Aller au contenu

Football et mafia sicilienne : une liaison dangereuse.


gidu

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
gidu Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Il est étonnant de constater qu'à chaque fois qu'éclate un scandale concernant des matches truqués en Italie (Totocalcio au début des années 1980, affaire Moggi en 2006), comme par hasard moins d'un an avant une coupe du monde de football, l'Italie remporte la coupe du monde suivante (1982 et 2006). Et, toujours comme par hasard, il semble que dans le milieu du football, tout est connu depuis longtemps. Pensez donc, plusieurs mois avant le début de la dernière coupe du monde, que plusieurs sélectionneurs d'équipes nationales, prétendaient que leur seul objectif n'était que d'accéder à la finale et non de gagner la coupe !!! Surprenant, n'est-ce pas ! En fait, truquer une coupe du monde de football serait aussi aisé que de truquer des matches au sein d'un championnat chose en fait facile pour une mafia telle que la sicilienne. Lorsque la coupe du monde est prévue pour se dérouler en Europe, il y à tout d'abord la nomination du pays organisateur. Lorsque l'on sait que les pays européens où la mafia sicilienne est fortement implantée sont l'Italie, bien sûr, la France, l'Allemagne et l'Angleterre, il est en apparence étonnant de constater que les trois derniers pays organisateurs étaient l'Italie en 1990, la France en 1998 et l'Allemagne en 2006. Et les trois derniers vainqueurs européens : l'Allemagne en 1990, la France en 1998 et l'Italie en 2006, les même pays, permettant un boom de la consommation dans ces contrées où la mafia sicilienne est fortement implantée au sein du système économique ! L'Angleterre n'a eu que l'organisation de l'Euro 1996, qu'elle n'a pas remporté, mais la mafia sicilienne lui a laissé le Rugby comme lot de consolation, sport qu'elle est en train de professionaliser afin d'attirer des fonds.

Pourquoi arranger des matches au sein de grandes compétitions telle que la coupe du monde, comme le ferait la mafia sicilienne ?

1°) Pour les paris et l'argent engrangé par la Mafia sicilienne. En effet, comme cela à déja été avoué par un repenti de la Cosa Nostra New-Yorkaise, certains matches de tennis sont truqués. Il suffit, pour la mafia ou par l'intermédiaire de certaines de ses entreprises affiliées, de parier, par exemple, 100 millions d'Euros sur un tennisman et de payer l'autre même jusqu'à quelques millions s'il le faut, pour qu'il perde. Imaginez le bénéfice pour les parrains américains ou siciliens... Et cela aboutit à des situations invraisemblables, c'est-à-dire que certains joueurs, payés pour perdre, se retrouvent empocher des sommes bien plus importantes que s'ils gagnaient, sportivement donc normalement, le tournoi dans lequel ils s'étaient engagés... Il est évident que, compte-tenu des capitaux présents dans le football, la situation serait bien évidemment la même et reproductible puisqu'il s'agirait d'acheter des joueurs d'une même équipe au lieu d'un seul comme au tennis. Le problème, dans des pays méditérannéens comme le nôtre, c'est que tout finit par se savoir rapidement, d'où la seconde raison d'arranger des matches, beaucoup moins importante, mais nécessaire pour que le système perdure.

2°) Pour calmer le bon peuple, qui finit par savoir que les matches sont arrangés, et qui risque de ne plus venir dans les stades, pire de se désinteresser au football et de ne plus le regarder à la télévision (avec la pub qui va avec) ni d'acheter des biens de consommation en rapport avec ce sport et ,bien sûr, de ne plus parier sur les matches. La mafia décide donc de sortir elle-même une affaire quelques mois avant le début d'une coupe du monde qu'elle aurait déja arrangée à l'avance comme en 2006, pour faire croire au passioné de foot que c'est la dernière fois que l'on truque des matches...jusqu'à la prochaine fois !!! Les sanctions judiciaires, semblant normalement lourdes en première instance, sont progressivement allégées jusqu'à en devenir ridicules, dans la liesse populaire d'une coupe du monde remportée par l'équipe nationale lors de l'été 2006. La Juventus ne devait-elle pas débuter le championnat 2006-2007 en troisième division avec au moins 15 ou 20 points de pénalité ? Finalement, elle ne sera rétrogradée qu'en série B avec 8 points de pénalité qu'elle s'empressera de gommer durant les 6 à 7 premiers matches ! Idem pour le Milan de Berlusconi qui participera et fera même une très belle carrière en Ligue des Champions ! etc...

Comment se rendre compte qu'une compétition comme la coupe du monde est truquée ? Certaines équipes nationales refuseraient de devoir se laisser battre par une équipe dont la victoire est déja prévue à l'avance. Ainsi pourrait-on expliquer l'élimination de l'Espagne au premier tour et de l'Allemagne en 1/4 de finale contre la Croatie (0-3 !) en 1998 pour éviter de devoir se laisser battre par la France par la suite. De même, comment pourrait-on expliquer le soudain réveil français contre le Togo lors du 3ème match du premier tour en 2006 sinon pour la raison de ne surtout pas finir premier du groupe, ce qui auraient obligés les Bleus à jouer l'Italie dès les quarts de finale. De même, la Suisse, première de notre groupe, n'aurait pas cherché à vaincre l'Ukraine lors des huitièmes de finale et aurait perdu finalement aux pénalties pour ne pas devoir se laisser battre par les italiens en Quarts de finale. La Croatie, quant à elle, se serait laissé éliminer par l'Australie, un comble, pour ne pas jouer l'Italie en huitièmes de finale. Les autraliens, d'ailleurs, auraient attendu les arrêts de jeu pour provoquer une faute dans leur propre surface de réparation afin d'entraîner le pénalty italien vainqueur. Quant à l'Allemagne, qui ne pouvait pas faire autrement, lors des demi-finales, elle aurait attendu gentiment les prolongations pour laisser les italiens passer deux fois. Lors de la finale, pour rendre hommage au grand talent de Zidane, les italiens, rois de la défense, auraient même consenti à commettre un faute dans la surface de réparation pour que notre zizou national puisse marquer son but d'adieu sur pénalty ! Avant, tout naturellement, d'égaliser, et qu'ensuite, un tir au but français s'écrase sur le poteau du gardien transalpin, chose qu'un professionnel peut tout à fait programmer : rappelons-nous lorsque Téléfoot, il y a quelques années, avait demande à un professionnel de Ligue 1 de mettre un coup franc aux 18 mètres sur la barre transversale, un corner direct et une balle dans le but du rond central. Les trois professionnels, pendant les 3 semaines durant laquelle avait duré cette rubrique, avait tous, sans exception, mis le coup franc sur la barre transversale et le corner direct, un seul ayant loupé le but depuis le rond central. Curieusement, cette rubrique avait duré moins d'un mois : les clubs professionnels ont-ils eu peur que le supporter de foot se rende compte que lorsque le footballeur tire 10 mètres au dessus du but adverse, c'est parce que le match pouvait être arrangé ? On ne le saura jamais...

Bien entendu, ce qui est vrai pour la compétition la plus prestigieuse du football, l'est également, à moindre échelle, pour des compétitions continentales ou nationales. Il suffir de se rappeler le temps où la Ligue des Champions ne se déroulait pas encore sous la forme de groupes de qualifications. Quand l'un des finalistes était déja qualifié pour l'édition suivante (en ayant fini premier de son championnat, dont le résultat était généralement connu avant la finale) et pas l'autre finaliste, il était déja curieux de constater que c'était, comme par hasard, ce dernier qui s'imposait. Et que l'on vienne pas dire que c'est parce que l'équipe non qualifiée était plus motivée de remporter le trophée pour être directement qualifiée d'office en tant que vainqueur, car on à pu assister, notamment durant les années 90 en particulier, à des finales semblant être à priori très déséquilibrées où le "challenger" avait une équipe largement inférieure au favori et n'aurait donc pas été qualifié pour l'édition suivante en cas de défaite en finale.

Bref, regarder un match de football, surtout d'une grande compétition, ne semble plus si passionnant que ça au vu des nombreux arrangements possibles et pose la question ultime : Faut-il toujours s'intéresser au Football à notre époque et ne pas aller vers d'autres sports, moins médiatiques et moins riches, mais tellement plus propres et moins voire pas corrompus par la Mafia sicilienne ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×