La préservation des poissons migrateurs, esturgeon, anguille, saumon


Invité nostressssss
Invité nostressssss Invités 0 message
Posté(e)

L'accomplissement du cycle biologique des poissons migrateurs, encore appelés amphihalins, nécessite des déplacements entre les eaux douces et la mer. Parmi les grands migrateurs présents en France, on rencontre le saumon atlantique, la truite de mer, les aloses, l'anguille, les lamproies et l'esturgeon. Ils naissent en eau douce, rejoignent la mer pour grandir et reviennent en rivière pour se reproduire, sauf l'anguille qui se reproduit en mer et colonise les milieux aquatiques continentaux pour assurer sa croissance.

D'une manière générale, depuis 1994, la politique de gestion des poissons migrateurs est organisée par grands bassins fluviaux. Cette gestion est définie par le décret du 16 février 1994 qui institue les Comités de Gestion des Poissons Migrateurs (COGEPOMI). Ces comités ont compétence pour proposer les mesures relatives à l'exploitation des poissons migrateurs, là où elle existe. Ils doivent aussi établir des plans de gestion quinquennaux qui traitent à la fois de l'exploitation mais aussi de la gestion et la protection des espèces migratrices, à travers des mesures portant sur les habitats.

La politique de restauration des poissons migrateurs menée par la France peut être illustrée par les mesures prises sur quelques espèces.

L'esturgeon européen (Acipenser sturio)

esturgeon.jpg

L'esturgeon européen est une espèce strictement protégée par plusieurs conventions internationales (CITES, convention de Berne) et directives européennes ("Habitats, faune, flore" - OSPAR) et figure sur la liste rouge des espèces menacées de disparition de l'UICN. Malgré son statut d'espèce protégée en France depuis 1982 et en Europe depuis 1998, la dernière population d'esturgeon européen qui se reproduit dans le bassin Gironde/Garonne/Dordogne et se distribue en mer, du Golfe de Gascogne jusqu'en mer du Nord, n'a cessé de décliner. Aujourd'hui, il ne reste que quelques milliers d'individus, tous originaires de la Gironde.

Néanmoins, la réussite de la première reproduction artificielle obtenue en juin 2007 à partir de spécimens élevés en captivité à la station du Cemagref à St-Seurin-sur-l'Isle, en Gironde, fait renaître un espoir pour l'avenir de cette espèce.

Aussi, un plan de restauration national de l'esturgeon européen va être mis en ¿uvre au courant de l'année 2008.

Compte tenu des caractéristiques biologiques de l'esturgeon européen et du contexte administratif et réglementaire, la gestion de cette espèce se doit d'être envisagée en considérant trois niveaux d'intervention. Le niveau européen, de par l'étendue de l'aire de répartition marine de l'esturgeon européen ; le niveau national, compte tenu de la fraction continentale relique occupée par cette espèce ; le niveau local, car le bassin Gironde/Garonne/Dordogne est le premier territoire d'application du plan de restauration.

Ce plan a pour objectifs principaux :

  • la conservation et restauration de l'espèce ;
  • la protection des habitats estuariens et fluviaux et le maintien de la libre circulation de l'espèce ;
  • l'optimisation de l'application de la police de la pêche, en eau douce et en mer ;
  • le suivi, l'évaluation et la recherche afin de développer et d'améliorer les méthodes de conservation de l'espèce.

L'anguille européenne (Anguilla anguilla)

Anguille1-a-baisez.jpg

L'anguille est un poisson amphihalin qui doit traverser l'océan Atlantique pour se reproduire en mer des Sargasses. Les larves vont ensuite faire le chemin inverse pour arriver sur les côtes européennes où elles vont se transformer en civelles. Au fur et à mesure de leur croissance, les individus vont coloniser les eaux continentales pour vivre une dizaine d'années dans nos rivières. A ce stade, les anguilles ne sont pas encore adultes et ont une livrée de couleur jaunâtre, on parle d'anguille jaune. La dernière métamorphose, le passage de l'anguille jaune à l'anguille argentée, va préparer l'animal à la migration de dévalaison et à la reproduction. Cette migration va permettre à l'anguille de vivre dans les eaux marines et ainsi rejoindre les zones de reproduction. La dégradation des milieux naturels (libre circulation entravée, qualité des eaux,¿), la pêche et la durée du cycle biologique de l'anguille sont les principaux reponsables de la diminution de la population observée depuis les années 1980. Aussi, le règlement européen du 18 septembre 2007 institue des mesures de reconstitution du stock d'anguilles européennes. Le ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables ainsi que le ministère de l'agriculture et de la pêche sont chargés de mettre en place un plan de gestion national pour la reconstitution du stock d'anguilles à l'échelle nationale.

Ce plan doit être présenté avant le 31 décembre 2008 et comportera des mesures sur les différents facteurs de mortalités anthropiques (pêche, ouvrages,¿). Les mesures qui seront prises visent principalement l'augmentation du nombre de géniteurs qui repartiront vers les zones de reproduction à environ 6000 km de nos côtes.

Le saumon (Salmo salar L.)

saumon%203_jpg.jpg

Il existe une cinquantaine de cours d'eau ou bassins fréquentés par le saumon atlantique en France au XXIème siècle, depuis le Rhin, frontière avec l'Allemagne, au nord-est jusqu'à la Bidassoa, faisant frontière avec l'Espagne, au sud-ouest.

La plus grande partie des dispositions ayant force juridique pour protéger ou restaurer les milieux et des conditions de migration (franchissement des obstacles) sont incluses dans le code de l'environnement. Le code de l'environnement incorpore les lois sur l'eau successives. Les mesures de protection sont traduites dans les Schémas Directeurs d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) adoptés dans chacun des six grands bassins hydrographiques français. Ces SDAGE définissent les principes de protection des cours d'eau et des bassins versants pour une durée de cinq ans et ils traitent des zones humides, plans d'eau, cours d'eau et eaux souterraines, ainsi que de la faune piscicole et des poissons migrateurs.

Le bassin de la Loire est un exemple concret qui permet d'illustrer les mesures de gestion. Pour aider la population résiduelle de saumon sauvage à reconquérir les habitats de reproduction disponibles dans le bassin de la Loire, des apports issus de la reproduction artificielle sont réalisés, en veillant à leur capacité d'adaptation aux habitats naturels et de contribution au renouvellement de la population à leur retour en eau douce. Pour ce faire, le plan prévoit la capture de géniteurs. Ces géniteurs produiront des individus déstinés au repeuplement par déversement dans le milieu naturel. Les mesures de repeuplement doivent s'effectuer dans les conditions les moins impactantes pour la population naturelle (concurrence, prélèvement de géniteurs en dehors des zones de reproduction naturelle,¿). De plus, des actions de restauration de la circulation des poissons et d'amélioration des habitats et de la qualité de l'eau sont menées afin d'optimiser les opérations de repeuplement.

La politique de restauration des poissons migrateurs doit permettre :

  • le développement des connaissances sur ces espèces (reproduction, croissance,¿) ;
  • l'amélioration de la circulation tant à la montaison qu'à la dévalaison ;
  • la lutte contre la pollution et le braconnage ;
  • la sensibilisation du public à l'intérêt de ce patrimoine.

Cette politique de gestion des espèces migratrices nécessite la concertation et la collaboration des différents acteurs impliquée dans le domaine de l'eau et ceci à tous les niveaux. L'enjeu est de taille mais quel beau combat !

La-preservation-des-poissons

Source: Ministre de l écologie, de l énergie, du développement durable et de l aménagement du territoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Mitsakie
Invité Mitsakie Invités 0 message
Posté(e)

Vraiment interessant :yahoo:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
calamar87 Membre 191 messages
Forumeur inspiré‚ 71ans
Posté(e)

bonsoir

tous cela pour pas grand chose , chez nous ils ont démoli les écluses pour soit disant faire remonter des saumons, résultat plus d'eau dans les rivières l'été et bien sur a part les quelques truite arc-en-ciel qui lâche ben plus rien .

avant il y avais des goujons des gardons enfin de toutes sortes de poissons maintenant c'est le désert.

Voila a quoi sert l'argent des pécheurs, a nourrir des gens a ne rien faire car inutile de dire qu'il y a une équipe qui surveille si des fois un saumon remonter quitte a en lâcher un pour dire qu'ils avaient raison.

Ne rien toucher a la nature et surtout ne pas la polluée et la ca changera mais tant que les paysans mettront leurs merde dans les champs et au bord des rivières c'est pas la peine ne manger de l'argent en nous faisant croire au miracle.

calamar87

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant