Cancer et confidences


lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 47ans
Posté(e)

CANCER ET CONFIDENCES

21980_55013.jpg

On appelle, on prend rendez-vous et on vient parler de son cancer du sein, de sa fin du monde à soi, avec d'autres femmes dans la même situation.

Etre entendue, se faire chouchouter, se sentir redevenir une femme, voilà ce que propose l'association Etincelle.

Mais plutôt que de les raconter, laissons-leur la parole...

L'association Etincelle

17867_39616.jpg

Etincelle a vu le jour en octobre 2004 grâce à Josette Rousselet-Blanc, qui a été une de nos plus grandes journalistes santé.

Hommage à elle. Elle a été une des premières à constater qu'il n'y avait pas vraiment de bonne structure d'aide psychologique pour les femmes atteintes du cancer du sein et a tout mis en ¿uvre pour créer Etincelle.

Plus de 650 femmes ont été accueillies à bras ouverts par l'association pour discuter entre elles, sans tabou. L'objectif est clair : permettre à toutes de redevenir une femme à part entière par la parole (grâce à des groupes de parole) et le "chouchoutage" (sophrologie, réflexothérapie, soins du visage et du corps, gym douce).

4 femmes, 4 cancers

17867_39617.jpg

Dans le salon d'accueil d'Etincelle, quatre femmes discutent entre elles. Isabelle Pugno est la directrice de l'association. Sourire indécollable, cette ancienne assistante DRH dans le BTP accueille, rassure et explique le fonctionnement de l'association. Elle écoute aussi beaucoup.

A sa gauche, Monique, 71 ans, ingénieur de recherche au CNRS à la retraite. Elle a eu un cancer du sein en 2004. Puis Catherine Adler-Tal, psychologue. Son rôle est déterminant au sein de l'association. Il lui revient de lever les barrières psychologiques à la parole (en groupe ou en privé).

A ses côtés est assise Rosario, elle travaillait dans une banque avant de se faire licencier début 2004, peu avant qu'un cancer du sein ne se déclare.

On s'installe à leurs côtés, on écoute¿

La peur de savoir

17867_39619.jpg

"Mon cancer du sein s'est déclaré en 2004", débute Rosario. "J'avais peur, je le sentais venir et c'est arrivé. Et quand on me l'a confirmé, lors de la mammographie, cela a été un choc terrible. Mais à partir du moment où le mot cancer a été prononcé, j'ai été détachée. Ce n'était plus à moi qu'on parlait. Je n'en revenais pas, je ne voulais pas y croire. Je ne suis pas rentrée chez moi, j'ai traîné dans les rues, j'ai fait des courses. C'était il y a deux ans déjà, aujourd'hui je suis guérie, mais j'ai une trouille bleue d'une récidive, cela me gâche la vie. J'ai vraiment l'impression que ça va revenir, j'ai peur de poser les questions, j'ai peur de savoir."

"L'envie de savoir, la peur de la vérité, c'est toujours stressant. C'est à chaque fois la même chose avant un contrôle. On se dit et si¿", commente Isabelle.

Vivre le cancer

17867_39621.jpg

"A cette époque, reprend Rosario, mon mari me regardait tout le temps avec l'air inquiet. Peu importait mon état de souffrance, je n'en parlais pas à la maison. Mais lorsque que l'on se retrouve avec d'autres femmes atteintes du cancer du sein, on parle, on compare, on banalise un peu. Là, on se sent moins seule."

"Le mot cancer a une connotation très morbide, même si beaucoup de cancer se guérissent", avance Isabelle.

"A l'hôpital, poursuit Rosario, je me demandais toujours, 'mais qu'est-ce qu'ils vont me faire ?'. On n'est jamais rassurée, surtout lorsqu'on est avec d'autres femmes qui ont eu une récidive¿ Les médecins nous parlent à peine, on ne les voit jamais."

La suite de l'article et photos demain

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

pétunia Membre 1 625 messages
Forumeur alchimiste‚ 61ans
Posté(e)

comme le dit le titre cancer et confidences, alors qui de mieu placé pour en parler qu'une foromeuse qui a subit cette opération , voila il y a un peu plus de 4ans on m'annoncer que j'avais un cancer a un sein je le savais cela fesait 3ans que j'avais une boule , dans l'opération par elle méme pas de douleur mais c'est quand on m'a mit le harpon que j'ai eu mal , 2 mois plutard je je suis retrouné chez le médecin et la paf! le cancer partout dans les 2 seins biensur examens sur examens et la le médecin me sachant pas comment j'allais prendre la chose me regarde et avant qu'il ouvre la bouche je lui dit "bon on me retire les 2seins" le médecin soullagé me dit oui donc je rentre en clinique en urgence, et comme le chirugien je le connais depuis plus de 15ans je plaisant méme sur la table pour m'opérer et je dit au médecin (genre D.House) "il vous faut du mou pour vos chats"le lendemain je me reveille en pleine forme et me voila qui va se promener dans la clinique aprés accord des infirmiéres , les gens me regardaient car j'avais des tuyaux partout , mais rentrée a la maison là pas pareil , l'infimiére tout les jours pour les soins , aprés cicatrisation rayons brulée au 3e degrés , chimio donc perte des cheveux , j'étais devenu boullémique par le stress et que je me regardeais dans la glace je voyais frankheintein , j'ai méme demandé au médecin quand il allait me mettre les 2boulons de chaque coté de la téte , je me dégoutais , car biensur dans c'est cas là les amis (es) et la famille fuient , avec Poupinou on a fait plein de médecins pour me remettre une poitrine , mais cela au bout de 2ans , pas un médecin , mon médecin m'avait envoyé a Lyon mais pas de place avant longtemps , le cancer était si profond qu'il a fallut creuser loin et écarter les cotes , on me donne l'adresse d'un professeur a Grenoble qui ma remit une poitrine , mais j'avais du mal a accepter mes cicatrice (50cm) , en mp j'ai proposé a Lore de lui envoyer une photo de mes seins tout neufs sans ma téte , voila je suis prete a répondre a toute vos questions , j'oubliais de vous dire il y 3ans les médecin me donnaient 1an a vivre et dans 6mois je serais si je suis en rémition et j'ai été suivi par 4 médecins

Modifié par pétunia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 47ans
Posté(e)

T'es un sacré bout de femme Pétunia.... :snif:

Tu sais j'ai pas plus à dire que ce qu'on s'est dit en mp... mais je te remercie pour ton témoignage et pour être présente pour répondre aux questions....

J'espère qu'on t'annoncera de bonnes nouvelles dans 6 mois (je croise les doigts) ... et puis on est là... si tu as besoin :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pétunia Membre 1 625 messages
Forumeur alchimiste‚ 61ans
Posté(e)

je sais pas si je suis un sacrée bout de bonfemme , mais tout ce que je sais ce que depuis que je suis sur le forum avec vous je me sens mieu , j'ai pus constater que je suis plus seule , de toute façon j'ai l'intention de continuer le combat pour faire ch :snif: er les gens le plus longtemps possible :snif: et aprés le permis moto cela sera le saut a l'élastique :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 47ans
Posté(e)

Cancer et récidive

17867_39624.jpg

"Il faudrait séparer les femmes qui ont leur premier cancer du sein et celles qui subissent une récidive, mais on sait bien que ce n'est pas techniquement concevable", explique Catherine, la psychologue.

"Ce sont les infirmières qui sont vraiment sympas¿Ce sont des femmes, cela pourrait leur arriver et elles le savent ! Il y a de la complicité, elles sont plus pédagogues", assure Rosario.

"Les médecins doivent se blinder pour affronter ce qu'ils voient quotidiennement. Mais ils sont tout de même très distants. Une fois opérée, ils se fichent de la patiente et passent à un autre. Il y a peu de suivi", commente Monique.

Cancer et soignants

17867_39622.jpg

"Ce qui intéresse les cancérologues, c'est le cancer", gronde Catherine. "Par exemple, il a fallu qu'une étude démontre que 95 % des patients vomissaient après une séance de chimiothérapie pour qu'ils prennent en compte le problème des nausées. Il y a un réel manque d'investissement des médecins. Ils ne se rendent pas compte que les traitements contre le cancer sont très durs et lourds. Leur objectif est de sauver les vies, point. Résultat, les patientes doivent se renseigner elles-mêmes pour savoir s'il est normal qu'elles souffrent de tel ou tel effet secondaire."

"D'où la place importante des infirmières qui expliquent et reformulent ce que disent les médecins. C'est la consultation d'annonce, en quelque sorte", souligne Isabelle.

"Je n'ai vu mon cancérologue que deux fois depuis avril 2004", souffle Rosario d'un air dépité.

L'annonce du cancer

photo_10.jpg

"Mon médecin m'a dit 'Vous avez cinq minutes pour décider d'enlever un sein ou non'. On est si vulnérable au moment de l'annonce... Et bien que parfaitement odieux, le chirurgien devient un dieu. C'est pour cela qu'il faut toujours avoir un deuxième avis et consulter un autre cancérologue. Il y a tout un système de régression infantile devant le chirurgien. C'est un pouvoir de vie ou de mort", regrette Monique.

"Le cancer, pour les médecins, c'est la routine, il en voit dix par jour !", constate la psychologue.

"Mon docteur m'a annoncé que j'avais trois tumeurs, reprend Monique, dont deux cancéreuses. Et dans sa voix c'était comme si j'avais de la chance que ce ne soit pas plus grave. Bonjour le tact !".

Cancer et quotidien

17867_39620.jpg

"Peu de docteurs disent une phrase toute simple comme 'Je comprends votre douleur, que le ciel vous tombe sur la tête', on n'est pas rassurée !", constate Isabelle.

"A la maison, on ne peut pas en parler. On nous dit 'Tu es forte, tu vas t'en sortir' et hop, c'est balayé, on n'en parle plus. On est terriblement seule face à la maladie. Une épreuve comme le cancer fait prendre conscience qu'on est mortelle, conclut Monique. Tout devient plus relatif, une nouvelle vie commence après."

Article femmesplus.fr

L'auto-examen des seins

L'auto-examen des seins ,ou auto-palpation, regroupe un ensemble de gestes simples qui, pratiqués tous les mois, après les règles, vous permettront de bien connaître vos seins, de détecter toute anomalie et de la signaler à votre médecin.

L'auto-palpation est une pratique très positive et importante pour toutes les femmes si elle procède d'abord d'une meilleure connaissance de son corps, de ses changements, de ses métamorphoses lors des diverses étapes de la vie.

L'auto-palpation devra être répétée par exemple une fois par mois.

Les gestes de l'auto-palpation :

1 dessin1.jpg

Debout, devant un miroir, inspectez les deux seins et vérifiez qu'il n'y a rien d'anormal : par exemple un écoulement par le mamelon, d'un liquide ou encore plus de sang crevasses, fossettes, plis ou peau qui pèle.

2dessin2.jpg

Levez le bras droit.

Avec les trois doigts de la main gauche, palpez

le sein droit, fermement, attentivement et complètement.

En commençant par la partie externe, parcourez le sein

en effectuant de petits cercles avec les bouts des doigts.

3dessin3.jpg

Terminez par le mamelon.

Veillez à examiner tout le sein. Une attention particulière doit être portée à la zone entre le sein et l'aisselle, cette dernière comprise.

Cherchez toute grosseur ou toute induration anormale sous la peau.

4dessin4.jpg

Pressez délicatement le mamelon et

vérifiez qu'aucun écoulement ne se produit.

Si c'est le cas, prévenez votre médecin.

L'importance du dépistage précoce

Aujourd'hui le cancer du sein concerne 1 femme sur 9 !

Plus un cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes.

Merci Pétunia pour ton aide sur ce topic :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pétunia Membre 1 625 messages
Forumeur alchimiste‚ 61ans
Posté(e)

:snif: j'ai eu de la chance pendand ce calvaire d'avoir un mari qui m'a soutenu , méme pendand mes crises de dépression , et qui m'a apris a accepter mes cicatrices et surtout qui m'a donné beaucoup d'amour , cela fait que quelque mois que j'ai réapris a vivre , et que je commence a me sentir femme , je me suis fais une ligne de conduite , plus boire , plus de drogue , devenir plus feminine , et pouvoir en parler sans honte , mais ce travail que je fais sur moi c'est grace aussi a mon psychatre que je vois deux fois par mois depuis un an et demi

un fois je me suis mis en colére (petite) dans une grande surface on m'a appellé monsieur et quand j'ai dit non madame la personne m'a dit vous avez pas a avoir les cheveux aussi courts on se tromperait pas , alors la haine est monté en moi et j'ai répondu vous avez qu'a en parler a madame chimio la personne ne sait plus ou se mettre , car elle m'avait fait la réflétion sur un ton agressif, :snif: et depuis que je suis sur ce forum j'arrive a me lacher et dire ce que je ressens , merci a tous :snif:

et un énorme MERCI a :snif: Poupinou qui a toujours été a mes cotés

Lore tu m'avait pas besoin de me remercier , je trouve normal que je fasse ce témoignage pour aider d'autres personnes et je peux répondre a toutes questions

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Cela m'a un tordu le ventre les fotos. C'est douloureux.

Merci pour l'article Lore et Bravo pour ta combativité Pétunia :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ptiteathena Membre 816 messages
Forumeur accro‚ 41ans
Posté(e)

bravo pétunia,car le plus dur est d'oser en parler je pense,et pourtant ça doit faire un bien fou,si toutes les femmes atteintes de ce cancer pouvait faire comme toi,je pense qu'elle se porterait mieux

étant une ancienne coiffeuse qui travaillait dans un salon où on fabriquait et vendait des perruques,je peux dire que j'ai croisé beaucoup de femmes qui avaient un cancer,le plus dure pour elles étaient toujours de perdre leurs cheveux qui est quand même un gage de féminité (tout comme la poitrine),c'est très difficile de se regarder dans une glace et de ne plus y voir toutes les choses qui font de nous une femme,j'en ai consolé beaucoup en essayant de les rassurer car les cheveux repoussent,elles repartaient avec la force de se battre,ça fait toujours du bien de pleurer et de se confier

tout ça pour dire que je trouve ta démarche très courageuse, et je te souhaite de garder cette rage de vie à tout jamais

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pétunia Membre 1 625 messages
Forumeur alchimiste‚ 61ans
Posté(e)

moi j'ai jamais voulu porter de perruque , pour moi cela n'aurait pas a moi mais les cheveux de quelqu'un d'autre , méme si c'est des faux cheveux avec lequel on fait les perruques , j'ai preféré mettre des foullards différent et si qui était marrant avec mon physique je passais pour une Arabe , j'avoue cela me déplaisais pas vu que cela m'a permis d'avoir des amis Magrébiens , mais le combat est pas fini , mais la guerre je la gagnerais , et puis j'ai tellement de progés , la vie est une tartine de m.....de ,pas grave j'ai remplacé la m......de , par du nutella :snif:

Modifié par pétunia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ptiteathena Membre 816 messages
Forumeur accro‚ 41ans
Posté(e)

tu as raison,surtout que y a rien de meilleur que le nutella :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant