il se déplace en fauteuil en plein temps mais il est très autonome. éa été le coup de foudre entre les 2. Elle a accepté de faire un bout de chemin avec lui malgré son handicap car elle savait ce que l'avenir lui réservait. Elle connaisait sa condition. Ils se sont mariés il y a 2 ans.

Moi j'ai dit que je resterais mais à ce moment, ni moi, ni lui, ni sa mère, ni son neurologue, ni personne ne pouvait savoir à quelle vitesse son état était pour dégénéré.

ALors voilà. Est-ce que ma décison est si radicale? Je ne le crois pas.

Ton courriel ma beaucoup fait pleure sur le coup. Je me disais que j'étais une "sans coeur" et finalement, après avoir pleuré et réfléchi, je réalise que je ne me ferai pas des amis en prenant cette décision mais que un jour, les gens comprendront. Et si non. Tant pis.

Sans rancune tulipe. Merci ce m'écrire même si c'Est pas toujours facile à lire.

Si tu avais raconté tout cela dès le début, je ne t'aurais pas répondu de cette façon.

Je connais tout ce que tu subis.

Ce que je trouve le plus horrible, c'est que vous pouvez vous faire aider et qu'il ne veut pas ..... :|

C'est une incompréhension totale de la situation de sa part et un égoïsme démesuré, non ?

Moi, je me baptise " l'esclave moderne ". :sleep:

On peut tout faire mais avec amour de l'autre et reconnaissance et quand on n'a plus cela, on s'interroge ....... normal ...... ;)

La grosse différence que j'ai avec toi, c'est que j'ai une femme de ménage 6 heures par semaine ( c'est tout juste ) car je dois faire toutes les courses, la cuisine, les rv médecins, les téléphones ...... bref, je suis très occupée. Je m'occupe absolument de tout sauf du ménage général, me contentant d'entretenir entre 2 passages.

Depuis peu, je m'occupe beaucoup de moi : kiné, dermato, accupuncteur, pneumo ( je fais des apnées ) car j'ai décidé le 10 février que j'avais 6 mois pour me remettre en forme. J'ai déjà perdu 7 kgs mais je veux encore en perdre 11 kgs, ayant pris le tout à cause des anti-dépresseurs.

Je passe beaucoup de temps à me faire de la cuisine diététique ( il accepte d'en manger aussi même si je lui accommode des plats )

Bien sûr qu'il critique mais maintenant ( récemment ..... ) je lui réponds : mais, de toutes façons, tu critiques tout ... cela stoppe ... un moment .

Je recommence.

J'ai passé 5 mois de galère ( voir mes messages précédents ) mais cela va mieux.

Cette semaine, il ne va pas bien mais c'est passager. Dans l'ensemble, nos rapports sont " presque " bons, même si cela coince encore par moments. Il en a ras le bol lui aussi de ne pas être mieux.

Quand je râle sur le boulot qu'il y a à faire, il me dit : augmente les heures de la femme de ménage, c'est plutôt positif.

Je pense que tu devrais obtenir " toutes " les aides que tu peux avoir pendant ces 3 mois et voir ce que cela donne !

Il pourra " râler " contre les aides et pas toujours contre toi.

Et je pense que tu devrais sortir seule, laisser ta fille à tes parents et prendre l'air seule, une semaine ou plus si tu peux, ou aller au cinéma, au théatre, sortir avec des amis ..... bref, commencer ta vie de célibataire pour voir comment tout se passe.

Cela te donnera mieux une idée de la suite et tu t'habitueras peu à peu à vivre autrement.

Comment veux-tu qu'il entretienne seul la maison ?????

Je suppose qu'il va déménager lui aussi.

Je ne sais pas si Dalousienne nous lit toujours sur " son sujet ". Je la trouve bien silencieuse...

Cela me ferait plaisir que tu te manifestes, Dalousienne, si tu nous lis.

Bon courage et ne te laisse pas faire, Annelise, il est vrai qu'il exagère. :smile2:

Comme je te l'ai dit, je suis sidérée que tu sortes avec lui pour des vacances dans ces conditions. Nous restons le plus souvent à la maison.

Quand il a envie de " japonais " ou de " chinois ", je vais chercher des plats à emporter aux restos.

A bientôt de te lire.

Coucou Dalousienne, nous ne t'oublions pas. :o°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tulipe 75
Invité Tulipe 75 Invités 0 message
Posté(e)

Je suis désolée, Annelise et Dalousienne, de ne plus vous lire.

j'espère que je ne vous ai pas fait fuir bien que j'en sois certaine.

Je ne suis pas toujours de bonne humeur, la vie est difficile parfois.

J'ai pû discuter de toi, Annelise, à mon mari qui ne comprend absolument pas que ton mari refuse les aides qui peuvent lui être apportées et pense, comme moi, qu'il faut les activer de toute urgence, même une à une afin que ton mari commence à prendre un peu d'autonomie par rapport à toi.

Il n'est pas du tout choqué que tu aies envie de partir.

Il reconnaît que la maladie le rend insupportable par moments car il en a ras le bol d'être malade et d'être obligé de demander beaucoup de choses à sa femme.

Comme il était en crise hier au soir et qu'il a été carrément méchant, nous avons eu une longue discussion aujourd'hui.

Il pense, Dalousienne, que ce n'est pas facile quand on est malade, de changer de vie.

Vous remarquerez que j'ai pû lui dire que je regardais toujours les forums bien qu'il ait hurlé lorsque je le lui avais dit au début.

Il en a réèllement bavé, il sait aussi de quoi il parle car, après avoir soigné sa première femme pendant des années, il ne l'aurait jamais abandonné quoiqu'il arrive. Elle est décédée depuis 10 ans après être devenue " un légume " mais il l'a gardé avec lui ( avec une personne toute la journée ) pendant des années, avant de la confier à une maison de retraite très médicalisée car c'était devenu impossible à gérer sans aide médicale permanente.

Ne m'en voulez pas svp.

j'ai voulu vous aider même si je m'y suis mal prise. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annelise73 Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)
Je suis désolée, Annelise et Dalousienne, de ne plus vous lire.

j'espère que je ne vous ai pas fait fuir bien que j'en sois certaine.

Je ne suis pas toujours de bonne humeur, la vie est difficile parfois.

J'ai pû discuter de toi, Annelise, à mon mari qui ne comprend absolument pas que ton mari refuse les aides qui peuvent lui être apportées et pense, comme moi, qu'il faut les activer de toute urgence, même une à une afin que ton mari commence à prendre un peu d'autonomie par rapport à toi.

Il n'est pas du tout choqué que tu aies envie de partir.

Il reconnaît que la maladie le rend insupportable par moments car il en a ras le bol d'être malade et d'être obligé de demander beaucoup de choses à sa femme.

Comme il était en crise hier au soir et qu'il a été carrément méchant, nous avons eu une longue discussion aujourd'hui.

Il pense, Dalousienne, que ce n'est pas facile quand on est malade, de changer de vie.

Vous remarquerez que j'ai pû lui dire que je regardais toujours les forums bien qu'il ait hurlé lorsque je le lui avais dit au début.

Il en a réèllement bavé, il sait aussi de quoi il parle car, après avoir soigné sa première femme pendant des années, il ne l'aurait jamais abandonné quoiqu'il arrive. Elle est décédée depuis 10 ans après être devenue " un légume " mais il l'a gardé avec lui ( avec une personne toute la journée ) pendant des années, avant de la confier à une maison de retraite très médicalisée car c'était devenu impossible à gérer sans aide médicale permanente.

Ne m'en voulez pas svp.

j'ai voulu vous aider même si je m'y suis mal prise. :smile2:

Bonjour Tulipe75 (ainsi que Dalousienne et tous les autres).

Je ne te reproche rien. Je comprends ta réaction.

Moi, pour le moment, ça va bien: on fait des "accommodements raisonnables". Nous sommes tous les 2 pris par le travail dans les derniers jours (et pour ceux à venir) donc tout est "sur la glace" pour l'instant.

éa me fait toujours plaisir de te lire.

é bientôt.

AnneLise73

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Tulipe 75
Invité Tulipe 75 Invités 0 message
Posté(e)

C'est un plaisir de te revoir; je jette un coup d'oeil de temps en temps pour voir si vous êtes revenues.

As-tu pû convaincre ton mari qu'il devait prendre toutes les aides possible pour te laisser souffler ?

Car, s'il devient autonome et même si tu pars, vous pourriez rester amis.

Et toi, Dalousienne, que deviens-tu ? Donne nous de tes nouvelles, cela nous ferait plaisir. Etait-ce une crise ? C'est plus sérieux ? vas-tu mieux ?

En ce qui me concerne, des hauts et des bas mais je ne me laisse plus manipuler 24h sur 24; il se met quelquefois en colère parce que le service n'est pas toujours 4 étoiles, tant pis pour lui. Je ne veux plus être qu'une domestique. Je me rebelle tout en assurant le plus possible.

A plus

Toujours un plaisir de vous lire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant